Anti-fête des Mères

Je n’aime pas la fête des Mères. Comme je n’aime pas Noël, la St-Valentin, Pâques, la fête des Pères, ces fêtes préétablies, convenues dont le seul objectif est commercial.

Depuis que j’ai lu cette chronique: Why I hate Mother’s Day, grâce à Geneviève Lefebvre, j’ai compris aussi pourquoi j’avais un profond inconfort. Comme si devenir mère conférait aux femmes un statut spécial de glorification éternelle. On élève les parents à un niveau supérieur par rapport aux non-parents. Pourquoi n’y a-t-il pas une fête des non-parents ?

Par ailleurs, les histoires de fête des Mères peuvent devenir des faux pas inconfortables quand on se met les pieds dans les plats. Quand on dit bonne fête à une femme qui à l’âge d’être mère (surtout quand on est dans la quarantaine) et qu’elle ne l’est pas. Ou quand on lui dit qu’elle va donc fêter sa mère et que cette dernière est morte (de Martine). Voilà ce qui arrive quand on assume prend pour acquis que toutes les femmes sont mères ou ont une mère à fêter.

Ces fêtes convenues dont la signification est hyper galvaudée perdent leur sens initial. N’est-ce pas rire des mères que de ne les fêter qu’une fois par année ? Car si je suis anti-fête des Mères, je ne suis pas anti-mères et anti-enfant. J’adore les enfants, je suis l’amie qui comprend ses amies mères, qui gardent leurs enfants parfois, qui couvre parfois les sujets famille et qui surtout écrit des livres pour les enfants. Je suis la tatie et la belle-mère parfaite. J’aime jouer avec les enfants de tous âges, je connecte avec eux. Mais je ne suis pas mère. Je n’ai jamais enfanté, porté un enfant. J’ai seulement été une belle-mère à une ou deux reprises dans ma vie. Suis-je moins que les mères ? Non. Chacune sa vie et ses expériences. Et j’admire certaines mères, comme j’admire certaines personnes pour d’autres raisons.

Et les mères qui ne peuvent enfanter ?
Pire encore, si on oublie alors toutes les femmes qui ne veulent pas être mères, on torture celles qui ne peuvent l’être et le souhaitent ardemment. Je pense à elles en cette journée qui leur ramène en plein visage cette triste réalité. Que dire des femmes qui sont des belles-mères, rôle ingrat comme le dit si joliment Patrick Dion.

Bref, cette fête me fatigue royalement par le fait qu’elle exclut tellement de femmes et qu’elle encourage seulement une consommation déjà galopante. Qu’elle glorifie les mères au détriment des autres femmes qui n’ont pas eu d’enfants. Une femme n’a pas besoin d’être mère pour être complète. Cette fête me fatigue, car elle rend triste les femmes stériles, les femmes célibataires que l’horloge biologique rattrape, les femmes qui ont donné leurs enfants en adoption, les femmes qui ont avorté, les femmes abandonnées par leurs enfants et j’en oublie.

Les mères méritent mieux qu’une journée, un bouquet de fleurs et une carte Hallmark achetés à la hâte. En fait, la véritable fête des Mères, c’est le 8 mars, car c’est pour toutes les femmes, sans distinction.

Autres textes sur la maternité et les femmes
Le cahier de charge de la femme moderne.
Maman après 40 ans, pourquoi pas ?
Sommes-nous toutes faites pour avoir des enfants ?
Les futures familles, femmes célibataires et gays ?
Discussion autour de la maternité de Rachida Dati.
Incompatibilité entre la politique et la maternité ?
Un enfant seule.
Avoir un enfant, a-t-on le choix ?

Publicités

8 Réponses

  1. Ici, on a également de la difficulté avec toutes ces « fêtes » écrites au calendrier. Nous l’obligation, on aime pas trop. Ni les étiquettes. On préfère surfer sur notre bonheur que d’attendre la bonne date.

  2. C’est toujours un peu le même discours chaque année… «une journée ce n’est pas assez», «on n’aurait pas besoin de cette journée si…».

    Alors qu’au fond, ça ne me dérange pas que pour une journée, maman se fasse dorloter, reçoive un joli dessin ou un coup de fil. Car en fait, depuis les dernières années, c’est à l’année longue que je le vis, ce galvaudage du statut de parent comme étant le mode d’accès privilégié, sinon unique, à une expérience de vie «supérieure». Cette journée n’y est pour rien de plus que les autres.

    Oui, le rôle de parent fait grandir. Devenir parent, c’est le plus colossal effort d’adaptation et d’abnégation que plusieurs auront à faire dans une vie.

    Le problème, c’est que le retour du balancier socio-culturel auquel on assiste, qui met la parentalité sur un piédestal, apporte aussi son lot d’excès et de dérapages qui font mal à ceux qui sont en marge (par choix ou non). Les discours excessifs à l’égard des non-parents sont devenus acceptables dans certains cercles en vertu de cette culture dominante. Je ne les réécris pas ici, on les connait tous.

    Pour moi, l’effort d’adaptation a pris une autre forme : un divorce-surprise à saveur scabreuse au tournant de la trentaine, suivi d’un problème de santé qui m’oblige à centrer chaque jour de ma vie autour de la réadaptation à un âge charnière pour la procréation.

    Adaptation? Sacrifice? Courage? Douleur? Inquiétude? Épuisement? Choc de l’image corporelle transformée? Transformation radicale de la vie sociale? Oui, certains osent suggérer que je ne connais pas le sens de ces mots puisque je n’ai pas enfanté. Qui sont-ils pour le savoir?

    Ceux qui élèvent et soignent leurs enfants avec amour et diligence ont un grand mérite. Mais le fait d’«avoir» un enfant, pour moi, ça demeure un privilège. Le privilège de ceux qui se sont trouvés au bon moment, avec la bonne personne, dans un corps en mesure de mener une grossesse à terme. C’est une chance inouïe qui n’est pas donnée à tous et qui devrait être célébrée comme telle, avec gratitude, sans comparaison.

  3. Pourquoi est-ce que de célébrer le « mater » une fois dans l’année le serait nécessairement au détriment des autres humains? Est-ce que de célébrer la Terre le 22 avril se fait au détriment de Mars?

    Le mater a été glorifiée et sacralisée depuis que l’Homme est.. mère. Mettre au monde, c’est la grande histoire de la vie. Femme qui aime les symboles, j’aime qu’on lui consacre cette journée et je bouderai pas mon plaisir parce qu’aujourd’hui il serait de bon ton que tout soit inclusif.

    Et s’il en est, on ne lui accorde pas assez d’attention à la maternité. 500 millions (500 000 000) de femmes meurent chaque année simplement parce qu’elles deviennent mères. Une catastrophe qui ne coûterait presque rien à endiguer, mais la santé des mères, ça intéresse qui? Ça rapporte combien en bourse? Alors oui, pourquoi pas une journée pour y penser?

    Libre à vous de n’y voir que les cartes Hallmark et les oeillets bleus métalliques. Femme qui aime la fête, j’y vois plutôt une occasion pour les miens de penser à d’où ils viennent et pourquoi ils sont ce qu’ils sont et pour moi l’occasion d’embrasser toutes celles qui ont materné sans jamais compter les heures ni rien en retirer.

    « J’aime te voir avec notre suite », m’a écrit mon amoureux ce matin. Ben tu vois, ça m’a fait drôlement plaisir l’idée de cette suite du monde qui dépend des mères du monde entier.

  4. Merci ca fait du bien. Hier mon beaufrere a felicite ma mere et ma soeur et leur a fait un toast. Je me suis sentie drolement rejeter moi la seule femme sans enfants, passee 40 ans ! Yuk. J’ai pas apprecie.

  5. Pourquoi augmenter le prix des cartes et des fleurs une semaine avant la Fête des mères? Pourquoi faire de même pour les tondeuses et les barbecues avant la Fête des pères? Pourquoi ne vendre des lapins en chocolat qui pondent des oeufs en chocolat seulement à Pâques? Je me souviens aussi très bien de vos articles sur Noël (ou Fête du Sapin), et je ne comprends pas pourquoi il ne faudrait aimer nos mères, grand-mères, copines/femmes et amies qui ont des enfants qu’une fois dans l’année! C’est tout au cours de l’année qu’il faut le faire!

    @Les auteures: 500 millions de femmes, oui c’est beaucoup. Certes, ça ne rapporterait rien en bourse de les faire survivre, mais doit-on vraiment utiliser ce prétexte pour justement faire de l’argent sur leur dos? On ne pense pas toujours aux bonnes choses dans les fêtes…

  6. Je suis contente de lire ce blog. Enfin quelqu’un qui n’aime pas cette fête !! Je suis entièrement d’accord avec vos propos. Je ne comprends pas l’intérêt qui porte les femmes !!

  7. Merci Cécile, je ne pourrais tenir d’autres propos !
    Comme le dit si bien Catherine, c’est un jour où je me sens particulièrement rejetée, surtout par mes semblables, d’ailleurs… ne pas avoir eu d’enfant (pour quelque raison que ce soit) semble toujours louche aux yeux des autres femmes-mères.
    Et puis pour dissiper cette fête des mères aux parfums pétainistes, je suis POUR +++ une journée pour toutes les femmes, mères, pas mères, hétéros, gays, handicapées, grosses, maigres, noires, jaunes, vertes…. enfin « l’autre » moitié de l’Humanité 😉

  8. A VOTRE ATTENTION
    Lisez mon histoire jusqu’a la fin svp
    Je m’appelle JULIE ARRANDA,francaise d’origine j’ai 46 ans,
    je vous indique un honnette VOYANT MEDIUM,c’est grace a lui j’ai eu un enfant malgré ma sterilité,
    en plus il m’a fait trouver l’emploi dont j’ai toujours revé.
    Vous pouvez aussi le contactez pour tous vos problèmes de ce monde,en plus il est acuiellant,
    Voici ses coordonnées:
    FACEBOOK:(Voyant Nelson)
    NUMERO: 002 29 96 85 20 54
    MAIL:predivoyant@yahoo.fr
    PS: Il est le meilleur je pense et serieux dans son travail
    ajoutez le sur son facebook qui est (voyant nelson) ou appelez le caremment.
    Il intervient aussi dans les problèmes que voici:
    Le retour affectif,
    Avoir un emploi en mois de 72Hheures
    Faire agrandir sa societé ou son entreprise sur le plan international ou mondial
    Ne pas perdre jamais de son emploi,
    Problemes de sterilite masculine ou feminine,
    Guerir tout genre de maux et definitivement
    Etre aime ou etre attire par les filles ou les garcons,
    Etre toujours en tete de ce qu’on entreprend,
    Comment garder sa femme ou son homme,
    Etre toujours le 1er partout
    Bague magique;
    Le retour affectif de son ex,
    Avoir d’enfant meme si on est sterile,etc
    NB: Il prolonge aussi la durée de vie d’une personne,meme si vous avez des malades et
    qui sont en agonies ou a quelques heures de la fin de leur vie,il peut encore vous les sauver,
    car il avait quelqu’un pres de mon appartement qui mourrait et il l’a sauvé devant moi.
    Ecris par JULIE ARRANDA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :