L’ABC du compostage à domicile

On parle de plus en plus du compost. On veut s’y mettre, mais on hésite à cause des odeurs, insectes, etc. Pourtant, c’est plus facile qu’on pense. J’en parlais ce matin avec Marie-Claude Barrette qui remplace Isabelle Maréchal au 98,5 FM. Voici un complètement à ma chronique.

Nos déchets sont constitués de 40 % de matières organiques. Après le recyclage, le compostage est le geste concret qui met son sac-poubelle au régime. Les matières organiques, une fois dans les sites d’enfouissement, émettent des biogaz en se désintégrant dans le sol. Les sites doivent les gérer. La décomposition de ces matières produit aussi du lixiviat, ce fameux jus de poubelle. Et finalement, les déchets organiques sont responsables des odeurs qui s’échappent des sites. En compostant à la maison, on évite ces inconvénients, on réduit la grosseur de ses poubelles et on fabrique son propre compost au lieu de l’acheter à fort prix dans les centres de jardinage.

Que faire pour commencer ?
On s’informe des principes de base, puis on demande à sa municipalité si elle subventionne l’achat de composteurs.

Est-ce que tout le monde peut composter ?
Oui, mais ce sera beaucoup plus facile si vous avez un jardin, même petit. On peut composter sur un balcon ou dans sa cuisine, mais ça demande plus de temps et de doigté. les gens qui n’ont pas de jardin peuvent vérifier s’il existe des centres de compostage communautaire, il en existe plusieurs à Montréal. Vérifier avec les éco-quartiers. On peut aussi amener ses résidus de cuisine chez des amis qui compostent.

Dois-je prendre un atelier ?
Ce n’est pas nécessaire pour le compostage domestique à l’extérieur, mais fortement recommandé pour le vermicompostage. Il faut cependant montrer à tous les membres de la famille ce qu’on autorise dans le compost et ce qu’on y interdit.

Où dois-je placer mon composteur ?
Dans sa cour, son jardin, facile d’accès. On préfère mi-ombre, mi-soleil.

Dois-je préparer la surface avant de l’installer ?
Non. On place son composteur directement sur le sol.

Quels sont les éléments à disposer dans le composteur ?
On y met ce qu’on appelle des matières vertes et brunes. On peut commencer par un peu de terre du jardin pour y ajouter les insectes nécessaires à la décomposition.

Quelles sont les matières vertes ? Plantes et fleurs non séchées, résidus de fruits et légumes, marcs cafés, filtres, poche de thé, poils d’animaux, coquilles d’œufs, légumineuses, pain, pâtes.

Quelles sont les matières brunes ? Les feuilles, la paille, plantes séchées, brindilles, branches coupées, gazon sec, grains de céréales crus ou cuits, copeaux et sciures, foin, épis de maïs séchés et coupés, papier journal (encre noire seulement), papier essuie-tout (non blanchi).

Y a-t-il des choses qui ne doivent pas aller dans le composteur ?

Viande, poisson, produits laitiers, gras, huile. Feuilles de rhubarbe, chêne et noyer. La cendre, la litière des chats, les excréments. Le contenu des sacs d’aspirateurs et charpies de la sécheuse, car cela contient trop de résidus synthétiques. Les mauvaises herbes comme l’herbe à puce, à poux. Les végétaux très malades.

Comment remplir le compost ?
On fait une sorte de lasagne. Lorsqu’on y jette nos matières vertes, on les recouvre toujours d’une couche de matières brunes. La proportion moyenne est deux volumes de matières brunes pour un volume de matières vertes.

Comment doit-on entretenir son compost ?
Deux actions sont importantes pour l’entretien : aération et humidité
La décomposition des matières se fait grâce aux insectes qui ont besoin d’eau et d’air. Il faut donc mélanger le contenu du composteur aux deux semaines en moyenne, avec un aérateur.
Par ailleurs, le compost doit être légèrement humide sans être détrempé. La fréquence d’arrosage dépend de la température ambiante, de l’emplacement, des matières.

Comment prévenir les mauvaises odeurs?
On ne met pas exclusivement les résidus de cuisine. On ajoute toujours des résidus du jardin. On recouvre chaque nouvel apport de matières vertes par des matières brunes. On ne met jamais de viande, produits laitiers et oeufs.

Que faire lorsque les mauvaises odeurs apparaissent?
Une odeur indique un problème. En général, le compost est trop humide.

Puis-je composter si je vis en appartement ?
c’est un type de compostage beaucoup plus difficile qui demande une bonne connaissance. Aussi, il ne faut pas être dégoûté par les vers de terre. Ce n’est vraiment pas pour tout le monde. Il faut être très motivé et il est nécessaire de prendre un atelier.

Autres solutions. Certaines villes proposent le service gratuit de collecte des matières organiques. À Montréal, une compagnie, Compost Montréal, offre le service de collecte résidentielle. Le coût est de 5 $ par semaine.

Puis-je continuer le compost en hiver ?

Tout à fait. On continue la lasagne.

Quels sont les outils du parfait composteur ?
Un Aérateur à ailettes qui coute entre 25 et 30 $
Un contenant fermé dans la cuisine pour stocker les résidus de cuisine, un vieux pot fait l’affaire
Un contenant pour les matières brunes
Un composteur ou deux (préférable) : plusieurs modèles existent. Ils sont en plastiques ou en bois, ont des côtés rigides et aérés, sans fond avec un couvercle étanche et un système pour la récolte, plus ou moins grands.

Il existe des composteurs rotatifs qui ne sont pas en contact avec le sol. Lili Michaud ne les recommande pas, car ils sont très chers (environ 200 $) et de capacités réduites. Ils peuvent cependant accommoder les personnes qui n’ont pas de jardins et une grande terrasse.

Quand on récupère le compost, on peut le tamiser s'il y a encore des matières non décomposées. Si on fonctionne à deux compostières, aucun besoin de tamiser. Car c'est du travail. Mais le jardin adore ce compost


Pour aller plus loin
Un livre indispensable : Tout sur le compost, le connaître, le faire, l’acheter et l’utiliser, Lili Michaud, Éditions Multimondes

Le compostage dans les écoquartiers de Montréal.

Compost Montréal

Le résultat : du bon compost totalement gratuit ! Ceci est le résultat de deux compostières qui ont travaillé durant plus d'un an.

J'aime les vers, ils sont les bienvenus dans mon compost... Et il y en a beaucoup. Tant mieux.

About these ads

7 Réponses

  1. J’ai une question concernant les feuilles de rhubarbe. On dirait qu’il n’y a pas unanimité concernant le compostage des feuilles de rhubarbe. Certaines sources disent qu’on peut les composter, d’autres non… Je ne sais pas sur quel pied danser.

  2. @Sophie: tel que je le souligne dans la liste des matières à ne pas mettre dans son compost, les feuilles de rhubarbe ne sont pas les bienvenues. Et je n’ai jamais entendu le contraire.
    Peut-être est-ce qu’on vous dit de les mettre, car les gens confondent compost domestique et compost industriel. Quand les villes ramassent le compost, on peut tout mettre, car les composts industriels sont différents. Leur température est très élevée et on peut tout y mettre. Mais pas à la maison.
    En tout cas, pour plus d’info, le livre de Lili Michaud est indispensable, plein de bons conseils et elle ne conseille pas les feuilles de rhubarbe.

  3. J’ai toujours cru que les excréments devaient tous être bannis, et je n’avais jamais creusé le sujet… jusqu’à ce que je devienne propriétaire d’un cochon d’inde! On doit changer sa litière à vitesse grand V et je trouvais triste d’envoyer tant de matières aux rebuts. Eh bien d’après mes recherches, les excréments des carnivores sont toxiques, mais pas ceux des rongeurs (qui ont un régime végétarien). Il faut s’assurer de choisir une litière qui soit elle aussi compostable, bien sûr.

    J’ai trouvé plusieurs sources, dont au moins une qui me rassure quant au fait que ça s’applique bel et bien à mon compost maison: dans la FAQ de BluePlanetSmart (un composteur domestique)… http://www.blueplanetsmart.net/quebec/faqs.htm

  4. Merci de l’info Martine. Je ne peux malheureusement pas composter la litière de mes chats…carnivores…Sauf si je pouvais l’envoyer dans un compost industriel….
    Mais pour les débutants en matière de compost, je leur conseille toujours de s’en tenir aux matières de base au départ…

  5. Merci, je vais essayer de trouver le livre dont vous parlez à la bibliothèque!

  6. [...] On parle de plus en plus du compost. On veut s’y mettre, mais on hésite à cause des odeurs, insectes, etc. Pourtant, c’est plus facile qu’on pense. J'en parlais ce matin avec Marie-Claude Barrette qui remplace Isabelle Maréchal au 98,5 FM. Voici un complètement à ma chronique. Nos déchets sont constitués de 40 % de matières organiques. Après le recyclage, le compostage est le geste concret qui met son sac-poubelle au régime. Les matières organiqu … Read More [...]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 85 followers

%d bloggers like this: