Le quotidien d’une cycliste : le malotru du volant, et le gentil..

Ce matin, alors que je roule tranquillement sur Dandurand, dans le Vieux-Rosemont, trop proche des voitures stationnées à mon goût, le chauffeur d’une camionnette de compagnie me klaxonne et me double dangereusement en me frôlant. Je proteste en levant la main. Il freine brusquement au milieu de la chaussée sans raison pour redémarrer alors que j’approche de lui.

Dommage je lui aurais gentiment expliqué qu’on ne klaxonne pas sans raison les cyclistes (ça nous surprend et ça fait peur pour rien), on les double en prenant soin d’avoir une distance raisonnable et finalement on ne freine pas pour rien dans une rue, humide de surcroît, il a même dérapé légèrement.

J’ai aussi pris ça pour une tentative d’intimidation. Je n’ai pas été assez vite pour prendre une photo du camion afin de l’envoyer à la compagnie de débouchage de drain en question.

Heureusement, quelques minutes plus tard, le chauffeur d’une camionnette d’une autre compagnie m’a gentiment laissé le passage et m’a doublé en prenant ses distances. Tout le monde n’est pas dangereux au volant. Une chance que l’on croise aussi des automobilistes respectueux.

Un même produit, deux prix largement différents

Le prix le moins cher dans une petite boutique anonyme.


Le prix le plus cher dans une grande épicerie.


Vous connaissez la boisson d’amandes qui peut remplacer le lait ou la boisson de soya pour plusieurs personnes ? Le prix de ce produit peut varier grandement. Et parfois de manière extrême. Puisqu’ici on parle d’une énorme différence de 1,80 $. Leçon : il faut toujours vérifier les prix, surtout dans ce cas d’énorme différence. Ceci prouve également que les grandes épiceries ne sont pas toujours les moins chères.

Je n’aime pas vraiment comparer les prix, surtout en matière d’alimentation, puisque la qualité et la provenance des produits sont plus importantes pour moi que le prix. Mais dans ce cas, on parle d’un produit semblable, d’une grosse épicerie (Loblaws Angus) et d’un petit magasin qui ressemble à un entrepôt (Seagal sur St-Laurent).

Le quotidien d’une cycliste : Le bonheur de la nouvelle piste cyclable sur Laurier

La nouvelle rue Laurier. Photo: Cécile Gladel

J’ai emprunté la nouvelle voie cyclable sur Laurier pour la première fois il y a quelques jours depuis les changements du printemps. Laurier est devenue une rue à sens unique vers l’est avec deux voies cyclables de chaque côté dans les deux directions est et ouest. Bonheur.

J’ai souvent eu l’occasion de passer en vélo sur l’ancienne rue Laurier et les voitures nous frôlaient toujours, même quand on roulait à quelques millimètres du trottoir. Ce changement est vraiment une véritable amélioration pour la sécurité des cyclistes, même si les automobilistes n’ont pas encore avalé les changements mis en place par l’administration Ferrandez. J’avais d’ailleurs écrit un texte sur le traitement qu’on lui avait réservé.

Maintenant, j’ai vraiment hâte que le reste de l’avenue Laurier de Brébeuf à Papineau soit aussi doté de deux voies cyclables !

Concernant ces changements, j’ai rencontré dernièrement plusieurs personnes qui habitent le quartier concerné et qui sont absolument ravis des changements. Ils n’ont pas de voiture et n’habitent pas sur la rue Chambord qui semble avoir reçu un flot de circulation supplémentaire.

Deux de ces personnes habitent sur Christophe-Colomb et me soulignaient que le bruit a diminué car les camions n’empruntent plus cette artère. Bref, les citoyens de l’extérieur du Plateau ont chialé, mais pas les résidents. Qui a raison?