Maman après 40 ans, pourquoi pas?

Dans mon billet sur l’amour et les femmes de 40 ans et plus, l’une des commentatrices soulignait la galère de celles qui voulaient encore des enfants. Très juste.

Je déteste la manière dont on place et catégorise les femmes de 40 ans et plus, comme passées date n’étant plus capable d’avoir des enfants. Très réducteur.

Évidemment, les ovules ne sont plus super « frais », mais nous n’avons plus les mêmes conditions de vie que nos ancêtres. Nous sommes en meilleure forme, mieux conservées. Nous vivons plus longtemps. D’ailleurs, le nombre de femmes qui deviennent mères après 40 ans augmente sans cesse. Je peux en nommer de nombreuses dont Geena Davis à 47 ans, Marie Plourde va ou vient d’accoucher à 43 ans (le 4 déc dernier, d’une petite fille et d’un conjoint plus jeune, yeah), Renée-Claude Brazeau, 44 ans, Jennifer Lopez, etc… Les grossesses après 40 ans sont plus à risque, mais se passent généralement bien.

Cet article sur Doctissimo souligne que les femmes qui veulent devenir mères après 40 ans sont souvent culpabilisées et jugées. Le Pr. Michel Tournaire, chef de service a l’hôpital Saint-Vincent de Paul et auteur du livre « Le bonheur d’être mère, La grossesse après 35 ans » (éditions Odile Jacob) souligne qu’il est faux de dire que de telles grossesses provoquent des malformations.

Dans cet article, on souligne que le risque de trisomie 21 est réel et augmente avec l’âge, mais que le véritable risque que courent les femmes de 40 ans +, est de ne jamais pouvoir tomber enceinte ! Le taux de fertilité chute à 5 % après 40 ans. C’est mince. Mais ça ne veut pas dire que c’est impossible. Sophie Durocher est tombée enceinte dans le temps de le dire à 43 ans.

Il est vraiment triste que le chiffre 4 signifie trop souvent la fin pour une femme, alors que ce n’est qu’une suite, un autre commencement. Cette attitude vient autant des femmes que des hommes qui pensent automatiquement qu’une quadragénaire en a terminé avec la maternité.

C’est un problème avec les trentenaires qui veulent des enfants. Ils oublient la quadra pour cibler celle qui enfantera sans problème. Enfin, c’est ce qu’ils croient.

Si les hommes peuvent devenir père jusqu’à leur mort, qu’on laisse au moins les quadras le devenir jusqu’à ce que cela soit possible. Laissons la femme et la nature le déterminer et non notre sacro-saint jugement lapidaire qui l’expédie automatiquement dans la catégorie des femmes passées date.

Publicités

6 Réponses

  1. Je ne suis pas contre l’idée, loin de là, parce que la vie actuelle et plusieurs facteurs, dont tu as souvent parlé, amènent les femmes à en arriver là.

    Par contre, je te dirais que moi, j’ai des parents  »âgés », et même si je les adore, j’aurais souhaité avoir des parents plus jeunes.

    Pour un enfant de 10 ans, une personne de 40 ans est un  »vieux », alors imagine 55 ans.

    Toute mon enfance, je me suis sentie marginale à l’école, et je me suis inquiétée pour mes parents, pour leur santé, et j’essayais de les ménager, de respecter les  »vieux ».

    Par ricochet, je dirais même que, moi aussi, je me sentais vieille.

    Il faut penser qu’avoir un bébé à 45 ans, c’est aussi avoir un enfant à la garderie à 50 ans, un ado parfois rock n’ roll à 60, et des petits enfants à 80 ans.

    Comme je disais, je ne veux pas dissuader personne, la vie fait parfois à sa tête, mais j’aurais aimé, à 18 ans, comprendre l’importance de me  »grouiller » un peu, pour avoir des enfants à 25 ou 30 ans.

  2. Je suis d’accord avec toi Cécile quand à la stigmatisation de celles qui essaient de devenir mères sur le tard. C’est un problème. En même temps, j’espère que les femmes de 30 ans qui sont à peu près prêtes à avoir des enfants (sachant qu’il n’y a jamais de moment idéal) ne comptent pas sur la possibilité de remettre à plus tard leur projet de famille (après 40 ans).

    Une anecdote à propos de Madame X tombée enceinte à 45 ans sans problème ne devrait pas faire oublier que les chances de concevoir sont statistiquement beaucoup moins élevées à compter de la mi-trentaine. Plusieurs couples décident alors de se tourner vers diverses méthodes d’aide à la fertilité, lesquelles ne sont pas sans risque, sans douleur ou sans faille, pour les parents comme pour les éventuels enfants, sans compter le personnel et le système médical.

    J’ai entendu récemment une femme ingénieure « sénior » dans mon entourage dire qu’elle se serait moins inquiétée du bon moment pour avoir des enfants (elle en a 3) si elle avait réalisé que le gros de sa carrière était encore à venir. Ça m’a définitivement fait voir les choses sous un autre angle.

    À notre santé à toutes (et tous)!

  3. @Geneviève: C’est certain et tu n’es pas la seule à avoir dit ça, mais en même temps, tu ne penses pas que les temps changent, que les gens sont plus jeunes plus tard et tout dépend aussi de l’état d’esprit?
    Par ailleurs, étant donné que l’âge du premier enfant est toujours plus tard, les enfants de parents plus âgés ne seront pas aussi stigmatisés durant leur enfance non?

    @Brigitte: Je pense que l’important est de choisir quand on est prêt…Si les femmes de 30 ans sont en couples et prêtes à avoir des enfants, go. Mais on oublie juste une petite chose, c’est que souvent les femmes de 40 ans et plus qui n’ont pas d’enfant et en voudrait encore n’ont peut-être pas eu le père pour mener ce projet à bien dans leur trentaine…
    Si elles ont la chance de rencontrer ce père dans la quarantaine, peut-on leur reprocher de tenter de tomber enceinte…et surtout leur reprocher…et les bassiner des centaines de fois avec les risques. Je crois qu’elles sont tout à fait consciente des risques.

  4. Cet article me scie en deux, hier je recevais LA NOUVELLE !!! Ma meilleure amie chérie remet ça à 42 ans, elle a une grande fille de 18 ans et moi … je serais TATIE !!! Tout le monde se roule par terre de joie. Honnêtement ma seule peur c’est surtout face à la crise d’adolescence et l’énergie que ça bouffe, mais bon … on traversera le pont …

  5. Enfin un article positif sur les femmes de 40 ans qui veulent des enfants, merci Cécile, j’ai bien fait de revenir sur le site vérifier. J’envoie ce lien à mes soeurs qui voient du mauvais oeil que j’espère encore réaliser mon rêve d’avoir un enfant un jour.

    Maintenant, oui il faut trouver le père, ce qui est une autre paire de manches.

    Catherine
    PS: n’oubliez pas qu’avec les avancées médicales, on vivra beaucoup plus vieux, donc nos enfants nous auront en vie plus longtemps ! C’est donc peut-être l’évolution qui permet d’avoir des enfants à un âge plus avancé.

  6. Après lecture de vos différents commentaires je crois qu’il est difficile de fixer une date précise à la conception d’un enfant.
    En ce qui me concerne, il était clair que je ne voulais pas devenir mère avant mes 35 ans … pourquoi ??? je crois que je ne le savais même pas moi !!!
    Un premier mariage à 26 ans, divorce trois ans plus tard, un papa malade … pas vraiment l’envie de pouponner !
    Retour de l’amour à 34 ans, enfin j’ai trouvé ma moitié, malheureusement j’ai perdu mon papa ……. dur dur …. mais la vie continue ou du moins nous essayons de la faire suivre.
    Toujours heureuse en couple, nous décidons d’agrandir la famille, première grossesse un an plus tard, des jumeaux et une première grossesse non évolutive à 6 semaines !
    Nous accusons le coup mais ne baissons pas les bras car cela est assez courant pour une première grossesse.
    Avec les encouragements de ma gynéco et de mon entourage nous revoilà partis pour une deuxième grossesse ….. à nouveau une grossesse non évolutive !
    Là je commence un peu à m’inquièter mais à aucun moments je n’ai remis en question la question de l’âge.
    Il y aura eu encore deux autres grossesses ratées avant d’avoir enfin dans bras le plus adorable des petits êtres ….. mon fils Raúl.
    Aujourd’hui j’ai 41 ans mon fils soufflera sa première bougie en janvier et nous sommes très heureux !
    Certes les matins sont un peu plus difficiles mais je suis persuadée qu’ils le sont tout autant pour une femme de 25 ou de 30 car un bébé sollicite énormémént de temps.
    Personnellement, je ne me sent pas vieille du tout, il est vrai que lorsque j’aurais 60 ans mon fils en aura 20 ….. et alors ????
    Mon fils je l’aime plus que tout, ma maturité m’aide à relativiser, je suis une maman de 41 ans heureuse et déterminée à rendre heureuse toute sa petite famille !

    Mesdames, si votre désir est d’avoir un bébé peut importe l’âge, une chose est sûre il n’arrivera que s’il se sent attendu !

    Prenez-soin de vous et soyez heureuses !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :