L’apprentissage de la simplicité volontaire et de l’achat local

Connaissez-vous les Locavores ? Ce sont des personnes qui tentent de ne consommer que de la nourriture produite à moins de 160 km de leur domicile. Le concept vient de quatre jeunes femmes de San Francisco. Peu de personnes sont des locavores à 100 %. Plus facile dans une région comme San Francisco que Montréal et son climat nordique.

Souvent, des journalistes tentent l’expérience pour en témoigner. Ce que fait en ce moment, Marc Allard, journaliste au Soleil. Intéressant. Même si je trouvais son changement trop radical. Au début, il ne mangeait que du brocoli. Ces derniers billets m’ont rassuré car les premiers m’avaient fâchée. Je trouvais qu’il faisait peur au monde, que son changement était trop rapide, trop radical, sans préparation.

En plus, il a la chance d’avoir maintenant un marché de solidarité régionale à Québec.

Une initiative dont j’ai souvent parlé et qui a été créée par les Ami-E-s de la Terre de l’Estrie. J’en suis jalouse même si nous avons des paniers bios intéressants à Montréal qu’on nous livre pour quelques dollars de plus. Cet hiver je les partage avec deux voisines. Nous cuisinons ensemble, c’est super agréable. On prend une soirée ou un après-midi pour se trois ou quatre plats. En plus, notre ferme, les Jardins du petit tremble, nous offre des soupes et des confitures. On peut aussi commander d’autres produits, ce que je ferai en janvier. Mais je rêve d’un marché de solidarité régionale qui nous offrira viande, pain, oeuf, lait, etc. Qui le partira à Montréal ?

Savez-vous que je fréquente très rarement les grands supermarchés. Une fois aux deux mois pour acheter vinaigre, bicarbonate et quelques rares autre chose. Sinon sur la rue Masson je trouve fromage, pain, viande, etc. Et j’ai aussi Pomme d’Api sur Rosemont.

Certaines personnes diront que je suis seule, c’est plus facile. Pas du tout. Comme le mentionne le témoignage de cette mère de famille il suffit de volonté et moins de paresse. Et moi aussi j’aime les chips et la poutine de mon dépanneur que je vais chercher avec mon plat, comme le prouve la photo. Mon dépanneur et les voisins se sont habitués. Un sujet de discussion maintenant…Même mon amie française Yvette en a fait l’expérience lors de sa visite cet automne. Elle est allée se chercher une poutine avec mon plat. Moins de déchets !

Advertisements

3 Réponses

  1. Je me rends compte que la tendance est à discuter les modes de vie. C’est bien, réfléchir sur nos habitudes et savoir les bousculer un peu.Tout s’apprend, à tout âge. Je suis contente que ma fille sache que les pizzas ne viennent pas toutes de la section des surgelés à l’épicerie.Depuis cinq ans, je me suis fixée des « défis » culinaires. Ça m’a permis d’apprendre à faire des conserves, de la pâtisserie sans oeufs (allergie oblige!), du yogourt, etc.je pourrais signer « une revenante »…

  2. Idée intéressante; d’autant plus que les produits gras et sucrés que j’achète au supermarché contribuent très certainement à l’expansion de mon tour de taille.J’aimerais par contre que tu explore un peu plus l’aspect financier. Je suis déjà allé acheter certains produits dans une épicerie bio..Rachelle Béry pour ne pas la nommer. Mon panier d’épicerie m’a couté beaucoup plus cher qu’au Maxi ou je fais habituellement mes emplettes

  3. Sylvain : c’est certain tu as été dans une plus petite épicerie qui a un pouvoir d’achat moindre que Maxi. Et puis tout dépend ce que tu achètes. Il faut comparer des pommes avec des pommes. Pour payer moins cher, tu devrais acheter du producteur directement. De toute manière le bio en général coûte plus cher, parfois pas beaucoup.Rachelle Béry appartient maintenant à une grande chaîne d’épicerie. Me souviens plus laquelle.Et puis, on veut souvent payer le moins cher possible pour notre bouffe. Moi je préfère acheter de la qualité, du non transformé et du bio, quitte à payer plus cher.Souvent en achetant moins de choses transformées, moins de trucs inutiles, on arrive à maintenir le même budget mais améliorer la qualité. Il faut simplement faire des choix. On peut aussi acheter moins de viande…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :