Qui en aurait parlé si les journalistes n’étaient pas là ?

Qui aurait parlé de Petit-Goâve, de Jacmel et de Léogâne si les journalistes de Radio-Canada et de La Presse n’étaient pas en Haïti ? Qui ? Ces villes sont en banlieue de Port-au-Prince et ont été délaissées. Heureusement, la journaliste de Radio-Canada Emmanuelle Latraverse a été à Léogâne, ceux de la Presse sont allés à Jacmel, puis Radio-Canada, et maintenant Michèle Ouimet nous parle de sa visite à Petit-Goâve, la ville de Dany Laferrière. Une ville qui a été oubliée par les secours.

On critique beaucoup les journalistes dans la couverture des drames de Haïti comme je le disais dans un autre billet. On les accuse de tous les maux. De se nourrir et de boire ce qui pourrait servir aux sinistrés. Sans savoir que les journalistes doivent être autonomes et amener de quoi survivre (je prépare d’ailleurs un billet là-dessus dans les prochains jours). De faire du spectaculaire et plus. On critique l’un et l’autre. On critique Anderson Cooper qui fait du spectacle bien entendu, qui se met en scène, mais n’est-ce pas une autre manière de sensibiliser les citoyens ?

Publicités

7 Réponses

  1. À chaque crise humaine et humanitaire, on s’interroge sur la façon dont on devrait représenter cette crise. Drôle de coincidence, je citais le week-end dernier Susan Sontag sur mon blog. Sontag a beaucoup écrit sur notre intérêt sur les photographies de souffrance : http://penseravantdouvrirlabouche.com/2010/01/17/devant-la-douleur-des-autres/

    Je suis d’accord avec toi sur l’importance d’avoir des journalistes sur place. Un événement devient vrai quand on le voit; et les journalistes ont un rôle central dans la sensibilisation. Mais quand je lis que Richard Latendresse filme des cadavres déversés dans une décharge, je me dis que tout n’a pas à être montré. http://www.ledevoir.com/societe/medias/281269/haiti-le-defi-mediatique

    Tout est dans la façon. Les médias québécois ont leur place à Haiti, mais à l’heure actuelle ou on manque de tout et alors que MSF a du mal à se faire livrer du matériel de première nécessité, ont-ils besoin d’être aussi nombreux ? Et surtout, ont-ils besoin de tout montrer ? L’intention est-elle toujours de sensibiliser ou a-t-on, aussi, un peu d’envie masochiste de sensation forte et de faire mieux que le voisin ?

  2. L’histoire du miraculé de Petit Goave m’a fait pleurer. mais ne crois pas que j’avais besoin de lire ça, que c’est essenntiel de lire toutes ces histoires de tristesses et d’horreur pour comprendre que c’est l’horreur la bas. Et je n’ai jamais dit qu’on avait pas besoin de journalistes la bas, j’ai dit qu’il y en avait trop. Que ça commence à ressembler à un freak show, qu’on a traversé la ligne entre l’information et le sensationnalisme.

    Il faut continuer à en parler, il faut qu’il y ait encore des journalistes la bas, et pas juste pour les prochaines semaines mais les prochaines années. Mais au lieu d’envoyer 10 journalistes par médias et de tous les rapatrier dans 2 semaines quand l’espace médiatique sera saturé d’Haïti, je crois qu’il vaudrait mieux en envoyer un ou 2 qui nous informeraient et nous sensibiliseraient pendant tous le temps de la reconstruction. Pour qu’on cesse de faire une méga bombe de ce genre d’évènement pour les laisser à leur sort et les oublier lorsque ce n’est plus payant.

    Critiquer ne veut pas dire ne pas respecter. Dire que c’est trop ne veut pas dire dire que c’est inutile. Je crois que comme les politiciens, les journalistes et surtout les médias qui les emploient, parce que ce sont eux qui décident qui ils envoient ou en général, doivent être critiqués dans le respect pour s’améliorer. Nulle profession, nul groupe de personne n’a de statut qui l’empêche de se faire critiquer. Je travaille pour les organismes communautaires et je suis la première à être consciente des lacunes dans certaines façon de faire et à apporter des critiques.

    Les journalistes critiquent abondamment, les décisions politiques, les décisions des entreprises, les décisions de certains citoyens, il est normal que les médias soient aussi critiqués de temps en temps. et qu’ils soient ouvert à ces critiques. Un politicien qui refuse toute critique ne fait pas long feu. Je crois que c’est pareil pour tous les métiers qui dépendent de l’opinion publique. et en fait pour tout le monde dans la vie.

    Encore une fois: Je respecte le travail fait par les journalistes, je crois seulement qu’on a dépassé les limites et qu’il est temps de revenir à couverture plus respectueuse des gens qui vivent la bas et surtout de ne pas tout mettre les énergies et l’argent maintenant sans en garder pour après, pour la suite des choses.

  3. Je crois que pour un Richard Latendresse (qui ne fait que du Québécor à son mieux!) ou un Anderson Cooper, il y a des dizaines de journalistes qui ne font que leur travail de rapporter ce qu’ils y voient, ce qu’ils y vivent.

    Bonne idée de nous faire un billet sur la logistique derrière un tel voyage de journaliste. J’ai pour ma part appris avec cet événement que le journaliste arrivait avec tout ce dont il a besoin, incluant la nourriture. Je m’étais toujours demandé…

  4. Élise et Gen: Les journalistes peuvent être critiqués bien entendu. Et ils sont eux-mêmes les premiers a se critiquer. Lire Paul Cauchon dans le Devoir et écouter la discussion chez Christiane Charette l’autre jour.

    Mais en même temps, ce n’est pas à cause des journalistes que les Haïtiens sont pauvres, sont laissés pour compte. Pas à cause d’eux que l’aide arrive au compte-gouttes, etc.

    Je crois aussi que la majorité des journalistes en Haïti effectue un bon travail, n’ont pas dépassé les limites et sont très respectueux. Évidemment, suivre un camion de cadavres, mettre son micro sous le nez de quelqu’un coincé dans les décombres ne sont pas des exemples édifiants. On s’entend. Mais il ne faudrait pas mettre tous les autres dans le même bateau.

    Aussi, ce n’est pas parceque Radio-Canada et La Presse envoient beaucoup (trop?) de personnes en même temps que les médecins, les secours ne sont pas en Haïti. L’un n’empêche pas l’autre.

    J’espère aussi vivement qu’on en parlera dans 3 mois, dans 9 mois, dans 1 an, dans 3 ans. J’espère que les grands réseaux vont y retourner. Mais vous savez comme moi que les citoyens veulent aussi du spectacle…Les médias n’ont pas à prendre tout le blâme, seulement la partie qui leur revient. Après 2 billets sur Haïti sur Branchez-vous, on me disait d’en revenir et de passer à autre chose!!!!!!!!

    Et de mon côté, comme journaliste indépendante, je compte bien trouver une manière d’aller en Haïti. Plus tard, quand tout le monde sera reparti.

    Jean-François: tout à fait. Je ramasse l’info pour faire ce billet sur la logistique. J’avais aussi fait un article sur la couverture du Tsunami, c’est ici: http://www.cecilegladel.com/documents/pgs_articles/tsunami.html

  5. oops j’avais pas reçu le post annonçant ton déménagement. Je viens de te remettre dans ma blogroll.

  6. Les journalistes sont-ils utiles lors de catastrophes considérables comme celle-ci, le tsunami indonésien, les attentats du 11 septembre ?

    Ou l’utilité se mesure-t-elle lorsque la souffrance n’est pas spectaculaire, comme la misère et la corruption en Haïti, les bâtiments non sécuritaires, le manque criant d’infrastructure ?

    Où étions-nous avant cette catastrophe ? Serons-nous encore là dans trois mois ?

    Combien de vies auraient pu être sauvées si nous avions fait davantage preuve de solidarité envers le peuple Haïtien avant cette terrible tragédie ?

    En Haïti, l’espérance de vie est 61 ans. À l’Est de l’île, en République Dominicaine, elle est de 72 ans. Au Canada, elle est de 81 ans.

  7. Bravo a vous les Journalistes qui couvrent tant bien que mal toutes les nouvelles sur Haiti ..On critique
    Richard Latendresse lorsqu’il suivait le camion
    pour savoir ou il domperait tous ces morts
    Ben franchement il a bien fait.Peut on le croire quand il disait « Ca sent pas bon ca me pogne a la gorge »
    Et entre vous et moi ben ils y a de ces gens qui veulent voir les vrais choses . On n’aime ca chialer….
    Bravo Richard Latendresse et a toutes les autres….

    Lyly

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :