Les futures familles: femmes célibataires et gais?

Plus je regarde la Galère et plus je pense que Renée-Claude Brazeau est une visionnaire brillante.

D’abord en créant une forme de famille différente, des filles monoparentales qui vivent ensemble. Pourquoi pas, quelle excellente idée…Même si des filles avaient eu l’idée avant, j’en parlais ici.

Dans le plus récent épisode diffusé ce soir, la seule des quatre filles qui n’a pas d’enfants émet le désir de la maternité. Mais elle n’a pas de conjoint. Une autre des quatre filles a eu deux enfants avec un couple de gais. Elle lui propose donc de faire la même chose.

Serait-ce donc une autre des formes de famille: hétéro-homo? Les femmes célibataires font des enfants avec des gais ? Peut-être. J’ai plusieurs amies qui sentent l’horloge biologique sonner pas mal fort dans leur tête, mais aucun homme à l’horizon. Est-ce la solution? Car le nombre de femmes célibataires autour de moi qui veulent des enfants mais ne trouvent pas le père augmente. Tandis que les hommes qui veulent des enfants ne se bousculent pas.

Mais attention aux généralités. Je connais un couple où c’est l’homme qui veut un enfant et non la femme. Bref, vive les familles différentes qui comblent des besoins. Si l’enfant reçoit l’amour nécessaire, pourquoi pas. Combien d’enfants vivent dans des familles soi-disant normale, dont l’avenir est hypothéqué…

Peut-être qu’il faut un village pour élever des enfants, une communauté, pas seulement un père et une mère? L’autre jour, une amie nous faisait part, tout haut, du fait qu’elle pourrait être enceinte, sans père stable. Un autre ami, un gars, a lancé tout bonnement: « On va l’élever, nous, cet enfant, si tu es enceinte». Tout le monde dans la pièce a acquiescé. Intéressant. Reste à savoir si cette idée passerait l’épreuve de la réalité. Mais j’ose rêver. Car j’avoue que j’aime la communauté et l’esprit qui s’en dégage.

Publicités

2 Réponses

  1. Parfaitement d'accord. Si je n'avais pas trouvé le partenaire qu'il me fallait, j'aurais fait pareil: avoir des enfants était mon rêve, et je me serais arrangée pour y arriver coûte que coûte. Par contre, si j'étais née vingt, trente ou quarante ans plus tôt, ça aurait été impossible. Savoir qu'un enfant né hors mariage part avec un handicap, et que toute sa vie il est jugé et marginalisé à cause du choix de sa mère de poursuivre sa grossesse (ou de ne pas le donner en adoption), je n'aurais pas voulu mettre ce fardeau sur les épaules de mon bébé. Vive les familles modernes! 😀

  2. Cette idée m'avait effleuré l'esprit. J'avais un ami gai à l'université, et je m'étais dit que si mon chum était stérile, que je demanderais peut-être à ce copain !!!Tant que les besoins de l'enfant sont comblés, je ne vois pas le problème ! :0)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :