Vivre le rêve Californien


Avant de partir, Martine m’avait dit que la Californie est une grande séductrice. C’est vrai. Autant que les Californiens ! Non pas les sauveteurs musclés que l’on voyait dans Alerte à Malibu mais les surfeurs qui envahissent la mer dès qu’une vague se pointe. Une passion. J’ai même vu un cycliste avec une installation pour porter sa planche. Mais je n’ai pas été assez rapide pour le prendre en photo.

Je crois que Los Angeles n’est pas aussi séduisante que San Francisco. Mais je ne sais pas car je n’ai pas visité cette dernière. Sauf que L.A a des défauts. Ses énormes autoroutes, des tentacules qui étouffent la ville de la pollution automobile, qui séparent fermement les quartiers. Parlons-en de la pollution, omniprésente telle une écharpe brune.

Il faut dire que la ville n’est pas vraiment faite pour se déplacer autrement qu’en voiture, à part peut-être si on habite à Venice ou Santa Monica. Mais je n’ai pas tester le transport en commun. Mariève Paradis, ma collègue et amie qui m’a accueillie devrait le faire aujourd’hui. À suivre.

D’ailleurs dans son dernier billet, Mariève raconte notre épisode de discussion avec un pompier de Beverly Hills. À lire puisqu’il nous a expliqué comment on pouvait arbitrairement baisser l’amplitude d’un tremblement de terre pour éviter des dépenses…Important et d’actualité car la Californie vote aujourd’hui. Un état en presque faillite, ai-je appris. Le texte de Mariève explique le tout mieux que je ne saurai le faire.

J’ai pris des centaines de photos, en voici quelques unes avec le vélo pour thème. D’autres suivront dans les prochains jours.
À Venice en route pour Santa Monica

Nous avons loué des vélos ici. 15 $ par jour, 6$ de l’heure. J’en rêve pour Montréal.
Sur la rue à Santa Monica
À Santa Monica