La pieuvre Quebecor


Excellente image pour résumer ce que représente Quebecor… J’aurai même ajouté le nom des revues de TVA Publications et le 24heures, l’hebodmadaire ici.
Trouvé via Fagstein qui nous offre un excellent résumé de ce lock-out mais surtout de la mise au point des journalistes face à « l’heure juste » de Quebecor.
Étant donné l’historique de Quebecor, le type de contrat que fait signer l’Empire, j’ai tendance à croire la version des syndiqués. Même si je ne suis pas totalement d’accord avec l’ensemble des méthodes du syndicat.

Publicités

2 Réponses

  1. Je suis tout à fait d’accord que le contrat est ignoble, que le lock-out et les mesures prises pour contourner la loi anti-sqab tout autant. Par contre, je crois qu’il ne faut pas pointer Québécor comme le seul à avoir de mauvaises manières de faire, ni à ratisser large coté convergence. Il y a des convergence moins officielle mais tout aussi sinon plus dangereuse comme l’alliance Desmarais-Charest-Sharkozy. Desmarais est un ami personnel de Charest et la couverture que la Presse fait des élections est de plus en plus honteusement biaisée, non objective et c’en est meme pu subtil. Les dernieres élections québécoises ont été vraiment les pires coté non subtilité de La Presse. On a monté Charest comme un dur, un impassible et les deux autres comme des fatigués, des finis etc. C’était tres éduquant de comparer les unes de La Presse et du Devoir certains matins pour constater combien LA Presse était non objective. De plus Radio-Can est aussi de moins en moins subtile dans ses partis pris. La Presse et Radio-Can font un beau controle de l’information et de belles games de désinformations aussi sales que celles faites par Québecor.Ce qui manque au Québec ce sont des médias communautaires forts et des médias rebel du type libération pour faire contrepoids aux gros joueurs. et surtout, de l’éducation civique à l’école pour que le public comprenne que les médias ne sont pas une source de vérité mais bien un point de vue sur une actualité.

  2. Je suis totalement subjective bien sûr, puisque je travaille tant pour La Presse que Radio-Canada. Je vais donc les défendre même si ces deux médias ont des failles et sont loin d’être parfaits. Mais Geneviève je trouve vos remarques injustes et sans discernement.Pour côtoyer ce milieu, je peux dire que la machine de l’information est assez loin des games politiques. C’est une légende urbaine de penser que Desmarais contrôle la salle de rédaction de la Presse. Les journalistes sont syndiqués, ne l’oublions pas. Quand à l’équipe éditoriale, son rôle est d’émettre des opinions. Opinions qui sont connues et reconnues. Comme celles du Devoir par ailleurs et de la Gazette. Rien n’est parfait et surtout pas les journalistes, l’objectivité est un leurre car des choix sont faits dans le type d’information. C’est vrai. Mais je suis totalement en désaccord d’entendre dire que ces deux médias font de la désinformation et un contrôle de l’information ? Ah oui ? Je veux des exemples ? Dire qu’ils sont aussi sales que Quebecor ?Chaque média voit l’information du côté de sa lorgnette, qu’il fasse partie d’un Empire ou communautaire. Mais chaque lecteur ou citoyen aussi. Si le média offre une couverture qui conforte son opinion, c’est objectif. Dans le cas contraire, il n’est pas objectif…Comme l’a déjà dit Chantal Hébert. Pour les fédéralistes, elle est souverainiste, pour ces derniers, elle est fédéraliste.Ce que le Québec a besoin c’est que le gouvernement mette ses culottes pour éviter la trop grande concentration de la presse, pour éviter que les journalistes ne doivent faire des miracles chaque jour avec des ressources limitées, pour éviter que les journalistes indépendants ne soient payés moins que le salaire minimum soumis à des contrats ignobles sans aucune protection. Ce qui n’a pas été fait. Résultat : la pieuvre Quebecor et le manque de diversité de l’information.Car au bout du compte, qui fait de l’information spectacle engendrant une surenchère? Qui nous offre une soupe d’information collective sans saveur individuelle?Pour avoir un Libération, il faut avoir des lecteurs, un public. N’oublions pas que le Québec est 10 fois moins peuplé que la France. Et surtout que les citoyens achètent principalement le 7 jours qui l’une des revues les plus vendues et regardent TVA. Sauf que les médias sont aussi à blâmer pour ne pas offrir mieux.Finalement pour avoir une information de qualité, il faut de l’argent. Actuellement, l’information circule gratuitement sur internet, en partie à cause des médias. Belle proposition de Nicolas ici : http://www.nicolaslangelier.com/nicolas_langelier/2009/02/lors-de-mon-r%C3%A9cent-passage-%C3%A0-l%C3%A9mission-de-christiane-charette-pour-discuter-du-conflit-au-journal-demontr%C3%A9alet-de-lave.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :