L’information hyperlocale, l’avenir ?

RueMasson est l’un de mes projets (avec mes livres et ce blogue) dont je suis le plus fière. Lancer un site de nouvelles hyperlocales avec zéro budget et en investissant de l’argent de notre poche, se faire connaître, travailler en gang, faire des compromis, couvrir des sujets qui nous allument, et réussir en sept mois à faire quelque chose de reconnu, c’est très gratifiant. Il n’y a pas que l’argent dans la vie. Surtout quand on travaille pour soi et non pour quelqu’un d’autre.

En entrevue à Projet J avec Anne-Caroline Desplanques, j’ai parlé de plein de choses, mais surtout de l’avenir de RueMasson. Elle est revenue avec la question que tout le monde nous pose, nous avec. Est-ce possible d’être rentable ? Pourrons-nous un jour vivre de RueMasson ? En faire un média où on paye les gens ? Je n’ai pas encore la réponse. Mais celle de Jeff Mignon dans l’article de Projet J me fait penser que nous avons eu une excellente idée et que l’hyperlocal comme RueMasson représente l’avenir. En plus, je suis totalement d’accord avec lui quand il dit que la publicité ne doit et ne pourra être la seule source de revenus. Il faut avoir plusieurs sources de revenus pour survivre.

Et puis inclure de la publicité n’est pas aussi simple que ça. Il faut une personne pour vendre de cette publicité, l’inclure dans le site de manière intelligente sans bombarder les lecteurs, s’assurer de l’indépendance des journalistes par rapport aux commerçants, gérer le tout. Puis, ça ne veut pas dire que l’argent généré par la publicité serait énorme… Il y a plusieurs étapes à franchir qui demandent de la planification et de la gestion.

Depuis le lancement de RueMasson en janvier dernier, je prends connaissance de l’existence de plusieurs sites du même genre. Lisa Marie Noël a découvert le média de Brooklyn, le site BushwickBK.com, lors de son séjour à New York. Un ami de David Bruneau lui a fait suivre cet article de Media Trend qui se demande aussi si les sites hyperlocaux sont viables et qui m’a permis de découvrir deux sites semblables à Paris, dixhuitinfo.com et dixneufinfo.com.

Il y a aussi le réseau Patch.com qui vient d’être acheté par AOL qui regroupe un réseau de site hyperlocaux aux États-Unis. D’ailleurs, l’une des solutions pour l’hyperlocal est peut-être de s’unir. La plupart des nouvelles se recoupent et peuvent se ressembler. Un exemple ? L’article de RueMasson sur les poules et celui de Dixhuitinfo sur les abeilles. Sujet commun : l’agriculture urbaine.

Bref, n’est-ce pas l’avenir après la mode de la mondialisation, sans oublier l’actualité internationale, tout aussi importante.

Publicités

SunChips vraiment compostable ?

La compagnie SunChips a lancé au printemps un sac qui serait 100 % compostable. Une vidéo a même été produite pour le montrer.

J’ai donc fait l’expérience en mettant un sac de SunChips dit 100 % compostable dans notre composteur au début du mois de juin. Après presque 3 mois et plus de 10 semaines, je l’ai retrouvé lors du déménagement du composteur. Intact ou presque. Rien n’a changé…. Et pourtant il était dans un composteur plein au beau milieu dans les conditions normales. En plein été avec la chaleur. Je l’ai remis. On continue l’expérience.

Des dildos écolos…en bois

Ce n’est pas la première fois que je parle de sexe écolo. Cette fois, c’est un jouet sexuel écolo. Un godemiché en bois fabriqué au Québec, plus précisément en Gaspésie. Il y a quelques semaines, je recevais un courriel de M. Dubois, le nom du godemiché en question et de la compagnie qui les fabrique. La masturbation et les jouets sexuels effectueraient donc un virage écolo. Eux aussi. Comme quoi aucun domaine n’échappe à la révolution verte !

Les personnes derrière cette entreprise désirent garder l’anonymat. La compagnie a été lancée il y a sept à huit mois.
L’un des co-créateur me signale que le site internet ainsi que le produit en tant que tel ont été lancés la semaine dernière après beaucoup de recherche et développement et que le produit a été créé, testé par des femmes et modifié à plusieurs reprises pour lui donner sa forme actuelle.

Par ailleurs, la fabrication se fait en Gaspésie, presque entièrement à la main. Le bois provient d’une forêt certifiée FSC. Leurs prochains dildos seront fabriqués de bois qui provient de la Gaspésie. Même la boite est fabriquée au Québec.

Ce co-créateur ajoute que « chaque produit est unique de par sa couleur et le veinage du bois, par contre, la forme a été standardisée pour que tous les M. Dubois donnent le même plaisir.» Finalement le vernis utilisé est un polyuréthane à l’eau qui lui donne un fini lisse et une protection très résistante.

Si les dildos en plastique sont parmi les plus polluants et contiennent des COV et certains polluants, il en existe, outre celui-ci en bois, en verre et autres matières plus écolos. Mais un dildo écolo à piles ? À moins qu’il n’existe une version rechargeable sans plastique ?

Pourquoi ces godemichés en bois ?
« L’idée derrière M. Dubois vient de mon désir de faire connaitre la beauté du bois du Québec au plus grand nombre possible. Je devais trouver un objet pas très gros, qui s’envoie par la poste et qui a le plus beau fini possible pour rendre au bois la beauté qui lui revient. Ainsi, se sont imposés les érables, noyer, cerisier et merisier qui sont nos feuillus nobles et durs », répond le co-créateur.

Il y a même une page Facebook M.Dubois.

L’ancêtre du dildo
D’ailleurs, les co-créateurs de M.Dubois m’ont envoyé un article qui parle du possible premier godemiché trouvé en Suède qui était fabriqué en bois de cerf. On n’a vraiment rien inventé !!!

L’annuaire Canoe411 à nos portes

Avant Internet, on avait l’annuaire Bell. Deux grosses briques livrées à nos portes. Puis l’Internet. Qui utilise maintenant l’annuaire ? Moins de monde. Mais il reste pratique pour surélever mon écran d’ordi et trouver un numéro quand une panne électrique survient.

Puis on a eu un autre annuaire imprimé par une compagnie concurrence à Bell dont le nom m’échappe. Ça n’a pas duré devant les protestations. Que de papier gaspillé avec cette énorme brique livrée aussi à domicile, même avec le collant anti circulaires que l’on peut se procurer gratuitement dans tous les écoquartiers.

D’ailleurs, si vous ne voulez plus recevoir l’annuaire des pages jaunes, vous pouvez vous désabonner en quelque sorte. Je l’ai fait quand j’ai écrit ce billet. Je ne l’ai pas reçu… encore.

Mais j’ai reçu cette semaine un nouvel annuaire. Un autre encore. Celui de Canoe 411 : Media pages, une compagnie de Quebecor. Malgré le collant anticirculaire. Comment peut-on encore distribuer des bottins papier sans me demander mon avis ? Désolée, mais ce bottin sera retourné à l’expéditeur : Canoe411 : Média pages, 7400, Boulevard les Galeries d’Anjour, bureau 600, Montréal, H1M 3S9. Et je ne mettrai pas de timbre. À eux de payer. On devrait faire la même chose pour tout ce qu’on reçoit, qui est non sollicité et publicitaire.

D’ailleurs, un appel à Canoe411 m’apprend que les distributeurs ont reçu des consignes strictes. Ils ne devaient pas distribuer le bottin aux personnes qui ont ce collant antipub. Une erreur et la personne au bout du fil s’est excusée. On peut renvoyer le bottin ou le déposer dans un magasin Archambault.

Dire qu’il impossible de recevoir le Journal de Rosemont quand on a le collant anticirculaire, car il est distribué dans le publisac. Un publisac que l’on peut trouver sur Internet en passant. Avec les mêmes réductions et selon sa région. On imprime selon les besoins.

Les fouineurs du recyclage

Vous le savez. Lorsque le bac ou le sac de recyclage se retrouve au bord de la rue, il sera fouillé sous toutes ses coutures à la recherche de quelconques canettes, bouteilles consignées. Ce matin, jour du recyclage, je travaillais sur mon balcon. J’ai donc été la témoin du nombre de personnes qui peuvent fouiller notre recyclage. J’en ai compté quatre qui sont passées. Il semble que le siphonnage du recyclage soit un métier en pleine expansion. Est-ce un bienfait ou une plaie ?

Je n’ai aucun problème avec ça. Cela leur fait sûrement un complément d’argent. Cependant, certains laissent le bordel après leur passage. J’ai dû demander à un monsieur de remettre ce qu’il avait sorti du bac, dans le bac. D’autres, comme celui de la photo, ont tout remis dans le sac de recyclage en partant. Il a même refermé soigneusement les sacs après les avoir ouverts par l’ouverture. Il ne les a pas éventrés, comme vient de faire une dame sur le même sac.

C’est le problème. Les sacs sont éventrés. Leur contenu s’échappe et s’envole. Le problème n’est pas le même pour le bac. Bref. Les solutions parfaites n’existent pas.

On peut se poser une question. Est-ce que la majorité des gens font la tournée du recyclage pour le plaisir, pour un complètement d’argent ou pour leur survie ? Car il semble que la concurrence devient grande. On peut observer une forte augmentation des gens qui siphonnent les bacs de recyclage. Note-t-on aussi que les citoyens deviennent plus fainéants et mettent les objets consignés dans le recyclage ? Est-ce que ça rapporte vraiment beaucoup d’argent cette tournée du recyclage ?

Pourquoi bloguer ? Je l’explique sur Canoë

Je blogue depuis octobre 2006. Presque quatre ans. Un plaisir qui se multiplie sur le web pour moi puisque outre ce blogue, j’écris sur Branchez-vous, RueMasson et Workopolis. Bientôt, un quatrième endroit se rajoutera. À suivre.
Pour le moment voici le portrait de blogueuse qu’a fait de moi Simon-Pierre Goulet. La vidéo semble avoir disparu. Je ne la trouve plus.

Sympa. Le texte est là.

J’ai trouvé drôle et dommage que le logo de Rue Frontenac a été brouillé, car il est collé sur mon ordinateur depuis plus d’un an… Avec celui de RueMasson et un autre slogan.

Virilité, célibat et vie en solo

Un sujet qui me touche et me passionne est en vedette aujourd’hui et génère de nombreuses discussions. Le célibat, la vie en solo et la virilité des hommes québécois. Tout un dossier.

On commence d’abord avec le dernier numéro de L’actualité en kiosque qui parle de la vie en solo sous la plume de ma collègue Dominique Forget. J’ai participé à ce dossier, ainsi que ma collègue Sophie Galipeau qui en fait la page couverture et mon amie Sandra Doyon, la camionneuse solitaire.

Par ailleurs, ce matin à l’émission Isabelle le matin au 98,5 FM, Marie Plourde et ses invités, Claudia Larochelle, Johanne Charbonneau et Jean-Michel Dufaux parler de la vie en solo et du célibat. Ce dernier soulignait très justement que les célibataires sont toujours montrés du doigt, analysés, décortiqués, alors que le couple est jugé comme une situation normale. Mais que fait-on des nombreuses personnes en couple qui ne sont pas heureuses ?

Bref, les célibataires peuvent être heureux et le sont de plus en plus, car c’est souvent un choix. Certaines personnes sont aussi faites pour la vie en solo et non en duo. Chacun vit selon ses besoins et ses envies. Pourquoi y aurait-il un seul modèle bon pour tout le monde ? Pourquoi chaque personne ne pourrait pas trouver son modèle, la façon de vivre qui lui convient ?

Autre discussion qui rejoint le sujet du célibat, la virilité des hommes. À l’émission d’Anne-Marie Withenshaw à la Première chaîne de Radio-Canada, Stéphane Dompierre, Jean-Sébastien Marsan et Mathieu-Robert Sauvé décortiquait le mâle moderne.

Et finalement, Gina Desjardins a lancé une discussion sur son Facebook, qui engendré pas moins de 73 commentaires. Elle se demande pourquoi plusieurs de ses amies belles, intelligentes et intéressantes sont toujours célibataires et ne semblent pas intéresser les hommes.

Voici mon commentaire: « Je pense que les gars restent moins seuls que les filles et se matchent rapidement. Et parmi les célibataires, il y a ceux qui veulent, 1-soit le rester, 2-soit sont pissous et ne regardent même pas les filles, ne cruisent pas. Et si on tente de les cruiser, ils ne répondent même pas !!! Et puis, 3-il y a ceux qui ne nous intéressent pas, car c’est ainsi, ça ne clique pas. Alors finalement, on ne trouve rien, rien, rien…. »

Il faut faire attention aux généralités. Il y a sûrement une combinaison de réponses qui explique ce fait: le fait que les hommes ne draguent plus, que les femmes prennent les devants, que ces changements engendrent des adaptations, des ajustements. Que les hommes restent moins seuls longtemps que les femmes, en général. Qu’ils sont souvent seuls par choix. Que ceux qui sont seuls depuis longtemps attendent souvent la superbe femme belle et mince des magazines, que certains autres ne font pas d’effort pour se rendre intéressants (moins que les filles qui se font belles), que certains entretiennent leurs bibittes et que d’autres, au fond, ne sont pas prêts. Les mêmes commentaires s’adressent aussi aux femmes célibataires.

Autres articles sur le célibat:
L’achat d’un duplex ou maison à plusieurs
Anti-fête des mères
Le cahier de charges de la femme moderne
Se contenter de monsieur potable ? Faudrait-il le rencontrer…
Les hommes préfèrent les jeunes
La galère des femmes de 40 ans et plus
Femmes épanouies, mentez pour draguer !!!
Femmes célibataires, ne pas contribuer à l’infidélité des hommes ?
Les futures familles: femmes célibataires et gais?
La drague, en parler pour se rapprocher et pour se comprendre
La peur du rejet dans la drague
Les Québécois ne veulent plus draguer
L’amour, l’amour