Pour ne pas manger de la merde

Ce n’était pas programmé. Je ne sais jamais ( sauf quelques rares occasions) ce qui est publié dans la Presse. Mais aujourd’hui le cahier spécial Québec d’Actuel tombe très bien. Mes collègues Stéphanie Bérubé et Marie-Claude Lortie nous présentent des producteurs locaux. Des artisans qui fabriquent de bons produits sans conservateur, ajouts chimiques et transformations questionnables. ( je vous mets les liens dès qu’ils sont disponibles)

Évidemment lorsqu’on est en ville, on ne va pas les visiter chaque jour ou semaine. Mais on peut planifier une petite sortie de la ville pour aller faire le tour et refaire le plein d’aliments sains qui goûte vraiment quelque chose.

Il faudrait vraiment faire un bottin de tous ces producteurs, que ce soit ici ou en France pour les faire connaître. Je crois qu’Internet est le meilleur moyen de contrer la bouffe dégeulasse qu’on nous fourgue à longueur d’année. Internet permet de réunir ces producteurs et surtout de nous les faire connaître. On a aussi, comme j’en ai déjà parlé, des initiatives et projets superbes comme le Marché de solidarité régionale ( qui va s’étendre au Québec je l’espère), les Jardins Urbains ou le Jardins des Anges ( quoique je n’aime pas trop leur propension à distribuer des produits biologiques à tout prix, même si c’est des fraises ou des poires de l’extérieur) et l’Agriculture soutenue par la communauté d’Équiterre.

Il existe aussi la Fédération de l’agriculture biologique, le répertoire des producteurs de l’Union biologique paysanne.

En France, il y a les AMAP.

Si vous avez d’autres suggestions, n’hésitez pas !

Publicités

On mange de la merde !

C’est ce que je pensais en regardant le reportage d’Envoyé spécial sur les hard discount ( les magasins à rabais en France) et les sous-produits qu’ils vendent à rabais. Moins on paye cher, plus on mange de la merde. La bouffe industrialisée est immonde.

Pas étonnant que nos hôpitaux ne suffisent pas à la tâche. Pas étonnant qu’on développe des allergies, des intolérances, des insuffisances. Avec les trucs basse qualité sans vitamines, sans saveur et sans nutriments qu’on se balance dans le corps.

Le pire ? C’est que les gens riches peuvent se payer des aliments de qualité, mais pas les plus pauvres. À moins de rester dans le plus simple et encore, fruits, légumes, légumineuses, céréales, produits laitiers et viande-poisson bio (mais le bio coûte plus cher) de temps en temps si on n’est pas végétarien. Et de se cuisiner des petits plats en groupe. C’est le principe des cuisines collectives du Québec.

Car en se nourrissant de bouffe industrielle, boissons gazeuses, biscuits à l’huile de palme, la pire, collations chimiques au glucose, jus qui ne contient que de l’eau et du sucre, viande et substances laitières transformées, on creuse notre tombe et celle de la planète. Lisez les étiquettes. Épeurant.
Je reviens de ma visite quotidienne aux commerçants de la promenade Masson. Cela fait longtemps que je ne fréquente presque plus les supermarchés sauf pour acheter du vinaigre, bicarbonate et de la bière. Je n’ai plus envie de bouffer des trucs sans goût.

Vous pouvez lire Toxic de William Reymond. Les Américains sont encore plus mal lotis que nous…Les Français ont encore beaucoup de petits commerces, mais avec la nouvelle loi du gouvernement Fillion-Sarkozy qui facilite l’implantation de Hard discount et autres supermarchés, les artisans qui font de bons produits devront se battre.

he ho les commentaires ?

Parfois, j’ai envie de faire comme mon amie Eva sur son blogue…Elle a menacé d’arrêter si elle n’avait pas au moins 10 commentaires pour son dernier billet. Ça a marché, son billet a battu des records ;-). Je n’en demande pas tant. Mais, malgré le nombre de visiteurs, j’ai parfois l’impression de parler dans le vide. C’est peut-être le cas. Je suis inintéressante ? barbante ? inutile ?
Pourtant mes billets sur Branchez-vous ont des commentaires. Maintenant que c’est modéré, de qualité supérieure. Ouf.
Mais bon, ne vous inquiètez pas, je ne ferai pas comme Eva et je ne continue le blogue car j’aime trop ça. Une pratique quotidienne, une fenêtre professionnelle, une manière de tenir mes amis-es d’outre-mer au courant de ma vie, etc. Alors juste pour moi c’est tout bénef, comme disent les Français…

Montréal sous péages ?

Île de la Jatte !

La Presse frappe fort ce matin avec une exclusivité qui promet de faire parler. C’est pour ceci que j’en ai fait mon évènement du jour sur Branchez-vous !

Évidemment, vous pensez bien que je favorise l’instauration de péages. Mais en même temps, j’aimerais que cela s’accompagne d’une bonne amélioration des divers services de transports collectifs et des pistes cyclables.

Montréal n’est pas la seule ville qui pense au péage. Paris aussi a déjà abordé le sujet. Mais ce n’est pas sur les rails comme ici. Sauf que Paris a un sacré avantage ! Un système de transport en commun assez développé et un métro qui ratisse large. Et de nombreuses villes françaises ont maintenant un tramway. Les chanceuses.

J’ai vécu une expérience l’autre jour à Paris. Alors que je devais me rendre aux Éditions Michel Lafon qui sont à Neuilly sur l’île de la Jatte. Vous savez la ville française la plus riche où Céline Dion voudrait acheter un pied à terre ! Je demande au monsieur de l’hôtel s’il sait comment s’y rendre en transport en commun. Il réfléchit et me dit que c’est impossible, que l’on doit prendre un taxi. Je ne l’écoute pas et demande à ma chère Sophie, la merveille qui a travaillé avec moi sur mon livre français. Aucun problème. Le métro puis l’autobus et on arrive à deux pas des Éditions Michel Lafon. C’est ça Paris. On peut aller partout en transport en commun. Et je ne vous parle pas des vélos qui envahissent la ville ! Paris deviendrait écolo ?

Guide pour un ménage plus écolo


Le nouveau livre de Marc Geet Ethier, Ménage vert : se faciliter la vie en la protégeant, est vraiment le plus pratique que j’ai vu passer sur le ménage. Je l’aurai fait dans un format plus petit et pratique à manipuler mais les conseils, les trucs, les étiquettes, les informations sur tous les produits, les recettes sont vraiment hyper utiles et bien présentées.
À garder dans la cuisine avec vos livres de recettes et le mien, bien sur !
J’en parle plus en détail sur Branchez-vous.

Les histoires des sans-papiers …

En France ( comme au Canada d’ailleurs), il existe des milliers d’immigrants sans-papiers qui travaillent et qui font marcher l’économie. Illégalement puisqu’ils ne sont pas en règle.
C’est un sujet que je trouve grave et que je voulais aborder depuis quelque temps.

Les travailleurs sans-papiers en France font des grèves sporadiques. La semaine dernière, ce sont les employés d’un resto assez huppé proche du Palais de l’Élysée qui cessaient de travailler. Pour sensibiliser les gens qui prennent les grandes décisions et leur montrer que même dans leur resto préféré on embauche des sans-papiers. Hypocrite non ?

D’ailleurs, ironiquement les PME françaises soulignent qu’elles sont prises entre deux feux. Leur besoin de main-d’oeuvre et le risque d’employer des sans-papiers.
Autre point dramatique, depuis la venue au pouvoir de Nicolas Sarkozy. Les centres de détention des sans-papiers qui alimentent la machine à expulser du président. Ignoble. Entourés de fils barbelés, ces centres hébergent des sans-papiers qui doivent être déportés. Parfois ils refusent la déportation comme dans un reportage que j’ai vu sur M6. Des histoires d’horreur. On oublie trop souvent les humains et leurs familles derrière les sans-papiers.

D’ailleurs, dans le dernier numéro de Elle, un article parlait des Français de plus en plus nombreux qui hébergent des sans-papiers. Ils prennent des risques, mais préfèrent l’humanité à la légalité. Quand est-ce que le gouvernement français et la majorité des Français se rendront compte que les immigrants ne sont pas des sous-humains. Qu’ils ont droit à un minimum de respect.

Et dernier point. Devinez qui occupe les emplois les moins “agréables”, comme femme de ménage dans des petits hôtels, à l’aéroport, etc ? Bien sur. Des immigrants, des minorités visibles. Et après, on dit que les immigrants volent des emplois et sont des profiteurs ? Minute papillon !

Ah oui un dernier point soulevé par mon beau-frère, d’origine mexicaine qui habite en France. Ne pas s’exprimer parfaitement en français ne veut pas dire qu’on est stupide. Au contraire, c’est un signe d’intelligence puisque cela démontre que ce n’est pas notre langue maternelle et qu’on a été capable d’apprendre une deuxième langue. Peu de Français ou Québécois de souche peuvent parler espagnol comme Fili ( mon beau-frère) parle français.

Ces histoires de sans-papiers et les commentaires après le dépot du rapport de la Commission Bouchard-Taylor me font grincer des dents. Un peu d’ouverture, de tolérance et d’humanité seraient de mise.

La consommation d’eau de Céline Dion montrée du doigt !

Céline est dans la mire des médias français et de la société des eaux de Floride pour sa gigantesque consommation d’eau pour sa maison de Jupiter Island. 29,5 millions de litres d’eau en 2007. Un peu honteux, j’avoue.
Loin de montrer le bon exemple. D’ailleurs, les riches consomment et ne montrent pas vraiment le bon exemple…Mais que faut-il pour être heureux ? Combien de millions ? Combien de paire de chaussures ? J’en ajoute sur Branchez-Vous ici.