J’ai 25 ans …

J’ai 25 ans. 25 ans aujourd’hui que j’ai posé les pieds au Québec. C’était en milieu d’après-midi à Mirabel le 16 août 1987. Une journée chaude et humide comme je n’en avais jamais connue. Mon baptême de l’air au-dessus de l’Atlantique. La première fois que je quittais ma patrie aussi longtemps, pour un an. 25 ans que ça dure.

J’avais 20 ans lors de ma première visite à Montréal en septembre 87.

25 ans et le cul entre deux chaises. Pour les Québécois j’ai encore l’accent français, pour les Français, j’ai l’accent québécois.

25 ans sans aucun doute, ou presque. Si je venais d’abord pour une seule année, j’ai rapidement pris la décision de prolonger mon séjour. Encore et encore. J’ai rarement pensé repartir en France. L’idée de quitter le Québec m’a effleuré l’esprit lors de la naissance de mon neveu. Je ne pensais pas retourner en France, mais aller vivre au Mexique où il est né. Cette idée n’a vécu qu’un instant.

25 ans et des amis précieux.

25 ans sans regret. Sauf lors des fêtes qui impliquent des réunions de famille. Même si les amis veulent nous inclure dans leur famille, à un moment donné, certains mots, certaines actions nous rappellent que nous ne faisons pas complètement partie de la famille.

25 ans que j’ai quitté mon pays d’origine, mes parents, mes amis. Pourquoi ? Pour guérir une vilaine peine d’amour infligée par un garçon français du même âge que moi (on est naïf à 20 ans), pour voir du pays, pour apprendre l’anglais. Pourquoi le Canada, j’aurais pu aller en Angleterre ? Car c’était trop proche. Tant qu’à partir, je voulais aller loin, traverser l’Atlantique. Pourquoi pas les États-Unis ? Car il était trop compliqué d’y être jeune fille au pair. Pourquoi Ottawa ? Car c’est la première agence de placement de jeune fille au pair qui m’a répondu. J’ai envoyé mon dossier et on m’a trouvé une famille d’accueil. Je suis restée dans cette famille, dont les parents étaient séparés, pendant 2 ans. J’ai gardé les trois enfants, Fannie, Hugo et Ariane, qui ont maintenant l’âge de mes amis les plus proches.

25 ans et ma première expérience de Cheezwiz et de Shopper’s Drug mart. Ce sont les premières choses dont m’a parlé l’ainée des enfants que je gardais. Je m’en souviens encore.

25 ans que j’ai coupé le cordon avec mes parents. Ça a pris plusieurs années à mon père pour accepter mon choix, même s’il n’en disait mot. En fait, il ne l’a accepté qu’en 1999 lors de son unique visite à Montréal. Il a aimé cette ville et devait revenir voir les couleurs de l’automne en 2003. Son vélo en a décidé autrement en juin 2003.
La période la plus difficile. Deux allers-retours en France en un mois. Vivre un deuil loin, c’est dur. Je ne sais pas si c’est mieux ou pas. L’absence est plus facile à apprivoiser quand on ne vit plus au quotidien avec la personne. Mais on aimerait parfois que le téléphone fonctionne aussi bien entre la France et le Québec qu’avec le Québec et l’au-delà.

25 ans que je n’arrive plus à faire la différence entre l’avant et l’après, entre la France et le Québec, entre leurs expressions, les miennes, les vôtres ou les nôtres.

25 ans qu’on me demande pourquoi j’ai débarqué ici. 25 ans que je raconte la version courte, moyenne ou longue. Je l’ai racontée ici lors du 22e anniversaire. Je venais d’arriver à Los Angeles pour trois semaines.

25 ans que j’apprends sur mon pays d’accueil. J’ai commencé avec les trois enfants que je gardais. J’ai continué avec mes amis à l’Université d’Ottawa, mes cours de science politique et mon insatiable curiosité. 25 ans que je rêve d’aller visiter toutes les provinces canadiennes. Il m’en manque trop. Plus que la moitié.

25 ans que j’aime la poutine, le sirop d’érable, les déjeuners oeufs/bacon/saucisses/patates.

25 ans que je bâtis ma carrière de journaliste, le métier que j’ai toujours voulu exercer, depuis que j’ai 5 ans. Tout a commencé un soir après mon premier cours à l’Université en septembre 1988. J’ai pris le journal étudiant La Rotonde en sortant. Je le feuillette dans l’autobus 95 (le fameux) qui me ramène à Orléans et je tombe sur une annonce. Le journal cherche des journalistes pour la section actualités. J’ai peine à attendre au lendemain pour appeler et offrir mes services, croyant que je devrais passer par une sévère sélection. Mais non, on me confie un premier article (je l’ai gardé en souvenir, mais n’ose le montrer – si mauvais). Puis on m’en confie un deuxième. Tout un sujet, la conférence d’Elena Bonner et Andreï Sakharov. Je suis restée six ans à La Rotonde. J’y ai appris mon métier, j’y ai rencontré plein de monde. Un doux souvenir.

25 ans qu’on me reprend sur ma prononciation des mots gauche, jaune, juin, pâte, côte, beach et j’en passe.

25 ans qu’on me demande « comment c’est en France? ». 25 ans que je ne m’en souviens plus.

25 ans que je reste, car c’est ainsi, ma vie est à Montréal. Ma ville. Car je suis heureuse, je me suis trouvée. Je suis maintenant autant, et sinon plus Québécoise que Française. Mais j’ai déjà dit et je redis que les deux nationalités sont en moi. Mes racines sont françaises et auvergnates. La France m’a élevée, m’a donné la vie, m’a guidée durant mon enfance et mon adolescence. Une partie tellement importante de sa vie que son pays d’origine reste marqué dans ses gênes. Tandis que mon pays d’adoption a forgé l’adulte que je suis devenue. Il représente mon présent et mon avenir.

25 ans que je n’arrive pas à mettre de la relish dans mon hot-dog (sauf celle maison de Dominique Gagné qui est fabuleuse – MÀJ 2015), à manger des Jos Louis ou à boire de la Root beer.

25 ans que cet heureux mélange rend impossible tout choix. Quand certains disent que l’on ne peut avoir deux nationalités, qu’il faut choisir, ils ne savent pas de quoi ils parlent. C’est impossible. Comment choisir entre sa mère biologique et sa mère adoptive ? Le lien est différent, mais le choix est déchirant. Impossible!

25 ans que j’accumule mes souvenirs canadiens, québécois. 25 ans que je réalise mes rêves. 25 ans que j’aime ce pays. 25 ans que j’aime ses habitants. Ça fait 25 ans aujourd’hui que je suis Canadienne et Québécoise.

Le texte écrit lors de l’anniversaire de mes 20 ans au Canada avec les photos de la jeune fille de 20 ans que j’étais.

MAJ 16 août 2015 :

Le 16 août 1987 était aussi un dimanche chaud et humide. Je débarquais à Mirabel au milieu de l’après-midi après un baptême de l’air de plus de sept heures.

Mon père m’avait conduite à l’aéroport. Plus de cinq heures de route de mon Auvergne natale. 1h de sommeil après une fête avec des amis. Départ à quatre heures du matin. Ma mère retenait ses larmes avec peine.

À Roissy, je me souviens encore du moment où j’ai quitté mon père. Il m’a laissée au pied d’un escalier roulant qui montait vers les départs. Aucune larme. Je ne me suis retournée qu’une fois. Je souriais, pas lui.

28 ans plus tard, il n’est plus là et ma mère ne s’en souvient plus. Les enfants qui poussent nous rappellent que le temps passe. Depuis 3 ans, quelques gros changements. Ma mère ne vit plus chez elle, mais dans une maison pour les gens qui ont l’Alzheimer. France, la mère des trois enfants que je gardais est décédée (bien trop jeune). Trois beaux enfants sont entrés dans ma vie et me comblent de bonheur, même si ce ne sont pas les miens.

MÀJ 16 août 2017

Ça fait 30 ans et je ne change pas un mot. Ça va aussi faire 20 ans que j’habite Montréal en décembre. C’est la ville où j’ai habitée le plus longtemps. Plus que mon village natal Saint-Rémy-de-Chargnat.

Les éco-résistants !

Intéressant, je viens d’apprendre un nouveau terme, les éco-résistants, qui semblent plus nombreux qu’estimé. Est-ce une réaction aux nombreuses actions de sensibilisation et messages dont nous sommes bombardés ? Est-ce légitime ?

Voici un article de 20 minutes.fr qui parle de ces éco-résistants. «Portrait robot de l’éco-résistant: un homme de plus de 50 ans, souvent peu diplômé, habitant dans une petite ville et à faibles revenus. Plutôt climato-sceptique, il ne veut pas changer ses habitudes de consommation pour des raisons écologiques. «L’écologie était très à la mode en 2007, notamment avec le pacte de Nicolas Hulot, analyse Jean-Marie Boucher, fondateur de consoGlobe. Mais à partir de 2008, on a commencé à voir apparaître des messages négatifs sur la consommation responsable: arrêtez de nous bassiner avec ça et de nous faire la morale.»

Pourtant, le baromètre de la consommation responsable 2011 qui vient de paraître en France souligne que 88 % des citoyens veulent être des consommateurs responsables. Mais est-ce que cette volonté se traduit en action ou ce ne sont que des voeux pieux.

Une apparition au 19/20 de France 3 Auvergne

Le rédacteur en chef de France 3 Auvergne, Alain Fontan, m’a contactée cette semaine pour me demander une petite entrevue via Skype pour inaugurer une nouvelle chronique hebdomadaire pour l’édition du samedi du 19/20 de France 3 Auvergne : les Auvergnats du bout du monde.

On peut voir cette minute d’apparition après la 22e minute du Journal, c’est à la fin. On peut aussi le voir en baladodiffusion sur iTunes, c’est gratuit.

Durant la minute gardée au montage, j’explique que l’Auvergne est peu connue au Québec. En fait comme me le disait mon compatriote auvergnat, Laurent Maisonnave, l’Auvergne est TOTALEMENT méconnue. Il est rare, très rare que quelqu’un sache où est l’Auvergne quand j’explique d’où je viens. En 24 ans d’expatriation, moins de 10 personnes connaissaient ma région d’origine. Dommage.

Quand on me demande d’où je viens en France, dire que je suis Auvergnate ne suivit que rarement. Je dois expliquer que c’est au centre de la France, à mi-chemin entre Paris et la Méditerranée, à 2 heures à l’ouest de Lyon. J’explique aussi que l’Auvergne est la région de Michelin. Que le siège social de la compagnie de pneus se trouve à Clermont-Ferrand, la plus grosse ville d’Auvergne.

Quelques fromages sont connus ici, le bleu d’Auvergne, le Cantal et le Saint-Nectaire (à un moindre niveau).

Lorsque j’ai vérifié le nombre d’articles écrit sur l’Auvergne avant d’en proposer à La Presse il y a quelques années, j’étais étonnée de n’en trouver qu’un ou deux. Alors j’ai fait un article sur les châteaux en Auvergne, un collègue est allé en Auvergne par la suite pour la trouver ensorcelante.

Bref, l’Auvergne est à découvrir. Ses volcans, ses paysages, ses randonnées, sa nourriture, ses lacs, ses châteaux, son histoire, son Festival international du court-métrage et bien plus.

Annecdote: Les trois livres jeunesse à mon actif ont été fait avec Eva Rollin, une compatriote auvergnate que j’ai connue au Québec.

Autres articles sur l’Auvergne
Mon portrait dans le journal La Montagne.
Le tour de France cycliste en Auvergne
Un billet sur l’Auvergne sur Copines en cavale.
Matinée de marché en Auvergne.
Mon village Saint-Rémy de Chargnat
Un portrait de l’Auvergne

Mon entrevue avec David Servan-Schreiber

David Servan Schreiber est mort ce dimanche. Il avait eu 50 ans en avril. Le cancer l’a finalement vaincu. Je pensais vraiment qu’il s’en sortirait encore une fois. Je suis très émue par son départ. Très touchée.

J’ai lu il y a quelques semaines ce qui est maintenant son dernier livre : On peut se dire au revoir plusieurs fois. C’était bel et bien son dernier adieu. Un livre émouvant, très bouleversant. Il meurt alors que je pars demain pour quelques jours de totales vacances. Je me promets de suivre ses conseils et de relaxer, prendre le temps de vivre, faire du sport et manger des framboises. À sa mémoire.

Voici le texte que j’avais fait en mars 2007 pour la revue Mieux-Être. J’avais rencontré David Servan-Schreiber le 10 octobre 2006 lors de l’un de ses nombreux passages à Montréal. Il avait répondu à mes questions avec grâce, même quand je lui avais posé des questions plus difficiles sur ses liens avec une compagnie qui vendait des omégas 3. Il séduisait totalement son interlocuteur. Il m’avait séduite. Un beau souvenir. Une rencontre marquante.

Cette phrase qu’il m’a dite, m’a marquée.
« Quand on connaît la littérature scientifique, c’est de la folie ce qu’on mange aujourd’hui. Comme le dit le Dr Béliveau, c’est comme si on arrosait et on mettait du soleil sur la graine du cancer qui est à l’intérieur de chaque personne. On peut décider de faire quelque chose ou de ne rien faire ».

Voici cette entrevue:

David Servan-Schreiber : le médecin qui guérit naturellement

On connaît David Servan-Schreiber comme monsieur oméga-3. Ce n’est pas son seul cheval de bataille. Dans son livre Guérir, paru en 2003, le célèbre médecin et psychiatre décrit comment éliminer la plupart des maladies sans médicaments ni psychanalyse. Possible? Oui, grâce à une alimentation saine, le sport et la gestion de ses émotions.

Un nom connu
David Servan-Schreiber vient d’une famille française connue. D’ailleurs, son père, Jean-Jacques Servan-Schreiber, écrivain et fondateur de la revue l’Express, est décédé quelques jours après notre seule rencontre le 7 novembre 2006.

« Porter un nom connu c’est comme être une jolie fille, vous avez droit à cinq minutes d’attention », a constaté David Servan-Schreiber.

Ce dernier a tout de même quitté la France à l’âge de 23 ans pour venir étudier à Québec et à Pittsburgh. « Je ne sais pas si je suis parti car je portais un nom connu. Je me suis posé la question puisque j’ai étudié la psychanalyse. Ce dont je suis certain, c’est que je ne supportais pas le système français, alors qu’ici j’étais en admiration totale sur la façon dont il fonctionne. Je suis parti pour ça et du même coup j’ai coupé le lien avec mon nom, Bien sur, cet exode m’a donné une assurance que je n’aurais jamais pu gagner autrement. Ça a contribué à forger mon caractère».

Vous prêchez par l’exemple?
Absolument. Je pratique ce que je recommande et je me sens mieux. Ça fait aussi du bien aux personnes qui l’essayent. La preuve, ce sont les nombreux courriels qu’elles m’envoient. C’est touchant, puisque je suis devenu médecin afin de soulager la souffrance. J’ai écrit ce livre, car personne n’en parlait. Aucun brevet n’existe pour la respiration, le mouvement des yeux, le poisson, le jogging, donc il n’y a pas d’argent à gagner en répandant ce message. Personne ne s’en empare pour en faire son métier.

Saine alimentation, sport, gérer ses émotions est essentiel?
Oui. Gérer ses émotions n’est pas suffisant, il y a plusieurs aspects : le EMDR (l’intégration neuroémotionnelle par les mouvements oculaires), la cohérence cardiaque qui est très similaire au Yoga et à la méditation, la communication non violente. Chacun de ses points est un pilier qui sert à gérer nos émotions.

Le livre a été bien reçu, car vous êtes médecin ?
Non ce n’est pas tout, ce livre a contribué à retirer ce mur de silence autour de ces principes car j’avais et j’ai encore un parcours de scientifique irréprochable. Parler d’acupuncture et de respiration avec 350 références scientifiques, c’était la nouveauté. Ça donne une crédibilité et oblige les médecins à faire attention.

Est-ce que l’avenir passe par une combinaison des médecines traditionnelles et alternatives ?
Bien sur. D’ailleurs à l’Université Laval, il existe la Chaire Lucie et André Chagnon pour l’avancement d’une approche intégrée en prévention qui incarne l’idée que ça n’a aucun sens aujourd’hui d’avoir une médecine purement fondée sur les médicaments et la chirurgie; qui ne prendrait pas en compte les méthodes naturelles de traitement démontrées être efficaces.

N’y a-t-il pas une réticence de la part des médecins ?
C’est tout à fait normal que les médecins soient septiques. Ils sont payés pour être ceux qui décident de la séparation du bon grain et de l’ivraie. Mais tous les médecins ont envie de traitement efficace, rapide et sans effets secondaires. Il faut simplement leur montrer que ça peut être fait avec des méthodes naturelles.

Finalement, les oméga-3 sont vraiment essentiels ?
Aucun doute, ce sont des acides gras essentiels. Ils sont absolument indispensables au fonctionnement de l’organisme et du cerveau. Un manque joue sur l’ensemble des maladies de ce début de 21e siècle : les problèmes cardio-vasculaires, de mémoire et de concentration, l’irritabilité, l’agressivité et même l’arthrite. On peut remédier à ces maladies en ramenant les oméga-3 dans notre alimentation. C’est extraordinaire. Contrairement aux autres grands déficits nutritionnels, les problèmes reliés aux carences en oméga-3, mettent du temps à se développer. Si vous manquez de vitamine C, en quatre semaines vous avez un scorbut, en deux mois vous êtes mort. Quand on arrête de prendre des omega-3, les problèmes se développent sur une période de 20 ans.

Doit-on absolument prendre des suppléments ?
Non pas si on les intègre dans notre alimentation. Tout le monde doit corriger son alimentation et manger du poisson deux fois par semaine. Par contre, si on a des problèmes de santé comme un infarctus ou des problèmes émotionnels, il faut y aller plus fort. Introduire des suppléments est alors nécessaire.

Est-ce que les enfants hyperactifs devraient prendre des oméga-3 au lieu du Ritalin ?
Ça me parait essentiel d’essayer. Si ça suffit, il est préférable de corriger leur problème grâce aux oméga-3 qu’avec le Ritalin. Il y a une étude d’Oxford qui démontre la correction d’une grande partie du problème quand on leur prescrit des suppléments à base d’oméga 3. La première chose à recommander est que les enfants mangent du poisson, mais pas panné ou frit. Car ça, c’est pire que de ne pas en manger.

Est-ce qu’il y a des effets secondaires aux oméga 3 ?
Seulement positifs. Les cheveux et les ongles poussent plus vite, ils sont en meilleure santé, plus brillants.

Quelle est la différence entre les oméga 3 et 6 ?
C’est le rapport entre les deux qui contrôle la physiologie. Les oméga-6 sont pro-inflammatoires, favorise la coagulation. Aujourd’hui il y a entre 10 à 40 fois plus d’oméga-6 que d’oméga-3 dans notre alimentation, alors que l’équilibre devrait être de trois fois plus. Les oméga-3 sont anti-inflammatoires. Lorsqu’il y a un équilibre entre les deux, tout va bien, mais lorsqu’il y a 40 fois plus d’oméga-6, on a des maladies inflammatoires. Il faut donc diminuer les oméga 6.

Où trouve-t-on des oméga-3 ?
Ceux qui ont des propriétés importantes pour le cerveau, viennent du poisson et des œufs seulement. Ceux qui sont dans les huiles, les noix, les graines de lin sont des oméga-3 végétaux. Ce ne sont pas les mêmes. Ils sont très bien, mais ne suffisent pas pour des actions sur la physiologie.

Que faire si on n’aime pas le poisson ou si on est végétarien ?
C’est un problème, car actuellement il n’y a qu’un type d’oméga-3 de poisson fabriqué par des algues et que l’on peut trouver sous forme de gélules.

D’ailleurs, vous avez fondé une compagnie qui vend des produits que vous conseillez ? Vous ne craignez pas de perdre votre crédibilité ?
J’ai contribué à créer cette compagnie, car il n’existait aucun complément alimentaire oméga-3 avec les critères de pureté et de concentration de ce qui avait été testé scientifiquement. Or mon argumentation sur les oméga-3 se basait sur ces études. Je ne pouvais pas dire aux gens que c’était formidable, mais que ça n’existait pas. J’ai donc voulu aller au bout de ma démarche. Si je ne l’avais pas fait, il y a aurait eu une incohérence dans mon discours.

Mais c’est cher ?
Moins cher que ceux de mauvaise qualité. Il suffit de comparer la concentration en EPA.

Comparativement aux médicaments ?
Oui, mais ils sont remboursés donc ça parait peu cher. Les compléments d’oméga-3 ne sont pas remboursés, c’est évidemment moins cher que les médicaments !

Ressources :
Guérir
David Servan-Schreiber
Les éditions Robert Laffont
Le site internet de Guérir

L’une des dernières entrevues de David Servan-Schreiber.

Vous voulez voir l’Auvergne, regardez le Tour de France

auvergne

Coucher de soleil sur le Mont-Dore au loin. Prise de la terrasse de chez ma mère. Photo: Cécile Gladel

L’Auvergne est ma région d’origine, magnifique et majestueuse, elle est méconnue de l’extérieur. Heureusement de moins en moins. Si vous voulez la voir, le meilleur moyen est de vous brancher sur le Tour de France qui arrive en Auvergne aujourd’hui et pour les quatre prochains jours.

Au loin, encore couvert de neige, on voit le Mont-Dore, endroit où est le Tour de France en ce 9 juillet. Photo: Cécile Gladel

Demain, le tour sera totalement dans le coin où j’ai grandi. Il partira d’Issoire, la ville à quelques kilomètres de mon village natal, Saint-Rémy-de-Chargnat. La ville où je suis allée à l’école secondaire.

Ensuite le tour passera par la région du puy Mary et plusieurs cols qui promettent de faire souffrir les cyclistes. Le puy Mary était (est toujours) selon mon père le plus beau coin d’Auvergne. C’est d’ailleurs le coin où il a été photographié pour la dernière fois avant son accident de vélo. Ironique.

C’est d’ailleurs un petit clin d’oeil à mon paternel, alors que le Tour de France arrive en Auvergne aujourd’hui, jour de son anniversaire. Il aurait eu 73 ans et il a toujours suivi le Tour de France depuis sa plus tendre enfance, en témoigne les nombreuses revues qui sont toujours au grenier chez ma mère. Je suis allée voir le Tour de France à plusieurs reprises avec lui, dont la fameuse montée du Puy de Dôme lors d’un contre-la-montre en 1983.

Mais le Tour de France ne pourra plus gravir le Puy de Dome, sauf en contre-la-montre, puisqu’une voie ferrée sera mise en opération en 2012. Les infrastructures seront construites par SNC Lavallin d’ailleurs.

Vous pourrez admirer les magnifiques paysages de la Chaîne des Puys que vont gravir les cyclistes. Aujourd’hui, il arrive à Super-Besse, l’une des stations de sports d’hiver auvergnate.

Autour de Super Besse, il y a le puy de Sancy, magnifique, qui avec ses 1886 mètres est le plus haut volcan de la France métropolitaine, donc le plus haut sommet d’Auvergne.

Une région qui peut ressembler au Québec en hiver.Voyez la vidéo que j’ai trouvée.
http://www.dailymotion.com/embed/video/x42f2g
Mercredi16janv par vinxcent

S’il est impossible de le voir sur le web sur France TV (quand on est à l’extérieur de la France) on peut virtuellement voir la progression des cyclistes. Avec les échappées, les côtes, le nombre de km, etc.

Au Québec, on peut le voir en direct sur Canal Évasion qui le couvre de belle manière depuis plusieurs années. Si on est abonné à RFO, on peut aussi voir France TV.

Je parlais de l’Auvergne dans un billet pour Ulysse récemment.

Aussi mon article sur les châteaux en Auvergne fait pour la Presse.

Le Tour de France a fait le même circuit il y a trois ans.

Le mystère des clef internet 3G et des ondes des portables en France…

Je ne sais pas si ce sont les murs épais et en béton des maisons ou la faiblesse des signaux, mais les ondes des cellulaires (ou portables) sont vraiment bizarres en France. Selon l’endroit où on se trouve dans la maison ou sur un territoire donné peut faire toute la différence. Jamais vu ça au Québec.

Et pourtant, les fournisseurs de service, Orange, Bouygues et SFR se targuent de couvrir presque tout le territoire français. Rien de plus faux. Pourtant le petit village où je me trouve est en plaine, à seulement 7 km d’Issoire, une ville couverte par le 3G. À St-Rémy de chargnat, point de 3G. Les forfaits sont moins chers qu’au Québec, mais moins performants.

Quand aux clefs 3G, c’est à rien n’y comprendre. Celle de SFR n’a jamais réussi à me permettre de charger une seule page web avant que ma journée de connexion comprise avec l’achat ne s’épuise. Pas mieux du côté d’Orange. Je ne ne réussi même pas à installer le logiciel de la clef 3G d’Orange sur mon macbook.

Il faut dire que je devrais appeler au service à la clientèle, mais les vendeurs en magasin ont tellement l’air de ne rien connaître que j’ai presque peur d’appeler pour me faire dire tous les trucs que je sais déjà pour les avoir glanés sur le web.

En savez-vous plus ?

Pourquoi quelques centimètres de neige paralysent l’Europe et ses principaux aéroports?

Depuis le début du mois de décembre, la neige perturbe l’Europe. Mais quand elle s’est remise à tomber en plein départ des vacances de Noël, la paralysie a atteint son paroxysme comme le rapporte un article de La Presse.

«Enfin, des centaines de vols ont été annulés à Francfort et à Munich. Devant ce capharnaüm, le commissaire européen aux transports Siim Kallas s’est dit «extrêmement préoccupé par les perturbations que la neige a causées aux voyageurs en Europe. C’est inacceptable et cela ne devrait pas se reproduire».»

Pensez-vous qu’il est tombé plus de 30 cm de neige ? Pas du tout. À peine quelques centimètres. Pas plus de 10 cm. Alors que le Québec en rit (jaune), l’Europe pleure. Pourquoi donc quelques centimètres paralysent plusieurs pays et provoquent la fermeture de grands aéroports pendant plusieurs jours alors qu’on s’en accommode à Montréal ?

Ma collègue Anne Pélouas a écrit un article pour Le Monde sur le plan déneigement de l’aéroport de Montréal. L’expérience, l’équipement et l’équipe sont à la base du succès de Montréal. Malgré tout lors de mon départ de Montréal le 12 décembre dernier, l’avion d’Air France dans lequel je prenais place est parti avec 1 h de retard. Pourquoi ? Car de la neige puis de la pluie verglaçante sont tombées. L’avion a du passer au déglaçage.

Il semble que les aéroports de Londres, de Paris et de Francfort n’ont pas les mêmes plans de déneigement puisqu’ils sont paralysés par quelques centimètres. Et en même temps, les compagnies aériennes sont très critiquées pour leur gestion de la crise neige. Ils laissent leurs clients dans l’ignorance, comme toujours. Pourquoi? Manque d’organisation ou d’employés ?

Même chose pour les aéroports. Même s’ils sont situés dans le nord de l’Europe, ils ne paraissent pas avoir de plan d’urgence en cas de neige. Surtout quand quelques centimètres forcent la fermeture de l’aéroport de Londres et mettent des voyageurs à la porte comme en témoigne mon ami et collègue Pascal Henrard qui a du aller chercher sa conjointe et sa fille à Calais.

Les camionneurs pénalisés en France
La panique n’est pas que dans les aéroports. Sur les routes françaises (et européennes) c’est le bordel dès que quelques centimètres de neige se pointent. Bizarrement, les autorités françaises interdisent la circulation des poids lourds dès que les routes s’enneigent. Ce qui ne leur plaît pas vraiment. Au lieu d’interdire la circulation automobile, on empêche ceux qui travaillent de circuler. Il est rare que l’on fasse la même chose au Québec. Les poids lourds et les autobus roulent plus facilement, ils sont plus lourds et adhérent mieux à la route.

Un routier souligne dans cet article qu’il n’y a qu’en France qu’on n’oblige pas les routiers et automobilistes à s’équiper de pneus neiges. Et on arrête tout au premier flocon.

À Paris aussi ça ne rigolait pas. Les parisiens aiment bien la neige dans les stations de sport d’hiver où ils passent leurs vacances, mais pas dans leur ville. Pourtant, c’est l’hiver. Et de nouvelles chutes de neige sont prévues.

Espérons qu’on ne verra pas d’autres reportages tel que celui de TF1, bourré d’erreurs et de préjugés comme j’en parlais dans un précédent billet.

Nature et Découvertes : le magasin écolo par excellence?

Connaissez-vous le magasin Nature et Découvertes ? Malgré mes nombreux voyages en France et le livre l’écolo écono publié chez Michel Lafon que j’y ai publié (c’est peut-être pour ça que je ne trouve pas mon livre dans leur boutique? Car je ne parle pas d’eux ?), j’ai mis les pieds dans un de ces magasins pour la première fois hier. Pourtant cela fait 15 ans que cette chaîne existe.

C’est une sorte de Moutain Equipement Coop qui intégrerait des jouets, livres et gadgets. En plus, 10 % des profits des 70 magasins sont reversés à la fondation Nature et Découvertes qui financent des projets en développement durable. Est-ce beaucoup ou trop peu ? Est-ce que les produits vendus en magasin respectent tous l’environnement ? C’est sûrement une bonne question à se poser lorsqu’on parle de consommation responsable. Car en cette veille de Noël et d’orgie d’achats, on va acheter. Alors pourquoi ne pas privilégier des achats « un peu plus » verts ?

Je suis aussi certaine que les écolos français ont sûrement des critiques envers Nature et Découvertes ? En attendant, je prendrais bien de tels magasins au Québec, car j’ai aimé ce que j’y ai vu hier.

Pourquoi des cadeaux selon le genre
Seule réserve pour le moment, la séparation des suggestions cadeaux selon le genre de la personne sur le site web. Peut-on laisser les gens être ce qu’ils veulent sans catégoriser les hommes et les femmes. Pourquoi ne pas dire, pour la personne qui aime le plein air, celle qui aime la relaxation, celle qui aime l’aventure, le bricolage et ainsi de suite.

Et pour ceux et celles qui habitent dans le coin de la Rue Masson ou à Montréal, voici quelques suggestions de cadeaux de dernière minute hyperlocal. À aller acheter sans voiture en plus.

Quand la France voit blanc et panique devant la neige!

En Auvergne, il n'est tombé que 3-4 cm en plaine, beaucoup plus dans les hauteurs

La France est sous la neige. Du nord au sud. Ça n’arrive pas tous les hivers. Ce qui est une habitude bien ancrée dans les mœurs québécoises devient un énorme problème quand ce n’est pas habituel. Tout en faisant sourire les Québécois. J’avoue que je les trouve drôles depuis que je suis en France lundi et que je regarde les nouvelles.

Hier soir, j’ai franchement rit en voyant qu’on faisait appel à l’armée et à leurs tanks dans la région parisienne. Pas pour aider les personnes bloquées dans la neige, pas pour débrayer le voisinage des hôpitaux, des écoles. Pas prévision de bordel annoncé car c’est le grand départ des vacances scolaires. Et l’humain voulant agir comme si la nature n’existait pas, pas question de retarder le départ en vacances. Pourtant, dans un pays peu habitué aux abondantes chutes de neige, moins équipé que le Québec, ne serait-il pas plus sage de retarder un départ en vacances pour arriver plus serein?

Un reportage de TF1 truffé d’erreurs
Un reportage de la chaîne privée TF1 a fait bien rire mes amis Québécois ou Français qui habitent à Montréal. Un reportage sur le déneigement à Montréal. Le journaliste français voulait voir comment la métropole québécoise se débrouillait avec la neige alors que Paris est paralysée avec 11 cm.

Ce reportage est bourré d’erreurs et de préjugés véhiculés par les Français sur le Québec. Tout commence par la présentatrice du JT de la fin de semaine, Claire Chazal qui présente le Québec comme étant un endroit où la température est sous zéro six mois par année. Six mois. Je ne suis même pas certaine que ce soit le cas dans les territoires du Nord-ouest.

Et incroyable, cette année les températures étaient plus froides en Auvergne dans ma région d’origine au début décembre qu’à Montréal.

Pour information, les températures descendent sous zéro de décembre à mars, parfois en novembre et avril, mais c’est plus rare.

Ensuite le journaliste souligne que Montréal est entouré de glace six mois par année, qu’une température de -15 est normale, qu’il tombe 10 cm de neige tous les deux jours et que les Québécois s’en accommodent. Il devrait nous entendre chialer collectivement après une tempête pour s’apercevoir qu’on est exactement comme les Parisiens. Et que c’est la désorganisation complète après chaque grosse tempête, surtout la première !

Bref, c’est un peu dommage de voir que les Français se gavent d’informations remplies de préjugés qui véhiculent l’image d’un Québec sous la neige et le froid la moitié de l’année.

Les cassières debout, quelle honte !

Je termine de lire le dossier de Michèle Ouimet dans La Presse sur les conditions de travail des caissières de supermarché. (Je ne trouve pas le texte en ligne). Évidemment, c’est l’une des choses qui m’a surprise lorsque je suis arrivée au Canada. Le fait qu’elles étaient debout et surtout qu’elles emballaient nos produits. En France, elles sont assises et le client emballe ses achats lui-même. Tous mes visiteurs français m’ont aussi parlé de cette différence. Ils n’en revenaient pas.

Michèle Ouimet a travaillé pendant quelques jours dans un supermarché. Au salaire minimum je vous le rappelle. Et les géants de l’alimentation, IGA-Sobeys, Loblaws-Provigo-Maxi et Metro-SuperC n’ont même pas honte des conditions de travail qu’ils offrent à leurs employés.

C’est un sujet qui m’a toujours surprise et même scandalisée. J’ai souvent posé la question aux caissières ici. Surtout quand je reviens de France et que j’entendais mon beau-frère se plaindre de ses conditions de travail dans un supermarché français. Il a passé quelque temps à la caisse. Assis. Ma cousine travaille aussi à la caisse du même supermarché. Assise.

Quand je leur mentionne les conditions de travail des caissières canadiennes, ils n’en reviennent pas. Moi non plus. Quand je lis les textes de Michèle, je bouillonne. Comment peut-on imposer de tels horaires, de telles conditions et surtout à un maigre salaire. Et en plus les gérants veulent que les caissières sourient et représentent bien le supermarché. Et s’ils les respectaient avant ?

C’est l’une des raisons (outre le type de produits) pour lesquelles je vais très rarement faire mes courses dans les supermarchés. Mais la situation est la même dans les fruiteries et autres magasins. Tout le monde debout. Quand est-ce que la situation va changer ? Quand est-ce que la CSST va faire son travail ?

Et une question me taraude. Si la majorité des personnes qui travaillent debout était des hommes, est-ce que la situation serait semblable? Car la majorité des caissières sont des femmes… et travaillent au salaire minimum.

Faudra-t-il que la génération Y s’en mêle ?

Ce Panama qui vient de l’Équateur

Vous connaissez le fameux chapeau d’Al Capone ou de Columbo, le Panama. Un chapeau qui est de nouveau à la mode. Contrairement à ce que l’on croit, il ne vient pas du Panama, mais de l’Équateur. Il a pris le nom du petit pays, car les travailleurs équatoriens qui travaillaient à la construction du canal de Panama avaient ces chapeaux. C’est Théodore Roosevelt l’a rendu célèbre et lui a donné son nom lors d’une visite sur le chantier en 1906.

