Ouvrir les magasins le dimanche?

Nicolas Sarkozy veut changer la France. Y ouvrir les magasins le dimanche. C’est pratique mais en même temps, a-t-on vraiment besoin de magasiner 7 jours sur 7? Je suis partagée. Et la vie de famille des travailleurs du domaine de la vente ?

Je le constate avec mon beau-frère qui travaille chez Carrefour en France. Il n’a qu’un jour de congé : le dimanche. Que se passera-t-il si l’ouverture des magasins le dimanche est permise ? Il devra travailler 7 jours sur 7 ? Indécent.

Malheureusement, on peut instaurer les meilleures protections possibles des travailleurs, certains patrons trouveront toujours le moyen de les contourner. Et certains travailleurs accepteront toujours tout, même si c’est illégal ou immoral.

Le changement ne se fera pas sans heurts en France où de nombreux magasins (surtout dans les petites villes) sont fermés le dimanche et le lundi encore. Cette politique avantagera encore les gros centres commerciaux, les Carrefours et cie mais sûrement pas les petits commerçants qui travaillent déjà beaucoup. Après la libéralisation du développement des Hards discounts, voici une autre mesure qui tuera le commerce local et de proximité.

La France prend le virage nord-américain qui ne fonctionne pas. Attention. Résistez!

Ici au Canada, les magasins sont ouverts 7 jours sur 7. Une surprise pour les Français en visite. Ils sont ouverts de 9-10h à 17h du lundi ou mercredi ainsi que samedi et dimanche (certains n’ouvrent qu’à partir de 12h) en général. Jusqu’à 21h le jeudi et vendredi. Honnêtement, je crois que ce n’est pas à la France de changer mais aux autres de retourner au bon vieux dimanche de congé. Je sais c’est utopique. Mais la société de consommation doit laisser sa place à une vie plus simple et moins axée sur l’achat à toute heure et en tout genre. On est habitué à tout avoir tout de suite. On s’habituera au contraire et à planifier. Je dis ça en sachant bien que de temps en temps, je vais acheter des trucs le dimanche mais il faut décider quel type de société nous souhaitons.

Non au sac de plastique gratuit. On doit payer.


Je ne comprends pas du tout le plan de la ministre Beauchamp. Le volontariat ? Si ça fonctionnait, on le saurait. Je n’y crois pas. Le lobbying de l’industrie du plastique a fonctionné. J’en parle sur MaTerre.ca

On n’ira pas très loin dans la réduction de l’utilisation du sac de plastique et le recyclage avec ça. Surtout avec trois types de sac sur le marché : recylable, biodégradable et compostable. Les deux derniers contaminent le recyclage car le plastique n’est pas fait pour être recyclé mais se dégrader. Et il est complétement utopique de demander aux citoyens de faire la différence entre les deux. Tout ira au recyclage ou à la poubelle.

Il fallait interdire les sacs. N’autoriser que les biodégradables-compostables tout en les faisant payer plus cher que les sacs réutilisables. 1$50 pour le premier. 1$ pour le deuxième.

Une femme garde les buts du Canadien…

Les Canadiens c’est l’équipe de hockey de Montréal. La jeune femme qui a gardé les buts, Kim St-Pierre, ne l’a fait que durant un entraînement régulier. Mais c’est une première en 100 d’existence du club. Imaginez une femme qui garde les buts du PSG ou de Marseille ou toute autre équipe de foot en France…Même pour l’entraînement, j’imagine que ce serait notable. Est-ce déjà arrivé durant la saison régulière en foot ?
Car c’est arrivé ici au hockey. Il y a plus de 15 ans, Manon Rhéaume écrivait l’histoire en participant à un match de hockey de la ligue nationale (Canada et États-Unis). Mais elle n’est pas restée longtemps sur la glace…
Je ne dis pas d’inclure les femmes dans des matchs mixtes mais pourquoi les ligues d’hommes sont plus populaires et plus financées que celles des femmes?
C’est comme la F1. Un sport où l’on pourrait voir des femmes sans aucun problème. Il faudrait simplement qu’une écurie ose. Juste un peu. Mais les femmes ne servent qu’à jouer les poupounes en F1. Ah misère ! On n’est pas encore sortie du bois !

Chronique à l’émission du matin de Radio-Canada CB

Demain matin, je participe à l’émission du matin de Radio-Canada en Colombie-Britannique et Yukon, Phare Ouest. J’y parlerai et analyserai la visée de cette province de vouloir réduire ses émissions de GES de 33 % d’ici 2020. Je ferai des comparaisons avec l’est, le Québec. Qui est le plus vert ? Hum, d’après la Fondation David Suzuki, ce sont les deux provinces les plus écolos. Mais la Colombie-Britannique avec volé le premier rang au Québec lors de l’évaluation estivale.
Pour m’écouter sur internet en direct ou en différé, c’est ici. L’heure : 7h45 à Vancouver, 10h45 à Montréal, 16h45 en France.

De la bouffe à la poubelle…pendant que l’Afrique crève de faim…

Article dans le Soleil ce matin sur les montants de nourriture que l’on jette à la poubelle. Gros gaspillage. J’en parle plus en détail sur MaTerre.ca
J’ajouterai que j’ai un système afin d’éviter de jeter. J’achète presque au jour le jour. Facile quand on habite proche de commerces. Sinon, on peut faire de bonnes soupes lorsque des légumes menacent de marcher dans le frigo.
Mais j’avoue que le fait de vivre seule ne me facilite pas la vie. Dernièrement, j’ai perdu la fin de mon carton de lait car je ne l’avais pas consommé assez rapidement. Trop gros pour moi trop souvent. Par ailleurs, en achetant des produits biologiques, sans conservateur, on doit les consommer plus rapidement. Il faut bien les gérer.
Mes solutions ? Je partage avec mes voisins, je congèle mon pain que j’achète tranché, je fais des soupes, des ratatouilles que je congèle ensuite. Avez-vous d’autres solutions pour éviter le gaspillage ?
Finalement, je composte. Au moins cela limite le montant des matières organiques qui envahissent les sites d’enfouissement.

Conférence à Chambly demain soir

Si vous habitez dans la région de Chambly, j’y donne une conférence écolo écono demain soir le mercredi 22 octobre à 19h30 à la bibliothèque. Gratuit.

La beauté du soleil

Un autre lever de soleil de mon balcon arrière
Coucher de soleil à Shippagan, GRC en arrière-plan…ou avant-plant
Soleil qui se mire dans l’océan à Miscou
Soleil dans les yeux au sommet du Mont-Washington
Gloire du matin qui se dore au soleil de notre ruelle.


En cette journée grise, voici le soleil. Celui que je vois le matin en me levant. Celui qui s’invite dans ma cuisine et mon bureau. Du pur bonheur.

Comme le montre ces différentes photos, j’aime la beautés des levers et couchers de soleil, le soleil à midi, à 15h, en tout temps. Un merveilleux spectacle dont je ne me lasse jamais.

Le puits sans fond du transport en commun montréalais!

Je dis tout ce que je pense du financement du transport en commun dans un billet sur MaTerre.ca
Même si c’est un puits sans fond, les gouvernements doivent le financer. Obligatoire ! Le transport en commun ne sera jamais rentable, à moins d’un miracle. Ce qu’on veut c’est qu’il joue son rôle de transporter le plus de gens possible, dans de bonnes conditions, afin de limiter la pollution atmosphérique générée par l’automobile.

Retour à la case départ pour le parti Libéral du Canada!

Pas facile la vie politique. Surtout celle d’un chef qui, au premier abord, n’était pas destiné à diriger le parti libéral . Retour à la case départ avec une nouvelle course à la chefferie.

Stéphane Dion était tout sauf serein hier lors de son annonce. Si j’ai été la première à le défendre, je trouve aussi qu’il aurait dû reconnaître son incapacité à mener le bateau. Sauf qu’il n’est jamais facile de reconnaître ses erreurs et ses faiblesses surtout en public. Que le premier à pouvoir le faire lui jette la pierre…

Sa première erreur a été de se présenter dans la course à la chefferie. Il faut parfois avoir l’humilité de savoir que l’on est incapable d’être un leader…Sauf que le parti Libéral l’a complètement trahi et torpillé. Bonne chance à celui ou celle (rêvons un peu) qui lui succèdera pour rebâtir ce parti au bord de la faillite. En passant, seulement trois députés (un ou deux battus) étaient avec lui hier dont Martha Hall Findlay, la seule femme qui s’était présentée dans la course à la chefferie. Il y a en au moins une qui a de la classe.

Je verrai bien une fusion avec le NPD… Si on veut vraiment marquer un véritable virage et renovuellement.

Attendez-vous que quelqu’un le fasse à votre place?

Avez-vous vu les publicités de l‘Agence d’efficacité énergétique qui mentionne à la fin : Attendez-vous que quelqu’un le fasse à votre place ?
L’une des publicités réalise l’un de mes rêves secrets. Celui d’entrer subtilement dans une voiture qui ne roule pas mais dont le moteur fonctionne pour tourner la clef.

Sommet de la Francophonie : l’absence de Sarkozy

La ville de Québec est l’hôte du Sommet de la Francophonie. Une réunion où Nicolas Sarkozy brillera par sa visite éclair. Plusieurs critiquent ce désintérêt évident du président français pour la francophonie. Est-ce parce que la France, le plus grand pays francophone au monde, ne se sent pas menacée par l’anglais et la montée des autres langues?

Chaque fois que des Français me rendent visite, ils s’étonnent de voir les Québécois aussi conscient du français et du besoin de défendre notre langue commune. Est-ce que les Français devraient prendre modèle sur les Québécois au lieu d »intégrer des mots anglais qu’ils ont, d’ailleurs, du mal à bien prononcer?

J’en parle plus en détail ce matin sur Branchez-vous.

La journée de visite de maisons écolos

C’est samedi 18 octobre, partout au Québec. Profitez-en pour glaner des idées et changer la perception que l’on a souvent des maisons écolos. Elles sont magnifiques. J’en parle sur MaTerre.ca

La victoire de Harper = défaite pour l’environnement ?

Je ne crois pas comme je l’écris sur MaTerre.ca.
En tournant les chiffres de l’autre côté, on se rend compte que 63 % des citoyens ont voté pour des partis en faveur de mesures environnementales. Une victoire non ?

Les pollutions invisibles en librairie

Mon quatrième livre est maintenant en librairie : Les pollutions invisibles.
J’y traite de cinq types de pollutions : électromagnétique, lumineuse, sonore, olfactive et visuelle. Les cinq chapitres sont divisés en deux parties. Dans la première, je décris sommairement le type de pollution, donne des exemples. Dans la deuxième partie, un conseil par page sur le même modèle que l’écolo écono. Des trucs pratiques fin de contrer ces multiples pollutions, que ce soit en évitant de rester debout devant le micro-ondes (simple pour éviter les ondes électromagnétiques) ou en s’impliquant auprès d’organismes qui lutte contre le bruit ou la pollution visuelle.
Vendu dans toutes les bonnes librairies, une bonne manière de ne pas paniquer mais comme l’écolo écono d’avoir de l’info de base pour agir et améliorer sa vie quotidienne.

Personne n’a gagné

Tout le monde a perdu. Nous avons gaspillé des millions pour revenir à la case départ. Un gouvernement conservateur minoritaire. Bien sur, Stephen Harper a amélioré son sort avec 16 députés supplémentaires. Sauf que ces députés sont en Ontario et Colombie-Britannique. Pas au Québec. Le Québec qui joue encore à l’encontre des autres provinces canadiennes. Montréal est encore plus isolé sans ministre.

La démocratie a perdu des morceaux avec le plus bas taux de participation dans l’histoire canadienne, moins de 60 %. Aussi, nous avons un gouvernement qui dirigera le pays avec seulement 37 % des voix. Vivement une proportionnelle.

Tout le monde a perdu. Les conservateurs n’ont pas réussi à percer au Québec et se sont fait balayés à Terre-Neuve sous l’impulsion du premier ministre conservateur Danny Williams.
Les Libéraux qui ont perdu de nombreux députés, particulièrement en Ontario et Colombie-Britannique. Combien de temps Stéphane Dion résistera à la tête de ce parti? Le NPD grimpe tranquillement mais n’a pas réussi à faire élire plus qu’un député au Québec. Ce parti a tout de même fait des gains appréciables dans le nord de l’Ontario.

Fait notable, un député NPD a été élu en Alberta, pratiquant ainsi une brèche dans l’unanimité conservatrice albertaine. Même chose dans les autres provinces de l’ouest. Faudra-t-il une fusion des libéraux et du NPD pour réussir à bloquer la route aux conservateurs ? Ces derniers l’ont fait en réunissant le Reform et le Parti conservateur.

J’en parle plus sur Branchez-vous.

Je ne comprends pas

Que certaines personnes partent voter sans papier d’identification !
Que l’on vote un jour de semaine. En France c’est le dimanche. Cela permettrait de trouver plus de travailleurs d’élections et aux gens de voter à toute heure sans être obligé de quitter le travail plus tôt.
Que l’on oblige pas les citoyens à voter sous peine d’amende.
Que les jeunes de moins de 18 n’aient pas le droit de vote. Pourquoi ne pourraient-ils pas voter à partir de 14 ans ?
Que l’isoloir soit aussi peu isolé…
Que l’on ne vote pas dans les bureaux d’arrondissements, les mairies, etc. Cela évite de trouver des lieux de vote et d’en changer. Imaginez. Je vais aller voter dans une église. J’y cours de ce pas.
Bref, je trouve comme mon collègue Pascal, que l’on fait république de banane. Comme lui, j’ai aussi le droit de vote en France et je trouve que c’est mieux organisé. En plus, ce sont des fonctionnaires qui s’occupent du vote. Il me semble qu’on a assez de fonctionnaires ici aussi pour éviter des dépenser des milliers de dollars en travailleurs qui n’y connaissent absolument rien, mais alors rien du tout.

AJOUT 1 : je viens d’aller voter dans un sous-sol d’église peu inspirant. Les employés d’élection devraient peu être avoir un certain code vestimentaire. Car ça faisait vraiment pitié. Par ailleurs, celui qui a vérifié mon nom arrivait à peine à le lire. Un autre employé est venue me dire de reculer sans aucune manière alors que l’autre avait mon permis de conduire entre les mains. Bref le bordel. Si je me moquais du conformisme lors des dernières élections présidentielles, il est préférable à un laisser-aller et un manque de professionnalisme flagrant. Disons qu’Élections Canada devraient vraiment, mais alors vraiment, revoir ses méthodes de fonctionnement, la division des boîtes de scrutin et surtout l’embauche de ses scrutateurs. De toute manière qui va accepter ce travail un jour de semaine ?

AJOUT 2 : En fait lors des élections municipales, on vote le dimanche….

Si la tendance se maintient, le gouvernement sera…

Je vais aller voter cet après-midi. Je n’ai pas encore pris ma décision finale et je ne sais pas encore à quel endroit je dois voter. Si vous êtes comme moi, en entrant votre adresse sur le site d’élections Canada, vous le saurez. Car voter est une obligation que je rendrais d’ailleurs obligatoire sous peine d’amende.
Ce soir, soirée électorale. J’adore. Le suspens de savoir si les sondeurs avaient raison ou tout faux. Et puis de nombreuses circonscriptions donneront lieu à des batailles serrées, passionnant. Je ne me coucherai pas tôt. Et vous qu’en pensez-vous ?

Quelques textes en ligne!

De retour de ma virée au salon du livre en Acadie, je vous encourage à lire deux textes de mon cru qui sont disponibles en ligne.
Tout d’abord, une nouvelle collaboration avec Workopolis qui commence avec ce texte sur la formation des cadres. Ensuite, un texte pour l’Association des Journalistes-écrivains pour la nature et l’écologie (JNE) en France. J’en fais partie depuis mai. Je parle des élections canadiennes et de l’environnement. C’est le deuxième texte après celui qui parle de l’environnement dans la campagne américaine.

Vivre au bord de l’océan

Shippagan
Miscou

Shippagan en fin de journée, le vent rafraîchit

J’aime la mer, j’aime l’océan, j’aime l’eau. Un jour je vivrais (à temps partiel) dans une maison au bord de la mer, bercée par le bruit des vagues. Une petite maison au bord de la grande bleue. C’est mon rêve.

Chaque fois que je me pose sur une plage le regard fixé sur l’horizon bleu, je trouve un bien-être immense. La beauté de l’océan me renverse, me donne de l’énergie, m’émerveille. Cet après-midi je suis allée à Miscou, une île à 30 minutes de Shippagan, au bout de la péninsule. Quel enchantement…J’y vivrais si l’hiver n’était pas aussi hiver. Pour moi la mer signifie chaleur et baignade. Ici j’ai rapidement mis les pieds à l’eau pour les ressortir.

Depuis mon arrivée en Acadie, hier, je mange des fruits de mer. Un délice. Je m’ennivre de la jovialité et de la sympathie des Acadiens. Quel accueil ! Quel peuple!

Seul ombre au tableau de ce salon du livre de la péninsule acadienne, notre hôtel. Le seul en ville. En fait il s’agit d’un môtel quelque peu miteux, le motel Brise marine. Vieux, propreté discutable mais correct, calorifère rouillé, lit sur le point de s’effondrer, télévision datant du siècle dernier, salle de bain ayant besoin de rénovations, comme la chambre. Bref pas très agréable et pas donné. En le comparant au Best Western d’Edmundston à 15 $ de plus, c’était le grand luxe. Au moins, on y a l’internet wi fi!

Une chance qu’on y passe que deux nuits. Demain retour en deux jours à Montréal. Avec un arrêt à Rivière du loup.

Stéphane Dion : la tortue qui surprend?

Stéphane Dion nous refera-t-il le coup de la fable du lièvre et de la tortue, mardi prochain? J’en parle sur Branchez-vous ce matin.

Déménager en vélo


Il n’y a pas grand chose à ajouter à mon article, paru dans le cahier Mon Toit de samedi dernier.
Et j’en parle plus sur MaTerre.ca.
L’histoire de cet article reste caractéristique de la manière dont je fonctionne et travaille. En restant alerte et en parlant au monde. J’ai croisé Julien Myette avec son vélo et sa remorque sur Mont-Royal. Un facteur l’avait arrêté et lui parlait. Julien lui donnait sa carte. Surprise et curieuse, je lui ai aussi demandé ses coordonnées. Et voilà. La suite ici.

Horreur : pas de F1 à Montréal

Je viens d’entendre cette nouvelle à Radio-Canada. La F1 ne s’arrêterait pas en Amérique du Nord et pas à Montréal. Encore une crosse de Bernie? Comme il y a quelques années. Le Grand prix de F1 du Canada est celui qui attire le plus de spectateurs. Voici comment le grand manitou de la F1 les remercie. Ignoble.
Je sais que les écolos qui lisent mon blogue s’en réjouiront. Désolée pas moi. Même si les marmottes dormiront plus tranquilles. Et je serai triste en juin si je n’ai pas ma dose de F1 annuelle. Je devrais aller en Europe pour la recevoir.

Mon dernier livre : les pollutions invisibles

Voici donc mon dernier bébé. Les pollutions invisibles sont composées de cinq chapitres représentant cinq types de pollutions : électromagnétique, olfactive, visuelle, lumineuse et sonore. Chaque chapitre est divisé en deux parties. La première qui explique rapidement le type de pollution, la seconde qui dispense quelques conseils sur le modèle de l’écolo écono. À voir le 15 octobre dans une librairie au Québec.

En exclusivité voici l’intérieur. La partie conseil est en vert pour bien différencier le tout. Différent. J’aime.
Voici la collection. Quatre livres en un an. Je viens d’en refuser un cinquième d’une autre maison d’édition. Écrire des livres demande du temps. Du temps pris sur celui que je peux consacrer au journalisme afin de payer mon loyer. J’ai donc décidé de privilégier mes contrats journalistiques et d’en trouver de nouveaux d’ici les prochains mois, à moins que la France ne me fasse de l’oeil.

Aussi, prendre quelques jours de vacances entre les quelques salons du livre et la promotion puisque l’été a été consacré à l’écolo junior et les pollutions invisibles !!!

Les conservateurs en perte de vitesse?

J’aborde le sujet sur Branchez-vous. Il semblerait que la campagne s’essouffle pour les conservateurs en fin de campagne. Ont-ils présumé de la volonté des Canadiens de choisir un gouvernement conservateur majoritaire?

Débat : quatre contre un!

Avez-vous regardé le débat des chefs en français hier soir ? Comme la majorité des gens, je pense que Stéphane Dion a gagné des points. J’ai été déçue par Jack Layton que je n’arrive pas à prendre au sérieux. Le niveau de français d’Élizabeth May m’a suprise ainsi que le manque de fermeté de ces interventions sur l’environnement.
Gilles Duceppe a trop parlé de Bush et Stephen Harper a été égal à lui même. Fuyant et hypocrite qui ne répond pas aux questions.
Je fais le survol de ce qui se dit sur le Web sur Branchez-vous.

Le Mont-Washington

Je l’ai grimpé à la sueur de mon front et les muscles de mes jambes en 2006.

Il y a 10 jours, j’ai laissé la puissance d’une Yaris faire le travail. Miracle. Nous avons pu pique-niquer au sommet de la plus haute montagne à l’est de l’Amérique du Nord.

Réputé pour son climat changeant, son brouillard et surtout son vent intense, le sommet du Mont-Washington, dans l’état du New-Hamsphire, nous a accueilli avec un soleil magnifique et une légère brise. Lors de ma première visite, je pouvais à peine me tenir debout, dans un brouillard intense, vêtu de mon manteau d’hiver, tuque et mitaines un 1er juillet!!!

Disons qu’avec mon amie Chantal, qui m’accompagnait lors de notre randonnée à pattes, nous étions ravies d’admirer de magnifiques paysages et déguster un bon vin au sommet!
La route en voiture n’est pas de tout repos. La dénivellation est impressionnante ainsi que les ravins que l’on frôle!

Sauf que pour la Française élevée en Auvergne que je suis, les nombreux avertissements sur la conduite me semblait un peu exagéré. Lorsqu’on monte jusqu’au sommet du Puy-de-Dôme, lorsqu’on passe par les Pyrénées, les Alpes, et de nombreuses montagnes françaises, la conduite dans de telles conditions est habituelle. Sans parler des routes sineuses, étroites, emcombrées et beaucoup plus dangereuses du Mexique.

J’avoue que j’ai préféré la descente à la montée. Que c’est plus agréable et confortable avec une voiture manuelle. La Yaris automatique, bof.
Finalement, laissons parler les images…

L’hôtel où les accords de Bretton Woods ont été signé
Notre hôtel, le Stonehurst Manor


Arrivée au sommet







Un bout de route non asphaltée


Plus bas, changement de paysage et végétation