La Gaspésie en ski, yoga, raquettes et massage

Un paysage féérique. Photo: Cécile Gladel

Je viens de passer quatre jours en Gaspésie au Gîte du Mont-Albert invitée par la Sépaq. Du pur bonheur. J’y serais restée une semaine. C’est le sujet de mon premier billet sur Copines en cavale. Je parle des diverses activités offertes sur place. Du pur bonheur. Hiver comme été.

Pour voir le diaporama des photos de mon séjour
<a href="

Gîte du Mont-Albert – 28-31 janvier 2011

« >

Car j’y étais passée en juillet 2009 lors de mon tour de la Gaspésie avec la Sépaq. Toute une différence de découvrir le Gîte recouvert de neige. Le jour et la nuit.

Les joyeux raquetteurs. Photo : Cécile Gladel

Pour en lire un peu plus sur la Gaspésie, ma collègue Stéphanie Morin de la Presse était du même voyage que moi. Elle a fait du ski, pendant que je faisais de la raquette. Car en ski, je suis plutôt de type très débutante…

Aussi les textes de Roger Laroche sur le Carnet du ski.

Le voyage était organisé et payé par la Sépaq.

Discriminatoire les centres sportifs réservés aux femmes?

Question qu’on doit se poser puisque ces centres sont très populaires et existent un peu partout au Québec. Certaines femmes s’y plaisent, d’autres, comme moi, n’apprécient pas. J’étais abonnée à Énergie Cardio pendant 5 ans. Au cours des quatre premières années, je fréquentais le centre mixte du Nouveau Rosemont. Parfait. Quand j’ai déménagé dans le coin de la rue Masson, j’étais heureuse de constater qu’un Énergie Cardio venait d’ouvrir. Pas pour longtemps. Ce gym est réservé aux femmes. J’ai dû payer un supplément à mon abonnement pour y avoir accès. En plus, j’avais moins de cours qu’à mon ancien Énergie Cardio. J’ai comblé en fréquentant celui de Mont-Royal et mon ancien gym. Quand je me suis débarrassée de ma voiture, ça ne fonctionnait plus. Je n’ai pas renouvelé mon abonnement. Les centres réservés aux femmes ne me conviennent pas.

J’en ai fait un texte sur RueMasson.com où j’ai consulté des avocates, la Commission des droits de la personne, Énergie cardio et des femmes qui fréquentent ces gyms. On fait le tour de la question. À lire.

Des femmes en 4X4 dans le désert !

Véronique Savoie et sa pilote Naïsa Beaupré-Parent avant leur départ

L’une de mes amies, Véronique Savoie participe au trophée Roses des sables dans le désert du Maroc. Avec sa pilote, elles se classent 51e et elles sont toujours dans la course. Pas mal sur un groupe de plus de 200 équipages.

Le trophée Roses Des Sables n’est pas une course dans le désert comme le Paris-Dakar, mais se base sur l’orientation dans le désert et le franchissement des dunes. C’est un rallye réservé aux femmes.

J’ai quelques problèmes avec le rallye Paris-Dakar et sa responsabilité envers les peuples du désert, la pollution et les déchets laissés sur place. Le trophée Roses Des Sables se distingue par son action humanitaire et écoresponsable. Mais peut-on vraiment être écoresponsables quand on parcourt le désert en 4×4 et quad ? Je ne sais pas, mais toute vie humaine a un impact sur l’environnement… Le fait que ce ne soit pas une course qui tient compte de la vitesse est un atout. Moins de consommation d’essence et plus de respect des populations locales.

Avant qu’elle ne parte, Véronique a répondu à quelques questions. J’ai bien hâte de lui poser des questions à son retour. Le rallye se termine le 18 octobre. Les participantes pour fêter le plaisir d’avoir relevé un super défi. Ça me donne envie de m’y inscrire l’an prochain. Avec un 4X4 hybride ? Pourquoi pas ? J’ai toujours adoré conduire et rêver d’être pilote de Formule 1 !

En quoi consiste cette course ?
C’est un rallye automobile 100 % féminin, avec un but humanitaire. Chaque équipage doit apporter 50 kg de matériel pour les enfants du désert.

Pourquoi tu as décidé d’y participer ?
Pour l’Aventure et le défi ! Voir de quoi je suis capable ! Que les filles aussi peuvent faire des sports extrêmes ! Car toute la préparation avant est tout de même extrême. Il faut se vendre aux entreprises pour avoir des commandites.

Comment ça se déroule sur place ?
Pendant le rallye on est vraiment à la charge de l’organisation. Les déjeuners et soupers sont inclus au bivouac.
Tous les matins nous recevons un road book, donc il faut se rendre d’un CP (check point) à l’autre pour finir au bivouac avant la nuit.
Nous avons une journée d’autonomie totale, donc on s’organise nous même avec notre souper et notre déjeuner et notre dodo ! 🙂 On va coucher dans une tente en plein milieu du désert ! Il y a un gala à la fin du rallye. La location du 4×4 est à notre charge et nous devons faire les démarches pour le trouver !

Comment tu t’es préparée ?
J’ai eu un cours de boussole et ma pilote Naïsa s’est acheté un 4×4 et elle s’est pratiquée dans des pitt de sable !
Mais on n’a pas besoin d’être sportives pour participer à ce rallye, contrairement aux Gazelles.
On a besoin à mon avis d’être assez forte de caractère !

Qu’est-ce qui a été le plus difficile dans la préparation ?
Se vendre ! C’est très dur de vendre son projet ! Personne ne veut investir dans un rêve de deux filles qu’ils ne connaissent pas ! La grande majorité des commandites que nous avons eues, ce sont des gens qui nous connaissent ! Le trophée n’est pas beaucoup connu au Québec, malgré que Sylvie Fréchette soit participante et porte-parole cette année.

Quel est le défi de participer à un tel projet ?

Le réaliser et le vivre ! Penser le faire c’est une chose, mais commencer les démarches c’est vraiment beaucoup de chose à penser !

C’est une deuxième job à temps plein ! Nous avons décidé de le faire en mai dernier alors que certaines équipes s’y préparent des mois d’avance même des années ! Nous on s’est donné un stress supplémentaire en le faisant à la dernière minute ! C’est maintenant ou jamais ! Est-ce qu’on pourra l’an prochain? On ne le sait pas, là on peut ! Donc on se lance dans cette aventure ! C’est l’aventure d’une vie !

Les dangereuses portières des automobilistes imbéciles !!!

Chaque fois que je prends mon vélo, je risque ma vie. Je sais. Pas besoin de pédaler pour ça. Mais un danger guette les cyclistes à cause de l’insouciance (et je suis polie) des automobilistes. Cette menace s’appelle les portières d’automobile que l’on ouvre sans regarder si un cycliste arrive. Ces portières qui s’ouvrent sans crier gare devant notre guidon, nos roues, notre vélo, notre vie. C’est un coup de gueule, car j’en ai marre de risquer ma vie à cause d’une étourderie, d’un oubli.

Chers automobilistes, vous savez que ces portières peuvent nous blesser gravement et même nous tuer. Bordel. Pourtant un simple geste peut l’éviter. Très simple. Avant d’ouvrir une portière, regardez en arrière, utilisez votre rétroviseur, vérifiez qu’aucun cycliste n’est en vue. C’est obligatoire. Ne pas le faire est une infraction. « Il est de la responsabilité de l’automobiliste de regarder avant d’ouvrir sa portière pour s’assurer que la voie est libre : cela est indiqué dans le Code de la sécurité routière.»

Une portière s’ouvre devant moi chaque fois que je prends mon vélo. Chaque fois, je dois rappeler à un automobiliste qu’il doit faire attention aux cyclistes. Quelques-uns s’excusent, certains vocifèrent, d’autres m’insultent. Le dernier date d’hier. Je montais la rue Fullum. J’attaquais la dernière côte. Je roulais donc lentement, je montais, dois-je vous rappeler. Pourtant, un papa m’a ouvert sa portière en pleine face et m’a engueulée. Il a grogné. J’allais si lentement que j’ai pu l’entendre… Je vous le rappelle, je montais.

Chaque jour, une portière manque de me frapper et je suis fatiguée de toujours répéter la même chose. Je suis même fâchée de devoir répéter qu’une portière peut tuer, peut blesser sérieusement. Que faudra-t-il faire pour que ça rentre enfin dans la tête des automobilistes ???

Le geste est simple. Regardez, crime. Ce n’est pas compliqué de prendre 5 secondes pour jeter un oeil dans le rétroviseur. Car la cycliste pourrait être votre ami, votre enfant, votre père ou votre mère. Car il n’y a plus d’excuse. Les automobilistes n’ont plus d’excuse. C’est tout.

Et ne me dites pas que c’est encore la faute du cycliste. Ce n’est tout de même pas lui qui ouvre votre portière.

Ah oui, une dernière petite chose. Quand vous doublez un cycliste, si vous vous rabattez immédiatement, ça s’appelle une queue de poisson. Vous coupez la route au cycliste. Car figurez-vous que le cycliste avance réellement. Oui oui même sans moteur, il avance, il bouge. Alors on lui laisse la place de passer, surtout quand vous vous arrêtez à un feu de circulation 10 secondes après l’avoir doublé. Car dans ce cas, il vous doublera, surtout dans une circulation dense. Il vous doublera par la droite. N’oubliez pas, le cycliste sera généralement à votre droite et il a la priorité, même quand vous tournez à droite.

La folie du football culmine avec la finale

C’est aujourd’hui que la folie du football se termine. Finale de la Coupe du monde entre les Pays-Bas et l’Espagne. Je n’ai pas vraiment de parti pris. Peu importe le gagnant, ce sera une première. Aucune de ces deux équipes n’a jamais remporté le trophée. Car la liste des gagnants est quand même assez courte.

Le Brésil est au sommet, c’est l’équipe qui l’a remporté le plus souvent. Cinq fois. D’ailleurs, le premier trophée est la propriété exclusive de ce pays après qu’il l’a remporté trois fois. Mais le trophée original a été volé au Brésil et jamais retrouvé. Les autres gagnants : l’Uruguay (2 fois), L’Italie (4 fois), L’Allemagne (3 fois), l’Argentine (2 fois), l’Angleterre et la France, une fois chacune. Ce soir on en aura un septième.

Le patriotisme espagnol
Les Espagnols et les Néerlandais se sentiront exactement comme les Français en 1998. J’entendais à RDI que le patriotisme espagnol n’avait jamais été aussi fort. Après avoir vécu longtemps sous le joug du régime de Franco, le patriotisme a été mis en sourdine, comme en France après la Seconde Guerre mondiale. Et comme les Français l’ont vécu en 1998, les drapeaux espagnols sont en verve. Attendez-vous à une explosion complète et totale s’ils gagnent. Madrid et toute l’Espagne sera folle comme l’a été Paris et la France. À suivre.

Des bagarres au hockey, mais pas au foot
Cet après-midi, je regarderai le match. Évidemment, je ne serai pas aussi émotive qu’il y a quatre ans lors de la finale France-Italie et le fameux coup de boule de Zidane. Il est certain que le foot peut être violent. Mais les bagarres sont rares, alors qu’au hockey c’est une véritable tradition. Maudit. Je déteste les bagarres. C’est puéril, enfantin, moron, ça ralentit le jeu, ça fait homme des cavernes, etc.
Et les femmes ?
Comme dans de nombreux sports, les femmes sont totalement absentes. Sauf pour parler des femmes des joueurs comme au hockey. Pourtant, les femmes jouent aussi au foot. Il y a une Coupe du monde, mais elle ne bénéficie pas de la couverture de la Coupe du monde des hommes. Pourquoi ne pas faire ces deux événements en même temps comme pour le tennis ? Les femmes se disputeront le trophée en 2011 en Allemagne.

Le drame de 1982
Parlant de Coupe du monde. Mon premier souvenir fort date de 1982. Même si Maradona et la victoire de l’Argentine en 1978 sont vagues. Mais en 1982, je pleurais devant le petit écran lorsque la France est passée du paradis à l’enfer. Menant 3-1 face à l’Allemagne, l’équipe de France s’est fait remonté 3-3 pour se faire battre aux tirs au but… Dramatique. Défaite injuste surtout. Car le drame s’est déroulé lors de la deuxième mi-temps quand le gardien allemand, Schumacher, a frappé le défenseur français Patrick Battiston, le laissant K.O. Le scandale ? Il aurait dû avoir un carton rouge, être expulsé. Il n’a rien eu. Même pas un carton jaune ou une faute. Bref une cicatrice pour la France entière. Heureusement, la victoire de 1998 a quelque peu mis un baume sur ce drame.
Voici un intéressant reportage avec les commentaires des joueurs 25 ans plus tard. Intéressant.

J’aurais voulu être une pilote de F1… mais je suis une femme… (AJOUT)

Verra-t-on un jour une femme sous ce casque ? Photo : Cécile Gladel

Périodiquement, quelques femmes ont tenté leur chance en Formule 1. Un article dans la Presse en fait la liste et a réveillé mon vieux rêve. J’ai toujours voulu être journaliste. Aucun autre métier n’a attiré mon attention. Jamais. Sauf un. J’aurais voulu être une pilote de F1. Vraiment.

On comprend que mon premier métier de rêve a été plus facile à réaliser que le deuxième… Je n’ai jamais eu le début d’une chance de percer en F1. Mes parents n’avaient pas les moyens de me payer du karting. Pourtant, j’habitais en Auvergne, proche de Clermont-Ferrand, la ville de Michelin. Mon père m’a seulement permis de piloter le tracteur très jeune, maigre consolation, de gabarit différent d’une formule 1, puis m’a appris à conduire une « vraie » voiture dès l’âge de 14 ans. Bonheur ou torture, puisque je ne pouvais conduire « sur la route » avant d’obtenir mon permis, quelques jours à peine après mes 18 ans. Autant vous dire que je piaffais d’impatience, en parcourant les chemins de terre autour de chez moi… et quelques rares incursions sur la route. Sans permis. Vive la campagne.

Plus de 30 ans après le début de ma passion pour la F1, les femmes en sont toujours exclues. Sauf pour la décoration. Les femmes sont largement utilisées pour les publicités en tout genre. La pitoune fait encore les jours heureux des chars. Pourtant, les femmes s’intéressent à la Formule 1 comme sport tel que le démontre le site Femin-F1 que j’ai découvert il y a deux ans.

C’est vrai que des femmes se pointent dans les écuries dans des postes autres qu’attachée de presse. Mais on présente encore la grille de départ avec des pitounes légèrement habillées à titre de porteuse de drapeau, pendant que quelques femmes sont ingénieures, directrice d’écurie et autres.

Ne nous y trompons pas, malgré ces quelques avancées, on est loin du moment où une femme fera son entrée en F1. Alors que les hommes y font leur apparition dès l’âge de 20 ou 21 ans parfois, Danica Patrick, pilote de Indy depuis plusieurs années, semblent devoir faire ses preuves à la dure avant de penser peut-être intégrer la reine des courses automobiles.

Dans l’article de la Presse, le patron du Grand prix du Canada, François Dumontier, pense que la résistance physique des femmes a joué dans leur absence. Je ne suis pas tout à fait d’accord. C’est une raison facile et une bonne excuse. Une excuse acceptable dans les cas de force physique. Mais la résistance physique qui est primordiale en F1 et non la force physique (les pilotes de F1 sont assez petits et minces) ? J’en doute. Je crois que les femmes sont pratiquement aussi résistantes que les hommes. La preuve ? Les temps des femmes dans les marathons et les longues distances se rapprochent des hommes.

Au contraire, il semble que les femmes qui ont tenté leur chance en F1 n’ont jamais eu la moindre chance de faire réellement leurs preuves à cause d’une voiture beaucoup moins compétitive que celles dont bénéficient les hommes. On ne leur a jamais donné la chance de montrer leur talent de pilote. Prenez Michael Schumacher et ses performances cette année. Il n’a pas le même type de voiture qu’à l’époque de sa domination avec Ferrari. Il ne gagne pas. On aurait déjà montré la porte à une femme qui donnerait le même type de performance.

Bref, si on donnait la même chance aux jeunes femmes qu’aux jeunes hommes qui arrivent en Formule 1, ce serait plus équitable. Un jour, peut-être qu’une écurie voudra profiter des retombées marketing de l’arrivée d’une femme qui fera plus que de participer aux qualifications. Quand est-ce que Danica Patrick ou une autre fera une saison complète en F1 ?

En attendant, voyez le reportage de Philippe Crépeau de Radio-Canada sur mon amie Katia Bohémier qui est l’une des seules femmes commissaires de la FIA au Québec et sur le circuit de F1. Katia occupe de poste bénévole depuis 12 ans. Je parlais d’elle et de son rôle il y a trois ans.

AJOUTS
J’ajoute ce site britannique, Girl racer sur les femmes en course automobile.

J’ajouterai aussi la pilote de rallye française, Michèle Mouton qui a gagné plusieurs rallyes dans les années 80 alors qu’elle était en compétition contre des hommes.

Autres billets sur les femmes et la F1
Montréal et la F1: un mariage gagnant, mais pas pour les femmes.

Tour la nuit = embouteillages monstres (MAJ)

L'embouteillage du parc Maisonneuve

C’était un Tour la nuit cycliste hier dans les rues de Montréal. Un prélude au Tour de l’île de dimanche. J’aime et j’ai participé. 20 km dans les rues de la métropole fermées et sans voiture, un délice. Mais à voir les embouteillages et les voitures au pas-à-pas un peu partout en se rendant vers le départ, de nombreux automobilistes ont dû pester contre les maudits vélos. Même les policiers semblaient à bout de nerfs. Sauf les automobilistes le savent et ont aussi la responsabilité de s’informer.

Alors, que fait-on pour éviter cette congestion annuelle ? On dirait que tout le monde se souvient du Tour de l’île de dimanche, mais qu’on oublie le Tour la nuit et qu’on se fait prendre dans la prison des multiples rues fermées. Si je fais du vélo, si je n’étais pas prise dans ces bouchons, ça me préoccupe, car c’est une occasion de plus que l’on donne aux automobilistes de pester contre les cyclistes.

J’imagine que les organisateurs de la Féria du vélo pensent aux meilleurs parcours et solutions pour éviter de fermer des artères principales. Mais en quelques minutes hier, ma rue tranquille et très résidentielle s’est transformée en stationnement. Du jamais vu. C’est que le Tour passait dans mon quartier et que la rue Dandurand était fermée, ainsi qu’une partie de St-Joseph. Pourtant, Rosemont ne l’était pas. Seulement entre Pix IX et Viau.

Manque d’information ?
En écoutant la radio toute la journée ainsi que la télévision, je n’ai pas entendu grande publicité sur les fermetures de rues durant le Tour la nuit. Il faudrait peut-être envoyer des avis à toutes les personnes qui habitent dans les quartiers qui seront touchés ? Car je n’ai rien reçu. Mais est-ce que les organisateurs ont vraiment les moyens financiers de faire un énorme blitz publicitaire ? Ne serait-ce pas vain, car les automobilistes oublieraient ?

Je ne sais pas. On jase là. Y-a-t-il vraiment un moyen pour éviter cette cacophonie automobile ? Faire partir les cyclistes plus tard ? Genre vers 21h ? 22h ? 23h ? Pour en faire un véritable Tour la nuit ?

Responsabilité des automobilistes de s’informer
Ou alors comme le suggère Dumoulin Bicyclettes, les automobilistes devraient aussi avoir la responsabilité d’aller faire une petite visite sur le site de la Féria du vélo pour s’informer des rues fermées. On sait que c’est la fin de semaine du vélo. Faites donc un effort pour éviter les rues fermées. Ce n’est pas une surprise pour les automobilistes. La première fin de semaine de juin est réservé au vélo. Toutes les rues fermées sont sur le site de la Féria. Les automobilistes doivent donc arrêter de plaider l’ignorance et s’informer. Il leur faut prévoir. S’ils oublient, ils ne peuvent que s’en prendre à eux-mêmes.

Autre point. Le jeune cadet qui était placé au coin de notre rue pour diriger et informer les gens ne connaissait absolument pas le quartier et n’avait pas de carte adéquate. Il nous a demandé de l’aide. St-Michel était à quelques rues. Il ne le savait pas. Il ne savait même pas si la rue était fermée. Entre les automobilistes exaspérés et les cyclistes exaltés, il a sûrement fait une crise de nerfs…Bref, manque de coordination…

Le goulot d’étranglement du Parc Maisonneuve
Parlant du Tour de nuit en tant que tel. Nous étions les derniers. Très agréable de ne pas être dans la foule et de pouvoir rouler tranquillement et pas au pas. Sauf le fameux goulot d’étranglement du parc Maisonneuve. De la rue Viau à trois voies de circulation, on passait sur la piste cyclable. Embouteillage monstre. L’objectif était de nous faire passer sous la rue Sherbrooke, puis par le Stade olympique et rejoindre Hochelaga-Maisonneuve. C’était dommage, mais j’imagine inévitable afin d’éviter la fermeture de la rue Sherbrooke, une rue de transit…

Sauf qu’il y a plusieurs accès aux pistes cyclables du Parc…On aurait pu diversifier les accès et éviter l’embouteillage. Mais il nous a permis de relaxer, de jaser, de nous reposer. Car après tout, le Tour de nuit n’est pas une compétition, mais une joyeuse balade dans les rues de Montréal. Des rues qui nous appartiennent totalement pour une rare fois dans l’année.