Envoyé Spécial est parti à la recherche du secret de la fabrication du Panama. Le reportage n’est pas sur internet. Il y a aussi cet article de Libération. Évidemment, on trouve des Panama pas chers fabriqués en Chine ou ailleurs. Mais le vrai vient de l’Équateur, car il est fabriqué avec les feuilles très fines d’un palmier qui ne pousse que dans la forêt équatorienne.

Le chapeau est tissé à la main par des femmes. Celles-ci ne touchent pas très cher du chapeau en général. Mais une femme Rosa Salinas qui a regroupé les femmes tisseuses pour qu’elles créent une association et touchent les bénéfices monétaires de leur travail. Car encore une fois ce sont souvent les intermédiaires qui touchent le gros lot. Parfois des entrepreneurs équatoriens qui achètent le chapeau 4 euros à ces femmes puis le revendent 20 euros à l’étranger.

Ecua-Andino commercialise le Panama dans le monde entier et en raconte l’histoire et la légende. À quand des Panama certifiés équitables ? Est-ce que cela existe ? On trouve des adresses sur le web, mais rien qui ne prouve que le chapeau n’est réellement certifié…

Si vous songez à vous acheter un Panama, choisissez donc un chapeau fait en Équateur, en espérant que la femme qui l’a tissé soit payée équitablement.

L’histoire controversée du Rainbow Warrior

Le Rainbow Warrior est un bateau acheté par Greenpeace de la Grande-Bretagne et la participation de Greenpeace des Pays-Bas. L’objectif était d’empêcher les baleiniers de tuer les baleines. Le bateau a été victime de bombes posées par les services secrets français en 1985. Pourquoi ? Car le Rainbow Warrior s’apprêtait à dénoncer et empêcher les essais nucléaires de la France dans le Pacifique.

La réalisatrice néerlandaise, Suzanne Raes, a produit un documentaire sur l’histoire de ce bateau, mais aussi des membres de Greenpeace, qui composaient l’équipage, qui ont participé à sa naissance, sa mise à l’eau, ses batailles, puis sa mise à mort. En regardant le Rainbow Warrior, les pionniers de l’environnement ( Rainbow Warriors of Waiheke Island, titre original), j’ai appris que le bateau a été dépollué, nettoyé puis repose maintenant au fond du Pacifique comme un récif artificiel en hommage à son rôle.

Par ailleurs, il est intéressant d’apprendre que de nombreux membres de l’équipage vivent désormais sur l’île de Waiheke, en Nouvelle-Zélande à 30 minutes de la capitale, Auckland. Une île de repos pour les militants retraités comme le décrivait l’un d’eux, Martini.

Une autre des militantes, Susi, a eu des mots durs envers le Greenpeace des années 2000. Elle décrit l’organisme comme une multinationale qui n’a plus rien à voir avec les batailles de ses débuts.

Le documentaire a été diffusé sur RDI lors des Grands reportages.

Petits conseils pour Français en quête d’immigration vers le Québec…

Article ce matin dans la Presse sur les immigrants Français qui envahissent le Plateau, quartier central de Montréal. Habitués aux loyers élevés en France, ils acceptent sans problème des prix incroyables pour des appartements et des propriétés. Merci. Premier problème. Ils entraînent ainsi une spéculation vers la hausse. Voilà pourquoi les prix de l’immobilier atteignent des sommets. Petit hic. Le Plateau sera bientôt vidé de ces résidents habituels si ça continue.

Bref, on espère que cette hausse des prix ne contaminera pas les quartiers voisins comme le mien. On en reparlera sur RueMasson.

Mais avant, quelques conseils à mes compatriotes qui pensent immigrer au Québec, le nouvel El Dorado. Il est vrai que tout est possible ici. La preuve, la fille d’un agriculteur auvergnat (pour les parisiens, c’est perdu en maudit), sans sang bleu, sans grands moyens, a réussi à travailler pour le maire de Montréal et à devenir journaliste, même à publier des livres. Restée en France, jamais je n’aurai pu espérer travailler pour le maire de Paris. Je n’étais pas dans la bonne classe sociale.

Alors oui, il y a des possibilités au Québec. Mais premier point. Si on parle français au Québec, ça ne veut pas dire que c’est la France. C’est l’Amérique du Nord. Les Français et les Québécois ont la langue en commun et une vague histoire, mais c’est tout. Les mentalités sont totalement différentes. Mettez-vous ça dans la tête avant d’immigrer et de chialer sur les différences.

C’est l’Amérique du Nord pour les soins de santé. Pas d’assurances mur à mur comme en France. Ce n’est pas les États-Unis, mais c’est la mère patrie. Le système de santé en arrache. Les urgences débordent. Soyez-en conscient.

C’est aussi un système d’éducation différent. La culture générale n’y est pas autant valorisée qu’en France. Dans mes souvenirs d’école en France, c’était beaucoup plus complet et sévère. Mais vu les fautes de français que font les jeunes français, la méthode a sûrement changé en France. Ça va quand même faire 23 ans que j’ai traversé l’Atlantique….

Aussi, si on parle français au Québec, on le défend aussi. Question de survie. Ne commencez pas à penser que vos enfants vont aller à l’école en anglais. Renseignez-vous sur la loi 101 avant.

J’oubliais. Les Français sont des maudits Français ici. La France a abandonné le Québec. Puis les Français se sont souvent comportés en colonisateurs qui connaissent tout et qui parlent le « bon » français. Erreur. Attention. Les Québécois sont sensibles à leur identité. On ne les froisse pas en arrivant et on ne joue pas au Français qui connait tout et qui va leur enseigner la vie. J’ai trop souvent été témoin de cette attitude.

Autre point. Il y a un bon hiver au Québec. Il fait froid pour vrai, pas comme l’annonce les animateurs météo en France dès que la température descend sous zéro.

Et puis, ici c’est deux semaines de congé, pas cinq semaines.

Et puis, ici les femmes ne sont pas les esclaves des hommes. Le féminisme a fait évoluer la famille et la situation des femmes. Si rien n’est parfait, elles ne sont plus responsables totalement des enfants, du ménage, de la maison. Pas le temps, elles travaillent. Et elles ne prennent pas le nom de leur homme quand elles se marient. J’en ai fait un billet ici.

J’en oublie sûrement, mais avant d’immigrer, pensez-y bien et venez donc faire un petit séjour de 2 semaines. En hiver. En plein mois de janvier.

Et arrêtez d’acheter des manteaux Canada Goose. Aucun Québécois n’en porte. On vous reconnait à coup sûr.

Un cas de SLAPP en France !

Ici au Québec, on appelle ceci des poursuites- bâillons. C’est à dire que des groupes, des organismes, des citoyens sont poursuivis en justice par des compagnies pour que ces groupes se taisent. En gros, il s’agit de les faire taire dans leurs critiques.

L’association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) en a été victime comme plusieurs autres groupes ou citoyens. Éco-société aussi dans le cas du livre Noir Canada. Le gouvernement du Québec a adopté le projet de loi 9 en juin 2009 pour éviter ces poursuites-bâillons.

En France, la Fédération Nationale des Producteurs de Raisins de Table assigne devant le Tribunal de Grande Instance le Mouvement pour les Droits et le Respect des Générations Futures (MDRGF) qui se bat contre les pesticides. L’organisation des JNE (journalistes et écrivains pour l’environnement), dont je suis membre, s’inquiètent de cette poursuite.

Voici leur communiqué:

Attaque contre la diffusion d’informations sur les pesticides : les JNE s’inquiètent

Le Mouvement pour les Droits et le Respect des Générations Futures (MDRGF) est assigné devant le Tribunal de Grande Instance de Paris par la Fédération Nationale des Producteurs de Raisins de Table, suite à la publication d’analyses de pesticides dans les raisins de table réalisées en novembre 2008. Cette enquête a été menée par cinq ONG, dont le MDRGF pour la France, dans cinq pays européens (Italie, France, Pays-Bas, Hongrie et Allemagne) dans des magasins appartenant à 16 enseignes différentes. 124 échantillons de raisins issus de l’agriculture intensive ont été analysés, par un laboratoire allemand spécialisé, afin de rechercher d’éventuels résidus de pesticides. Les résultats sont sur le site du MDRGF (http://www.mdrgf.org/news/news241108_raisin_supermarche_pesticides.html).

La Fédération Nationale des Producteurs de Raisins de Table a assigné le MDRGF en février dernier devant le TGI de Paris contre la diffusion de cette enquête, jugée tendancieuse et entraînant une mévente du raisin de table, notamment. Elle demande la somme de 500 000 euros, la publication du jugement dans 10 médias nationaux, et la suppression du dossier sur le site Internet du MDRGF. La plainte a été jugée recevable et le MDRGF est assigné le 6 janvier 2010 devant le TGI de Paris.

L’association des Journalistes écrivains pour la nature et l’écologie (JNE) s’étonne qu’une association puisse être assignée pour avoir diffusé les résultats d’une enquête qui semble en tous points sérieuse. Mais au delà de ce qui est reproché au MDRGF, les journalistes et écrivains membres des JNE considèrent que cette démarche crée un précédent dans l’atteinte à la liberté d’information dans notre pays.

Elle apporte donc son soutien au MDRGF et à son président, François Veillerette.

Seul blogue du Québec en lice pour les blogs de l’info en France !

Je vais vous reparler périodiquement de la Coupe de l’Info et de l’élection des blogs de l’info d’ici la fin du vote sur Internet le 23 janvier. Je donnais les grands points ici. Je vous rappelle que je suis l’une des cinq finalistes dans la catégorie blogue développement durable. La seule québécoise (oui je suis aussi française, mais c’est le seul blogue du Québec) parmi les six catégories. Et l’une des quatre journalistes indépendantes. Les autres finalistes sont des blogues de journalistes de grands médias français.

Chaque fois que je regarde les finalistes, que je pense à ce concours, mon étonnement, mon ravissement et ma fierté augmentent d’un cran. Pas au point d’avoir la grosse tête. Simplement contente et heureuse.

Car les journalistes indépendants n’ont pas les moyens d’un gros média et que je milite depuis longtemps pour la reconnaissance des journalistes indépendants. Car je suis très fière de représenter le Québec. Car je n’ai jamais eu de grandes prétentions pour mon blogue. Car je suis heureuse que mes compatriotes français m’offrent une certaine reconnaissance.

Finalement, mon seul regret est de ne pouvoir me rendre à Courchevel le 23 janvier prochain pour la soirée qui dévoilera les gagnants. À moins qu’une compagnie aérienne ne veuille me commanditer?

Avez-vous voté?

Élection de miss France, totalement ringard et dépassé…

En discutant sur Twitter avec des collègues qui sont en France comme moi et suivent aussi l’élection de Miss France sur TF1, comme Anabelle Nicoud, je me rends compte que c’est totalement ringard cette élection.

Les dix commandements des miss ressemblent au parfait manuel de la petite femme des années 50 ou les dix commandements de l’église envers la parfaite épouse. On demande aux femmes d’être gentilles, douces, attentionnées, souriantes, se maintenir en forme, être élégante, minces, attentives aux autres, ne jamais dire non, parfaites petites femmes quoi.

Oubliez les revendications féministes, les femmes sont maintenus au rôle de jolie poupée dans ce type d’élection. Sans oublier la valorisation de la minceur à tout prix, de la beauté plastique, de la grandeur ( les miss mesurent toutes plus de 1m70) et la jeunesse (la plus vieille à 23 ans).

Mais pourquoi les gens regardent ce concours? Mon neveu de 9 ans ne comprenait pas et se demandait pourquoi ça n’existe pas pour les hommes. Ma mère voulait le regarder mais est partie se coucher avant la fin. Alors quoi? Ça sert à quoi ce flafla, cet argent, cette énergie de nombreux bénévoles? N’y a-t-il pas de causes plus importantes et plus valorisantes pour la femme actuelle. Le pire: la miss France 2009 a assisté à l’assermentation de Barack Obama. Mais que faisait-elle là ?

Quand on apprend que 80 % des tâches ménagères reviennent aux femmes en France, on ne peut s’en surprendre quand on voit qu’on garde les femmes dans un carcan très féminin-féminin.

Les femmes françaises toujours esclaves du ménage!!!

Aucune surprise. Je le constate à chaque visite en France. Les femmes françaises assument encore les tâches domestiques. Les chiffres de l’Institut national d’études démographiques (Ined) le confirment: les femmes assument 80 % des tâches domestiques.

Les femmes assument près de 80 % des tâches domestiques en France [1] et le déséquilibre est d’autant plus prononcé qu’il y a d’enfants dans la famille et que le dernier est jeune [2]. Les inégalités persistent dans ce domaine comme le montre l’enquête Étude des relations familiales et intergénérationnelles (Erfi) (encadré 1) [3]. En 2005, parmi les femmes en couple âgées de 20 à 49 ans, 8 sur 10 s’occupent « toujours » ou « le plus souvent » du repassage, 7 sur 10 de la préparation des repas, la moitié de l’aspirateur et des courses d’alimentation et 4 sur 10 de la vaisselle et de la tenue des comptes (figure 1).

L’organisation sociale de la vie du ménage (invitations, organisation des sorties) est plus souvent partagée à égalité, bien que cette tâche revienne généralement aux femmes lorsque ce n’est pas le cas.

Ces messieurs sont encore traités comme des pachas…

Je sais que j’exagère un peu car je connais des gars qui en font, un peu. Mais ils aident seulement. Ils ne prennent pas la part qui leur revient dans le ménage.

Mais j’ai une question? Est-ce que les femmes les laissent prendre leur part? Est-ce que les femmes n’arrêtent pas de les critiquer lorsque les hommes osent faire le ménage, la vaisselle, la lessive, s’occuper des enfants? Car parfois les femmes aiment que cela soit fait exactement comme elles le souhaitent. Hors de leur méthode point de salut.

Si les gars sont souvent heureux de s’en tirer à bon compte et estiment que les femmes aiment les tâches ménagères, il faudrait aussi que les femmes fassent leur part et stoppent les critiques.

Mais les chiffres augmentent lorsque le couple a des enfants. Les femmes se retrouvent toujours en première ligne quand il s’agit de s’occuper des enfants. Toujours et encore. Pourtant lorsque les enfants se font à deux, les deux parents devraient s’en occuper. Et les pères en sont tout à fait capables. Les pères homoparentales ou monoparentales le prouvent chaque jour.

Est-ce que le Québec est mieux? Un peu sûrement. Mais je suis certaine que les femmes assument encore la majorité des tâches ménagères.

Pour ou contre les manifs de Greenpeace

Greenpeace lutte pour la protection de l’environnement et utilise parfois des méthodes très démonstratives et vigoureuses. Rien de violent cependant.

Si Steven Guilbeault, l’ancien DG de Greenpeace au Québec a déjà escaladé la tour du CN, l’organisme se fait moins radical au Canada qu’en France.

En 1985, il y a eu l’histoire du Rainbow Warrior. Le bateau de Greenpeace France était en route pour protester contre les essais nucléaires de la France dans l’océan Pacifique. Des espions français l’ont fait couler. Rien de moins. Belle démocratie.

Aujourd’hui, Greenpeace a envahi l’Assemblée Nationale à Paris. Slogan criés, bannières déployés, une militante est même descendue au rang des députés dans l’hémicycle.

Gros mots du côtés des députés, surtout ceux de la majorité, du parti du président Sarkozy. L’un les traite de clown, l’autre les accuse de bafouer l’institution et la démocratie et l’un les traite de voyou. Rien de moins.

Ont-ils raison? N’est-ce pas des mots un peu fort pour qualifier ce petit intermède? Franchement, est-ce nécessaire de déchirer sa chemise pour une bataille très réelle que mène Greenpeace pour l’environnement? Alors que le gouvernement français semble, comme les autres, dormir au gaz? Mais l’enflure verbale n’a jamais manqué aux politiciens…

Pendant ce temps les élus verts applaudissaient. Ont-ils raison? Peut-on encourager de telles actions? Est-ce anti-démocratique?

Noël Mamère, un député vert a souligné que pendant que le gouvernement tentait de détourner l’attention en parlant d’immigration et de minarets, on ne parlait pas des changements climatiques. Bon point qui vaut aussi pour le gouvernement canadien.

Alors les manifs de Greenpeace sont-elles si dangereuses? N’est-ce pas ceci, aussi, la démocratie? Pouvoir manifester sans violence? Pas de quoi fouetter un chat…Les députés devraient se garder une petite gène et s’indigner pour la planète et non pour cette petite manifestation. Non?

Jouets séparés pour garçons et filles ? Pourquoi?

Je reviens d’un magasin de jouets à Issoire en Auvergne, avec mon neveu. Je suis encore estomaquée qu’en France on sépare les jouets pour garçons et filles. Les garçons inscrit en bleu et les filles en rose. Tout pour perpétrer les stéréotypes. Tout pour maintenir la femme à la maison et les hommes comme pourvoyeur.

Pourquoi séparer ainsi? Il y a de plus en plus de filles qui aiment les jouets que l’on dit pour les gars et le contraire. En cataloguant les jouets selon le sexe des enfants, on encourage la séparation et les rôles traditionnels. On prépare toujours et encore les filles à devenir des mères, des femmes d’intérieur, des hôtesses de l’air, etc. Tandis que les jeux virils et les métiers plus compétitifs sont réservés aux petits gars. Les filles jouent à la poupée, à la cuisine, etc. et les garçons ont des armes, des robots.

Pourquoi ne pas laisser les enfants choisir selon leur goût et non selon leur sexe ? Que se passe-t-il si une fille désire un jouet dans la section garçon ? On la traitera de garçon manqué. J’ai assez souffert de m’être fait traiter de garçon manqué toute mon enfance, je ne le souhaite à personne.

Pire, un garçon qui voudra un jouet dans la section filles subira certainement les quolibets, pourrait se faire traiter de fille, etc. Pas très agréable.

Bref, on n’encourage pas la liberté de choix pour les enfants, on favorise les stéréotypes au lieu de les laisser exprimer leur réelle personnalité, garçon ou fille. Évidemment, vous me direz que la majorité des garçons préfèrent les voitures et les filles les poupées. Peut-être mais je n’en faisais pas partie et les deux enfants de ma cousine non plus. Sa fille préfère jouer au foot et aux voitures tandis que son fils préfère les jeux plus tranquilles.

Pourquoi les Français sous-titrent les films québécois?

Photo prise hier soir durant la diffusion de CRAZY sur Arte

Hier soir, surprise. En furetant à travers les quelques chaînes que capte la télévision de ma mère en Auvergne, je tombe sur le film québécois CRAZY sur Arte. La surprise s’est vite transformer en déception. Certains passages du film étaient sous-titré en « français de France ».

J’ai trouvé ça insultant. Une amie me fait remarquer que le film les C’htis n’étaient pas sous-titré. Pourtant, les gens du nord de la France ont aussi un accent et des expressions particulières. Alors pourquoi les Français se sentent obligés de sous-titrer les films québécois?

Pourquoi aussi ont-ils doublé Minuit le soir? La fabuleuse série de Radio-Canada. En entendant la voix dont on avait affublé Claude Legault c’était indécent, ignoble, horrible et insultant.

Les Québécois parlent français. Un français différent, avec un accent typique, comme l’est l’accent du sud de la France, du nord, de la Suisse, de la Belgique et comme les Français ont un accent lorsqu’ils viennent au Québec.

Le Québec a aussi ses propres expressions comme plusieurs régions en France en ont. C’est ainsi.

Le Québec ne sous-titre pas les films français et ne les double pas. On accepte même des séries américaines traduites et doublés en France. Regardez Séries +. Quand on parle comme en France, avec le vouvoiement bizarre, les classes françaises etc. Les Québécois comprennent, ne se plaignent pas. Pourquoi les Français ne peuvent comprendre les séries ou films québécois?
Sont-ils moins intelligents que les Québécois? Plus durs d’oreille ? Ou simplement plus paresseux?

Même si je suis d’origine française, j’ai trouvé ça insultant de voir CRAZY sous-titré et des expressions québécoises « traduites ». Menteries est devenu mensonge, Criss traduit par putain et j’en passe…Presque risible.

Finaliste pour la Coupe de l’info – Votez pour moi !

Surprise et joie il y a quelques semaines. On m’annonce par courriel que mon blogue, ce blogue est finaliste dans la catégorie Développement durable pour la 4e Coupe de l’info.

Le tout se déroule les 22,23 et 24 janvier 2010 à Courchevel. Malheureusement je n’y serai pas. Je serai à Montréal. Mais j’aimerais bien que le tout soit diffusé sur l’Internet, je pourrais y assister via Skype, par exemple. À suivre.

Mais je suis toujours très surprise et très fière d’être simplement finaliste dans une catégorie où se côtoie des blogues de journalistes de L’Express.fr, Conso gonzo d’Eric Lecluyse, du Nouvelobs.com avec Planète de Guillaume Malaurie, de Rue89.com avec son blog Passage à l’acte (rédacteur Collectif), et d’un autre journaliste indépendant Laurent Samuel et son blog planète.

Les internautes peuvent voter en cliquant ici pour leur meilleur blogue. Évidemment je vous encourage à voter pour le mien mais je ne me fais aucune illusion. Mon blogue n’est pas typiquement en France, j’ai beaucoup d’infos québécoises, je ne l’alimente pas que d’info écolo et je suis une indépendante, je ne suis pas payée pour écrire sur mon blogue. Je ne peux donc pas y consacrer tout mon temps.

Mais le seul fait d’être finaliste me ravie et remplie de joie. J’ai aussi l’impression d’être de plus en plus reconnue dans mon pays d’origine, surtout depuis que que la version française de mon livre l’écolo écono a été adaptée.

L’Auvergne serait ensorcelante…

Samedi dernier, La Presse consacrait un gros trois pages à ma région d’origine, l’Auvergne. J’en ai souvent parlé dans ce blogue, lors de chacun de mes voyages pour voir ma famille à St-Rémy-de-Chargnat. Le journaliste l’a qualifiée d’ensorcelante. J’adore. Car c’est ça l’Auvergne, la région la plus méconnue de France mais riche, insoupçonnable de beautés, d’activités et de ressources.

Début 2008 j’avais proposé une série d’articles à la Presse justement mais seul celui-ci avait été accepté: sur les châteaux auvergnats. Cela m’avait permis de rencontrer Vanessa Michy qui a justement servi de guide à André Duchesne. Je n’étais donc pas dans le champ en jugeant que des articles sur l’Auvergne intéresserait les lecteurs de La Presse. Tant mieux. J’aurai aimé les écrire mais les sujets ne manquent pas sur l’Auvergne: la nourriture du terroir: saucisson, Saint-Nectaire et autre fromages, etc, les randonnées, les volcans et Vulcania, Michelin, et j’en passe…

Je vous le dis, mon amie Véronique pourrait en témoigner, l’Auvergne est à découvrir. Pensez-y. Et je ne suis même pas payée par Tourisme Auvergne pour vous dire tout ça. C’est mon coeur d’Auvergnate qui parle !

Les différences entre la France et le Québec

On me demande souvent d’identifier ces différences. Très difficile. Mais souvent les Français ont une critique envers les Québécois: ils se font difficilement des amis lorsqu’ils immigrent ici. Je n’ai jamais ressenti ce problème.

J’ai une explication: je suis arrivée jeune (20 ans) et je suis allée à l’Université. Par ailleurs, je ne suis pas arrivée en couple. J’ai noté que les couples de Français qui arrivent au Québec ont tendance à s’enfermer dans leur couple justement. C’est normal et facile mais rien pour favoriser les contacts extérieurs. Je pense aussi que l’attitude un peu hautaine et condescendante de certains Français rebutent parfois les Québécois. Aussi certains Français croient qu’on va les recevoir avec les honneurs et que leur statut d’immigrant fait que les Québécois (et parfois les autres Français immigrés) leur doivent l’hospitalité et la visite touristique…Désolée, mais ça se gagne…

Mais (grâce à Marie-Julie) j’ai trouvé l’explication la plus intéressante et plausible sur la différence dans les relations avec les autres sur le blogue d’un Québécois immigré en France, à Paris. Paul explique que l’impudeur et l’ouverture superficielle des Québécois trompent souvent les Français qui restent pantois et déçus devant les fausses promesses. J’avoue qu’il a totalement raison.

Alors compatriotes Français ne prenez pas les promesses des Québécois pour du cash et amis Québécois arrêtez de faire des promesses en l’air. Peut-être que mes deux peuples vont se comprendre un jour…

Les mots anglais utilisés en France

Mon collègue Fabien Major m’inspire en ce matin de fête des mères au Québec. La fête des mères est le 7 juin en France.

Je reviens d’une dizaine de jours en France et chaque fois je le remarque. Les Français utilisent des mots anglais à tour de bras. La gay pride, les people, etc. Le tout avec l’accent typique des Français.

Les Français ne considère pas leur langue en danger donc ils ne jugent pas urgent de la protéger. Chaque fois qu’un visiteur français vient me voir au Québec, il est impressionné par l’attachement des Québécois à leur langue et les moyens qu’ils prennent pour la protéger. Même avec l’accent, les fautes et les anglicismes.

Autre truc qui m’a fait rire en France. Il y a une nouvelle émission : Les petites stars, un hybride entre l’école des fans et Star Académie. Certains chantent en anglais sauf que je ne comprenais absolument pas les paroles tellement l’accent était épouvantable. D’ailleurs, l’un des juges, Gilbert Montagné, qui est aveugle et a donc une oreille encore plus développé, a dit à l’un des participants qu’il devrait travailler sur son anglais pour le chanter…

C’est ça. Les Français s’obstinent à inclure des mots en anglais dans leur langue même si leur prononciation est épouvantable. Je le sais, j’ai gardé certains symptômes ! Demandez-moi de prononcer Beach et Bitch….Moi je vais à Virginia Bitch et non Virginia Beach. Dur, dur.

La vie en avion est une attente et de la sécurité…

Peut-être que c’est pour encourager les voyages en train, moins dommageables pour l’environnement mais les attentes des voyages en avion sont interminables. Sans compter la classe sardines (Air France) ou bétail (Air Transat et les autres compagnies à rabais)…

Je sais je me plains le ventre plein. J’ai la chance de faire plusieurs voyages. Sauf que parfois, j’ai l’impression que nous ne sommes que du bétail tant pour les compagnies aériennes que pour les aéroports et les douaniers…

Quant à la sécurité, on nous bassine avec son utilité. Vraiment? N’est-ce pas une manière de faire fructifier la peur collective et les compagnies privées de sécurité? Peut-être que je regarde un peu trop la série américaine 24 mais je les trouve très pertinent en cette septième saison…Je n’en dirai pas plus pour les adeptes qui attendent la version française.

À Roissy-Charles-de-Gaulle, jeudi 30 avril, veille du 1er mai, jour férié en France, c’est l’attente interminable pour se faire fouiller. Plus d’une heure, entourée de Français peu patient qui ne se gène pas pour le faire savoir.

Ensuite, pour la deuxième fois (j’avais été fouillée à Clermont-Ferrand pour le vol jusqu’à Paris), il faut presque se déshabiller. Enlève les bottes, le foulard, la ceinture, le gilet, sort l’ordinateur du sac, le cellulaire, bois ton litre d’eau en 30 secondes, jette le pot de crème et le parfum cher, place les autres dans un sac en plastique transparent. Et remballe le tout puis recommence.

Ah tiens…J’y pense. J’avais placé mon tube de dentifrice dans mon sac à dos. Pas dans le sac de plastique transparent. Personne ne m’a rien dit. Il a passé deux contrôles de sécurité…

Après l’attente pour déposer ses bagages, pour passer la sécurité, je le rappelle 1h en ligne à Roissy, il faut encore attendre pour embarquer dans l’avion, attendre pour s’asseoir dans l’avion, attendre pour en sortir, attendre pour manger, pour aller aux toilettes, attendre pour passer la douane en 5 secondes, attendre pour ses valises…La vie en avion est en attente! La vie en avion est une longue et définitive attente.

Sauf pour les chanceux qui voyagent en classe affaires…

Oui je sais, l’avion n’est pas écolo. Pas tant que ça. J’aime la suggestion d’Hervé Kempf. Il n’est pas question de ne plus voyager en avion mais d’éviter les séjours courts. Lorsqu’on prend l’avion, on peut rester plus longtemps. On peut aussi prendre le train pour les courtes distances et le bateau si on a du temps.

Mais le train fonctionne mal en Amérique du Nord. Dommage car j’aurais préféré aller à Virginia Beach en train. Vraiment. Tout comme j’irai à Las Vegas et Los Angeles en train aussi la semaine prochaine…Un jour.

Entrer en politique = entrer en religion?

La rumeur confirmée de la relation entre Nathalie Normandeau, ministre du gouvernement et François Bonnardel de l’ADQ alimente les nouvelles. On se demande, se pose des questions et les journalistes analysent l’affaire.

Oui c’est leur vie privée. Mais a-t-on une vie privée lorsqu’en entre en politique? Comment les deux tourtereaux éviteront de parler de leurs affaires politiques respectives? Honnêtement lorsqu’on est en couple, il est rare que l’on ait des secrets pour son conjoint. Pas facile de faire la part des choses pour le couple. Comme je le mentionne sur Branchez-vous, c’est pire en France avec les nombreux couples politiciens-journalistes-animatrices de TV. La liste est longue. Et plus problèmatique. Comment une ou un journaliste peut être neutre dans un tel cas? Impossible. C’est d’ailleurs pour ceci que les animatrices concernées ont abandonné leur poste lors d’élections.

Pas facile car il est tellement rare de tomber sur LA bonne personne, sur l’amour de sa vie. Quand ça arrive, beaucoup sont prêts à tout laisser tomber. Que feront-ils ?

Bande annonce d’un film banni du métro parisien…pour cause de cigarettes…


Hier soir aux nouvelles en France, on parle du bannissement par le métro parisien de l’affiche du film sur Coco Chanel. Pourquoi? Car l’actrice qui incarne la célèbre designer, Audrey Tautou, y est photographiée une cigarette à la main. L’affiche du film Coco avant Chanel est donc censurée en vertu de la loi Evin qui interdit toute publicité pour les produits du tabac.

N’est-ce pas un peu forcé? Tout comme l’effacement de la pipe de Jacques Tati, le remplacement de la cigarette de Lucky Luke par un brin d’herbe. Que fera-t-on pour le film sur Serge Gainsbourg qui est en préparation?

Cette loi interdit toute publicité sur le tabac sauf qu’une affiche de film n’est pas de la publicité. Il semblerait que la RATP exagère et pousse un peu loin l’application de cette loi. Les produits artistitiques ne seraient pas inclus.

Des fromages européens contaminés

Alors que le ministère de l’agriculture a pratiquement mis sur la dèche les fromagers québécois lors de la crise de la listériose, l’émission radio-canadienne, La semaine verte, démontre que les fromages européens sont contaminés par toute sorte de bactéries. Bravo. On scrute à la loupe nos fromages, provoquant une crise qui place toute l’industrie au bord du gouffre, pendant qu’on laisse passer des fromages européens contaminés…Difficile à comprendre.
À voir demain à la télévision de Radio-Canada. Plus d’info sur leur page Facebook.

Les universités françaises en grève: un nouveau mai 68?

On parle plus de la crise générale dans les Antilles que la grève générale dans les universités françaises. Un professeur français, Vincent de Gaujelac, invité à Christiane Charette, mentionnait son étonnement devant le silence de nos médias à propos de cette nouvelle. En effet.
Est-ce une vengeance contre le silence constant et permanent des médias français sur les nouvelles venant du Québec et du Canada. Ils préfèrent les États-Unis…faisant comme si le voisin du nord n’existait pas.

Le mouvement de débrayage s’étend maintenant à plus de 76 universités et ne s’essouffle pas. Est-ce les prémisses d’un nouvel épisode à la mai 68? Comment Sarkozy réglera cette nouvelle crise?

Des décroissants à Envoyé Spécial

Reportage intéressant de mon émission préférée qui décrit le mode de vie de quelques « décroissants » français. Évidemment, lorsque les journalistes qui ne couvrent pas l’environnement d’habitude se plonge dans le sujet, on a droit à leur surprise. Comme si le fait de composter était un style de vie bizarre.

On a aussi droit aux extrêmes, la femme qui vit dans une yourte et élève des moutons, le couple de jeunes ingénieurs qui vit avec trois célibataires, récupèrent la nourriture que jettent des maraîchers et compostent.

À voir sur Internet ici et sur TV5.

Roissy et Orly fermés !!!

Je n’en reviens pas. J’ai déjà décollé par très forts vents à Roissy et même à Clermont-Ferrand. J’avais du mal à marcher…Même sous la neige. C’est la première fois que j’entends dire que les aéroports ferment. Ça va souffler à décorner des boeufs… J’espère que ce ne sera qu’un mauvais moment à passer pour les résidents des régions touchées…

Message aux Français et Françaises

Je me fais le relais pour mes compatriotes du message de Stéphane Laporte que l’on peut lire ici.

Il n’a pas tort. Les Français peuvent parfois, et j’insiste sur le parfois, se montrer un peu paternalistes ou du moins regarder de haut les Québécois, se croire tout permis. Peut-être car ils nous prennent pour la famille ? Car c’est un peu ça non ? Les cousins…

Sans blague, l’énorme faux pas du député français qui accueille le Premier ministre québécois en lui demandant s’il n’a pas trop « la plotte » à terre….Oups, reoups. Pour constater l’ampleur de la gaffe, allez, amis français, voir la définition ici.

La prochaine fois que vous voulez impressionner des amis québécois par votre savoir-parler, informez-vous… Trop souvent lors de mes voyages en France, j’entends des erreurs choquantes…ou drôles !

Chroniques Blondes aborde le sujet et nous offre un lien vers les deux soeurs et leur lexique parlure québécoise et français de France.

L’Auvergne se tient debout dans le dossier Dieudonné !

Ce matin lors de son intervention sur le dossier Dieudonné à Paris (l’émission Christiane Charette), Katia Chapoutier, la collaboratrice de Radio-Canada, a mentionné qu’une ville d’Auvergne avait interdit l’humoriste. J’ai donc rejoint Katia pour lui demander quelle était cette ville de ma région natale.

Il s’agit de Cournon d’Auvergne, voisine proche de Clermont-Ferrand. Une décision d’importance du maire de la ville puisque la plus grande salle de spectacle d’Auvergne, le Zénith, se trouve sur le territoire de Cournon. Et vlan. Dieudonné ne peut donc plus (ou pas pour le moment) se produire au Zenith. Il devait y être le 24 janvier prochain (annoncé remis au 16 mai 2009). Espère-t-on que la ville changera d’avis ou que l’interdiction sera renversée ? Car pour le moment, la raison officielle de la remise du spectacle est le manque de vente.

Je ne me suis jamais vraiment prononcée sur le dossier Dieudonné car je ne le connais pas et ne me suis jamais intéressée à son cas. Sauf que je tique quand j’entends ses liens avec le Front national et le négationniste, Robert Faurisson. Il me semble que si le maire de Paris et celui de Cournon se liguent pour lui interdire leur ville, tout comme Montpellier, Evreux, Lyon, Besançon ou Belfort, ce n’est pas pour une raison mineure…

CO2 Mon amour sur France Inter

Quelle belle ronde des journalistes et quel animateur sympa. Je n’ai pas eu le temps, ni pris la chance de donner le titre de mon livre, l’écolo écono, disponible en France. Un peu de pub…..

Heureusement qu’il faisait, à Montréal, un temps « canadien » pour ravir mes compatriotes français. Car nous sommes gâtés en ce samedi matin. Un beau -17 avec un facteur vent qui nous donne une impression de -28. Enfin, c’est ce que dit la météo car je n’ai pas encore mis le petit pied dehors. Ce sera pour plus tard. Et en plus demain dimanche, on nous annonce une belle tempête.

Petite coïncidence. Lors de son billet d’humeur d’ouverture, Denis Cheissoux a parlé de la Limagne dans le Puy de Dôme. Justement l’endroit où j’ai été élevée moi l’Auvergnate devenue Canado-Québécoise.

Lors de l’émission, j’ai parlé de l’inaction totale en matière d’environnement du gouvernement conservateur mené par un premier ministre et un ministre de l’environnement originaires de l’Alberta. La province dont la vache à lait sont les très polluants sables bitumineux…
Aussi d’un billet pondu cette semaine sur le sapin de Noël naturel qui est le plus écolo, sur les matières recyclables comme le papier, carton et plastique dont les centres de recyclages ne savent plus que faire.

Réduction de la consommation à prévoir peut-être car recycler n’est pas l’action la plus écolo, c’est la moins pire tel qu’écrit ici ? Comme une réduction de notre consommation d’énergie ? Car on gaspille encore beaucoup l’électricité en éclairant à tout vent, en chauffant trop nos maisons, en les isolant mal…

Pendant ce temps, le gouvernement du Québec veut développer un nouveau barrage sur la rivière la Romaine de la Côte-Nord en détournant le cours d’eau et détruisant au passage un éco-système. Ce qui se passe aussi en Corse a mentionné durant l’émission le journaliste Fabrice Nicolino.

Autres sujets abordés par mes collègues Hervé Kempf sur l’explosion de la colonie de méduses (très désagréables lorsqu’on se baigne à leurs côtés) à cause de la disparition de leur prédateur la tortue de mer ainsi que Laure Noualhat sur la Stevia, une plante sucrante naturelle interdite en France. Je lui ai proposé de lui en amener lors de mon prochain voyage en France, quelque part au printemps 2009.

J’ai aussi très hâte de lire le livre d’Hervé Kempf qui sort en France en janvier : Pour sauvez la Planète, sortez du capitalisme. J’espère qu’il sera rapidement au Québec. Car je suis, tout comme lui, persuadée que le capitalisme engendre la destruction de la Planète…À suivre donc…

Vous pouvez écoutez l’émission via le site internet en cliquant ici en haut à droite.

Quelques liens pour 98,5 FM et l’article sur l’Auvergne

Pour écouter ma chronique sur le chauffage au bois lors de l’émission avec Isabelle Maréchal au 98,5 Fm et m’entendre m’étouffer, c’est par ici. En superbe compagnie, j’étais précédée de Marie Laberge et suivie par Marc Lévy. Ouf.
Pour lire l’article sur les châteaux en Auvergne dont je parle ici, il est sur le site de Cyberpresse avec l’une des photos et c’est ici.

La vie de château en Auvergne

En fin de semaine, mon article sur les châteaux auvergnats paraissait dans le cahier voyages de la Presse. Je n’ai pas le lien internet mais vous trouverez sous les photos, le texte original, non coupé ainsi que le scan de l’article publié. Je vous rappelle que Saint-Rémy-de-Chargnat est le village où j’ai grandi.


Le château de Billy

Le pont rénové de Saint-Rémy de Chargnat
Au loin, Usson, prison de la Reine Margot

Le château de Billy
Tel qu’il était…avant…
et maintenant
Notre fabuleuse guide, Marie-Pierre, qui en connaît un bout sur son château !
Entrons pour la visite…

Vivre la vie de château en Auvergne
Cécile Gladel

Si le faste des châteaux de la Loire est connu, ce n’est pas le cas des châteaux d’Auvergne, plus rustres et discrets. Mais aussi authentiques et riches d’une profonde histoire. Donjon, créneau, meurtrière et pont-levis parsèmeront les visites des forteresses auvergnates. Vous y revivrez les batailles épiques des seigneurs du Moyen-Age ou dormirez dans une chambre accompagné du fantôme de la reine Margot.

En Auvergne, région du centre de la France dont Clermont-Ferrand est la capitale, chaque village et butte était autrefois coiffé d’un château. De différentes époques, mais les forteresses du Moyen-Âge sont en plus grand nombre. Une histoire différente vous attend lors de chaque visite. Ainsi que des animations pour exiler les touristes dans les temps moyenâgeux.

Si les volcans, le fromage et Michelin font la renommée de l’Auvergne, les châteaux racontent l’histoire de cette région. Particulièrement ceux du Moyen-Âge. En effet, à cette époque, l’Auvergne ne fait partie du Royaume des Francs. L’activité préférée des comtes auvergnats et de leurs vassaux est de construire des châteaux-forts pour se défendre. Jusqu’au XIIe siècle, ils ne reconnaissent pas l’autorité du roi de France. Ce n’est qu’en 1213 que Philippe Auguste rallie le comté d’Auvergne au royaume de France.

Certains existent encore, conservés, rénovés ou rebattis au fil des siècles. Comme celui d’Opme, du XIIe siècle, gardien de la voie romaine entre Gergovie et Clermont-Ferrand, racheté, il y a 18 ans par un passionné, Philippe Durin. « J’avais un roman avec celui-ci, car je l’ai visité durant mon enfance. Mon rêve s’est finalement réalisé ».

Être propriétaire d’un château classé exige de suivre des règles lors des rénovations. Et des investissements non négligeables. Selon le châtelain d’Opme, pour s’en occuper adéquatement, le château doit devenir sa résidence principale.

Certains n’ont pas eu cette chance et ont subi les affres du temps, de l’histoire ou du Cardinal Richelieu qui fit démanteler les châteaux forts auvergnats en 1629. Mais ils se visitent. Comme ceux d’Alleuze, magnifique dans son cadre enchanteur, ou Billy, construit au XIIe siècle, propriété du village du même nom qui en prend jalousement soin.

Depuis 1967, c’est le conseil municipal du village de Billy qui le gère. Durant la visite d’une heure, une guide raconte l’histoire de ce château situé stratégiquement aux portes de l’Auvergne. Mais ce n’est pas tout, chaque année, la municipalité ajoute des activités. « En août prochain, nous organisons deux camps militaires sur l’histoire du château », souligne la mairesse adjointe, Annick Chovet.

Outre ce fait historique, les châteaux auvergnats ont déjà été au coeur de l’actualité récente ou non. Le film les Choristes a été tourné au château de Ravel, du XIIe siècle.

Par ailleurs, la reine Margot, alias Marguerite de Valois a été retenue prisonnière au château d’Usson, dont il ne reste que quelques vestiges. Tout comme celui de Nonette, qui était relié à celui d’Usson par des passages souterrains.

La reine Margot a marqué l’histoire de la région. Le château de la Vernède dans le village voisin d’Usson, St Rémy de Chargnat, était son pavillon de chasse. Il est maintenant transformé en chambres d’hôtes.

Ce n’est pas le seul château où l’on peut dormir. Celui de Busset reçoit les visiteurs à partir de 120 $ ; mais c’est un tarif minimum. Cher pour se transformer en seigneur, ne serait-ce qu’une nuit…

Pour en savoir plus :
L’info touristique en Auvergne ( section Patrimoine)

La Route Historique des Châteaux d’Auvergne

Six circuits de la Route des châteaux d’Auvergne permettent de découvrir les châteaux selon une logique régionale. Trois sont situés dans le département du Puy-de-Dôme, le plus choyé en nombre de châteaux. Mais les amateurs des châteaux plus «récents» du XVe siècle ou XVIIIe siècle comme celui de Parentignat seront aussi choyés.

Ouvrir les magasins le dimanche?

Nicolas Sarkozy veut changer la France. Y ouvrir les magasins le dimanche. C’est pratique mais en même temps, a-t-on vraiment besoin de magasiner 7 jours sur 7? Je suis partagée. Et la vie de famille des travailleurs du domaine de la vente ?

Je le constate avec mon beau-frère qui travaille chez Carrefour en France. Il n’a qu’un jour de congé : le dimanche. Que se passera-t-il si l’ouverture des magasins le dimanche est permise ? Il devra travailler 7 jours sur 7 ? Indécent.

Malheureusement, on peut instaurer les meilleures protections possibles des travailleurs, certains patrons trouveront toujours le moyen de les contourner. Et certains travailleurs accepteront toujours tout, même si c’est illégal ou immoral.

Le changement ne se fera pas sans heurts en France où de nombreux magasins (surtout dans les petites villes) sont fermés le dimanche et le lundi encore. Cette politique avantagera encore les gros centres commerciaux, les Carrefours et cie mais sûrement pas les petits commerçants qui travaillent déjà beaucoup. Après la libéralisation du développement des Hards discounts, voici une autre mesure qui tuera le commerce local et de proximité.

La France prend le virage nord-américain qui ne fonctionne pas. Attention. Résistez!

Ici au Canada, les magasins sont ouverts 7 jours sur 7. Une surprise pour les Français en visite. Ils sont ouverts de 9-10h à 17h du lundi ou mercredi ainsi que samedi et dimanche (certains n’ouvrent qu’à partir de 12h) en général. Jusqu’à 21h le jeudi et vendredi. Honnêtement, je crois que ce n’est pas à la France de changer mais aux autres de retourner au bon vieux dimanche de congé. Je sais c’est utopique. Mais la société de consommation doit laisser sa place à une vie plus simple et moins axée sur l’achat à toute heure et en tout genre. On est habitué à tout avoir tout de suite. On s’habituera au contraire et à planifier. Je dis ça en sachant bien que de temps en temps, je vais acheter des trucs le dimanche mais il faut décider quel type de société nous souhaitons.

Sommet de la Francophonie : l’absence de Sarkozy

La ville de Québec est l’hôte du Sommet de la Francophonie. Une réunion où Nicolas Sarkozy brillera par sa visite éclair. Plusieurs critiquent ce désintérêt évident du président français pour la francophonie. Est-ce parce que la France, le plus grand pays francophone au monde, ne se sent pas menacée par l’anglais et la montée des autres langues?

Chaque fois que des Français me rendent visite, ils s’étonnent de voir les Québécois aussi conscient du français et du besoin de défendre notre langue commune. Est-ce que les Français devraient prendre modèle sur les Québécois au lieu d »intégrer des mots anglais qu’ils ont, d’ailleurs, du mal à bien prononcer?

J’en parle plus en détail ce matin sur Branchez-vous.

Peu de temps pour le calme et la pédagogie

L’éco-taxe fait toujours parler en France. La secrétaire à l’écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, se range derrière son chef, Sarkozy, et n’essaye surtout pas de brasser la cage. Elle souligne ici que l’écologie demande du calme et de la pédagogie. Mais a-t-on le temps ?
Cela fait plus de 30 ans que la Commission Bruntland nous avertissait. Si l’environnement est maintenant au coeur des préoccupations (tant que ça ne change pas trop notre vie de sur-consommateur), les gouvernements restent très timides.
Évidemment, il ne faut pas se demander d’ou vient cette timidité. Pensez-vous que les lobbys des multinationales restent muets devant la possibilité d’éco-taxe et de bonus-malus ? Pourtant, il faudra agir un jour ou l’autre. Il faudra comme le mentionne l’un des commentaires de cet article du Journal du dimanche prendre des mesures drastiques. L’obsolescence programmée des appareils est un problème. Les entreprises ne le reconnaissent pas mais tout le monde le sait.
Par ailleurs, je suis étonnée d’entendre les citoyens se plaindrent d’une nouvelle taxe. Pourtant la solution est simple. N’achetez pas le produit soumis à l’éco-taxe. Trop souvent, ces produits jetables, non-recyclables, polluants ne sont absolument pas nécessaire à notre vie. Alors on met notre porte-monnaie au régime au lieu de chialer contre une nouvelle taxe. Finalement, on aura plus d’argent dans nos poches. Essayez pour voir…

Une éco-taxe en France?

J’en ai parlé la semaine dernière sur Ma Terre. Jean-Louis Borloo, ministre français de l’Écologie, compte instaurer une taxe « pique-nique » (quel mauvais mot en passant) sur les couverts et ustensiles jetables et non recyclables. Excellente idée. Ne peut-on pas utiliser des couverts réutilisables? Est-ce trop difficile de faire la vaisselle? Je trouve ça toujours paresseux mais aussi pas très agréable de manger dans des assiettes en carton ou en plastique. C’est sur que lorsque je suis invitée, je me la ferme.
Sauf que j’ai remarqué que les Français avaient plus tendance à utiliser de tels couverts que les Québécois. Lors de l’épluchette de blé d’Inde de notre ruelle dont je parle ici, point de jetable. Je dois dire que je l’avais précisé dans l’invitation.
Sinon, il semble que le ministre Borloo vient de se faire remettre en place par le Premier ministre Français, François Fillon sur l’implantation de bonus-malus sur divers produits. Dommage. Les produits plus dommageables pour l’environnement devraient être taxés. Cet argent servirait au financement du transport en commun et de toute action bénéfique pour l’environnement. Non ?

L’implication de Yannick Noah

Voici une vidéo de la chanson de Yannick Noah (ancien tennisman français reconverti en chanteur) et avis aux Québécois, très populaire en France.

En fait, il est la personnalité française la plus aimée ! Il chante, bien, des chanson engagées comme celle-ci : Aux arbres citoyens ! Cette chanson, très orientée environnement et protection de la planète par les jeunes fait partie de l’album Charango, en vente ici à un prix que je trouve excessif, 42,99$. Est-ce une erreur ? On le trouve à 14 Euros à la FNAC !
Je l’aime beaucoup et je la présenterai à des jeunes lors d’une conférence que je donne mardi après-midi au Collège Notre-Dame-de-Lourdes à Saint-Lambert.
Noah a créé avec sa mère une fondation pour les enfants : Enfants de la terre.
Il aide aussi les jeunes grâce au tennis avec Fête le mur.
Malheureusement Yannick Noah a annulé le concert qu’il devait donner dans le cadre des Francofolies à Montréal le 25 août dernier. Il est peu connu au Québec. N’avait-il pas assez vendu de billets ? N’y avait-il que moi qui avait acheté un billet ?
Il y avait eu cette nouvelle sur son fils. Pas de quoi fouetter un chat mais en Floride, on ne discute pas.

Nouvelles émissions écolos sur TF1 et France 5

Comme ici au Québec, mais avec une année de retard, la France vit une révolution environnementale. On retrouve donc des émissions à saveur écolo dans le portrait télévisuel français. Sur TF1, il s’agit de C’est ma Terre, des capsules courtes qui présenteront des astuces pour protéger l’environnement. Tandis que France 5 lancera une sorte de télé-réalité écolo ou chasse au trésor, Report-Terre. De jeunes reporters sillonneront l’Europe à la recherche des meilleurs initiatives environnementales. J’aime ça et j’espère le voir sur TV5.
On peut faire beaucoup de télé écolo…
Une idée de mon ami Steve Proulx qui pourrait faire fureur. On enferme des gens dans une maison. Pas très originale jusque là. Mais chaque semaine, on leur enlève une avancée technologique et ils doivent se débrouiller.
Mon amie, voisine et proprio a eu une autre idée que nous entendons développer mais je ne vous en dirai pas plus …
J’embarque aussi cette semaine dans un projet pour Canal Évasion. Un projet que mon amie Chantal porte depuis 2 ans et qui est sur le point d’aboutir. Il ne faut jamais désespérer !
J’ai hâte de voir les nouvelles émissions de la rentrée.
J’ai vu que Canal Vie avait une nouvelle émission écolo, Billets verts qui passe en ce moment. Un peu comme mon livre l’écolo écono, on remet à la famille, le montant d’argent qu’elle économisera en changeant son style de vie.
Il y aura la quatrième saison, les apprentis du Rebut Global, sur lequel j’ai grandement travaillé l’été dernier pour la recherche. Voyez la bande annonce ici. Produit par Blue Storm. Qui produit aussi la Vie en Vert, de retour pour la troisième saison.

Mon livre dans Mode et Travaux et Clin d’Oeil


Cette revue Française, qui si je me souviens bien est vendue au Québec, mentionne mon livre, version française, dans son numéro de septembre. Une amie française est tombée dessus ce matin! Génial. La publicité est toujours la bienvenue.

Par ailleurs, le dernier numéro de Clin d’Oeil consacre un bel article à mon livre et mentionne aussi mon blogue. Tout aussi génial. Il ne manque que Châtelaine…Peut-être lors de la sortie de l’écolo écono junior qui devrait bientôt être dans mes mains…Il est en impression. En librairie le 27 août ! Pour la rentrée.

Première joueuse québécoise à gagner un tournoi!

Ma double nationalité franco-canadienne a été mise à rude épreuve hier lors du match Marion Bartoli-Aleksandra Wozniak. Finalement j’étais derrière la jeune québécoise qui s’entraîne à Montréal ! Un beau match gagné brillamment par Wosniak.
J’en parle sur Branchez-vous.
Car oui j’aime beaucoup le tennis. J’ai commencé à jouer sur le mur de la maison paternelle à l’âge de 12 ans en imitant Borg et Chris Evert !!! Il faudrait que je m’y remette.

Le Tour de France arrive en Auvergne !

Même si on pense que ce ne sont que des dopés, c’est quand même mon enfance, le Tour de France ! Mon père était un fan. Mes débuts d’étés ont baigné dans les différentes étapes, dans la suprématie de Bernard Hinault.
Il passe souvent en Auvergne dans ma région natale mais cette année c’est quatre étapes qui passent par l’Auvergne. Deux à partir d’aujourd’hui puis deux au retour sur Paris.
Les cyclistes sur-doués (!) arrivent à Super-Besse aujourd’hui. Une station de ski auvergnate située à 45 minutes de mon village natal, St-Rémy-de-Chargnat. Puis demain c’est Brioude – Aurillac. Regardez sur la carte. En haut de Brioude, vous verrez Issoire et Sauxillanges, mon village se trouve entre les deux.
Ils passeront par le Puy Mary, le plus beau paysage d’Auvergne selon mon père qui connaissait sa région !

Enfin dans un palmarès !

J’ai longtemps espéré et rêvé d’entrer dans le palmarès Renaud-Bray. En vain. Ni celui d’Archambault, plus court. C’est en France dans le palmarès des livres Nature et environnement de la FNAC, que je viens enfin de voir l’écolo écono. Ok je réalise que c’est le palmarès d’une catégorie spécifique, que je ne suis qu’en 12e place mais bon. Ça fait plaisir. Je ne suis pas au fin fond du classement dans un pays qui compte 10 fois plus de lecteurs qu’au Québec.
Prochain objectif, le palmarès des 100 meilleurs ventes de la FNAC…hum hum
Bon finissons donc l’écolo écono junior pour attaquer le quatrième, les pollutions invisibles…

Comment les Français voient les Québecois !

Dans la trainée de poudre laissée par la bévue de Paris-Match qui a confondu le 400e de Québec ( la ville de Québec) et du Québec ( la province). J’ai bien aimé la chronique de Nathalie Petrowski dans la Presse de ce matin. Cela m’a inspiré. Moi qui navigue entre les deux pays et qui entend de chaque côté de l’Atlantique des inepties gratuites. Surtout en France. Parfois j’en ris, parfois je hurle. Je ne sais pas comment réagir après avoir lu que le rédac en chef de Paris Match décrit les Québécois comme des paysans avec une carte de crédit. Très réducteur. Passons.

Tout d’abord, je dois dire que les Français ont une tendresse marquée pour le Québec. Les commentaires ne sont jamais méchants. Seulement condescendant parfois.

Ce qui me choque le plus ? Lorsque des Français disent avoir du mal à comprendre l’accent ou quand on sous-titre des québécois…Cela me met hors de moi. Les Québécois ne sous-titre pas les films français. Ils ont simplement appris à comprendre l’accent. Les Français devraient faire de même et se forcer un peu les oreilles. Cela élargirait leur vision. J’espère que le film sur les Ch’tis contribue à cette ouverture.

J’enrage aussi lorsque des Français me demandent s’il ne fait pas trop froid alors qu’on est en été. Avec l’internet de nos jours, on devrait être informé rapidement. Alors je vous informe : Le Québec est agrémenté de quatre saisons distinctes. L’hiver, il fait effectivement froid et même très froid. Par contre l’été, il faut chaud et même très chaud. Réglé ?

Finalement je crois que les Français souffrent plutôt d’ignorance et non de sentiment de supériorité. Enfin je l’espère…

Avez-vous des histoires à me raconter sur la manière dont les Français voient les Québécois ? Et le contraire ? Et les Français, avez-vous des histoires à raconter sur votre vision ? Sur la manière dont vous avez été accueilli au Québec ?

Paris Match commet une bévue !

Aujourd’hui paraît un numéro spécial de Paris Match sur le Québec. Sauf que ce numéro comporte une sérieuse bévue journalistique. En effet, le célèbre magazine parle du 400e anniversaire du Québec et non du 400e de la ville de Québec. En fait le numéro ne parle pas de la ville de Québec.
OUPS.
Je suis journaliste et je fais un peu plus de recherche quand même…Comme quoi il vaut mieux faire affaire avec des journalistes pigistes de l’endroit. Cela aurait évité une telle gaffe.
Pierre Cayouette en parle sur son blogue et je suis totalement d’accord avec lui. Quand on lit les erreurs qui s’écrivent…On peut douter…La crédibilité des journalistes en prend un coup.
Alors un seul mot, recherche, contact, etc…Avec l’internet, nous n’avons plus aucune excuse !
Dans l’article du Soleil, on apprend que le rédacteur en chef a constaté la bévue en arrivant à Montréal…
L’Express n’a pas fait la même erreur. Ouf.
Petit mémo pour mes compatriotes français qui font souvent l’erreur. Quand on parle du Québec c’est de la province dont on parle. Quand on parle de Québec c’est la ville…Une différence de superficie et de population…

Du café équitable au Tour de France…..à la voile !

Au départ, j’avais lu Tour de France et j’ai pensé immédiatement à celui en vélo. Excellent, ai-je pensé pour la publicité et la promotion du commerce équitable. Mais non, ce sera bel et bien un Tour de France mais celui en voile. Moins polluant que les vélos suivis par de nombreuses voitures….et dopé !

Mais la bonne nouvelle est que Malongo, café certifié équitable par Max Havelaar, sera le fournisseur officiel du Tour de France à la voile et en profitera pour promouvoir ce type de commerce lors des arrêts dans les villes étapes. Tant mieux.

En parlant du Tour de France cyliste, il passe par ma région, l’Auvergne à plusieurs reprises cette année. Le 10 juillet, le Tour arrive à Super Besse, l’une des stations de sports d’hiver auvergnate. Ensuite le 11 juillet, étape qui part de Brioude ( à quelques kilomètres de mon village natal, St-Rémy-de-Chargnat). Cette étape sera l’occasion pour les cyclistes de gravir le puy Mary, plus beau paysage d’Auvergne selon mon père. La dernière photo que nous avons de lui avant son accident a été prise au Puy Mary justement. Trois jours avant son accident fatal.

Ensuite, le Tour continue sa chevauchée pour revenir en Auvergne par l’autre côté. Les 25 et 26 juillet, Roanne et Montluçon.

Ouest France parle de mon livre !

Ouest France est le plus gros tirage français pour un quotidien même s’il n’est que régional ( comme son nom l’indique, l’ouest de la France). Plus de 800 000 copies chaque jour. Imaginez donc si je suis heureuse d’y avoir une petite place ce matin dans un article qui parle de mon livre, l’écolo écono !
Un article qui est en fin de journal dans la section mode de vie mais qui résume si bien le coeur du livre. Évidemment, j’ai seulement la « copie » internet ici. Allez lire. Pour les québécois qui ont déjà mon livre, sachez que dans la version française, nous avons ajouté des exemples d’économies, qui varient avec la fluctuation des prix mais cela donne une idée.
J’espère maintenant que le journal de ma région, la Montagne fera quelque chose ! Sans oublier qu’ils ont déjà parlé de moi ici dans leur rubrique les Auvergnats du bout du monde !