Qui en aurait parlé si les journalistes n’étaient pas là ?

Qui aurait parlé de Petit-Goâve, de Jacmel et de Léogâne si les journalistes de Radio-Canada et de La Presse n’étaient pas en Haïti ? Qui ? Ces villes sont en banlieue de Port-au-Prince et ont été délaissées. Heureusement, la journaliste de Radio-Canada Emmanuelle Latraverse a été à Léogâne, ceux de la Presse sont allés à Jacmel, puis Radio-Canada, et maintenant Michèle Ouimet nous parle de sa visite à Petit-Goâve, la ville de Dany Laferrière. Une ville qui a été oubliée par les secours.

On critique beaucoup les journalistes dans la couverture des drames de Haïti comme je le disais dans un autre billet. On les accuse de tous les maux. De se nourrir et de boire ce qui pourrait servir aux sinistrés. Sans savoir que les journalistes doivent être autonomes et amener de quoi survivre (je prépare d’ailleurs un billet là-dessus dans les prochains jours). De faire du spectaculaire et plus. On critique l’un et l’autre. On critique Anderson Cooper qui fait du spectacle bien entendu, qui se met en scène, mais n’est-ce pas une autre manière de sensibiliser les citoyens ?