La pollution des champs électromagnétiques étudiée à Ottawa

On a entendu parler des problèmes de santé que pourrait causer l’utilisation du téléphone cellulaire, mais aussi des tours de transmission. Justement, j’abordais le sujet de la pollution par les champs électromagnétiques (CÉM) dans le premier chapitre de mon quatrième livre, Les Pollutions invisibles. D’ailleurs, le comité permanent de la santé au parlement d’Ottawa entendra des témoins à ce sujet ce mardi 27 avril de 9 h à 11 h.

Ce type de pollution est très vaste: les cellulaires, tout ce qui sans-fil, le wi-fi, les appareils électriques, les micro-ondes, etc. Certains pensent que c’est un problème grave comme André Fauteux, l’éditeur de la Maison du 21e siècle. D’autres comme l’Institut de la santé publique du Québec ou l’Organisation mondiale de la santé jugent la situation beaucoup moins alarmante. Difficile donc de s’y retrouver pour la population comme je le mentionnais dans mon livre.

Que faire: adopter le principe de précaution sans paniquer et choisir l’option qui nous convient le mieux comme je le suggérai dans les divers conseils qui suivaient les explications générales dans Les Pollutions invisibles. (Commandez-le chez Renaud-Bray, car il ne semble y en avoir que deux copies au magasin sur St-Denis. Comme toujours, les livres québécois ne sont pas en super vedette…)

Les CÉM étudiés au Parlement d’Ottawa
Plusieurs témoins seront donc entendus mardi 27 avril par le Comité permanent de la santé du Parlement. L’objectif est d’étudier l’impact des micro-ondes sur la santé humaine.

L’Association canadienne des télécommunications sans fil sera représentée par l’ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick, Bernard Lord. Plusieurs autres seront présents, dont Magda Havas, par téléconférence. Il s’agit d’une professeure en écotoxicologie de l’Université Trent en Ontario que je citais dans mon livre. Cette dernière soutient que l’électromagnétisme affecterait sévèrement 2 à 3 % de la population et qu’une personne sur deux serait plus ou moins affectée. Énorme.

Un porte-parole du Collectif S.E.M.O. (Sauvons nos Enfants des Micro-Ondes), François Therrien sera aussi entendu par le Comité.

Que l’on croit ou non les différentes études, les CÉM ne doivent pas être ignorés. S’il ne faut pas paniquer et faire venir une compagnie pour s’en protéger, il faut s’informer et se poser des questions.

Publicités

2 Réponses

  1. Lorsqu’on parle des dangers de l’utilisation du cellulaire, les spécialistes ne s’entendent pas dépendament s’ils travaillent pour les compagnies de communication, où encore pour les différences associations de consommateurs.

    Je serais presque prêt à parier que le comité penchera vers les différentes compagnies qui font de la pollution électromagnétique, ces compagnies ont trop d’argent à perdre.

  2. Beaucoup de problèmes de santé publique sont connus et reconnus des dizaines d’années après le début des expérimentations…
    Seule la patience permet de connaître la/les vérité(s). je crois.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :