Réinventer le baptême

Un de mes dossiers sur le baptême dans la Presse+ ce matin en plusieurs parties pour les personnes qui n’ont pas de tablette. Pour celles qui en ont une c’est dans la section Pause famille

Célébrer l’arrivée de son enfant en 2014

D’une religion à l’autre

Témoignages : la tradition sans la religion

Quelques chiffres sur la religion

Signeriez-vous ce contrat?

Transcontinental, maintenant TC Média, était l’un des bons clients des pigistes. Le contrat que l’on signait était respectueux. Malheureusement, ce n’est plus vrai. Le nouveau contrat de TC Media est indigne de notre travail. Ne signez pas.

Ne signez pas, collègues pigistes, car vous perdez tous vos droits, donc de l’argent à long terme.

Ne signez pas, car vous renoncez à vos droits moraux, à votre intégrité. Et surtout vous perdez votre crédibilité face à toutes les personnes que vous interviewez.

Ne signez pas, car être pigiste c’est aussi être solidaire.

Ne signez pas, car c’est la mort lente et triste du journalisme. C’est la qualité de l’information qui est en jeu.

Ne signez pas, car ces clients qui font signer des contrats indignes pourraient survivre en faisant signer des contrats équitables. Gesca le fait et semble bien s’en tirer. Pourquoi pas TC Média et Québécor?

Ne signez pas. Pourquoi toujours dénigrer et dévaloriser le travail des pigistes?

Ne signons pas et demandons aux journalistes permanents de nous soutenir. Car des pigistes mal payés et mal traités c’est de la concurrence déloyale.

Et vous, est-ce que vous signeriez un tel contrat?

L’AJIQ dénonce ce contrat dans un communiqué

Extraits : La propriété intellectuelle qu’ils conservent sur leur travail constitue le pain et le beurre des journalistes indépendants. Exiger de la céder de façon aussi totale revient à leur couper les vivres, d’autant plus que les tarifs stagnent depuis 30 ans. Quant au droit moral, il garantit l’intégrité de l’œuvre et empêche sa modification sans l’accord de l’auteur et son utilisation à des fins autres que journalistiques, comme la publicité.

« Avec ce contrat, TC Media se hisse d’un seul coup au sommet de la liste des éditeurs québécois les plus méprisants envers les journalistes indépendants. Il est désolant de voir un éditeur qui reconnaissait les droits d’auteur de ses collaborateurs vouloir aujourd’hui les anéantir », a déclaré André Dumont, vice-président à l’AJIQ.

L’AJIQ rappelle à TC Media que les journalistes indépendants fournissent la majorité du contenu de ses publications mensuelles et réitère que de bonnes conditions de travail – tels les 10 principes d’un contrat équitable proposés par l’AJIQ et la FPJQ – sont essentielles à une information de qualité et à une information intègre et rigoureuse, que le public est en droit d’obtenir.

Les appuis aux pigistes sont nombreux et les témoignages de collègues également

Le communiqué de presse d’appui de l’UNEQ

Le communiqué de presse de la CAPIQ dont les photographes pigistes subissent le même sort

Le billet de Mariève Paradis

Le billet de Marie-Ève Martel

Un article de Stéphane Baillargeon dans Le Devoir et une réponse de TCMédia qui dit que la compagnie suit la tendance et doit s’adapter pour survivre.

Du côté du Canada anglais surtout, où la bataille a commencé depuis quelques semaines, ça fait du bruit. Un article du StoryBoard sur les problèmes avec le contrat et la réponse de TCMédia.

Autres billets sur le même sujet

Ne cédez pas vos droits moraux, ne signez pas

Mandat terminé au CA de l’AJIQ
Quebecor: l’arroseur arrosé
Signeriez-vous ça ?
Le journalisme indépendant, une marque, un nom ?
Des nouvelles du contrat de TVA Publications
Christian Vanasse parodie Pierre-Karl Péladeau: délirant
La vie de pigiste à Vous êtes ici.

Ne cédez pas vos droits moraux, ne signez pas!

Régulièrement, des clients (des médias qui publient des journaux et des revues) demandent à des journalistes indépendants de brader leur travail tout en signant des contrats inacceptables. Les droits d’auteurs et moraux de ces journalistes (tout aussi professionnels que les journalistes permanents dans les salles de rédaction) sont bafoués. L’Association des journalistes indépendants du Québec s’en offusque régulièrement et recommande à tous les journalistes pigistes de ne pas signer de tels contrats. J’appuie mon association.

Nos clients, des entreprises de communication, qui devraient se faire une gloire de respecter les gens qui écrivent pour eux, nous demandent au contraire de céder allègrement nos droits d’auteur et pire notre droit moral sur une oeuvre.

Ça veut dire quoi ? Que le client pourra reprendre notre texte pour de la publicité s’il le désire ou la sortir hors de son contexte. Bref, faire ce qu’il veut avec ce qu’on écrit. Si des personnes sont citées et ont été interviewées pour l’article, ça veut dire que leurs propos pourraient aussi être cités lors du contexte. Imaginez votre crédibilité la prochaine fois que vous voudrez leur parler…

Ne signez pas

Ne signez pas. Une journaliste pigiste vient d’écrire un billet pour expliquer pourquoi elle a dû renoncer à sa chronique dans le Toronto Star. Oui il y a encore des gens, des journalistes qui ont des principes et qui renoncent à de l’argent, beaucoup d’argent, une régularité et une chronique que l’on aime faire pour leurs principes. Je l’ai déjà fait à plusieurs reprises dont la fois où j’ai renoncé à un contrat payant et régulier.

Ne signez pas. Depuis quelques jours, c’est au tour de Transcontinental de faire signer un abominable contrat où les journalistes doivent céder leur droit moral sur leur article, entre autres clauses inacceptables.

Ne signez pas. Du côté aussi du Canada anglais, les journalistes pigistes ne signent pas et dénoncent ce type de contrat.

TVA publications l’a fait avant ça et l’AJIQ avait dénoncé ce contrat. Je ne travaille plus pour eux depuis.

Ne signez pas. Ce type de contrat va à l’encontre du travail journalistique qui fait que notre travail pourrait être modifié et utilisé à des fins publicitaires sans notre consentement. Imaginez les gens avec lesquels on fait des entrevues pour les articles. Ils pourraient être cités hors contexte. Notre crédibilité en prendrait pour son rhume.

Ne signez pas. Par solidarité avec tous les journalistes pigistes. Si personne ne signe, notre pouvoir de négociation et celui de l’AJIQ sera plus fort.

Ne signez pas. Le travail des journalistes pigistes n’est pas à vendre à bas prix.

Ne signez pas. Dans ce cas, il vaut mieux faire de la rédaction publicitaire. Au moins on est bien mieux payé et c’est transparent et clairement de la publicité.

Autres textes sur le journalisme et les contrats
Mandat terminé au CA de l’AJIQ
Quebecor: l’arroseur arrosé
Signeriez-vous ça ?
Le journalisme indépendant, une marque, un nom ?
Des nouvelles du contrat de TVA Publications
Christian Vanasse parodie Pierre-Karl Péladeau: délirant
La vie de pigiste à Vous êtes ici.

flyerajiq

Verdir en étant délinquant

On pourrait aussi appeler ça du verdissement illégal… J’étais à Médium Large ce matin avec Marie-Claude Lortie pour parler de désobéissance écologique ou de guérilla jardinière. Ça s’écoute par ici et voici mes notes et de nombreux liens pour aller voir plus loin. Un sujet passionnant.

Il n’y a pas que le couple de Drummondville qui pratique la désobéissance par rapport aux règlements municipaux ou autres sur le verdissement. Plusieurs citoyens et groupes communautaires décident aussi de verdir, embellir pour limiter les espaces bétonnés, asphaltés et les terrains vagues, surtout en ville.

En fait la guérilla jardinière est née à New York dans les années 70 quand des gens se sont aperçus que des plants de tomates poussaient à travers des déchets et débris sur un terrain vague abandonné depuis presque 30 ans. C’est devenu le Clinton community Garden qui existe toujours.

Ces méthodes ont pour divers objectifs : verdir pour limiter les îlots de chaleur qui favorise les hausses de température en ville (surtout durant les canicules), pour limiter les inondations ( l’eau ruisselle sur l’asphalte et le béton alors qu’elle est absorbée par la terre des espaces verts), et diminuer la pollution ( les arbres absorbent le gaz carbonique)

Roger Doiron, directeur de potager sans frontières a lancé la pétition pour soutenir le couple jardinier de Drummondville. C’est aussi celui qui a encouragé le couple Obama à avoir un potager à la Maison-Blanche.

Des exemples de verdissement ou d’embellissement :

-Le plus populaire : les bombes de semences : on envoie des boules de terre et d’argiles avec des semences dans des terrains vagues. Quelques exemples à Montréal, mais peu répertoriés.

D’ailleurs des ateliers de bombes de semences sont donnés lors de divers événements, comme à la Sustainability Fair at Concordia, au centre d’écologie urbaine de Montréal et plusieurs autres groupes.

-Le centre canadien d’architecture offrait un atelier le 14 mars dernier, en collaboration avec Dare-Dare (en anglais et français)
-Autre exemple, des grains de fleurs ont été semés à Paris dans les parcs en friche avec de la pelouse en mai dernier.

-Semences indigènes,des plantes qui vivent partout. On les fait avec de l’eau et de l’argile. C’est mieux de les lancer un jour de pluie.

-Un quartier au sud-est de Londres, Deptford, où le jardin de fleurs a été détruit début juillet au grand dam des voisins qui l’ont semé et l’entretenait.

Un site anglais Kabloom vend des bombes de semences toutes prêtes. Mais il faut choisir des semences indigènes pour ne pas déranger l’écosystème. Mauvaise idée de les faire venir d’Angleterre.

-À Toronto, on a Public Space, un regroupement qui organise de la guérilla jardinière, dans les lieux publics, carrés d’arbres.

-Il y a aussi le Collectif de recherche sur l’aménagement paysager et l’agriculture urbaine durable (CRAPAUD) de l’UQAM qui a été actif dans le dossier des poules, mais dans l’aménagement d’espaces non choyés pour les verdir. Ils ont fait de la guérilla jardinière en 2007 pour se faire connaître. C’est ainsi qu’ils ont convaincu l’UQAM de convertir certains terrains vagues ou en pelouse ou des toits en potagers.

Dans ce billet, Sheena Swirlz parle de toutes les formes d’art et de verdissement dans la rue qui peuvent exister. Il y en a beaucoup et toutes ces photos sont prises aux États-Unis. Il y a aussi les graffitis verts, une sorte de mousse. Les embellissements de rues comme le remplissage des nids de poule se pratique aussi. Une troupe de théâtre l’a fait pour Pâques sur la rue Masson le printemps dernier.

– Il y a aussi un potager « interdit » dans Pointe-Saint-Charles, à côté du marché Atwater.

-Un potager illégal de pommes de terre dans un terrain vague a aussi été menacé de démantèlement à Calgary au printemps, voir le reportage de Radio-Canada.

– Les citoyens veulent souvent pouvoir occuper des terrains vagues qui sont totalement inoccupés. C’est arrivé dans Rosemont coin Laurier et Charlemagne. Des citoyens entretenaient un terrain vague en y plantant des arbres. Ce terrain appartient à la ville qui l’a vendu à un promoteur immobilier. Ce dernier va raser les arbres pour y construire des condos. C’est le revers de la médaille. Voir mon article
-Le verdissement des carrés d’arbres : plusieurs citoyens prennent en charge les carrés d’arbres en y plantant des vivaces, annuelles ou même des légumes. Mais c’est légal… ou du moins encouragé dans la majorité des arrondissements.
L’exemple de Trixi Rittenhouse qui s’occupe de ces carrés d’arbres, qui plantent des vivaces un peu partout dans les rues de Montréal, mais a aussi fabriqué des personnages qui embrassent les arbres. Voir cet article de Sylvie St-Jacques dans La Presse.

-Certains citoyens ont décidé d’enlever l’asphalte de leur trottoir: c’est ce qu’a fait mon voisin, durant la nuit il y a plus de 4 ans, dans Rosemont. Il y a planté des fleurs, de la verdure. Les voisins d’en face l’ont imité jusqu’à ce qu’un inspecteur de l’Arrondissement vient les voir et leur donne finalement l’autorisation. Maintenant chaque citoyen de Rosemont peut demander l’autorisation d’enlever l’asphalte du trottoir et verdir ainsi. Voir l’article de RueMasson sur le sujet.
Ces mêmes voisins ont aussi décidé d’enlever une bande de béton de la ruelle pour y planter des arbustes, vivace sans autorisation. Encore une fois l’inspecteur de l’Arrondissement est venu et ils sont passés à deux doigts d’avoir une amende, car une ruelle fait partie du domaine public. Maintenant l’Arrondissement de Rosemont (et plusieurs autres) encourage les ruelles vertes et casse le béton…

Autre exemple de potager devant une maison à Sherbrooke, celui d’André Nault, le fondateur des Ami-E-s de la terre de l’Estrie.

Il y a aussi les chèvres urbaines pour désherber, mais aussi pour le lait. À Vancouver, Victoria, Eugene (mais interdit), etc. À quand les chèvres à Montréal ?

D’autres liens intéressants

Le site Guerrilla Gardening (en anglais – de Londres)

Public space à Toronto

Le potager de Drummondville

Des exemples d’art et de verdissement dans la rue

Un exemple de verdissement de trottoir à Montréal

Le yarnbombing ou bombardement de fils à Montréal

Un exemple de verdissement contagieux dans le Vieux-Rosemont

Les ruelles vertes mode d’emploi dans Rosemont

Article : enlever l’asphalte du trottoir

Lettre de Yannick Gélinas sur le potager de Drummondville et le mouvement en Californie

Le jardinier urbain

Des œufs de pâques dans les nids de poule dans Rosemont

Le centre d’écologie urbaine de Montréal

Un premier prix en journalisme !

Jeudi dernier lors du Gala des Grands Prix du journalisme indépendant, RueMasson.com, le média que j’ai créé avec quatre amis a gagné son premier prix grâce au dossier de Stéphan Dussault sur l’Empire Shiller. Joie et bonheur pour notre bébé qui a seulement deux ans et n’a pas de grands moyens.

Par ailleurs, de mon côté, j’ai gagné le prix pour la recherche audio/vidéo pour cette discussion de l’Après-midi porte conseil. Un premier prix aussi.

Écrire gratuitement dévalorise l’écriture, le métier… (MàJ no2)

Des gens acceptent d’écrire en échange de visibilité. Ils acceptent de ne pas être payés. Est-ce que la visibilité est devenue une nouvelle monnaie ? Comment les fournisseurs de contenus, surtout les pigistes, peuvent ensuite négocier un tarif ? Comment justifier de se faire rémunérer alors que des personnalités ne l’exigent pas ? Pourquoi le contenu a de moins en moins de valeur ?

Le débat fait rage depuis l’annonce du Huffington Post Québec qui fera appel à une armada de blogueurs, des personnalités, qui ne seront pas payées. Simon Jodoin a parti le bal, puis en a rajouté. Renart Léveillé a plutôt proposé aux blogueurs de participer à son site Le Globe, sorte de un Huff Post Québécois qui n’offre pour le moment ni salaire (MÀJ : pas encore mais c’est dans les plans), ni visibilité (MÀJ : Pas aussi grande que celle du HPQ), mais qui espère générer des revenus. Puis Le Voir est intervenu en soulignant que ses blogueurs étaient payés. 5$ pour 1000 clics…

Est-ce qu’un plombier, un caméraman, un avocat, un maçon, un ingénieur, un imprimeur, un graphiste, un politicien travaille gratuitement ? Demande-t-on à notre comptable, notre épicier, Hydro ou notre banquier si on peut le payer en visibilité ? Pourquoi des journalistes, des blogueurs, des écrivains devraient écrire gratuitement, toujours.

Écrire est un métier. On l’oublie trop souvent. Ça ne veut pas dire que plein de gens ne peuvent pas écrire pour le plaisir, le web le permet. Avant, on écrivait dans un journal intime, ou on écrivait sur le coin du feu. Maintenant, tout le monde se met à écrire, et surtout à donner son opinion. Le web a permis à des blogueurs de se faire lire, de donner son opinion, ou pas. Tant mieux.

Mais écrire est aussi un métier, je le répète. C’est un travail et tout travail mérite rémunération, à quelques exceptions près. Si j’écris gratis, comme je vais vivre ? Si tout le monde se met à écrire gratis, pourquoi engager des journalistes, des chroniqueurs et des blogueurs ? Pourquoi les payer ?

Heureusement des clients comme Radio-Canada, Coup de Pouce, L’actualité, MSN, Yahoo, Elle Québec payent pour écrire sur le web. J’ajoute Branchez-vous, même si les tarifs sont ridiculement bas. Outre le HPQ, il y a aussi Urbania qui ne payent pas les gens qui écrivent dans la revue. Une revue qui est vendue.

Nathalie Collard le dit aussi : tout travail mérite une rémunération.

«Voilà pourquoi la participation de personnalités bien en vue comme Amir Khadir, Françoise David (ces derniers ont finalement décidé de ne pas participer), Steven Guilbault ou Bernard Drainville, des gens identifiés à la gauche ET un ancien journaliste, soulève l’ire de la communauté journalistique. En acceptant de bloguer gratuitement, ils participent à la dévalorisation du travail d’écriture et de production de contenu pour lequel des associations comme l’AJIQ (Association des journalistes indépendants du Québec) se battent depuis des années.

En acceptant de bloguer bénévolement, ils donnent raison à la logique de Mme Huffington: tes mots, ton opinion en échange d’une certaine visibilité. Ce faisant, ils oublient un principe primordial.
Tout travail mérite salaire. »

Et ça se bouscule pour écrire gratis
Dans le Devoir, Pat White, l’éditeur du Huffington Post Québec souligne que les blogueurs se bousculent pour écrire gratuitement pour une entreprise rachetée 300 millions par AOL. Pas pour un organisme sans but lucratif. Pas une entreprise qui a du mal à joindre les deux bouts.

Plusieurs personnes que je connais écriront pour le site web. Projet J a été le premier à dévoiler quelques noms, Françoise David, Amir Khadir, Steven Guilbeault, Normand Baillargeon, Évelyne de la Chenelière, Jean Barbe, Djemila Benhabib, Charlotte Laurier, Bernard Drainville, Yves-François Blanchet, Louise Harel, Philippe Couillard, Michel Kelly Gagnon, Louis Bernard, Jean-Philippe Warren, Pierre Curzi et Bruno Guglielminetti, puis Jocelyne Robert est sortie du placard et explique qu’elle n’offrira pas du contenu original au HPQparticipera, mais qu’on n’exige pas seulement du contenu original, , puis Marc-François Bernier, un professeur, observateur de la scène journalistique. Il souligne qu’il a toujours offert ses analyses et opinions gratuitement aux médias.

Dans un article de la Presse
, le député Yves-François Blanchet souligne qu’il s’agit du même type d’opinion qu’une lettre ouverte dans les médias. Alors dans ce cas, que le HPQ réserve une place identifiée comme étant des lettres d’opinions des politiciens. Mais une chronique régulière ? Non.

Projet J souligne que le Voir s’indigne donc et paye ses blogueurs… 5$ pour 1000 clics, ce qui correspond en gros à un salaire moindre que le salaire minimum. Sans oublier l’historique de Voir avec les pigistes, qui n’est pas très glorieux. Bref, avant de s’offusquer, il serait bon de faire le ménage dans sa propre cour.

Et pour finir, outre les tarifs décents, on doit aussi offrir aux pigistes des contrats équitables et des conditions respectueuses. C’est pour ceci que l’Association des journalistes indépendants du Québec (AJIQ) se bat pour obtenir la négociation collective. Pour avoir des conditions minimums décentes. Ce qui n’est pas le cas en ce moment.

Plusieurs ont abordé le sujet
Nadia Seraicco parle du fait qu’on attire des personnalités pour bloguer, car ceux-ci attirent la publicité. On ne paye donc pas ceux qui permettent que le site soit rentable.

Patrick Lagacé compatit avec les pigistes, mais n’est pas trop hérissé par le fait que les blogueurs travaillent gratis.

Martin Lessard a parlé de l’effet de l’arrivée du HuffPost sur le visage médiatique québécois sur Triplex.

Même débat en France où les blogueurs ne seront pas payés. Rue89 en parle.

MÀJ : ça continue à jaser sur le sujet. Mario Asselin analyse le sujet et a finalement décidé de ne pas écrire pour le HPQ. Il se demande si la quête de visibilité justifie d’encourager n’importe quel modèle d’affaires. Michel David pointe du doigt Amir Khadir.

Mise au point: J’écris sur mon blogue perso ici pour le plaisir, pour moi, c’est mon coin. Mon choix.

J’ai co-fondé RueMasson.com avec quatre amis pour le plaisir et pour créer un nouveau type de média, notre propre entreprise. Pour le moment, nous ne nous payons pas. Nous ne payons pas les journalistes bénévoles très généreux qui écrivent pour nous. L’argent que l’on fait avec la publicité, on le dépense pour la logistique, l’administration, des flyers et j’en passe. Le jour où nous, les propriétaires, commenceront à se payer, les autres journalistes seront aussi payés. L’un n’ira pas sans l’autre. Il serait vraiment triste de ne pas arriver à développer un modèle d’affaires qui ne pourrait financer le contenu, mais je suis certaine qu’on y arrivera avec le temps. Une entreprise n’est pas toujours rentable du jour au lendemain, surtout dans le monde des médias.

Peut-on tout diffuser sur le web ?

Je suis très médias sociaux, mais parfois les limites que franchissent allégrement les internautes me renversent. Je vois circuler sur le web la vidéo d’un jeune homme (non je ne mettrais pas le lien) qui exige d’être traité différemment, car il clame que son père est riche. Le jeune homme est visiblement ivre, peut-être même mineur. Il est niaiseux, comme ça arrive souvent quand on est jeune et saoul.

Peu importe. Je ne comprends pas la personne qui a posté cette vidéo sur You Tube niant ainsi tout droit au jeune homme. Évidemment, il était dans un lieu public. Sauf qu’il est saoul et ça se voit. Peut-on l’épargner au lieu de jouer à l’intimidateur? Oui oui c’est de l’intimidation, situation que la société décriait il y a quelques semaines à peine.

Cette vidéo n’est pas une nouvelle, enfin pas à première vue. Bref, ce n’est pas la première fois qu’un fils de riche tente de profiter de son statut social et on voit très bien sur la vidéo que ça ne fonctionne pas.

Si au moins on lui avait masqué le visage.

Et je ne parle même pas des commentaires qui suivent la vidéo. Insultant, dégradant et plus.

Alors svp, on ne partage pas cette vidéo… Car peut-on tout diffuser sur le web ?

Mais j’aurais une question pour les avocates Véronique Robert ou Catherine Morissette : Est-ce que l’auteur de cette vidéo pourrait être poursuivi pour l’avoir diffusée sur le web ? Il y a l’affaire Vice-Versa c. Aubry en 1988 et l’affaire Corriveau c. Canoe.