Les massacreurs d’arbres à l’oeuvre

Des arbres, des vrais


Et les arbres « émondés »

Triste

Avant
Quelques minutes plus tard, après
À l’oeuvre
Avant, à 10h
Après à 11h30

Avez-vous vu les arbres qui passent par les sécateurs des émondeurs embauchés par Hydro-Québec? Totalement éventrés, décharnés et défigurés.

J’en ai un exemple probant devant chez moi. Ils sont actuellement à l’œuvre sur ma rue. Ce matin j’ai donc pris une photo de l’arbre avant. Je viens de sortir sur mon balcon pour constater les dégâts. Épouvantable. Pauvre arbre. Sans compter les nombreux dégâts que les employés engendrent sur les plantes-bandes que les citoyens entretiennent à leurs frais.

Ils restent deux arbres à décapiter. J’ai peur.

Mise à jour: j’ai eu raison, le dernier arbre a été décapité. J’ai aussi ajouté quelques photos d’arbres défigurés croqués dans le quartier ainsi que des arbres qui ont la chance de ne pas se trouver sur le chemin de fils électriques. Quand investirons-nous dans l’enfouissement des fils. Cela évitera les coûts d’émondage, d’entretien et surtout les nombreux coûts de réparation…À long terme, je me demande si nous ne sommes pas gagnants.

Qu’attend-on pour interdire les sacs ?

Après Loblaws, Metro, IKEA, c’est maintenant au tour de Home dépot de facturer 5 cents pour un sac en plastique. Cette mesure me laisse perplexe. Qui empochera les profits d’une telle mesure? Pourquoi les entreprises ne propose tout simplement plus de sacs?
Quand Home Dépôt affirme que:
«Les profits générés par cette initiative seront utilisés pour soutenir des projets communautaires et de développement durable par le biais de la Fondation Home Depot.», on applaudit mais encore une fois c’est dirigé vers une fondation de la compagnie.

La solution de IGA qui a créé un partenariat avec le Jour de la Terre l’année dernière semble plus viable et sérieuse.

Je pense aussi que ces mesures sont très hypocrites car les supermarchés et magasins offrent sur leurs tablettes de nombreux produits suremballés et peu durable. Un exemple récent? Les serviettes en papier et les gobelets jetables trouvés chez IKEA sont loin de la réputation d’entreprise écolo que revendique le marchand de meubles suédois.