Sommes-nous toutes faites pour avoir un enfant?

Nombreuses sont les personnes qui font un lien automatique entre femme et enfant. Nous serions donc programmées pour avoir des enfants ? Est-ce que chaque femme est faite pour être mère ? Quand ce n’est pas le cas, les gens regardent les femmes non mères comme des bibittes égarées dans un nid d’oiseaux.

Si elles sont en couple, les questions sont encore plus pointues. Mais de quoi se mêle-t-on ? Les femmes ont fait de nombreux gains au fil des années. L’un des gains est la liberté de choix. Le choix d’avoir des enfants quand elles le choisissent et celui de ne pas en avoir.

Quand une femme clame qu’elle ne désire pas d’enfant, il y a toujours une voix bien pensante pour lui glisser qu’elle changera d’avis. Mais qu’en sait-elle ? Si les femmes sont physiologiquement et physiquement faites pour avoir des enfants, elles ne sont pas toutes enclines à vouloir utiliser cette fonction. Elle existe, mais n’est pas une obligation. Et surprise, une femme peut-être comblée peut être une véritable femme sans avoir d’enfant.

L’une de mes amies écrivaines, Josée Bilodeau a écrit un merveilleux texte sur le non-instinct maternel. Je ne pourrais vous mettre un lien, car c’est nouvelle publiée dans le numéro 60 (printemps 2004) de la revue livre Arcade. Dans le huitième péché, Josée a signé un merveilleux texte sur la maternité ou plutôt la non-maternité que certaines femmes ne ressentent jamais.

Je vous en offre quelques extraits. Merci Josée de tes mots si parlant, si vrais.



«Voilà que j’arrive à cet âge où il faut se décider, et vite. Dans les fines rides autour de mes yeux, on peut voir que je serai bientôt « passée date », trop vieille pour enfanter sans risque, trop vieille pour en plus d’un. Déjà sur mon corps on peut lire le deuil d’une ribambelle d’enfants autour de la table à dîner, les plus jeunes dans mes jupons, harcelés gaiement par les plus vieux. Bref, ce genre de clichés….

Et si ça m’arrivait un jour, si le tournant de la quarantaine m’apportait ce désir en même temps que les premières bouffées de chaleur, qu’est-ce que j’en ferais? Ma vie ne serait pas faite pour ça, rien ne serait prêt, idéal, planifié. Ma bulle est trop petite et la planète n’irait pas mieux. Je ne suis ni raisonnable, ni forte, ni engagée. Le monde fout le camp et je n’ai rien fait contre cet état de choses, n’ai pas prévu de génération future. Je m’éteindrai avec mes racines, quoi qu’il arrive.»

Publicités

8 Réponses

  1. C'est super touchant ce "je m'éteindrai avec mes racines quoiqu'il arrive"…

  2. Je parle pour moi évidemment. Je suis de nature plutôt réaliste, même si nombreux me croient pessimiste. Et toute ma vie, je ne me voyais pas mère, je ne m'en voyais pas les capacités, je n'en voyais surtout pas la pertinence. Je me disais qu'il faut être cruel de mettre au monde un être vivant lorsque moi-même je souffre et je suis tourmentée sur mon existence et l'utilité que j'ai sur cette terre.Bref, j'étais de ces femmes qui ne voulaient pas d'enfants autant parce que physiquement je n'en ressentais pas le besoin autant mentalement, je trouvais que ça n'avais aucun sens de poser un tel geste.Certains disaient que j'allais changer d'idée, d'autres me connaissant bien avaient perdu espoir de devenir grand-mère, tante ou marraine.Un jour, j'ai rencontré quelqu'un qui lui… voulait beaucoup d'enfants, voulait construire un monde nouveau et offrir à cette Terre de nouvelles personnes ayant de magnifiques valeurs (idéalistes un peu mais possible puisque c'est un grand homme selon moi). Enfin, on a beaucoup parlé… je suis toujours tourmentée, peut-être un peu moins, quoiqu'il en soit je me suis dit ça se fait à deux un enfant donc ça s'élève à deux aussi et je ne porterai pas le poids de la responsabilité de cet enfant entièrement et uniquement seule.Enfin, j'ai eu un enfant, ma fille, et cela je peux le garantir à toute femme qui dit ne pas vouloir d'enfant (l'ayant été aussi) qu'elles refusent quelque chose dont elles ne connaissent pas l'attachement et l'intensité émotionnelle liée à cette relation. Ne pas vouloir quelque chose dont on n'a jamais expérimenté la chose, c'est d'admettre que l'on ne désire pas quelque chose par ignorance.Par exemple, je n'ai jamais pris de drogues parce que j'ai toujours jugé que ce n'était pas bon, mais je me fie à des informations qui parfois se contre-disent et qui ne sont basé sur aucune expérience personnelle. Une amie a presque tout essayé et a décidé qu'elle n'aimait rien de tout cela… je crois que sa décision est plus valide que la mienne en terme pratique puisqu'elle a testé pour dire ne pas aimer ou vouloir.Somme toute, je suis d'accord pour dire que toutes les femmes ne sont pas faites pour être mère, et pourtant certaines de celles qu'ils le sont, sont aussi d'épouvantables mères.On choisit bien des choses dans la vie, et on a le droit de choisir aussi de ne pas être ou être mère. Mais moi j'ai appris une leçon… je ne m'entête plus à dire ni aux autres, ni à moi-même ce que je ferai ou ne ferai pas. Je suis imprévisible, je peux moi-même me surprendre et je défie quiconque à dire qu'il ne se surprendra jamais de lui-même! Pour moi c'est impossible! Maintenant je dis, «non, je ne ferai pas ci ou ça», mais j'ajoute aussi : «on ne sait jamais!!!»

  3. J'avais bien aimé le livre «L'amour en plus», d'Élisabeth Badinter, il y a quelques années (10-15 ans?). Elle explique que l'instinct maternel a été «inventé» au 19e siècle pour persuader les femmes qu'elles étaient faites pour avoir des enfants. Il paraît qu'il y a plus ou moins le même pourcentage de femmes qui ne désirent pas d'enfants depuis des siècles. Avant, elles devenaient religieuses. C'est le nombre d'enfants par femme qui a changé, pas le nombre de femmes n'en voulant pas.

  4. Ne pas commenter ce billet m'est complètement impossible Cécile!!!Je crois que ce ne sont pas toutes les femmes qui peuvent avoir des enfants. Par contre, les femmes qui ne veulent pas d'enfants, ne sont pas toujours assez forte pour envoyer promener l'opinion public et s'assumer par contre!En tant que femme, on n'est jamais assez trop ceci ou cela. Pas avoir d'enfant est un sacrilège autant que de trop en avoir (ce qui est mon cas!) Il faut les avoir aussi dans les conditions idéales de vie: 1 maison, 1 voyage/an, 2 autos, un REE et un chalet ainsi que tous les cours de ci et ça sinon tu es un parent indigne.Tu sais, je connais très bien cette pression mais maintenant, j'en ri! Je me ri des commentaires du genre: "Toi qui est designer, pourquoi tu vas dans les friperies?" Et moi de répondre que grâce à ce geste, un chinois peut avoir son bol de riz à tous les jours la place d'un bol de boules de coton!!! (a cause de la production textile qui remplace les rizières) Un moment donné, il faut se foutre des gens parce que ce ne sont pas eux qui vont vivre la vie que l'on a choisi.

  5. Je suis bien contente de lire cet extrait et bien curieuse de lire la suite! C'est plaisant de se sentir moins seule! On devient habituée de se faire dévisager lorsque nous sommes en couple et que l'on ose dire que nous ne voulons pas d'enfants, mais ce n'est pas toujours facile à endurer pour autant…

  6. Je suis de celles qui voulaient et on eu une famille nombreuse (si 3 c'est nombreux !). Même si je ne peux pas comprendre celles qui ne veulent pas d'enfants ou qui s'arrêtent à un, je suis capable d'accepter leur choix. Ne pas ou avoir peu d'enfants est même un choix écolo : http://www.cyberpresse.ca/environnement/climat/200911/18/01-922896-reduisons-le-nombre-de-naissances-recommande-lonu.php !J'étais contente de lire cet article pour celles qui manquaient d'arguments pour justifier leur choix. :0)Chose certaine, ce n'est pas facile de sortir de la masse. C'est pourquoi je félicite toutes les femmes qui font fi de la pression de la société, mais qui respecte le choix des autres d'en avoir, et parfois plusieurs ! :0)

  7. j'aime bien cet article, vraiment il me plait très fort.

  8. je contente de lire votre article vraiment il est interessant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :