Écoeurés du climat? Bandes de caves

Excellent billet de Patrick Dion concernant le lien entre une murale de Jordi Bonet dans les années 70 et la situation climatique actuelle.

Patrick a tellement raison. On se plaint du climat à longueur de journée…Il fait trop chaud, trop froid, il pleut trop mais on ne fait pas le lien entre nos actions et ces changements climatiques prononcés de plus en plus.

Beaucoup de gens parlent de réchauffement climatique. Ça c’est pour les zones polaires. Maintenant il faut plutôt parler de changement ou de dérèglement climatique. Les saisons sont mélangés. Il pleut en été, la canicule se pointe en automne, la neige hésite ou tombe en rafales. Bref, c’est le bordel. Nous en sommes responsables.

Évidemment, comme je le disais l’autre jour dans mon billet sur Branchez-vous, La dictature de l’écolo parfait: « Évidemment, les citoyens ont leur rôle à jouer (malheureusement ce sont eux qui pousseront les gouvernements et les entreprises à agir, pas le contraire) mais en ce moment, ils ont l’impression de se faire prendre pour le dindon de la farce à grands coups de culpabilisation collective. Et je ne parle pas des écolos que l’on prend généralement plaisir à pointer du doigt mais des entreprises et des gouvernements. Qui nous bassinent avec l’environnement mais agissent peu…».

C’est encore les citoyens qui doivent prendre leur petit pouvoir collectif et faire pression sur les entreprises et les gouvernements. Surtout les gouvernements qui tergiversent tellement. Allez…au lieu de chialer contre l’été soi-disant pourri, faisons monter la pression.

Ce soir, je voudrais être à Gaspé!!!

À qui est ce château ? Quelque part entre Rivière-du-loup et Matane…

J’y étais début juillet. J’aimerais y être ce soir pour le spectacle commémoratif de l’arrivée de Jacques Cartier à Gaspé: Terre! Une programmation qui fait baver d’envie. Mais ne compter sur Via Rail pour vous amener à Gaspé aujourd’hui. Grève!

Je vais profiter des festivités du 475e de Gaspé pour vous parler de ma tournée de la Gaspésie en général. Une magnifique région dont j’aimerais refaire le tour en vélo-camping, un jour…

Tout d’abord, des paysages qui changent totalement entre Mont-Joli et Carleton-sur-Mer. D’un côté, les plages de galets et la mer au bord de la route, puis en route vers Gaspé, les falaises qui grossissent, ressemblent à l’autre côté, à la Bretagne, puis des plages de sable dans la Baie des Chaleurs. Mais une constante: c’est magnifique. Un plaisir de suivre la route au bord du fleuve, que dis-je de la mer, de l’océan…

Autre constante en Gaspésie, les éoliennes. Je ne déteste pas si c’est contrôlé. Je ne trouve pas qu’elle gâche le paysage si évidemment les éoliennes ne pullulent pas comme des fourmis. Pour le moment, on en voit souvent mais pas partout. Sauf que je trouve que de nombreuses éoliennes sont trop proches des résidences. Les hélices font du bruit qui dérangent certainement les résidents. Dommage qu’Hydro-Québec ne soit pas responsable de la gestion de ce type d’énergie. Je ne crois pas que la prise de contrôle par le privé soit raisonnable.

Je vous propose un tour en photos au fil de la route et de nos rencontres, incluant des commentaires supplémentaires. C’est ici en lien et en diaporama ci-dessous.

Ce voyage était organisé et payé par Tourisme Gaspésie et la SEPAQ.