Pourquoi ne pas manger moins de viande?

Il semble qu’il y a eu une grande discussion sur la viande au Québec la semaine dernière. On en parle sur le blogue du Commensal.

À en juger pour les commentaires de Mario Dumont et ses questions, il semble que la consommation de viande ne soit pas près de baisser. Et pourtant. Ce ne serait que du bénéfice pour l’environnement et sa santé.

Sauf que chaque fois qu’on parle de diminuer sa consommation de viande, les carnivores convaincus pensent repas sans saveur, luzerne seulement et plein d’autres préjugés envers le végétarisme.

Mais on ne parle pas du tout de rendre les humains végétariens, on parle seulement de diminuer sa consommation de viande. Rien de très drastique. Une journée par semaine sans viande. Que ce soit le lundi ou un autre jour de la semaine, peu importe. L’important est de diminuer au moins légèrement sa consommation hebdomadaire de viande.

Un gros carnivore qui mange de la viande à TOUS les repas peut commencer pas éliminer la viande d’un seul repas, puis un autre. Il n’est pas question de lui demander d’éliminer la viande de TOUS ses repas. Juste un. Ce n’est pas la mer à boire non ?

Peu le savent, mais la consommation de viande a un impact fort sur l’environnement. Pour élever un animal pour le manger ensuite, il faut des céréales. Des plantes que l’on fait pousser à grand renfort de pesticides, eau et pétrole (la machinerie) pour nourrir des animaux, qui ensuite termineront dans nos assiettes. Si ces céréales servaient à nourrir les êtres humains, on éliminerait une étape et on nourrirait plus d’humains…

Sans compter le méthane émis pas les ruminants. Sans compter le transport de la viande.

On peut aussi en manger moins et choisir de la viande locale et biologique.

On peut choisir de devenir végétarien. Mais c’est un choix de vie comme certains choisissent d’être carnivore et manger de la viande. Chacun son choix et personne ne doit l’imposer à d’autres.

J’entends trop souvent des végétariens qui font la leçon, qui méprisent les carnivores, qui se permettent des jugements de valeur très dérangeants. Même chose du côté des carnivores qui dénigrent tout ce que disent les végétariens. Il serait temps de respecter le style de vie de l’autre sans tenter de l’imposer.

Alors, êtes-vous prêt à manger moins de viande, à la manger bio et/ou locale? En plus, vous économiserez puisque les céréales, les légumineuses, le tofu coûtent moins cher que la viande. Et avec les économies, achetez de la viande bio !

Publicités

7 Réponses

  1. Manger moins de viande ne peut avoir que des effets positifs, tant sur notre santé que sur l'environnement. Cependant, il faut rappeler que remplacer sa consommation de viande par de la viande bio ne diminuerait pas notre empreinte écologique (la production viande bio "pollue" autant, sinon davantage parce que moins efficace). Et ce n'est pas parce qu'ils sont élevés dans une ferme bio que les animaux ne souffrent pas. La solulution, comme tu le mentionne, c'est manger moins. Chaque canadien a mangé 108 kg de viande l'an dernier. C'est de 2 à 4 fois l'apport quotidien en viande recommandé. En comparaison, les anglais ne mangent "que" 80 kg de viande par année.Réduire sa consommation individuelle de 20% aurait autant d’impact que remplacer sa voiture classique – par exemple, une Camry – par une Prius ultra efficiente. Et c'est plus facile qu'il ne le parait, crois-moi !

  2. Oui, comme le dit Elise, réduire sa consommation de viande, c'est aussi bon pour la santé; nous sommes omnivores; donc cela veut dire que notre organisme est conçu pour les céréales, les fruits et légumes, et la viande. Une fois par semaine c'est bien, mais on peut aussi en manger à plusieurs repas en toutes petites quantités: 40g par jour (en moyenne) suffisent à couvrir les besoins en protéines !!

  3. Et il faut rappeler que les protéines ne se trouvent pas que dans la viande et que les protéines végétales sont autant des protéines que les protéines animales! Concrètement, 15 g de protéines (ce qu'on devrait manger par repas), c'est 90 g de viande cuite, fruits de mer, gibier, poisson, abats ou volaille. C'est la même quantité de tofu ferme, 250 ml de légumineuses cuites, 200 g d'amandes, de cachous ou de beurre d'arachides, 90 g de tempeh, etc.

  4. Pour nous, nous mangeons beaucoup de légumes, l'été de notre ferme bio (formule panier).Je suis tenté de plus en plus par le végétarisme, mais pas en "secte": j'aime trop la viande!Mais comme dit dans votre billet, commencez par un repas de temps à autre, puis un autre, et ainsi de suite…Les extrémistes des deux côtés ne sont pas obligatoirement à suivre. J'ai vu, au Texas, l'extrême du carnivores: tu commandes un steak, et c'est tout juste si on t'offre la pomme de terre avec. On oublie assurément toute autre forme végétale!L'idée à la base est de bien cuisiner. Alors pour manger végétarien, il faut chercher un peu d'information. Des gens qui "ne mange rien" sont toujours abasourdis devant la nourriture que ma cuisinière de blonde prépare. Ben, on commence par de bons ingrédients… mais trop de gens sont habitué de ne manger que du tout prêt fade.Pour Élise: manger local et bio réduit la pollution parce que la viande "normale" fait tellement de kilomètres que d'en choisir de sa ville ou de son village ne peut qu'améliorer la chose. La viande vendu en région vient souvent de la même région, mais avec un transit via un entrepôt de Montréal (en tout cas pour nos trois géants de l'épicerie). Tellement plus facile de gestion (qu'ils disent!).Souvent, et c'est plutôt vrai pour tous les sujets en environnement, les gens ne voient que l'extrême. Il n'est pas obligatoire de tout couper, de devenir végétarien, de vendre son auto, etc… mais on peut toujours commencer par diminuer sa quantité de viande, acheter en partie bio, le plus souvent local, et faire moins de kilomètres (prendre le vélo ou marcher est un bon début, en plus de nous redonner la forme).

  5. @le train la nuit :Dans le cas des fruits et légumes, la production locale (et bio) est en général à privilégier. Par contre, il faut s'assurer de manger des aliments de saison. Faire pousser des des tomates de serre au Québec en mai, ça produit plus de CO2 que les faire venir en camion de Californie. Quant à la viande, il y a aussi certains "mais". Les abattoirs choisis par les fermes bio sont souvent plus loin du lieu d'élevage que les abattoirs ordinaires, le grain avec lequel est nourri le bétail est importé de plus loin, etc. Mais bien d'accord avec toi. La solution ne se trouve pas dans les extrêmes, il faut réfléchir à ce qu'on mange.

  6. Pour répondre à Elise aussi, j'ai lu que les protéines végétales devaient être associées aux céréales, et certaines associations sont à privilégier, pour déclencher dans l'organisme leur synthèse qui sinon ne se fait pas. Donc au début, c'est sûr qu'il faut réfléchir un peu, mais après, quand on connait les deux ou trois règles de base, on peut vite être très créatif en cuisine et pour moins cher, tout en mangeant bio, bon et local ! En ce qui me concerne, devenir quasi végétarienne a permis de faire de mes repas un moment très agréable et plein de saveurs !

  7. Je suis devenu végétarien à temps plein il y a quelques semaines et mon corps en est très heureux. J'ai vraiment l'impression que mon système digestif se porte bien mieux sans viande. Mon compte de banque est aussi d'excellente humeur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :