Consommer = bonheur ?

Le sac Chanel de Varda et Moutain Equipment Coop de Cécile

« Le bonheur est-il dans la consommation ? » C’est la question que nous posait Dominique Poirier à l’Après midi porte conseil sur la Première chaîne de Radio-Canada. J’y répondais en compagnie de Varda Étienne. Elle était pour le magasinage, moi contre.

En fait d’un côté, on avait la magasineuse qui trouve son bonheur dans l’achat en gros et de l’autre la simplicité volontaire. Comme je le soulignais, la simplicité volontaire ne veut pas dire ne rien acheter, mais acheter de manière plus responsable et surtout durable. Acheter ce dont on a réellement besoin.

Photo : Radio-Canada/ Philippe Santerre

Contre le magasinage
Je suis contre le magasinage d’habitude pour plusieurs raisons. D’abord, car c’est un entraînement sans fin à la consommation, à la dépense d’argent, au gaspillage et au remplissage de nos sites d’enfouissement. Un manque de respect pour la Planète. Par ailleurs, le magasinage est un écran de fumée qui comble le vide intérieur de manière très futile et rapide. C’est un peu comme un fix de sucre qui nous laisse encore plus affamer une heure plus tard. C’est un diachylon sur une plaie. C’est un plaisir rapide, futile qui ne règle rien.

En plus, ça engendre des frustrations pour plusieurs raisons. Les gens qui n’ont pas l’argent nécessaire se voient balancer notre société de consommation en pleine face alors qu’ils ne peuvent rien acheter.

À voir le nombre de personnes hier qui étaient coincés dans les embouteillages de l’immense stationnement du Marché central hier, et les klaxons que l’on entendait, la frustration était grande. Moi même j’ai dû pratiquer ma zenitude avant de quitter rapidement cette folie.

En plus, le magasinage est une perte totale de temps. On se promène sans but dans un centre commercial trop éclairé, surchauffé ou surclimatisé. Il y a 1001 choses à faire au lieu de magasiner. On peut ne rien faire, prendre une marche, dormir, aller au cinéma, lire un livre, etc. Pourquoi ne pas aller dans les musées pour voir de belles choses. C’est une manipulation de nos émotions et le remplissage d’un vide de manière totalement temporaire comme une drogue. Tant qu’à faire autant prendre un bon verre de vin. Trop souvent la publicité joue également sur nos émotions et sur notre culpabilité. On magasine pour se faire pardonner, pour se consoler, pour acheter la paix. Etc.

Mais c’est aussi un gaspillage total de nos ressources, matières premières et autres. Le magasinage entraîne la surconsommation qui est une plaie pour l’environnement. Trop souvent on achète des objets qui ont une durée de vie très limitée. Et trop souvent ils sont jetables et ne servent qu’à remplir les sites d’enfouissement. On jette son argent à la poubelle tout en remplissant nos maisons déjà surchargées d’une foule de choses totalement inutiles. On ne fait qu’embourber nos placards. On remplit sans discernement.

Le magasinage est un style de vie futile et superficiel. L’industrie de la surconsommation nous créé des besoins. Car l’objectif des centres commerciaux en particulier c’est de nous pousser à acheter un millier de choses et d’objets dont nous n’avons pas du tout besoin. En plus le magasinage forme nos jeunes à être des consommateurs actifs ce qui nourrit une chaîne infernale de la surconsommation.

Et finalement le magasinage est un énorme gaspillage d’argent que souvent les consommateurs n’ont pas. On magasine à crédit. On dépense de l’argent que l’on n’a pas. Car le magasinage engendre des dépenses non prévues et des achats impulsifs.

On se plaint si souvent de ne pas avoir assez d’argent. On se plaint que le gouvernement est trop gourmand, que le prix de l’essence est trop élevé, on fait la moue devant le prix des fruits et légumes bio alors qu’on dépense sans vergogne pour une robe, un sac, une paire de chaussures, un ramasse-poussière ( les bibelots inutiles), un gadget (parfois on en a plusieurs et on a oublié qu’on en avait déjà un.

La dépendance
Par ailleurs, la consommation est une dépendance comme l’alcool ou la drogue. Varda soulignait que la consommation était excessive chez elle, elle le reconnaissait. C’est un peu paradoxal. Quand des personnes sont excessives dans la consommation d’alcool, de drogue, de nourriture, on les traite. Car c’est un problème. Pourquoi les excès de notre société de consommation seraient normaux et admirables ? Pourquoi ce serait acceptable ? Seulement, car c’est le fondement de notre société capitaliste ?

À méditer, en reportant votre prochain achat pour y penser. En se demandant combien de temps l’objet sera utilisé et surtout si on en a vraiment besoin…

Publicités

7 Réponses

  1. J’aime beaucoup la photo qui illustre si bien vos propos!

    Je suis une magasineuse qui se soigne…

    Je consomme du usagé, du recyclé et quand ça ne nous convient plus, on le donne à notre tour. Mais, je sais que c’est encore trop.

    Ça comble un manque, une peur qui remonte à mon enfance, mais je me soigne doucement.

    Et encore une fois, merci pour cette réflexion!

  2. Mme Gladel, en allant au cinéma ou en buvant un verre de vin, ne pensez-vous pas que vous êtes également victime de la société de consommation ?

    Pensez-vous qu’une bouteille de vin et une sacoche sont deux poids deux mesures ?
    La société de consommation est un grand tout. Les entreprises dépensent autant d’argent en publicité (télé, papier, internet) pour vous faire consommer un film qu’une nouvelle paire de jeans.

    Le problème n’est pas de consommer (en tout cas dans une société comme la nôtre) mais de ne pas abuser de la consommation. Que ce soit acheter un sac à main ou une bouteille de vin.

  3. Une superbe réflexion en effet !

    J’ai lu ou entendu quelque part dernièrement que l’on avait, encore, consommé dans la dernière année plus de ressources que la Terre peut nous fournir en un an. Où cela nous mène-t-il ? :0/

  4. @Patrice Ricard: je suis d’accord, je ne dis pas d’arrêter complètement de consommer, mais il y a un énorme pas entre la consommation actuelle et une consommation plus raisonnable.

  5. Totalement et pleinement contre le magasinage. Quand j’ai réellement besoin d’un produit, je me renseigne sur l’endroit offrant le meilleur prix, je m’y rend, je prends, je paye et je décr$%?e!!

    Et j’emmerde tous les commercants qui veulent mon adresse, code postal, couleur de mes bobettes…

    Même traitement à ceux qui veulent voir ma carte air miles, CAA et aussi me vendre des cartes de crédit qui me seront inutiles.

    Tout ceci me laisse croire qu’avec bien des produits, entre autres dans le rayon techno, on en vient qu’à créer des besoins de facon artificielle. Avons-nous vraiment besoin de tous les gadgets contenus dans un I=Phone? Qu’est-ce que le I-Pad fait de plus que le plus basic des laptop fait déjà?

    Quelques mots d’Eddie Vedder résument ici ma pensée:

    Oh, it’s a mystery to me
    We have a greed with which we have agreed
    And you think you have to want more than you need
    Until you have it all you won’t be free
    (Eddie Vedder, Society, BOF du film Into the Wild)

  6. Je suis moi-même un adepte de la simplicité volontaire et j’aime beaucoup cet article. Je manque parfois d’arguments pour expliquer les avantages de la simplicité volontaire et je trouves que tu dénonces la surconsommation de façon élégante.

    J’ai écouté l’entrevue à radio-canada et ça m’a bien fait rire. Varda est tellement prise par sa surconsommation que c’en est caricatural!!! J’ai aimé le moment où elle dit qu’elle doit entreposer ses objets et que ça lui coûte cher.

  7. […] Publié dans Non classé à 18:46 par Pèlerine Il y a quelques jours, Cécile Gladel, journaliste et auteure, publiait sur son blogue un article fort intéressant sur la (sur)consommation omniprésente dans notre société. Plutôt que de vous en faire un bref résumé, je vous conseille d’aller le lire  directement : Consommer = bonheur ? […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :