Le cellulaire peut vous pièger…surtout quand un journaliste est proche…

Est-ce que les gens qui parlent fort dans leur téléphone portable vous dérangent ? Souvent, il n’est pas agréable d’entendre une partie de la vie privée de personnes qui, sans aucune gène, crient presque dans leur cellulaire.

Parfois, il faut faire attention à ce que l’on dit. Comme lorsque vous parlez avec une autre personne. Les murs ont toujours des oreilles. Surtout quand un journaliste est proche.

Aujourd’hui, assise dans un lieu public, une jeune femme arrive dans mon environnement. Elle parle fort au téléphone. Sans qu’elle soit proche de moi ( 4 ou 5 mètres), j’entends très clairement ce qu’elle dit.

Au fur et à mesure de ses conversations, je comprends qu’elle parle d’un black-out qui serait survenu à V (l’ancien TQS). Un black out de 20 minutes. Je twitte le tout. «Ne parlez pas au cell à côté de journalistes, ils écoutent 🙂 Des clients (pub) se plaindraient que V ait eu un black-out hier soir de 30 min ?»

Mon collègue Richard Therrien le confirme et reprend le tout sur son blogue.

J’espère que V n’annulera pas la publicité que la chaîne achète sur mon blogue comme c’est arrivé au Voir après la chronique de mon ami Steve. J’oubliais, il n’y a pas de publicité sur ce blogue où j’écris tout à fait gratuitement pour mon seul et unique bénéfice. Ouf.

Au moins Steve tente de rattraper le tout en écrivant une chronique inoffensive. Mais c’est grave. Ce qu’à fait V est une entrave à la liberté d’expression. De telles tentatives, j’en ai déjà vu. Surtout des tentatives d’obtenir de la publicité gratuite dans certaines revues peu scrupuleuses.

D’ailleurs, on m’a déjà demandé de regarder les publicités du magazine pour lequel j’écrivais et de m’en servir pour mes sources. J’ai refusé et je n’écris plus pour cette revue. Le service de publicité et la rédaction d’un média doivent être séparés. Un mur. Ça s’appelle de la crédibilité et du professionnalisme. Un point c’est tout.

Le gentil pirate écolo arrive en ville !

Mes deux derniers bébés

Ça y est, je le tiens dans mes mains. Mes deux premiers livres jeunesse ( moins de 8 ans environ, quoique je suis persuadée que tout le monde aimera) de la série Pirate des caramels sont une réalité. Ils seront dans toutes les librairies du Québec dès jeudi 30 septembre.

Aujourd’hui je peux enfin le sentir, le voir, le regarder et le relire pour la 777 e fois ! Pirate des caramels est une série qui raconte les histoires de Cristo, le pirate des caramels dont la mission est de sauver la planète de la menace écologique. Dans les deux premières histoires, Cristo nettoie l’eau et part à la rescousse des Bélugas.

À la rescousse des bélugas est dédié à Hugo, mon neveu adoptif qui vient d’avoir six mois, le fils de ma meilleure amie Geneviève et François, devenu un grand ami aussi. Il n’a pas eu un début de vie facile mais tout va de mieux en mieux et il sera fort comme Cristo!
Celui sur l’eau, Cristo nettoie l’eau est pour Tristan, mon neveu d’amour qui aura 9 ans bientôt !
Je n’en reviens pas. Six livres portant ma signature. Vraiment il faut toujours rêver et foncer, ça rapporte beaucoup en satisfaction !

Le pirate des caramels, le gentil pirate écolo, Cristo est aidé dans ses aventures par ses trois amis. Fée Colo, la fée-sirène allergique aux caramels, Vermi, le ver composteur scientifique et Caramou le chat gourmand et maladroit…