RueMasson dans les médias

Les cinq membres fondateurs de RueMasson.com de gauche à droite: Éric Noël, Cécile Gladel, Stéphanie Lalut, David Bruneau et Lisa Marie Noël

Aussitôt en ligne, aussitôt diffusé. Je parle de RueMasson.com dont je parlais ici et qui mérite un onglet sur ce blogue puisque j’en suis l’une des fondatrices.

Le Journal de Rosemont y consacre un article en nous appelant «Le petit nouveau du Vieux». Très cool. Ça nous encourage.

Publicités

Haïti la nuit

Où que vous soyez dans le monde, surtout en Europe, et à Haïti, à Montréal, partout au Canada et au Québec ainsi que sur Sirius, vous pouvez écouter Haïti la nuit à l’antenne de la radio de Radio-Canada de minuit à 5 h du matin, heure de l’Est donc de Montréal. 6h plus tard en France, le matin donc.

Je vous en parle, car pour les trois prochaines nuits, j’y serai comme journaliste web. Je parlerai de ce qui se passe sur le web en lien avec Haïti et je lirai les courriels envoyés par les auditeurs. N’hésitez pas si vous connaissez des blogues, sites en lien avec Haïti.

La nuit dernière, j’ai parlé de l’importance de Twitter dans la diffusion de l’information. J’ai aussi parlé des deux journalistes indépendants québécois, Marie-Julie Gagnon et Gary Lawrence qui ont écrit sur le tourisme haïtien.

Marie-Julie parlait de l’historique du tourisme dans la perle des Antilles. Pourquoi ne pas y revenir sans faire du tourisme de pauvreté ? Gary Lawrence souligne que c’est une bonne idée, mais qu’il faut en profiter pour faire du tourisme durable et responsable, qui respecte les travailleurs haïtiens et les impliquent.

Extrait du billet de Gary Lawrence:

«Maintenant que le séisme a pratiquement fait tabula rasa d’une partie de l’île, c’est peut-être l’occasion rêvée de développer un tourisme durable et socialement responsable, et qui profiterait à l’ensemble de la population, que ce soit grâce aux revenus générés ou par l’utilisation d’une main-d’œuvre locale pour la construire et, par la suite, l’exploiter.»

Nouveauté ? Des élus twittent l’adoption du budget à Montréal (AJOUT)

Tout évolue, tout change. Aujourd’hui, c’est l’adoption du budget de la ville de Montréal, incluant une augmentation de taxes, l’adoption d’une taxe sur les stationnements, entre autres, une couple d’élus twittent en direct. Une première à Montréal.

Évidemment, à ma connaissance, les élus d’Union Montréal, le parti au pouvoir, ne twittent pas. Tout ce qui concerne le budget est ici sur Twitter.

On a deux élus, peut-être plus. On peut donc suivre le maire de Rosemont-Petite-Patrie, François Croteau de Vision Montréal, sur Twitter ainsi que le conseiller municipal de Projet Montréal, François Limoges. Projet Montréal a aussi son compte Twitter.

AJOUT: la conseillère du Plateau, Josée Duplessis s’y met aussi sur Twitter.

AJOUT: plusieurs autres élus se mettent à Twitter. Véronique Fournier de Vision Montréal. Marc-André Gadoury de Projet Montréal.

Le seul problème avec les tweets des élus de Vision Montréal et Projet Montréal est qu’ils sont teintés de partisanerie politique. Ce qui est normal. Il serait bien d’avoir la version des élus au pouvoir pour faire la part des choses. Car un budget n’est pas facile à comprendre. Mais à les lire, il semble que l’adoption du budget soit difficile, très difficile.

Finalement, en regardant cette expérience très intéressante, on se demande s’il n’est pas possible de diffuser les réunions du conseil municipal sur Internet ? Est-ce que cela augmenterait l’intérêt des citoyens à la chose municipale ? Y-a-t-il d’autres solutions pour intéresser les résidents au niveau de gouvernement le plus proche de leur vie quotidienne ?

RueMasson.com en ligne

J’ai mis en onglet RueMasson.com pour signaler un nouvel endroit sur le web où j’écrirai. J’explique tout ça ici. Je vous encourage à aller y faire un tour, vous faire connaître si vous êtes des résidents du coin, nous écrire si vous connaissez des sites semblables qui parlent de quartier dans les villes du monde entier.

Pour voir les talents qui ont mis au monde ce site Internet, vous trouverez ici nos biographies revisitées, pas très sérieuses, mais combien réalistes.

Faites suivre, parlez-en et retournez-y.

Meilleurs blogues de la Coupe de l’info : Bravo Rue89 !

Le verdict est tombé hier soir en France. Le blogue de Rue89, Passage à l’acte a été élu meilleur blogue dans la catégorie Développement durable lors de la Coupe de l’info.

Étant une fan de Rue89 depuis longtemps, je ne peux que me réjouir de ce prix et les féliciter chaleureusement. Ils ont été élus très largement avec plus de 50 % des votes.

Mon blogue, La Planète écolo, était aussi finaliste. Cette simple nouvelle m’avait totalement ravie. Étant un site indépendant d’une journaliste indépendante, j’étais très heureuse d’être simplement nominée. Et puis, cela me faisait une petite fleur, moi l’immigrante française, d’être la seule représentante de ma patrie d’adoption au sein de journalistes de ma patrie d’origine.

Encore plus de plaisir en apprenant ce matin que mon blogue est arrivé deuxième avec 28,5 % des votes. Dans ce cas, cette deuxième place vaut largement une première place pour moi. Un énorme merci à ceux et celles qui ont pris la peine de voter. Et encore bravo à tous les finalistes dont je rappelle les noms et les blogues, qui sont toujours à visiter et revisiter.

Conso Gonzo d’Eric Lecluyse de l’Express.fr
Planète de Guillaume Malaurie du Nouvelobs.com
LE BLOG PLANETE DE LAURENT SAMUEL, un autre pigiste comme moi.

La France et son identité

Avec l’arrivée de Nicolas Sarkozy à la présidence, la nationalité française est devenue un super privilège que même les Français doivent prouver deux fois plutôt qu’une. Les histoires comme celles d’Anne Sinclair, Française de naissance, de ses parents, se multiplient depuis l’adoption du nouveau règlement. Gracieuseté de Sarkozy !

Anne Sinclair, comme l’une de mes amies, n’est pas née en France. Misère. Elle doit doublement prouver sa nationalité française. Mon amie avait un problème supplémentaire, ses deux parents n’étaient pas nés en France, l’un en Espagne, l’autre en Yougoslavie ! Mais elle a toujours, à quelques exceptions, vécu en France.

Inadmissible cette suspicion qui engendre des classes différentes de citoyens. Il va y avoir les « bons » français et les « mauvais » ? Les « vrais » et les « faux »? Belle manière de diviser un pays.

Évidemment, je suis toujours Française, même si je n’habite plus en France depuis plus de 22 ans. Je me sens toujours Française. Comme je me sens aussi Canadienne et Québécoise. J’ai déjà expliqué dans ce billet, l’impossibilité de choix, que certains ne veulent pas comprendre, disant qu’il faut choisir. Non, je n’ai pas à choisir, car j’ai vraiment et totalement deux nationalités. Un point c’est tout.

J’ai mes deux passeports. Je fonctionne principalement avec le Canadien sauf quand je vais en France. Mon passeport français est valide jusqu’en 2012. Vais-je me buter à cette super vérification de ma nationalité française? Il semble que non. D’après le site internet du service public français, j’aurai plus de facilité à justifier ma nationalité française qu’Anne Sinclair ou mon amie. Un peu ridicule non ?

Les personnes qui vivent en France, mais qui n’y sont pas nées, doivent plus prouver leur nationalité que moi. Je suis née en France, j’y ai vécu longtemps, mais réside au Canada depuis plus de 22 ans. Un peu bizarre non ? Qui est la plus française ? Si le gouvernement veut jouer à ce jeu, il peut se faire prendre avec de sacrés imbroglios. Voici les risques de tenter d’imposer des règles et des niveaux de nationalités. Ne sommes-nous pas tous des êtres humains…

Ensemble pour Haïti !!!

On a commencé à entendre la chanson en début de semaine. J’en parlais ici en recopiant les merveilleuses paroles de Grand Corps Malade, notre poète moderne. Voici le clip final. Un mot d’ordre: Ensemble. En espérant que les dirigeants qui se battent en coulisses pour savoir qui va diriger la reconstruction l’entendent et le méditent. Haïti n’a pas besoin qu’on se dispute pour savoir qui doit diriger la reconstruction. Il me semble que la reconstruction devrait être dirigée par les Haïtiens. Le reste du monde à leur service.