La mode, les designers et les boutiques plus écolos

On en parle de plus en plus et on peut dire que le Québec est vraiment à l’avant-garde dans ce domaine, tant par le nombre de designers que par leur originalité. On trouve de plus en plus de designers qui utilisent des matériaux recyclés, mais aussi d’autres matériaux, très originaux.

Il y a eu un modèle ici et c’est Harricana. Mariouche Gagné est la précurseure qui a commencé à recycler la fourrure, il y a maintenant 15 ans. Mariouche avait décidé de montrer qu’on peut faire de la haute couture avec du recyclé.

Évidemment, Harricana c’est de la haute couture qui n’est pas à la portée de toutes les bourses, mais Mariouche Gagné a été et est toujours une inspiration pour des dizaines de designers.

On a aussi Maude Léonard, une éco-designer depuis longtemps qui a toujours essayé de récupérer tout. Alors que Etienne Jongen avait commencé à faire des sacs avec les bannières publicitaires en 2003-2004, elle a récupéré le concept depuis que la compagnie d’Étienne n’existe plus. Avec son atelier Entre-peaux design, elle conçoit divers objets en bannières et autres matières. Elle fabrique aussi des bijoux et sacs avec les fermetures éclairs sous le nom de Zip design.

Depuis que je couvre l’environnement comme journaliste, j’ai vu une réelle évolution de cette mode écolo. Alors qu’au début, les modèles n’étaient pas toujours très réussis, la mode écolo s’est raffinée, améliorée, solidifiée et peut maintenant rivaliser avec les autres designers.

Écolo, c’est quoi ?

-Fait et dessiné à Montréal comme les robes de la designer Eve Lavoie qui fait de magnifiques modèles pour toutes les femmes ou Émilie Desmeules et ses fabuleuses tuniques.

-Utilisation de tissu récupéré comme Musky. On prend 2, 3 vêtements pour en faire 1. J’aime Musky qui n’habille pas que les femmes qui portent du 4.

-Utilisation de matériaux recyclés comme Elroy (ananas, soie, coton bio)

-Utilisation de coton bio comme OÖM, une autre compagnie montréalaise partie de rien qui est maintenant un gros joueur.

Sans oublier les friperies qui vendent des vêtements seconde main comme la Gaillarde dans le Sud-Ouest. La Gaillarde est aussi une boutique précurseure qui existe depuis 10 ans. Les friperies Renaissance, Cul de sac et Prêt à reporter sur Masson et plusieurs autres sont à visiter.

Mes coups de coeur

Voici les boutiques incontournables pour la mode écolo et recyclée dans la région de Montréal. Plusieurs ont le nom des designers et des liens vers leurs sites ou pages Facebook sur leur site Internet. Il y en beaucoup, à découvrir.

Une petite boutique incontournable dans Hochelaga-Maisonneuve sur la rue Sainte-Catherine : Folle Guenille, située au même endroit qu’une autre boutique incontournable pour les bijoux et accessoires La Coccinelle Jaune.

La toute nouvelle boutique sur Masson : Les coureurs de jupons, une boutique que je n’ai pas eu le temps d’évaluer encore, mais dont la décoration est impressionnante. Et des pots Mason remplace les globes des lampes. Prometteur.

Je l’ai découverte il y a quelques semaines, la boutique 4 éléments sur St-Denis. On peut facilement la manquer à cause de l’enseigne qui n’est pas sur le local, mais devant et perpendiculaire. C’est un modèle de Musky dans la vitrine qui a attiré mon oeil. À l’intérieur, je n’ai pas été déçue. Des vêtements, des bijoux, des accessoires et plusieurs autres objets pour la maison ou la vie. Toujours dans l’objectif de consommer mieux.

Une boutique qui se décline en deux versions sur Saint-Hubert, Belle et rebelle qui vend des vêtements faits au Québec et la Petite Rebelle qui se spécialise dans les vêtements faits ailleurs dans le monde.

Rien à cacher est l’une des premières boutiques écologiques moyen/haut de gamme qui s’est installées sur Saint-Denis. J’étais d’ailleurs la première journaliste à en parler. On y trouve des designers québécois, canadiens et américains. C’est l’un des seuls endroits à Montréal pour trouver la fameuses Vega, les espadrilles en caoutchouc d’Amazonie.

Finalement, pour vos vêtements de yoga, la compagnie Respecterre les fabrique en bambou, coton et eucalyptus, au Québec. Et les prix sont très concurrentiels avec ceux de Lululemon, même si cette compagnie souligne que ses vêtements sont fabriqués partout dans le monde dans le respect des normes internationales du travail.

Et voici quelques boutiques que je n’ai jamais visitées, mais dont on m’a parlé.
Ethik BGC

Il était deux fois

Espace creation

Les sacs :
USED, fait en ceinture de sécurité
RESSAC, fait en chambre à air de vélo.

Bagnole, fait de cuir et objet de voiture
Lily ecolo : des sacs pour tous les usages.
Voici un de mes articles publié dans La Presse.

Les bijoux :
Les bijoux Otra fait en chambre à air de vélo

Un bracelet fabriqué de chambre à air de vélo. Photo: Cécile Gladel

Les designers
Elroy (ananas, soie, coton bio)

12 Réponses

  1. Bonjour Cécile,

    Je m’interroge sur la raison pour laquelle vous avez publié le même article que le 19 juillet dernier… Ai-je manqué quelque chose ?

    Vincent G.
    Mouvement Créatif

  2. Vincent: c’est le même article mais modifié et ou j’ai ajouté quelques adresses. J’ai décidé de le republier tout simplement. J’ai le droit de me copier moi même n’est-ce pas ?🙂

  3. J’aurais dû m’en apercevoir… Quoi qu’il en soit, merci d’aider les créateurs comme vous le faites !

  4. Vincent: mon but n’est pas tant d’aider les créateurs, mais surtout d’informer les gens. Surtout. C’est le travail des journalistes.

  5. Et vous le faites bien. J’ai peut-être pris un raccourci…
    Votre travail les aide indirectement, et c’est bien là un des bienfaits de votre métier.

  6. Il ne faut pas perdre de vue que le recyclage n’est pas une solution durable. La solution à mon avis serait d’arrêter de produire des produits non biodegradable.

    Sinon après il faut recycler les produits recyclet et on aura pas fini de recycler…

  7. Je ne comprends pas votre point, car le recyclage est l’un des bons moyens de réduire la consommation. Le biodégradable n’est pas une solution viable, car il incite à consommer toujours plus.

  8. J’aimerais ajouter qu’à Sherbrooke, une boutique vraiment sympathique offre également de vêtements recyclés. En effat, T.A.F.I. et compagnie, avec l,aide de Récupex, récupère les vêtements usagés de la population sherbrookoise pour les revaloriser et leur donner une nouvelle vie. Plusieurs produits écologiques et équitables sont également offert sur place. Je crois qu’il s’agit d’un très bon moyen de changer notre planète pour la rendre plus verte.

  9. Je crois que nous allons parler d’une de ces boutiques sur notre blogues dans les prochaines semaine. Merci de partager l’innovation des entreprises montréalaise avec nous!

  10. il est très intéressant de voir que les gens se conscientisent de plus en plus à la cause environnementale. Il y a plusieurs façon d’aider et celle que vous proposée est excellente. Continuez votre bon travail!

  11. Il serait stupide d esp rer des reportages non que les journalistes soient de mauvaises gens, mais cause de la structure conomique des organismes pour lesquels ils travaillent.

  12. Bonjour, J’ai regardé l’émission et votre concept ma beaucoup intéressé. Étant moi même couturiere, j’ai ramassé avec les années beaucoupe de tissus et je ne sais pas quoi en faire. J’ai atteint l’âge de 76 ans et je ne crois pas pouvoir me débarresser de tout cela. Je ne veux pas les jeter donc si je trouvais quelqu’un que ça pourrait l’intéresser ça me rendrait très heureuse.

    Denise St-Onge
    le courriel est celui de ma fille puisque je ne sait pas me servir dInternet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :