En route pour San Francisco, premier arrêt: Santa Barbara

Alors que mon séjour en Californie tire à sa fin, je prends enfin le temps de regardes les centaines de photos prises sur la route. Pour la première étape, Santa Barbara. Une ville riche, très riche où la moyenne d’âge semble élevée. Mais la ville n’est pas snob, à voir.

Agrandir le plan

Voici une carte de mon parcours qui s’est déroulé en six jours. Le retour s’est fait sur l’autoroute en 6 h 30 de voiture alors que l’aller s’était fait en trois jours en longeant la merveilleuse côte californienne longeant le pacifique. Trop court. Je pense qu’il faut le faire en une semaine pour profiter pleinement des beautés que la nature a semé sur la route. Car après San Luis Obispo et plus spécifiquement San Simeon, c’est la plus magnifique côte que j’ai jamais vu. Le brouillard, courant en été, ajoute à la magie de ces escarpements baignés par l’océan Pacifique.

Revenons à Santa Barbara. Une ville très agréable à visiter. Tout est facile. Lorsqu’on roule sur la 101, il faut prendre la sortie Downtown puis suivre les pancartes Tourist information. Le stationnement est gratuit pour 15 minutes, ce qui vous donne le temps d’aller chercher une carte de la ville, et de faire un détour par les toilettes.

Ensuite vous allez stationner au bord de l’océan pour aller voir les magnifiques plages de cette ville. Puis direction le centre ville et la Mission de Santa Barbara sur les hauteurs. Je ne l’ai pas visité mais l’extérieur est magnifique. Elle a été créée le 4 décembre 1786. C’est aussi ici l’histoire des États-Unis. Toujours religieusement active.

L’autre partie de Santa Barbara à ne pas manquer, c’est la route scénique à l’ouest en se dirigeant tranquillement pour reprendre la 101. L’endroit est situé sur les hauteurs, donnant une vue magnifique sur les falaises et la mer. Puis en quittant le bord de mer et en retournant sur la 101, on passe dans un quartier presque caché où se trouvent les maisons de quelques stars et riches résidents.

Ensuite, retour sur la 101 pour quelques minutes avant de la quitter pour suivre la route 1 qui suit le bord de l’océan, presque tout le temps. Une route qui passe à travers les plantations de légumes et fruits, à travers les ranchs et les élevages de vaches et chevaux. Car c’est aussi ça la Californie. Un monde agricole qui travaille 12 mois par année et qui emploie de très nombreux mexicains. D’ailleurs, les villes entre Santa Barbara et San Luis Obispo (où j’ai passé ma première nuit), m’ont replongé dans le Mexique que je connais. Peu de différence. Si Lompoc est une ville plus typiquement américaine, Guadalupe ressemble totalement à sa soeur mexicaine. Plus pauvre aussi que les autres villes américaines. D’ailleurs, c’est toujours des Mexicains qui travaillent dans les champs. J’en reparlerai.

Pour finir avec Santa Barbara, cette ville m’a étonnée tant par sa beauté que par les quelques gestes écolos que j’y ai remarqués pendant les quelques heures de mon passage. Intéressant.

Voici les photos que l’on peut voir ici ou en cliquant ci-dessous sur le diaporama:

Publicités

2 Réponses

  1. Bonjour,Journaliste français, je cherche à vous joindre pour une interview sur Ecolo Econo pour un magazine mutualiste.Cordialement

  2. Philippe: j'ai tenté d'appeler au numéro donné mais ça ne fonctionne pas…Le meilleur moyen de me contacter et fixer un rendez-vous téléphonique est par mail: cecile.gladel@gmail.comAu plaisir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :