La ville n’appartient pas aux automobilistes!!!

Le Bixi arrive mardi (je le manque car je serai à Las Vegas puis Los Angeles, pour des vacances, de vraies, enfin) ! Un autre pas pour briser le monopole des automobilistes en ville! Car les villes a été pensée et construite pour les automobilistes. Alors ils se croient tout permis.

J’ai déjà parlé des mille et un risques d’être un cycliste à Montréal. Chaque fois que je sillonne les rues de la métropole, j’en ai des exemples. L’autre jour, je remonte la 4e avenue qui est à sens unique. Un homme se prépare à monter dans son bolide, il me voit mais ouvre sa portière devant moi au lieu d’attendre que je passe. Même si une voiture me double. Je freine et lui dit ma manière de penser…Il est surpris et crie quelque chose que je ne comprends pas. Finalement, il démarre rapidement et me rattrape, ralentit en me doublant pour me crier qu’il a un permis lui!

J’ai ravalé ma rage et ma réponse. J’aurai pu lui brandir mon permis de conduire en plein visage. Un autre idiot d’automobiliste qui pense avoir tous les droits sur la ville et ses rues. Il a un permis ? Puis moi aussi je suis une automobiliste et j’ai un permis. Ce qui ne m’empêche pas de me déplacer en vélo.

Bref, j’espère que les divers stationnements pour les bicyclettes qui gobent quelques places de stationnement, l’arrivée des Bixis, le nombre de pistes cyclables, les vélos électriques, les marcheurs, les rollers-bladeurs, les planchistes, les scooters et autres moyens de se déplacer, ouvriront l’esprit des automobilistes et les encourageront à partager la rue. Ils ne sont plus seuls.

Vraiment plus cher de manger bio?

Un collègue blogueur, Jean-Luc Henry, a fait l’exercice de calculer combien lui coûter son épicerie à 95 % biologique par semaine. Vraiment passionnant et intéressant. Bravo Jean-Luc.

Voici ce qu’il en découle. Il en coûte 2,5 $ par repas par personne soit 195 $ par mois. Je vous le rappelle , il s’agit de repas à 95 % biologique.

Pourquoi son bio lui coûte sûrement moins cher que la plupart des épiceries du Québécois moyen comme le démontre les chiffres de Jean-Luc. ( 7 320$ par année pour le panier moyen des familles canadiennes, 7 000 $ par année pour la famille de Jean-Luc) Car la famille est végétarienne, cuisine beaucoup, utilise les paniers biologiques d’Équiterre, s’approvisionne localement et directement du production comme pour les yaourts Pinehedge que je consomme également et qui sont délicieux. En plus, leurs pots en verre sont consignés.

Si vous mangez de la viande, c’est plus cher. Comment faire pour diminuer les coûts et acheter biologique alors? Diminuer votre consommation de viande, acheter directement du producteur, se doter d’un congélateur et acheter en grosse quantité avec des amis, par exemple.

Les mots anglais utilisés en France

Mon collègue Fabien Major m’inspire en ce matin de fête des mères au Québec. La fête des mères est le 7 juin en France.

Je reviens d’une dizaine de jours en France et chaque fois je le remarque. Les Français utilisent des mots anglais à tour de bras. La gay pride, les people, etc. Le tout avec l’accent typique des Français.

Les Français ne considère pas leur langue en danger donc ils ne jugent pas urgent de la protéger. Chaque fois qu’un visiteur français vient me voir au Québec, il est impressionné par l’attachement des Québécois à leur langue et les moyens qu’ils prennent pour la protéger. Même avec l’accent, les fautes et les anglicismes.

Autre truc qui m’a fait rire en France. Il y a une nouvelle émission : Les petites stars, un hybride entre l’école des fans et Star Académie. Certains chantent en anglais sauf que je ne comprenais absolument pas les paroles tellement l’accent était épouvantable. D’ailleurs, l’un des juges, Gilbert Montagné, qui est aveugle et a donc une oreille encore plus développé, a dit à l’un des participants qu’il devrait travailler sur son anglais pour le chanter…

C’est ça. Les Français s’obstinent à inclure des mots en anglais dans leur langue même si leur prononciation est épouvantable. Je le sais, j’ai gardé certains symptômes ! Demandez-moi de prononcer Beach et Bitch….Moi je vais à Virginia Bitch et non Virginia Beach. Dur, dur.