Bien réels les changements climatiques

Les preuves que les changements climatiques sont bel et bien réels pullulent. La banquise fond plus rapidement que prévu. Le Nord se rétrécit comme une peau de chagrin. Hier lors de l’émission Christiane Charette, Bernard Faucher parlait de cet article du Globe & Mail qui souligne que les stations de ski pourraient ne plus être rentables.

Cela pourrait aussi arriver en Europe. Le risque et les avertissements ne datent pas d’hier.

Faut-il encore plus de preuves?

Bataille citoyenne pour sauver Radio-Canada et le Canadien?

Pourquoi ne pas couper l’herbe sous le pied de Steven Harper et se financer notre Radio-Canada ? Et pourquoi ne pas lancer une coopérative avec le Canadien de Montréal pour que les Québécois en deviennent propriétaires collectivement.
C’est la crise? Plein de monde perd sa job, des entreprises font faillite, ça va mal ? Prenons le taureau par les cornes et inventons de nouvelles manières de faire, mettons de nouveaux projets positifs, innovateurs et porteurs sur pied. J’en parle sur Branchez-vous.

La malbouffe des salons du livre…

Lors de chaque salon du livre, les mêmes réflexions reviennent. Si on fait la promotion des livres, on fait très peu pour l’estomac des participants, pour l’économie locale et pour l’environnement. Désolant.

Dans le cas du salon de l’Outaouais, il est très dommage également que les organisateurs du Salon du livre ne s’assure pas d’une participation minimum des commerçants et restaurateurs du centre commercial. Presque tout était fermé lors de la fin de semaine. Ce n’est pas avec le café-resto du salon, qui nous sert une bouffe pas mangeable dans des assiettes jetables, qu’on se rassasit. Je vous rassure, à part à Shippagan, aucun salon du livre (que j’ai visité) ne fait d’effort afin de promouvoir la bouffe locale et de qualité.

Pourquoi ne pas en profiter pour promouvoir les productions locaux? Les inviter à nous faire découvrir leur spécialités et en profiter pour faire découvrir les attractions de la région aux participants… Seules exceptions: Shippagan et sa bouffe, Rimouski et sa visite du BIC. Je ne suis pas allée aux salons d’Edmuston, la Côte Nord et l’Abitibi. Les autres c’est triste. Dommage.

Le cinéma québécois: un trésor qui vous branche?

J’aime et j’adore le cinéma québécois qui se distingue par son dynamisme et sa qualité. J’en parle sur Branchez-vous.

Mes livres à la librairie du Québec à Paris

Grâce aux photos de Maxime, je viens de voir que deux de mes livres sont en vitrine de la librairie du Québec à Paris. Génial. Allez voir la troisième photo de ce billet. Ma voisine Sophie est entourée de l’écolo écono junior et des pollutions invisibles, ainsi que de son livre, Vaincre le désordre. Super.

Salon du livre de l’Outaouais

Je suis dans la région où j’ai vécu 10 ans avant de devenir Montréalaise, l’Outaouais, pour le salon du livre. Quelques séances à venir: vendredi de 19h à 20h, samedi de 11h à 12h et 15h à 16h puis dimanche de 10h à 11h avant de rentrer.
Venez m’y voir si vous êtes en Outaouais. Mon retour aux sources puisque je suis allée à l’Université d’Ottawa et j’ai travaillais à l’Express d’Orléans. Entre autre.

Qu’attend-on pour se rebeller?

Les compressions à Radio-Canada me touchent. On nous enlève une excellente émission comme Macadam Tribus et bien d’autres. On enlève des moyens à de nombreux artisans de l’information qui ne pourront plus faire leur travail aussi efficacement. Les conservateurs doivent être contents.
Qui a dévoilé le terrible impact des sables bitumineux?
Mais il y a plus. On dirait que la population ne veut plus de journalistes. Que l’information passera par une ptite visite sur le web? Sauf que jusqu’à maintenant le web s’alimentait allègrement du travail des journalistes. Moins il y aura de journalistes (car des centaines perdent leur emploi et leur moyens), moins l’information sera fournie. L’Internet aussi perdra de sa substance.
Quand je lis que des journalistes n’achètent plus de journaux papier et ne s’informe que gratuitement sur Internet, je pense qu’il se tire dans le pied. Un peu comme les couturières québécoises qui achètent leur vêtements fabriqués en Chine chez Wal Mart…
La crise frappe de plus en plus fort. Avec les compressions à Radio-Canada, elle prend un visage quand on sait que telle émission est coupée, tel animateur, etc. Je ne sais pas quel est l’avenir du journalisme et de nos sociétés. J’espère simplement que le pouvoir sera repartagé équitablement entre le citoyen et les dirigeants.
À lire les livres de Hervé Kempf et de Claude Béland qui en parle à Christiane Charette. Édifiant. Car notre société doit vraiment changer et se préoccuper plus de l’essentiel, des gens et de l’environnement au lieu de ce sacro-saint dieu qu’est l’argent.
J’en parle aussi sur Branchez-Vous.

Vive le Point G



Je ne parle pas de celui des femmes mais la petite boutique, Le point G sur la rue Mont-Royal à Montréal qui fabrique de divins macarons que je viens de goûter pour la première fois…Marie-Julie n’arrêtait pas d’en parler, j’ai donc craqué et j’y suis passée. Ceux à l’érable ainsi que caramel fleur de sel fondent dans la bouche. Un délice.
L’un des propriétaires, à l’accent du midi de la France, Béziers, m’a offert une dégustation de ses crèmes glacées…La première au foie gras. Oui vous avez bien lu, de la crème glacée au foie gras. Goût salé bien sûr et à manger avec du pain. Bon et riche, à essayer. Mais ce n’est rien à côté de celle à saveur d’ananas et basilic. Une belle explosion dans la bouche. La glace aux bleuets de Charlevoix était un peu trop sucré. Quand à la dernière saveur, je ne me souviens plus…Mais leurs prochains essais sont à surveiller…
J’ai également apprécié la préoccupation des propriétaires d’offrir des produits locaux, québécois, biologiques, ayant le moins d’impact possible sur l’environnement.
Leur changement dans le contenant pour partir avec les macarons le démontre. Ils utilisaient le plastique maintenant c’est le carton…Ils ne savent pas encore si c’est vraiment le plus écolo, ils cherchent et testent…
J’y retournerai souvent…

La chasse aux phoques est un massacre?

Chaque fin mars, le cirque recommence. Le cirque de la désinformation des groupes animalistes, surtout européens qui utilisent tout ce qu’ils peuvent pour dépeindre les chasseurs des Îles de la Madeleine comme des monstres sanguinaires. Ce qui est le plus triste ? Les journalistes européens embarquent dans cette propagande.

De mon côté, je n’aime pas la chasse et je la pratiquerais pas. Tout comme je mange peu de viande et que je reste persuadée que la consommation de viande doit baisser, mais les méthodes des animalistes me répugnent tout autant que la désinformation véhiculée.

La sénatrice Céline Hervieux-Payette travaille pour trouver une solution puisque la Commission européenne se prépare à boycotter les produits du phoque. Un code d’éthique est en préparation en collaboration avec les pays européens nordiques comme la Suède, le Danemark.

J’aime les paroles de Céline Hervieux-Payette qui souligne que les animalistes pratiquent eux-aussi une chasse médiatique. Elle souligne que si on mettait un veau ou un agneau sur la glace et qu’on le tuait, les réactions seraient semblables. Il est d’ailleurs facile pour des pays européens de boycotter un tel produit qui ne les concerne pas. Y-a-t-il d’autres chasses en Europe ? Et si on disait aux européens que leur chasse aux cerfs est un massacre? Qu’il est facile de voir la poutre dans l’oeil du voisin…

J’en parle plus sur Branchez-vous.

L’éternelle discussion sur la mort des journaux…

Encore des billets et discussions sur la mort des journaux et la montée du web. D’un côté Michelle Blanc et plusieurs autres, de l’autre Jean-François Codère et plusieurs autres comme Tristan Péloquin également. Je les lisais depuis plusieurs jours et je méditais là-dessus. La j’écris, car on tape un peu trop facilement sur les journalistes…

Bien entendu, je le suis, journaliste donc je ne suis pas objective. Mais comme le mentionne Jean-François, ceux qui enterrent le journalisme papier ne le sont pas plus. Car ce sont des personnes qui travaillent dans le domaine du web. Leur intérêt est de voir grossir le web.
Je pense comme Jean-François qu’on ne peut passer à côté du web. La preuve, j’ai un blogue perso, je blogue sur Branchez-vous, j’écris sur Workopolis, Ellequebec.com, j’utilise Facebook et Twitter. Je lis aussi beaucoup d’info sur le web. Le web est un outil indispensable mais pourquoi se débarrasser automatiquement et surtout totalement de ce qui existe déjà ? Évidemment des journaux et des magazines vont mourir ou virer Internet comme l’a fait le Christian science monitor.

Car je tiens à mon journal papier, je tiens à mes revues papier, je tiens mordicus à mes livres. Pourquoi ? Car je passe ma journée devant un écran pour mon travail alors j’aime changer pour relaxer et passer à un autre support comme le traditionnel papier. Tout simplement. Suis-je la seule?

Par ailleurs, le journalisme est un métier et le journalisme doit survivre. Tout comme être spécialiste du web, être un graphiste, être un animateur, être un directeur de groupe environnemental, être un policier, être un nutritionniste, être un bucheron, être un soudeur, etc.

Le journalisme s’abreuve naturellement du web, de l’information citoyenne, de twitter, de facebook, etc. Sauf que le métier du journalisme est de douter, de vérifier, de chercher, de trouver, de vulgariser et de transmettre l’information. C’est un métier que plusieurs pratiquent du mieux qu’ils peuvent dans les conditions actuelles. Je le sais, c’est ce que je fais.

Certains journalistes sont aussi blogueurs, certains blogueurs deviennent des journalistes tant leur travail est respectable mais d’autres non. Le blogue est parfois du journalisme mais pas tout le temps. Il faut savoir tracer la ligne.

L’AJIQ l’a fait. L’association, dont je siège sur le CA, est l’une des premières associations de journalistes à avoir inclus l’Internet dans le type de média accepté pour les Grands prix du journalisme indépendant. Si ce n’est pas s’ouvrir au web et accepter les changements ça? L’AJIQ a un blogue et a revampé son site Internet. Notre bulletin, l’Indépendant, dont je m’occupe est distribué par courriel, bien sûr.

L’Internet représente l’avenir, certes, mais ce n’est pas une raison pour éliminer complètement le passé et remettre dans la balance le métier de journaliste. Un métier, un vrai qui change avec la technologie mais qui survivra. Car sans journaliste, où irons-nous?

Un nouveau répertoire pour les journalistes indépendants

L’association des journalistes indépendants du Québec est en feu. Je viens d’être réélue sur le CA et nous travaillons très fort pour améliorer la situation des journalistes indépendants au Québec.
Nous venons d’ailleurs de lancer le nouveau Répertoire des journalistes indépendants. Je viens de mettre en ligne un billet pour expliquer ce service.
Pour en savoir plus sur nos nombreuses actions et activités en 2008, il suffit de lire le très complet rapport du président, Nicolas Langelier.

Pour diminuer sa consommation d’eau

Guy Laliberté en a parlé hier à Tout le monde en parle. Mais je crois qu’en mettant l’emphase sur l’ailleurs, les pays en voie de développement, on rate la cible. On déculpabilise les citoyens qui ne se rendent pas compte que notre eau, ici au Québec est aussi en danger.
J’en parle plus sur Branchez-vous.

En passant, voici quelques gestes pour chouchouter notre eau. Eau Secours en propose plein d’autres.
-Diminuer sa consommation de viande par exemple car selon les chiffres de l’ONU la production de blé demande beaucoup moins d’eau que celle de la viande.

-Éviter les produits qui contaminent l’eau : phosphate et autres produits chimiques qui s’infiltrent dans les nappes phréatiques ( produits nettoyants, détergents lave-vaisselle etc. l’agriculture…)

-Diminuer sa consommation. On n’arrose pas la neige pour la faire fondre, ni le trottoir.
On s’installe un baril récupérateur d’eau dans le jardin pour arroser pelouse et plantes.

En avez-vous d’autres?

Excommunions le pape?

Peut-on le faire taire? Ces récentes déclaration sur le condom en Afrique pour lutter contre le SIDA sont épouvantables. J’en parle sur Branchez-vous.

Dix livres en deux minutes…

Je me fais un petit plaisir, un petit cadeau d’anniversaire sur Branchez-vous ce matin. En parlant livres, des livres que j’aime acheter, lire, relire, humer et feuilleter.
D’ailleurs, la saison des salons des livres a recommencé. J’adore les salons. Voir autant de livres, leurs auteurs et surtout surtout découvrir des livres d’auteurs qui ne sont pas invités à Tout le monde en parle, dans les autres émissions, qui ne font pas les manchettes, qui ne sont pas dans les palmarès mais qui font la richesse de la culture québécoise.
Je trouve toujours un peu dommage de voir que nos auteurs québécois ont tant de mal à vivre de leur plume, à part quelques exceptions. Il faut dire que si les Québécois achètent des livres, ils achètent surtout des livres de recettes, de psycho-pop et de biographies écrites parfois par des personnalités qui ont à peine 40 ans et encore…Il me semble qu’il faut attendre d’avoir vieilli un peu avant d’écrire sa vie. Janette Bertrand et Dominique Michel l’ont compris. La biographie de cette dernière m’a permis d’en apprendre beaucoup sur un Québec que je ne connaissais pas, moi l’immigrante…
Les livres qui m’ont marqué sont sur Branchez-vous…en deux minutes. En y réfléchissant, la liste s’allongerait.

Chronique environnement au 98,5 FM

Une petite chronique environnement ce matin au 98,5 Fm à l’émission Isabelle le matin qui est animée cette semaine par mon amie Catherine Lafrance ! J’y parlerai d’eau et d’ours polaires…10h45!

La génération Y décroche?

On critique toujours la génération précédente et la suivante…Comme si on était LA génération parfaite…Mais bon il est vrai que la génération X est vraiment coincée entre deux générations gâtées…Mais je suis loin d’être objective, faisant partie de la génération X…
J’en parle sur Branchez-vous ce matin !

La crise serait une véritable opportunité pour les pigistes ?

Très intéressant billet de mon collègue du CA de l’AJIQ, André Dumont. Il fait un résumé du discours de Jean-Yves Hinse négociateur pour la ville de Montréal.

Ce dernier pense que les journalistes pigistes peuvent bénéficier de la crise…« Autre élément fondamental, d’après Jean Yves Hinse : les médias carburent à la créativité. Or, les « créatifs » ont ce côté artiste qui les pousse à chercher l’indépendance. Pour eux, un emploi permanent serait un frein à l’expression de leur créativité. Vous reconnaissez-vous?», écrit André.

Par ailleurs, monsieur Hinse pense que la solution vient d’un statut professionnel pour les journalistes indépendants. L’AJIQ partage son analyse.

Des métiers "féminins" pour les hommes…

Voici un article que j’ai écris pour Workopolis sur les hommes qui occupent des emplois soit-disant réservés ou occupés en majorité par des femmes. Je pensais que cela contribuait à améliorer les conditions salariales pour l’ensemble. Bien non, seuls les hommes en bénéficient. Malheureusement le contraire est faux pour les femmes. À lire ici.

Les détergents écolos pour lave-vaisselle…

Une question que l’on me pose souvent. D’ailleurs à midi lors d’une conférence que je donnais à Granby, la question a surgi. Je ne sais jamais quoi répondre, puisque mon lave-vaisselle ne fonctionne pas encore…et que je n’ai pas la possibilité d’essayer tous les produits moi même…
Mais l’émission l’Épicerie a produit un excellent reportage sur le sujet. On peut le revoir sur Internet. Beaucoup d’explications sur les phosphates si dommageables pour l’environnement et le fait qu’on peut maintenant les remplacer efficacement. À voir.
Finalement l’Épicerie a nommé cinq produits excellents dont quatre sans phosphate. Il s’agit d’Ecover en pastilles, Total en gel, Le choix du président et Palmolive Eco. Je tairais le nom du 5e. Je vous signale qu’Ecover est la marque écolo la plus reconnue depuis
Par ailleurs, trois autres produits écolos ont été bien notés : BioVert, Nature clean et Attitude.
Vous avez donc l’embarras du choix ! Mais svp évitez les produits non écolos…
Autre lien intéressant, le dossier de Greenpeace sur les nettoyants sans phosphates et avec et une mise à jour constante sur le site Internet de l’association des sports nautiques des lacs St-Joseph et Ste-Marie.

Les policiers sont brutaux?

La manifestation d’hier à Montréal contre la brutalité policière fait parler. Finalement le message est occulté par la violence de quelques éléments manifestants…
J’en parle sur Branchez-vous.

Bashung oh Bashung !


Je l’ai chanté, rechanté, écouté, récouté 1000 fois plutôt qu’une le Gaby Oh Gaby d’Alain Bashung.
D’ailleurs, le premier album que j’ai acheté : Pizza. En 1981…
J’ai découvert sur Internet qu’une autre pochette de l’album existait. Le mien est vieillit mais aussi barbouillé par l’ado que j’étais. Tous mes albums, 33 tours, et les centaines de 45 tours que je possède sont griffés de mon prénom, nom, etc. Faut croire que j’étais possessive de mes coups de coeur musicaux.
Salut Bashung !

Des fromages européens contaminés

Alors que le ministère de l’agriculture a pratiquement mis sur la dèche les fromagers québécois lors de la crise de la listériose, l’émission radio-canadienne, La semaine verte, démontre que les fromages européens sont contaminés par toute sorte de bactéries. Bravo. On scrute à la loupe nos fromages, provoquant une crise qui place toute l’industrie au bord du gouffre, pendant qu’on laisse passer des fromages européens contaminés…Difficile à comprendre.
À voir demain à la télévision de Radio-Canada. Plus d’info sur leur page Facebook.

Une discussion et un colloque sur la consommation

Il s’agit d’un colloque organisé par Option consommateurs sur l’avenir de notre société de consommation.

Trois des quatre panélistes en parlaient ce matin à l’émission Christiane Charette.

Changera-t-on un jour notre manière de consommer à outrance? N’oublie-t-on pas tel que le mentionné Jordan LeBel que la consommation est liée aux émotions ?

Le Dalaï Lama s’emporte contre la Chine

Hier, on célébrait les 50 ans du soulèvement du peuple tibétain et de l’exil. 59 ans que ce peuple subit la dictature chinoise. Quel malheur. Et personne ne lève le petit doigt pour les Tibétains face au géant chinois. Nous avons trop peur des sanctions économiques que pourrait prendre la Chine.
J’en parle sur Branchez-vous.

Carbonneau paye pour les millionnaires-bébés gâtés…

Au bureau, tout le monde était sous le choc. Carbonneau congédié. Personne ne comprenait. Et tout le monde pensait que Bob Gainey a pris la mauvaise décision. Il semble que c’est unanime…
J’en parle sur Branchez-vous. Ces bébés gâtés millionnaires qui n’ont pas le coeur à l’ouvrage sont décourageants. Pourquoi a-t-on laissé les salaires enflés…

Les métiers traditionnement féminins occupés par des hommes…

Connaissez-vous un esthéticien ? Un sage-femme ? Moi non. Mais je connais un infirmier, un travailleur en garderie, un enseignant au primaire.

Il semble que les femmes percent plus les métiers soi-disant réservés aux hommes que le contraire. Est-ce que car ces emplois sont moins bien rémunérés ? Moins valorisants dans leur masculinité que les hommes sont moins attirés par ces emplois soi-disant féminins?

Connaissez-vous des conseillers en orientation ou spécialistes qui ont étudié le phénomène car il n’y a pas grande littérature sur le sujet…Je travaille sur un article la dessus. Passionnant.

Moins 40 millions pour le transport en commun à Montréal

Dans la série on prend les citoyens pour des imbéciles, le président de la STM ( Société de transport de Montréal) déclare que «Le service ne sera pas réduit» malgré des compressions de 40 millions. Même si j’ai une grande confiance en Michel Labrecque, le premier président vraiment utilisateur du transport en commun-il n’a pas de permis de conduire-, je trouve inconcevable que la ville de Montréal lui impose de telles coupes. S’il y a un secteur qui ne devrait pas être touché par la récession et la baisse de revenus c’est bien le transport en commun.

D’abord, c’est un service essentiel, encore plus en temps de crise alors que les citoyens ont moins d’argent. Ensuite car c’est un service qui permet d’enlever de polluantes voitures du chemin. Simplement.

Je suis probablement aussi cynique car je reviens de l’enregistrement de l’excellente émission humoristique et surtout satirique: À la semaine prochaine. Un humour caustique qui suit l’actualité. Ne manquez pas l’émission de samedi, en reprise dimanche!

Le féminisme en bottes de cow-boy

Ma collègue, voisine et amie, Lisa-Marie Noël a parfaitement décrit et résumé le sujet de l’article de Jean-François Lisée dans l’Actualité. « Les jeunes chanteuses New country cassent des moules. Alors qu’elles entonnaient « Stand by your man », il y a 15 ans, elles répondent maintenant « Tu aurais dû y penser avant de me tromper! ». Jean-François Lisée a analysé la montée du féminisme chez ces chanteuses appréciées d’un public parfois misogyne.»

Lisée en parlait à Christiane Charette ce matin. Hyper intéressant. L’article sera aussi publié dans Libération vendredi!

Jacques Demers et le Sportnographe


Voici une photo fait du chemin, un beau matin, et se retrouve sur le site du Sportnographe.