Les défis environnementaux de 2009

J’en parle à 9h45 à Sans détour ce dernier lundi de 2008.

Après mon passage, venez sur le site de Sans détour pour y trouver un résumé de mes paroles.

Vous pouvez aussi écouter ma chronique à Samedi et rien d’autre par ici, la deuxième partie. Je parlais du développement du Grand Nord (je referai un billet sur le sujet), des motoneiges écolos et d’un site Suisse parfait pour les fêtes : les anges gardiens de la Planète.

Déglacer les trottoirs

Autant que les rues. Je ne comprends pas pourquoi Montréal arrive à nettoyer et déglacer ses rues mais pas ses trottoirs. Un peu tannée de voir que l’on favorise encore une fois les automobilistes au détriment des piétons.
Je comprends que pour ne pas contaminer inutilement l’eau, la terre, nos plate-bandes et l’environnement, on limite l’utilisation du sel et autres produits fondants. Mais pourquoi les chenillettes sont si peu visibles ? Utilise si peu de gravier ou de sable ? Et même un peu de sel quand la situation est aussi dangereuse qu’hier. Je l’ai testé.
Est-ce que les cols bleus ne veulent pas faire d’heures supplémentaires? Est-ce que la ville ne devrait pas engager des gens qui voudraient travailler en étant payé 1 fois et demi plus ? Deux fois plus? J’oubliais le syndicat des cols bleus n’autorisent pas l’emploi de personnel supplémentaire. Peut-être aussi que la ville (enfin les divers arrondissements) ne veulent pas faire entrer de personnel en grand nombre étant donné le coût lors de journée fériée. Ne l’oublions pas. Le convention des cols bleus de Montréal est incroyable et leur donne droit à des taux horaire exponentiel…
Bref, il y a une raison à l’état de nos trottoirs. Pas celle que l’on donne aux médias. Aura-t-on la véritable réponse?
Je ne demande pas que la ville soit nettoyée au quart de tour. Je demande qu’on mette la priorité sur les trottoirs, les rues empruntées par les autobus au lieu de favoriser encore et toujours les automobilistes.

Oeil pour oeil et Gaza devient une tombe…

Épouvantable la situation des citoyens de la bande de Gaza. Pris entre les tirs israélien et le Hamas. Ils sont pris en otage. Et personne ne fait rien. Tout le monde fête Noël et la fin de l’année 2008 en s’apitoyant sur Gaza le soir en regardant les nouvelles. L’ONU est fermée pour les fêtes, les États-Unis changent de président, la France s’en lave les mains. Bref, Gaza n’intéresse personne. Le monde entier est sourd, aveugle et muet. Y’a pas de pétrole…
Je cite toujours cette phrase de Gandhi : « Oeil pour oeil et le monde devient aveugle».

J’en parle sur Branchez-vous où les commentaires sont fermés. Pas ici, sauf qu’ici c’est chez moi et on commente avec respect sinon je n’hésite pas. J’efface.