Être mère est un choix personnel, pas une obligation

En ce 8 mars, je suis totalement perplexe devant les résultats du sondage dans La Presse: 43 % des femmes pensent qu’avoir un enfant est une étape naturelle dans la vie d’une femme. Pire 30 % pensent que c’est indispensable au bonheur. Une chance que 26% pensent que ce n’est pas essentiel.

Bref, il y a encore du chemin pour que les gens pensent qu’une femme peut être totalement heureuse, complète et se réaliser sans avoir d’enfant. Mais qu’avoir un enfant est un besoin pour d’autres. Je le reconnais. Peut-on alors reconnaître le fait que de ne pas avoir d’enfant ne m’enlève rien et me permet d’être heureuse ?

Publicités

4 Réponses

  1. J’ai tellement souvent débattu à ce sujet… J’ai longtemps dit que je ne voulais pas avoir d’enfant. J’ai changé d’avis. Par CHOIX, justement. Pour moi, ce n’était pas «naturel». Au contraire! Je savais très bien dans quoi je m’embarquais et ce que ce choix impliquait comme sacrifices. Aujourd’hui, je suis évidemment heureuse d’avoir plongé dans la maternité. Mais est-ce que ma vie aurait été «incomplète» sans enfant? Je ne le crois pas. Il y a mille façon d’aimer… Et autant de mode de vie qu’il y a de gens. Suffit de profiter des bons côtés de la situation dans laquelle on se trouve!

  2. Moi aussi j’ai sursauté en lisant cela. Mais 43% ce n’est plus la majorité, je suis sure que si on avait posé cette question il y a 30 ans c’aurait été pas mal plus haut!Mais je me méfie aussi de comment la question a été posée (j’ai fait suffisament de sondages chez Léger pour savoir que peu de questions ne sont pas directives) c’est peut-etre pas nécessairement dans la vie d’une femme que ces filles ont voulu répondre mais dans la vie humaine. Je connais plusieurs gars pour qui avoir un enfant c’est aussi une étape naturelle de leur vie.Je crois que la maternité reste le dernier tabou, je suis bien placée pour le savoir. Par contre, je ne crois pas que ce soit si mal que pour 1/3 des femmes (et peut-etre 1/3 des hommes si on leur demandait) ce soit une condition à leur bonheur. ca laisse quand meme 60% pour qui ce ne l’est pas! c’est un bon équilibre je trouve! aussi féministe suis-je, j’ai toujours dit que si je n’avais pas d’enfants ma vie ne serait pas complète et j’aurais l’impression d’avoir passé à coté de quelque chose. pas parce que je suis une femme et que ca va de soit (surtout pas!!!) mais parce que dans ma vie à moi j’avais envie de cette expérience. donc si on m’avait sondé à ce moment j’aurais surement fait partie du 30%. La nuance que le journal ne fait pas dans le rapport du sondage c’est que la question était surement « dans votre vie à vous » et non dans celle des femmes en général! les 30% de femmes qui jugent qu’un enfant est essentiel à leur bonheur ne se sont sans doute pas prononcer comme quoi c’était essentiel aux bonheur des femmes en général. et si on leur avait posé cette question de cette facon, je suis sure que ton % aurait descendu en bas du 10%. Il y a une chose que tu devrais savoir en tant que journaliste, il faut toujours relativiser ce que les journaux rapportent parce que ca passe par bien des mains avant d’arriver chez nous 😉

  3. Même mère indigne ne peu pas affirmer tout compte fait (une fois qu’on a les pieds dedans) que des enfants, ça vous bouffe toute votre vie;-)C’est une réalité!Bon y’a l’amour inconditionnel, les bisous, les câlins. Mais y’a aussi l’oubli de soi, même si ça ne te tente pas pantoute ;-)))

  4. Avoir un enfant juste parce que c’est une étape naturelle, sans envie, sans désir, sans plaisir… ça fait une femme bennnn malheureuse et des enfants malheureux aussi! Si on arrêtait de suivre à la lettre ce que les études, les pros de la parentalité ou de la vie en général nous dictent et si on gardait notre esprit critique ? Les enfants ne nous complètent pas, je crois. C’est faux de croire qu’avoir des enfants nous propulse immédiatement dans les sphères du bonheur. Je crois plutôt que pour vivre une maternité heureuse, être une mère épanouie, il faut être heureuse même avant de les avoir ces petits. On ne peut pas faire reposer notre bonheur que sur eux. Ils en font partie, c’est vrai! Mais pour être heureuse, complète et se réaliser, il n’y a pas qu’eux… Comme Marie-Julie dit, ma vie n’aurait pas été « incomplète » sans eux. Elle aurait été différente…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :