L’écolo écono dans les librairies françaises

À la veille du 1er mai, jour férié en France, mon livre l’écolo écono sort en librairie. Toutes les informations se trouvent sur le site internet des Éditions Michel Lafon. Vous pouvez l’y achetez aussi amis européens ! 12,95 euros dont quelques centimes qui me reviendront.
Pour le moment, aucune couverture d’envergure dans les médias…Il faut dire que je suis une pure inconnue en France. Nul n’est prophète en son pays ! Moi la française auvergnate et canadienne québécoise…
Je n’ai pas encore tenu ma copie française dans les mains. J’ai hâte. Peut-être le trouverez-vous avant moi…
Aujourd’hui, j’ai fait les librairies issoiriennes et Carrefour mais rien. Dans les prochains jours, j’espère.

Quinzaine du commerce équitable

J’en parle sur Branchez-vous en lien avec l’arrivée du karité équitable au Québec. Un autre produit qui s’ajoute à une liste de plus en plus longue. Le riz est aussi offert en version équitable. De quoi faire une différence dans la vie de milliers de personnes. La revue française le Pélerin a rencontré des travailleurs au Laos, dont la vie a été transformée par le commerce équitable. La preuve tangente que nos gestes ont un impact plus important qu’on ne le pense.

La quinzaine du commerce équitable se déroulera du 1er au 15 mai. Diverses activités sont prévues partout au Québec afin de faire connaître ce type de commerce. Vous pouvez les trouver ici.

En France, ils ont leur propre site internet de cette quinzaine.

Arrivée en Auvergne

Depuis hier, je suis en Auvergne. Il fait beau et je me prépare pour la promo de mon livre. On a commencé à en parler, j’ai noté ceci sur le site internet du journal 20 minutes ici.
Sinon, j’ai fait l’aide accoucheuse pour la chatte de ma mère qui a donné naissance à trois beaux petits minous hier soir. Photos de l’accouchement plus tard. Impressionnant.

Des journalistes au chomage…

Ce matin j’ai écrit sur l’onde de choc créée par Remstar hier. Des amis qui perdent leur job, une information de moins en moins diversifiée, un travail devenu plus difficile. Le métier de journaliste en prend pour son rhume. C’est inquiétant. Très inquiétant pour la démocratie, pour la qualité de l’information et pour la place des régions.
Un journaliste qui veut faire une enquête doit avoir du temps, doit prendre le temps, doit vérifier, contre-vérifier, fouiller, etc. Pensez-vous que beaucoup de journalistes ont le temps de faire ça maintenant ?
Je rage quand j’entends dire que les salles des nouvelles coûtent chères et ne rapportent rien. Quelle honte. L’information n’est pas là pour être rentable…
Ah misère…
Bon je vais prendre un avion et mon prochain billet viendra de la France, l’Auvergne, où je passe le mois de mai. Ou bien d’un aéroport…

Le prix de l’essence

J’aborde ce sujet dans l‘événement du jour aujourd’hui car le prix du baril a frôlé les 120 $ US.
Ici le prix de l’essence est à 1,29 $. Pour les européens, ce serait une aubaine puisque l’essence y est beaucoup plus chère! C’est combien en ce moment le prix du litre ? 1,40 euros ? C’est à dire plus que 2$ le litre…
Que faire ? Moi je roule en vélo !

Mon portrait dans mon journal Auvergnat !

Quel plaisir ! Le journal local en Auvergne, la Montagne, s’est renouvelé depuis peu. Le résultat est un site internet dynamique. On y trouve, entre autres, un forum qui parle des auvergnats expatriés. C’est mon tour à la veille de la publication de mon livre en France. On peut le lire ici !

AJOUT : 22 avril….Ça tombe bien en ce Jour de la Terre, une amie m’a envoyée le scan de la Montagne papier. Ils ont repris un petit résumé de l’entrevue avec ma photo sous le titre : l’Auvergnate du bout du monde ! Ça fait tout drôle…

Le lock-out du Journal de Québec

Je suis à Québec depuis quelques jours ( salon du livre). Je m’étais promis de ne pas toucher au Journal de Québec. Pourquoi ? Car ce journal est en lock out depuis 1 an. Une bataille importante pour la qualité de l’information et le respect du travail des journalistes permanents et indépendants.
Steve parle du dossier ici.
Plusieurs se demandent pourquoi le tirage du Journal n’a pas baissé de manière drastique. Des amis qui habitent ici me mentionnaient hier que le Journal est donné. Il semble que les abonnements soient en chute. Sauf que les gens qui ont annulé leur abonnement le reçoive toujours. Gratuitement.
Je me demande aussi pourquoi les chroniqueurs vedettes acceptent d’être publiés dans un Journal en lock out. Seule Lise Payette a rompu son contrat comme l’écrivait aussi Steve. Même Julius Grey y écrit. Elle écrit maintenant dans le Devoir.
En attendant, les gens de Québec qui veulent une information régionale ont deux choix : le Soleil et Média Matin Québec, le journal créé par les lock-outés du Journal de Québec.