Il n’y a pas que les familles qui veulent acheter, les célibataires aussi…ou le ras le bol des célibataires

Avec l’augmentation du rôle d’évaluation foncière à Montréal, on s’inquiète de plus en plus de l’accès à la propriété pour les premiers acheteurs. Avec l’explosion de la valeur des maisons, de moins en moins de monde aura les moyens d’acheter une maison. Résultat : le trou de beigne s’agrandira et les gens iront acheter en banlieue.

Évidemment, la ville de Montréal planifie des mesures et des programmes pour faciliter l’accès à la propriété. Là où je commence à sentir la moutarde me monter au nez, c’est qu’on ne parle que des familles. Les familles n’auront plus les moyens d’habiter en ville. On veut garder les jeunes familles en ville, les familles par ci, les familles par là. Et les célibataires alors ? Et les personnes qui vivent seules ? Pensez-vous qu’elles auront les moyens d’acheter en ville ?

Petit calcul simple. Une famille est généralement composée de deux personnes qui travaillent, deux revenus qui forment un revenu familial. Un ou une célibataire est seule. Un seul revenu. Qui a plus de moyens ? On va me dire que les dépenses sont aussi plus élevées. Sûrement. Mais jusqu’à preuve du contraire, les couples achètent plus souvent que les personnes seules.

En plus, selon les statistiques, les personnes vivent de plus en plus seules à Montréal. Il faudrait donc penser à des programmes d’accès à la propriété par seulement pour les familles, mais aussi pour les personnes qui vivent seules, avec enfant ou non.

On peut aussi acheter à plusieurs comme je viens de le faire avec un couple d’amis. Nous avons acheté d’un couple d’amis et j’étais locataire du duplex acheté. Aucun besoin d’expulser un locataire. Une exception.

Car souvent c’est aussi un problème. Comment le résoudre sans mettre à la rue des locataires ? Pourrait-on faciliter les échanges d’appartement entre l’acheteur et le locataire expulsé ? Car si on achète un duplex à deux et que les logements sont occupés par des locataires non propriétaires, il sera impossible de reprendre les logements.

Y-a-t-il des moyens de favoriser l’achat pour les personnes seules, mais ensemble ?

Alors, arrêtons de ne parler que des familles, que l’on semble favoriser un peu trop. Les célibataires sont de plus en plus nombreux et veulent aussi devenir propriétaires. Ne les oublions pas.

Publicités

12 Réponses

  1. Excellent billet, Cécile! Je suis tout-à-fait d’accord. Je le fais circuler. Bravo pour l’achat de votre duplex! En effet, si tu n’avais pas résidé déjà dedans, vous n’auriez pas pu expulser les deux locataires, pour que les deux propriétaires y emménagent. C’est arrivé à deux copains qui ont acheté un duplex ensemble: ils n’ont pu récupérer qu’un seul logement. Le hic? Ils en avaient besoin de deux, vu que ces gars-là, pas en couple ni intéressés à la colocation, voulaient vivre chacun dans son logement. C’est ironique: le duplex t’appartient, mais tu ne peux aller y vivre!
    En effet, à quand des mesures pour les personnes seules??? Merci d’amorcer cette réflexion!

  2. Tout à fait d’accord avec ton billet Cécile. On prend les célibataires en otage, car on sait très bien qu’ils ne s’exileront jamais, ou rarement, en banlieue parce que ce n’est pas single friendly. Les célibataires sont des clients obligés et acquis de la ville. 😦

  3. Que ce soit en ville ou non, l’accès à une propriété est difficile pour une personne seule… la mise de fond est doublement plus longue à amasser, parce que je suis seule à économiser et parce que j’ai plus de dépenses parce que je suis seule!! ouf… Les couples ont de la difficulté à y arriver avec 2 salaires, alors seule! je n’ose même pas y espérer…

  4. En en banlieue, hé ben… c’est pas moins cher !!!

  5. @Renée-Claude: oui, en moyenne, les maisons sont moins chères et surtout, les taxes foncières sont plus basses. C’est la réalité… C’est pour ça que les citadins migrent en banlieue!

  6. Donc, finalement, ton billet peut se résumer à : faciliter l’accès à la propriété pour tous.

    Je suis d’accord avec le fond, mais pas avec cette guéguerre célibataires-familles que certains semblent aimer.
    Ajustements: oui, les familles ont 2 pourvoyeurs pour la mise de fond, mais ce qu’il vont acheter sera habituellement pas mal plus cher. Avez-vous cherché un 3 chambres à Montréal? Et c’est pas trop grand avec 2 enfants quand on veut aussi un bureau. Et si, comme j’ai lu ailleurs, certains trouvent que c’est trop grand inutilement, eh bien, je dirais aux célibataires de s’acheter un trois et demi plutôt qu’un 5.

    La banlieue moins chère? Belle illusion! C’est avant de compter le coût du véhicule qui devient obligatoire, sinon des 2 véhicules (comme ça aurait été notre cas si on avait acheté en banlieue). La différence est qu’on y trouve plus grand pour le même prix, avec plus de terrain… Ce qui donne vite le goût d’une piscine.

  7. Tout a fait d’accord mais il faut s’y faire. Moi je l’ai réalisé lorsque mes enfants ont cesse d’être a ma charge. Il n’a aucun incitatif fiscal ou autre pour un celibataire vivant seul

  8. Le programme d’accès à la propriété de la Ville de Montréal comprend les ménages sans enfant (et donc les célibataires). Le prix d’achat maximal permis pour avoir accès à la subvention est plus bas par contre. Et pour avoir accès à ce programme il doit s’agir du premier achat d’une propriété.

    Le problème souvent concernant ce programme, c’est qu’il n’est pas évident de trouver des résidences qui correspondent à nos besoins et dont le prix d’achat reste en-dessous de la limite permise.

    Et je crois que c’est quand même moins cher en général en banlieue, j’ai des amis qui ont acheté des condos sur la rive-sud de Montréal et ils étaient moins chers et plus spacieux (environ 130 000 $ pour l’équivalent d’un 4 1/2 il me semble). Mon copain a acheté à Montréal : 159 000 $ pour un loft de 600 pieds carrés (plus 18 000 $ s’il voulait un stationnement intérieur) et ce n’est pas dans un quartier cher de Montréal. C’est vrai par contre que c’est dans des villes plus « éloignées » de la rive-sud, comme Saint-Constant, et qu’au moins une voiture est nécessaire pour le moindre déplacement, ce qui peut occasionner des coûts supplémentaires.

  9. Bonjour Cécile,

    C’est complétement fou ce qui se passe à Montréal depuis les 10 dernières années dans le domaine immobilier. Nous avons acheté dans un quartier de l’arrondissement Ahuntsic en 97 et depuis les prix ont presque triplé! Par rapport au prix de la construction en 84, le coût a été multiplié par 6… Aujourd’hui, ce n’est facile pour personne.

    Christian

  10. Bravo Cécile pour cet article, je suis entièrement d’accord avec toi. On met beaucoup trop l’emphase sur les familles. Je ne m’en cache pas que d’entendre parler de famille à tout bout de champ me tape parfois sur les nerfs. Je suis

  11. Les célibataires sont bienvenus sur notre blogue. Je trouve intéressant votre billet sur les celibataires. Bravo Céline . Votre tweet
    m’a permis de prendre connaissance de votre blogue. J y reviendrai. A

  12. Toutes les villes s’arrachent les familles et pour cause: ils savent tres bien que les enfants sont l’avenir de notre société. Plus il y a d’enfants qui grandissent en banlieue, plus ils auront tendances a s’installer eux-meme en banlieue avec leurs enfants, car c’est ce qu’ils ont appris a aimer. Les statistiques sont claires, les jeunes familles sont, et de loin, les premiers a s’exiler de Montreal lorsqu’ils font l’achat de leur propriété, car il n’y a tout simplement pas assez de logement offrant un espace suffisant pour leur besoin et donc leur prix est tres élevé. La ville de Montreal essaie donc, avec cette initiative,de freiner la tendance a l’étalement urbain a long terme.

    Par exemple, moi qui ai grandi dans le quartier ahuntsic a montreal, j’aurais du mal a concevoir élever mes enfants dans un endroit tres dense (le plateau par exemple) tout comme j’aurais du mal a m’exiler dans une banlieue innaccessible par le transport en commun, ou les voitures sont reines. Pour l’achat de ma premiere maison, j’ai du aller un peu plus loin (Pointe-Claire) mais je peux vous dire que je travaille tres fort pour pouvoir revenir au bercail des qu’il me le sera possible financierement.

    Par ailleurs, des condos 1-2 chambre, il s’en construit a la tonne a Montreal, nul besoin de mettre des locataires dehors.

    Bonne journée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :