Les villes européennes les plus écolos

Un concours lancé par la Commission européenne afin de répertorier les villes les plus vertes de l’Europe. 35 candidates, 8 finalistes: Amsterdam, Bristol, Copenhagen, Freiburg, Hamburg, Münster, Oslo, Stockholm.
Trouvé sur Écolo info qui explique le concours et souligne le mauvais classement des deux seules villes françaises participantes.
Si on lançait un tel concours en Amérique du Nord, quelles seraient les villes les plus écolos? Je vous en donne deux au moins: Vancouver et Portland. D’autres suggestions?

Belle photo!

Franco Nuovo, chez Christiane Charette.

Les solutions à la crise…

Des idées brillantes pour se sortir de la crise font leur chemin dans les médias. Tant mieux. Même si les économistes sont plus vite que Lucky Luke pour les tailler en pièces. Bien sur, pour eux, point de salut hors du Capitalisme.

Le troc est une solution lance un Russe dans le reportage d’Alexandra Szacka. Tout à fait.
Le troc se pratique de plus en plus au Québec. Par exemple avec Troc tes trucs.

Non dit Hervé Kempf dans son dernier livre, Pour sauvez la Planète, sortez du Capitalisme. Comment? Par les coopératives, les entreprises qui appartiennent à leurs salariés, l’agriculture soutenue par la communauté (comme celle d’Équiterre, du marché de solidarité régionale et maintenant les paniers bios de l’Union Paysanne), les jardins partagés, l’achat de terre en commun, le partage de vélo, de voiture, le covoiturage, la caisse d’économie solidaire, Wikipédia, les logiciels libres comme Linux et bien d’autres exemples de solutions autre que le capitalisme. En avez-vous d’autres exemples de solutions au capitalisme qui fonctionnent?

Le professeur de HEC, Omar Aktouf, récuse totalement la solution de la consommation pour relancer l’économie. Une grave erreur. Le surrendettement commence à devenir criminel, lance le professeur au Téléjournal qui en fait un pour ou contre.

Bref les solutions existent déjà. Reste à savoir si les plus nantis, les gouvernements, les entreprises sont prêtes à partager et agir?

Le clou du National Geographic…

Belle campagne de publicité pour le Canada, l’Alberta et les sables bitumineux…Le National Geographic, lu par des millions de personnes à travers le monde, crucifie cette industrie hyper polluante. Et vlan dans les dents du premier ministre Harper…
Va-t-on comprendre un jour ?

Pertes de la Caisse: si pires que ça?

N’est-ce pas encore une fois, une belle démonstration de l’échec du système capitaliste? Si l’argent est nécessaire, ce n’est pas un gage de bonheur alors on respire un grand coup, on consomme modérément et on passe à autre chose.
J’en parle sur Branchez-vous.

Quand le médecin tue ses enfants…

C’était un médecin, éduqué, connaissant la santé, connaissant les ressources offertes. Mais il a craqué et tué ses deux jeunes enfants. Épouvantable comme drame. Faut-il souffrir pour commettre un tel geste? Et la mère qui était absente. Dans quel enfer se trouve-t-elle?

Il faut vraiment lever le tabou sur la santé mentale. Consulter un psychologue, un psychiatre, un professionnel n’est pas un signe de folie ou de faiblesse, c’est normal. Personne n’est parfait et ne peut tout gérer. Il ne faut jamais hésiter à consulter. Et il faut faciliter l’accès à ces ressources. Grandement. Car c’est un service nécessaire.

J’en parle sur Branchez-vous.

Les universités françaises en grève: un nouveau mai 68?

On parle plus de la crise générale dans les Antilles que la grève générale dans les universités françaises. Un professeur français, Vincent de Gaujelac, invité à Christiane Charette, mentionnait son étonnement devant le silence de nos médias à propos de cette nouvelle. En effet.
Est-ce une vengeance contre le silence constant et permanent des médias français sur les nouvelles venant du Québec et du Canada. Ils préfèrent les États-Unis…faisant comme si le voisin du nord n’existait pas.

Le mouvement de débrayage s’étend maintenant à plus de 76 universités et ne s’essouffle pas. Est-ce les prémisses d’un nouvel épisode à la mai 68? Comment Sarkozy réglera cette nouvelle crise?

Pierre Laplointe, tendance écolo


Ce matin à Christiane Charette. L’entreprise de ses amies qui font dans les bijoux écolo faits de matières récupérées, Pop-cycle. Elles sont à Québec. À visiter.

Vite, plus que deux semaines pour soumettre votre candidature


Je parle des Grands prix du journalisme indépendants. La date limite est le 13 mars. Pour les journalistes, chroniqueurs, blogueurs, photographes, illustrateurs, presse écrite, radio, télé, internet.

Allez, c’est votre chance d’être reconnu par vos pairs, ajouter une étoile à votre CV et 250 $ dans votre compte en banque. Participez! Pour la gloire, l’honneur ou le chèque. Date limite 13 mars.
Toutes les infos sont ici.

Vive les Veja!

Ces chaussures de sport sont fabriquées en matière naturelle, biologique et équitable par des coopératives. On en trouve chez Rien à cacher à Montréal. Ailleurs ?

Voici leur nouvelle collection afin d’oublier notre hiver québécois et voir le printemps se pointer…Elles sont chères ? Voici pourquoi.

Des sables bitumineux au Québec?

Ou voisin si c’est au Maine comme le souligne un rapport déposé par Équiterre et résumé ici dans le communiqué :

Le projet Trailbreaker, proposé par la compagnie albertaine Enbridge Pipelines inc., refait surface. La Commission de protection du territoire agricole (CPTAQ) tient aujourd’hui à Longueuil une rencontre d’information sur la demande de la compagnie Pipe Lines Montréal ltée de construire en territoire agricole une importante station de pompage sur le pipeline Montréal – Portland. Selon la compagnie, la station de pompage permettrait d’acheminer l’équivalent de 128 000 à 166 000 barils de pétrole issu des sables bitumineux de l’Ouest canadien vers Portland, dans le Maine, en traversant le territoire québécois. Équiterre dépose aujourd’hui un mémoire à la Commission lui recommandant de refuser la demande déposée.

Inquiétant non ?

Harper n’accorde pas d’entrevues aux femmes journalistes?

Excellente question posée par Chantal Hébert sur le fait que Stephen Harper a accordé une entrevue au chef d’antenne de CBC mais pas à la chef d’antenne ni de la SRC, ni de TVA. Est-ce que M.Harper a des problèmes avec les femmes journalistes ? Vraiment, vraiment une bonne question…

Le web un média de plus en plus influent?

Avec la campagne qui se définit pour appuyer Daniel Leblanc, c’est de plus en plus la preuve que le web. J’en parle sur Branchez-vous ce matin.

Appui à Daniel Leblanc

Vous remarquerez qu’au dessus de ma photo, il y en a une autre créée par ce blogueur. Celle de mon collègue Daniel Leblanc, journaliste au Globe & Mail qui a dévoilé le scandale des commandites. Il a écrit un livre sur le sujet, Ma chouette, du nom de sa source. Source qu’une compagnie liée au scandales des commandites aimerait qu’il dévoile afin de se soustraire à la sentence judiciaire. Sauf qu’un journaliste ne dévoile pas le nom d’une source, à moins que cette dernière ne le fasse d’elle même. Question de crédibilité. Normalement les juges n’obligent pas les journalistes à renier leur parole. Sauf dans le cas de Daniel Leblanc. Évidemment ce dernier ne donnera jamais son nom quitte à aller en prison. La photo de Daniel marque donc mon soutien à sa détermination et son professionnalisme.

La Rotonde
Si nous faisons le même métier, que nous avons étudié à la même université, celle d’Ottawa, dans le même département, science politique, fait nos débuts au journal étudiant La Rotonde, et qu’il se retrouvera en cours le jour de mon anniversaire, je ne le connais pas.

Enfin, je ne me souviens pas l’avoir rencontré. Il est un peu plus jeune que moi comme Pat Lagacé. Si ce dernier a commencé à écrire pour La Rotonde alors que j’y sévissais comme cheffe des nouvelles (J’ai reçu et corrigé le premier article de ce jeune blanc-bec devenu grand). Daniel Leblanc y a écrit alors que Patrick était rédacteur en chef et que j’entrais dans la vie active. Une vraie dynastie ce journal étudiant…

Des décroissants à Envoyé Spécial

Reportage intéressant de mon émission préférée qui décrit le mode de vie de quelques « décroissants » français. Évidemment, lorsque les journalistes qui ne couvrent pas l’environnement d’habitude se plonge dans le sujet, on a droit à leur surprise. Comme si le fait de composter était un style de vie bizarre.

On a aussi droit aux extrêmes, la femme qui vit dans une yourte et élève des moutons, le couple de jeunes ingénieurs qui vit avec trois célibataires, récupèrent la nourriture que jettent des maraîchers et compostent.

À voir sur Internet ici et sur TV5.

Pas facile l’immigration

Contrairement à ce que dit la légende urbaine, les immigrants n’ont pas la vie facile et ne vivent pas aux crochets de la société. Écoutez ce qu’en disait le couple invité à l’émission Christiane Charette en compagnie de la réalisatrice d’Islam Québec, la série de Canal vie.

Ces témoignages sur les difficultés de refaire sa vie à partir de zéro, de trouver un emploi, de faire reconnaître son expérience antérieure, ses diplômes, ressemblent à ceux décrit par Rima Elkouri dans une série de reportages. L’histoire des familles suivies par la chroniqueuse de la Presse démontre comment la fermeture et l’ignorance privent un pays d’une richesse inestimable. Alors que les pays occidentaux, tout particulièrement le Canada et le Québec manquent de professionnels dans plusieurs domaines, on bloque l’entrée d’immigrants instruits et qualifiés sur le marché du travail. Un grave problème à régler…

Et je pense que la même chose de passe en France.

Une journée obamaniaque…


Je n’ai qu’entendu son nom toute la journée. À Christiane Charette, c’est l’ensemble de la première heure qui était consacrée à la visite de Barack Obama. D’abord avec une analyse de cet événement avec Emmanuelle Latraverse, Jean-François Lisée et Donald Cuccioletta.

Pourquoi Éric est passé par le studio de Christiane Charette, car il ressemble à Barack Obama. Jugez-en par vous même.

De cette journée, je retiens le fait qu’Obama ait suggéré au premier ministre Harper de ressortir du Parlement afin de saluer la foule. Par la suite, surprise, Obama s’arrête au Marché By, un endroit que je connais bien pour avoir vécu 10 ans à Ottawa. Il y a acheté des queues de castor ! Ma première sortie canadienne un soir d’août 1987 était au Marché By.

Ma déception? Il a mentionné ne pas vouloir virer vert trop rapidement pour ne pas pénaliser la croissance économique et l’emploi. Je suis en désaccord avec lui sur ce point.

Une photo drôle et parlante d’Ivanoh Demers, le photographe de la Presse. Pissante. À voir via le blogue de Marie-Claude Lortie.

La parole du père Lacroix

Josée Blanchette en parle souvent et j’ai enfin compris son amitié, son admiration et son attachement à cet humain, cette âme magnifique qu’est le père Benoît Lacroix. Je suis sous le charme de sa jovialité, sa jeunesse et son énergie contagieuse et calmante. Je vous encourage à écouter sa rencontre avec Christiane Charette ce matin.

Quand le sexe prend le virage vert sur Ellequébec.com

Votre vie amoureuse était-elle écolo ? J‘en reparlais là. Et voici mon article écrit sur le sexe écolo pour le site internet de la revue Elle Québec. Je suis certaine que vous y apprendrez plein de trucs. Et je n’ai pas encore épuisé le sujet. Incroyablement touffu! Non je ne suis pas obsédée. Mais c’est un bon sujet, très intéressant. Puis ce n’était pas mes idées. On m’a appelée pour me les proposer.

Autres articles:
Equisexe et bio calins à Club social

La complémentarité entre les journalistes et les blogueurs

On parle beaucoup de rivalité mais je pense qu’on devrait plutôt parler de complémentarité. Non ?
J’en parle sur Branchez-vous.

Des guides pour être écolo

J’en parle sur MaTerre.ca, des guides d’Équiterre et de l’APCHQ.

Des ptits sous qui font du chemin…

Car en ajoutant quelques sous à quelques sous, on arrive à 360 000 $. Ceci pour ajouter de l’eau à mon moulin du petit geste qui en entraîne un autre. Du petit geste qui est significatif quand il est multiplié par le nombre de personnes qui posent ces gestes…
Un petit geste isolé, à notre geste semble vain sauf que…
J’en parle sur Materre.ca dans l’un de mes derniers billets, puisque ma collaboration avec Materre s’arrête jeudi.

Equisexe et biocalins à Club social

Reportage osé et olé de Dave Ouellet, alias MCGilles lors de l’émission Club social ce jeudi 12 février à 20h sur les ondes de TV5. Sujet : equisexe et biocalins.

J’y participe et vous en parle plus après la diffusion de l’émission. À ne pas manquer puisque on ne fait pas que parler de jouets sexuels plus écolos, on les montre…

Se moquer de la crise économique en étant écolo !

Depuis que la crise économique déferle sur nos pays, nos vies et nos budgets, les écolos s’en tirent mieux en général. Pourquoi ? Car ils dépensent et consomment moins tout simplement et sont moins endettés.

Je viens de trouver un blogue intéressant sur le mariage écolo (en anglais). C’est d’actualité avec la St-Valentin. Ce billet m’a allumée car il énumère les économies engendrées par un mariage écolo ! Sur les invitations, les vêtements, les décorations et bien plus. Voila. Je cherchais un moyen de reprendre la promotion de mon livre l’écolo écono version québec, et la version française chez Lafon, la voici. C’est le livre de la crise économique !

Puisque j’y distille plus de 160 gestes écolos qui permettent d’économiser, c’est le moment de s’y mettre ! Faites d’une pierre deux coups! Bon j’arrête l’auto-promo. Je vais plutôt vous donner quelques exemples de ce que je prône.

Évidemment, réduisez votre consommation. Quand vous achetez, achetez durable, moins emballé et utile. L’un des exemples que je donne souvent: les produits nettoyants. Vous pourriez économiser grandement en coupant par trois ou quatre le nombre de produits. Une bonne astuce est de faire remplir ses contenants. Ainsi, on évite de remplir son bac de recyclage. Lui aussi en crise économique!

Vous pouvez aussi vous débarasser d’une des deux automobiles dont vous êtes propriétaires et devenir membre de Communauto ! L’entreprise de partage d’auto a de plus en plus de stationnements. Québec, Sherbrooke, Gatineau, Longueuil, Montréal, Laval…D’ailleurs Communauto vient de conclure plusieurs partenariats avec Laval. Il serait bien que le service s’étende à Boucherville, Blainville, Lorraine, Mont-St-Hilaire, etc. Car je suis certaine que bien des couples possèdant deux voitures en profiterait pour se départir de l’une d’entre elle…

Le vélo l’hiver? Pourquoi pas…

Je ne comprends pas cet acharnement à vouloir critiquer les cyclistes qui utilisent leur vélo l’hiver. Je n’en ferai pas en pleine tempête comme j’éviterai de prendre une voiture également. Mais la majorité du temps les rues sont sèches, il n’y aucun problème.
Bien heureuse de voir des jeunes d’ENvironnement JEunesse prendre le taureau par les cornes. J’en parle sur MaTerre.ca.

Votre vie amoureuse était-elle écolo?

La St-Valentin s’en vient…Misère. Je déteste les fêtes planifiées et programmées dont le seul objectif est de nous faire dépenser ou sentir coupable ou mal. Car dans le cas de la St-Valentin, c’est particulièrement agréable pour les célibataires de se faire rappeler à grands coups de pinceau que l’on n’est pas en couple. On le sait, pas la peine d’insister…
Bref, autant en rire et s’en amuser…Ce que je fais en vous suggérant de vérifier si votre vie amoureuse est vraiment écologique. Comment ? En faisant ce petit test.

Et, ce n’est pas fini. Je vous réserve quelques billets sur l’amour et le sexe écolo d’ici le 14 février…À suivre.

Interdire le Round-up ?

Marie-Claude Lortie pose la question sur son blogue.

Pour avoir vu le film Le monde selon Monsanto, pour avoir entendu mon père, agriculteur, maugréer contre ce produit destructeur très souvent, pour éviter que ce produit ne se retrouve dans la terre, la nappe phréatique, nos corps et surtout celui de nos enfants, je dis oui. Ce produit devrait être interdit.

Monsanto utilise toutes sortes de stratégies pour nous faire croire que le Round-up est nécessaire comme celles dont je parle ici et ici. Monsanto a d’ailleurs été condamnée pour ses pubs sur ce produit. En passant, le Round-up tue les grenouilles selon un article et la dernière étude d’un professeur français rapportée sur ce site belge qui démontre la toxicité de ce produit.

Puis laisseriez-vous vos enfants se rouler dans un champ traité au Round-up?

Intéressant : les mardis verts de l’ordre des architectes

Mardi vert de février: LEED-ND

La prochaine conférence des Mardis verts portera sur LEED-ND, une déclinaison des normes LEED qui tient lieu de guide d’évaluation de la performance environnementale. Les conférenciers présenteront le guide dans sa forme pilote et son application dans les deux projets québécois qui ont reçu une certification, soit le Technopôle Angus à Montréal et la partie résidentielle du développement des Faubourgs Boisbriand. LEED-ND est essentiellement un outil d’évaluation de la qualité environnementale des aménagements de quartier. Il est developpé et appliqué par le USGBC (United States Green Building Council).

Les principaux champs d’actions et les défis à relever seront abordés par les conférenciers Guy Favreau, architecte chez Aedifica, et Marc Perreault, urbaniste du Groupe IBI.

Le 17 février à l’École d’architecture de l’Université de Montréal
2940, chemin de la Côte-Sainte-Catherine, salle 1120
cocktail bio à 17 h 30
conférence à 18 h 00

Pour vous inscrire: mardisverts@oaq.com

La crise du recyclage à Isabelle le matin !

J’ai oublié d’en parler ici mais j’étais à Isabelle Maréchal, ce matin pour parler de la crise du recyclage. J’avais déjà abordé le sujet. On écoute la chronique ici.

Un lock-out qui marquera l’histoire

Excellent papier comme toujours de Paul Cauchon ce matin dans le Devoir. J’en retiens ces deux paragraphes mais ne vous privez pas de lire l’article entier, surtout la fin sur ce que dit un vieux de la vieille comme Bertrand Raymond sur le conflit.

« Les syndicats ont vraiment avantage à mieux réfléchir à la manière dont ils pourraient mieux défendre les pigistes, parce que ceux-ci se sentent comme des pions dans ce genre de conflit.

À l’inverse, on voit aussi se développer depuis deux semaines un discours antisyndical, sur le mode des «gros gras durs qui font plein d’argent et ne veulent pas changer leurs façons de faire».

Roissy et Orly fermés !!!

Je n’en reviens pas. J’ai déjà décollé par très forts vents à Roissy et même à Clermont-Ferrand. J’avais du mal à marcher…Même sous la neige. C’est la première fois que j’entends dire que les aéroports ferment. Ça va souffler à décorner des boeufs… J’espère que ce ne sera qu’un mauvais moment à passer pour les résidents des régions touchées…

La SAQ et le recyclage

Il semble que JE a fait enquête sur la SAQ et ses manques dans le domaine du recyclage.

Jean-Sébastien Trudel remet en cause ce type d’enquête.

Il n’a pas tort. Mais la SAQ se devrait d’être plus sévère sur le recyclage. Sauf que, sauf que…si JE se mettait à faire une véritable enquête sur le nombre de commerces, centres commerciaux, entreprises qui ne recyclent pas au Québec, qui gaspille de façon éhontée, ce serait plus efficace et proche de la réalité. J’en avais fait un article pour La Presse, ici et j’en parlais ici lors du deuxième billet de ce blogue il y a plus de deux ans et demi. Un exemple ? Mon salon de coiffure ne recycle rien…et pourtant le carton s’utilise en masse…Leur raison ? Ils doivent payer pour le recyclage mais pas pour l’enfouissement…Quand on choisira d’augmenter grandement le coût de l’enfouissement par rapport au recyclage, on avancera plus vite.

Je suis d’accord avec Jean-Sébastien. Dommage qu’on ne vise qu’une seule entreprise comme la SAQ qui a fait une avancée significative en bannissant les sacs alors que c’est le gouvernement qui devrait légiférer et interdire les sacs. Demandez aux caissiers de la SAQ de vous raconter ce qu’ils entendent depuis le 1er janvier. L’une d’eux m’a mentionné qu’il pourrait monter tout un show d’humour avec l’imagination débordante des clients sur les raisons d’interdire les sacs. Le meilleur ? Ce serait une immense conspiration….

Mon collègue de bureau…

Dans mon bureau, il est souvent au poste, sur sa chaise (pleine de poils), devant la fenêtre à regarder ce qui se passe dans la ruelle ou à prendre la fenêtre pour aller fureter dans cette ruelle avec les nombreux amis…

C’est Oreo, l’un de mes chats. L’autre Caramel, plus discret, préfère la tranquillité du salon ou du lit pendant que je bosse…

La pieuvre Quebecor


Excellente image pour résumer ce que représente Quebecor… J’aurai même ajouté le nom des revues de TVA Publications et le 24heures, l’hebodmadaire ici.
Trouvé via Fagstein qui nous offre un excellent résumé de ce lock-out mais surtout de la mise au point des journalistes face à « l’heure juste » de Quebecor.
Étant donné l’historique de Quebecor, le type de contrat que fait signer l’Empire, j’ai tendance à croire la version des syndiqués. Même si je ne suis pas totalement d’accord avec l’ensemble des méthodes du syndicat.

La salubrité des restos

Article intéressant ce matin dans la Presse sur le nombre d’infractions en matière de salubrité dans les restos et épiceries de Montréal. Inquiétant de savoir ce que l’on peut parfois manger. Surtout quand ça nous rend malade.

S’il y a un service qui fonctionne très bien à Montréal c’est celui des inspecteurs de la ville en matière de salubrité. Je l’ai testé il y a quelques années. Un vendredi, mon patron commande un dîner pour l’ensemble du bureau. Le lendemain et pour les trois prochains jours, je suis malade comme un chien. En revenant au bureau le mardi, j’apprends que je ne suis pas la seule. À divers degrès, tout le monde a été malade. Sauf deux. Mini-enquête pour m’apercevoir que ce sont les seuls qui n’ont pas mangé de salade de carotte…Je ne comprends mais je décide de porter plainte contre le resto qui nous a livré le repas. L’inspectrice qui prend ma plainte me rappelle quelques jours plus tard pour m’informer des résultats de son enquête. Dans la sauce vinaigrette de la salade de carotte, il y avait des oeufs…Le resto a eu une amende.

Depuis je conseille toujours à mes amis qui suspecte une intoxication alimentaire de porter plainte. Pour éviter que d’autres personnes ne subissent le même sort. Car vomir ses boyaux n’est jamais agréable. Surtout quand c’est évitable…

Par ailleurs, la liste des restos et épiceries condamnés est publique
.

Message aux Français et Françaises

Je me fais le relais pour mes compatriotes du message de Stéphane Laporte que l’on peut lire ici.

Il n’a pas tort. Les Français peuvent parfois, et j’insiste sur le parfois, se montrer un peu paternalistes ou du moins regarder de haut les Québécois, se croire tout permis. Peut-être car ils nous prennent pour la famille ? Car c’est un peu ça non ? Les cousins…

Sans blague, l’énorme faux pas du député français qui accueille le Premier ministre québécois en lui demandant s’il n’a pas trop « la plotte » à terre….Oups, reoups. Pour constater l’ampleur de la gaffe, allez, amis français, voir la définition ici.

La prochaine fois que vous voulez impressionner des amis québécois par votre savoir-parler, informez-vous… Trop souvent lors de mes voyages en France, j’entends des erreurs choquantes…ou drôles !

Chroniques Blondes aborde le sujet et nous offre un lien vers les deux soeurs et leur lexique parlure québécoise et français de France.

Des ventes qui baissent pour Quebecor?

Petite visite cet après-midi chez mon marchand de journaux. On jase tout le temps des revues, de mon travail, ect. Il me demande si je connais Urbania car il me dit qu’il vend toujours tous les numéros. Même à plus de 9$ le numéro.

Je lui demande s’il a remarqué une baisse dans les ventes de revues avec la crise économique. Il me dit que non sauf pour les revues de Quebecor et le Journal de Montréal depuis le début du lock-out !!! Ah oui. Même le 7 jours ? Il me réponds que les gens sont au courant et se mettent à boycotter autant le Journal que les revues Quebecor. Ce n’est qu’un marchand de journaux sur des centaines. Il s’agit cependant d’un quartier populaire, au coeur de la promenade Masson.

Je lui raconte l’histoire du contrat ignoble de TVA Publications, histoire qu’il diffuse l’information afin de donner un argument de plus aux consommateurs désireux d’utiliser leur pouvoir…

Manifestons en série et lisons !

La série d’Hugo Latulippe, Manifestes en série sort en DVD. Beau cadeau pour la Saint-Valentin ainsi que quelques livres dont je parle sur Materre.ca

L’environnement au secours de l’industrie forestière

Pourquoi pas ? Quand je dis que l’économie verte représente l’avenir… Plus sur Materre.ca

Quebecor remet les pendules à l’heure

Pour contrer RueFrontenac, la direction de Quebecor a mis en ligne un site internet l’heure juste. Il y manque une section.

J’aimerai bien avoir l’heure juste sur les contrats pourris qui dépouillent les journalistes indépendants de l’ensemble de leurs droits dans le monde entier. Tout ça en les payant avec des tarifs au feuillet parmi les plus bas de l’industrie.

J’ai eu beau chercher mais il n’y a rien la dessus. Quebecor pourrait au moins s’expliquer de la manière archaïque, cavalière et ignoble dont elle traite les journalistes indépendants pigistes…Car le contrat est imposé, non négociable. En plus de nous dépouiller, on nous l’enfonce dans la gorge.

Des textes des pigistes du Ici dans un Journal en lock-out

Un billet de mon collègue André Dumont sur ce que l’AJIQ craignait depuis que Quebecor force ses journalistes pigistes à signer un contrat minable. Les textes des pigistes sont repris dans un Journal de Montréal en lock-out les transformant en briseurs de grève contre leur volonté…
Triste à mourir. Sauf qu’aucun syndicat n’aurait offert un 72 % du montant de leur contrat aux journalistes pigistes…

Richard Martineau anime Tout le monde en parle

Je prends le verbe animer dans tous les sens du terme. Parfois il prenait la place de Guy A. Lepage, parfois il animait drôlement la discussion.

Tout ce que je peux dire c’est que Richard Martineau ne représente absolument pas les journalistes indépendants qui étaient totalement absents hier. Si plusieurs se questionnaient de l’absence de la partie patronale, ce n’est pas mon cas. Je trouve qu’elle était très bien représentée par Martineau et Patrick Huard. Tandis que les journalistes pigistes, encore une fois, ce sont les dindons de la farce.

Personne n’a réagi lorsque le président du syndicat, Raynald Leblanc a souligné que «Les pigistes, vous n’êtes pas là parce que vous êtes bons, mais parce que vous n’êtes pas chers». Une phrase qui montre comment on nous juge. Il est vraiment temps qu’une loi comme celle pour les artistes nous garantissent un cachet minimum et une négociation collective, comme pour l’UDA. Les journalistes indépendants sont les seuls qui n’ont pas ce droit.

Seul point que j’accorde à Martineau. Lorsqu’il dit que le syndicat demande la solidarité mais n’a jamais mais jamais levé le petit doigt pour défendre des journalistes indépendants et s’inquiéter de leur situation. Au contraire, comme je l’ai souligné plusieurs fois, les syndiqués nous traitent parfois (pas toujours) de sous-journalistes. Minute.

Sauf que je ne suis pas solidaire en échange d’une quelconque solidarité ou remerciements du syndicat (même si ce serait agréable) mais parceque c’est mon choix. Je préfère vivre en accord avec ma conscience et mes valeurs.

Ah, dernière chose. Je suis vraiment tannée qu’on oublie que Geneviève Lefebvre, LA première chroniqueuse qui a quitté le Journal en décembre à cause du lock-out qui s’en venait. Guy A. Lepage ne l’a pas citée dans la liste des solidaires, RueFrontenac l’oublie aussi, Martin Croteau aussi ce matin. Je vais partir le club des solidaires de Geneviève…
J’en parle sur Branchez-Vous.

Une patinoire dans ma ruelle!

J’ai déjà dit à maintes reprises combien j’aime mon quartier, mon coin, mes voisins et ma ruelle, enfin notre ruelle. Notre ruelle qui deviendra verte au printemps grâce aux citoyens, l’arrondissement, la SODER et la SOVERDI.

Une ruelle qui n’est pas vraiment déneigée durant l’hiver imitant la majorité des ruelles montréalaises. C’est selon les voisins. Chez nous, la moitié de la ruelle est déneigée par les utilisateurs qui y stationnent leur voiture durant l’hiver. L’autre moitié est bloquée par la neige. Tant qu’à être bloquée, pourquoi ne pas l’utiliser…en patinoire.

C’était glacé, embourbé de neige, quelques voisins ont donc aidé la nature pour transformer ce bel espace en patinoire pour les enfants et les adultes. Ils s’y amusent et y jouent au hockey. Pour compléter l’effet et délimiter l’espace, des sapins l’entourent fièrement.

Mais ce n’est pas tout. Tant qu’à avoir des bancs de neige pourquoi ne pas faire un fort et transformer notre ruelle en forêt de sapins de Noël ? C’est magnifique comme vous pouvez en juger par les photos. Certaines sont de moi, les autres photos sont l’oeuvre d’un des voisins, Hugo Latulippe, le réalisateur de documentaires. Ce dernier nous soulignait par courriel combien ce projet de patinoire était convivial, unissait les voisins et nous faisait revivre les patinoires d’antan…

Qu’en pensez-vous ? Intéressant ce que l’on peut mettre en place dans nos ruelles ? Reste à savoir si la ville apprécie qu’on use son espace public à de telles utilisations…

photos Hugo Latulippe

Et les enfants s’y amusent, glissent…