Vous pensiez que les auteurs étaient riches? (Ajout)

Pas vraiment. Écrire un livre ne rend pas riche, même si des centaines de personnes continuent d’envoyer des manuscrits aux éditeurs comme le racontait Jean Barbe dernièrement. Sauf quelques exceptions rares au Québec dont Marie Laberge et Michel Tremblay qui gagnent leur vie en écrivant. (AJOUT: il y en a d’autres, mais je ne voulais pas faire une liste et me tromper, j’ai ciblé les plus connus).

Et puis même. Un livre peut se vendre une année, mais pas les années suivantes. Voici donc le chèque que j’ai reçu pour mes droits d’auteur de mon premier livre l’écolo écono pour la période octobre 2009-octobre 2010. Le livre est paru en octobre 2007. 48,18 $. De quoi me payer un bon souper, sans le vin. Une amie croyait lire 481 $ quand je lui ai montré le chèque. Elle n’en revenait pas. Et je vous rassure, ce livre ne m’a rapporté qu’environ 2300 $ au total, plus les 48,18 $ reçus. Heureusement que le livre a été publié en France où les avances triplent. Les droits d’auteur aussi si on compte les 63 millions de Français acheteurs potentiels par rapport aux 7 millions de Québécois.

Et je n’ai rien touché pour mes deux autres livres, l’écolo écono junior et les pollutions invisibles. Car je n’en ai pas vendu assez. Le montant des droits d’auteur ne dépassent pas l’à-valoir (avance) de 1000 $ que j’ai reçu pour les écrire. Quand on compte les heures de recherche, les heures pour écrire, les heures de promotion (on n’est pas payée quand on fait des entrevues lors de la sortie d’un livre), les heures dans les salon du livre ( pas payée non plus), il ne faut pas faire le calcul du taux horaire sinon on déprime. Il faut compter en terme de visibilité, crédibilité, etc. sinon on n’écrit plus.

Savez-vous combien touche un auteur sur le prix de vente du livre ? En moyenne, 10 % du prix de vente. Faites le calcul. Sur un livre comme l’écolo écono vendu à 14,95 $, c’est 1,49 $ par livre dans ma poche. Le reste est pour l’éditeur (qui est celui qui prend les risques et avance l’argent), le distributeur et le libraire (ces deux derniers touchent la plus grosse partie, mais je ne me risquerai pas dans les chiffres). AJOUT: pour les livres jeunesse avec des illustrations, l’auteure partage ce 10 % avec l’illustrateur. Normal, car les illustrations sont aussi importantes que le texte)

Et quand on sait que 80 % des livres sont vendus dans les grandes surfaces comme le Club Price, Walmart, Jean Coutu et cie, on comprend pourquoi ce sont toujours les mêmes qui cartonnent. Car ces grandes surfaces cassent les prix (il n’y a pas de prix uniques au Québec comparativement à la France) et ne vendent que les plus gros vendeurs. Ne cherchez pas mes livres au Club Price, Walmart (sauf le Pirate des caramels) ou Jean Coutu. Ils n’ont pas été assez vendus pour s’y trouver. Et dans les librairies, les livres les moins vendus sont cachés dans les étagères du fond.

Bref, si vous songez à écrire pour devenir riche, un conseil, achetez un billet de loterie, votre chance sera multipliée par deux. Et n’écrivez pas des livres qui parlent d’environnement.

AJOUT: Je n’ai pas parlé de mes livres jeunesse, le Pirate des caramels. Ce n’est pas aussi pire, mais ce n’est pas la mer à boire. J’ai dépassé mon avance d’environ 200 $ d’après mes souvenirs pour les deux premiers. Les avances sont généralement de 1 000 $.
Mais plusieurs de mes collègues auteurs me soulignent que les avances ne semblent pas la norme. Plusieurs auteurs n’ont pas d’avance… Ils ne touchent leurs droits d’auteur qu’un an après la sortie de leur livre. Alors qu’ils y ont travaillé plus d’un an avant cette sortie. Parfois plus.

Et plusieurs ne reçoivent rien pour faire les salons du livre. Ils payent leur hébergement et leur transport. Comment font-ils ? Ils ont une autre job et carburent simplement à la passion et au bonheur.

Car les droits d’auteur nous parviennent généralement une fois par an, selon les ententes et les contrats.

Et je vous encourage à aller voir le blogue de l’auteur François Bélisle que nous réfère Annie Bacon. Il dévoile ses chiffres de vente.

Et je connais plein de nouveaux auteurs qui se disent qu’ils vont faire différent. Certains perceront, surtout s’ils publient en France. Mais pour un qui perce, combien restent sur le quai ?