L’écolo écono dans les librairies françaises

À la veille du 1er mai, jour férié en France, mon livre l’écolo écono sort en librairie. Toutes les informations se trouvent sur le site internet des Éditions Michel Lafon. Vous pouvez l’y achetez aussi amis européens ! 12,95 euros dont quelques centimes qui me reviendront.
Pour le moment, aucune couverture d’envergure dans les médias…Il faut dire que je suis une pure inconnue en France. Nul n’est prophète en son pays ! Moi la française auvergnate et canadienne québécoise…
Je n’ai pas encore tenu ma copie française dans les mains. J’ai hâte. Peut-être le trouverez-vous avant moi…
Aujourd’hui, j’ai fait les librairies issoiriennes et Carrefour mais rien. Dans les prochains jours, j’espère.

Quinzaine du commerce équitable

J’en parle sur Branchez-vous en lien avec l’arrivée du karité équitable au Québec. Un autre produit qui s’ajoute à une liste de plus en plus longue. Le riz est aussi offert en version équitable. De quoi faire une différence dans la vie de milliers de personnes. La revue française le Pélerin a rencontré des travailleurs au Laos, dont la vie a été transformée par le commerce équitable. La preuve tangente que nos gestes ont un impact plus important qu’on ne le pense.

La quinzaine du commerce équitable se déroulera du 1er au 15 mai. Diverses activités sont prévues partout au Québec afin de faire connaître ce type de commerce. Vous pouvez les trouver ici.

En France, ils ont leur propre site internet de cette quinzaine.

Arrivée en Auvergne

Depuis hier, je suis en Auvergne. Il fait beau et je me prépare pour la promo de mon livre. On a commencé à en parler, j’ai noté ceci sur le site internet du journal 20 minutes ici.
Sinon, j’ai fait l’aide accoucheuse pour la chatte de ma mère qui a donné naissance à trois beaux petits minous hier soir. Photos de l’accouchement plus tard. Impressionnant.

Des journalistes au chomage…

Ce matin j’ai écrit sur l’onde de choc créée par Remstar hier. Des amis qui perdent leur job, une information de moins en moins diversifiée, un travail devenu plus difficile. Le métier de journaliste en prend pour son rhume. C’est inquiétant. Très inquiétant pour la démocratie, pour la qualité de l’information et pour la place des régions.
Un journaliste qui veut faire une enquête doit avoir du temps, doit prendre le temps, doit vérifier, contre-vérifier, fouiller, etc. Pensez-vous que beaucoup de journalistes ont le temps de faire ça maintenant ?
Je rage quand j’entends dire que les salles des nouvelles coûtent chères et ne rapportent rien. Quelle honte. L’information n’est pas là pour être rentable…
Ah misère…
Bon je vais prendre un avion et mon prochain billet viendra de la France, l’Auvergne, où je passe le mois de mai. Ou bien d’un aéroport…

Le prix de l’essence

J’aborde ce sujet dans l‘événement du jour aujourd’hui car le prix du baril a frôlé les 120 $ US.
Ici le prix de l’essence est à 1,29 $. Pour les européens, ce serait une aubaine puisque l’essence y est beaucoup plus chère! C’est combien en ce moment le prix du litre ? 1,40 euros ? C’est à dire plus que 2$ le litre…
Que faire ? Moi je roule en vélo !

Mon portrait dans mon journal Auvergnat !

Quel plaisir ! Le journal local en Auvergne, la Montagne, s’est renouvelé depuis peu. Le résultat est un site internet dynamique. On y trouve, entre autres, un forum qui parle des auvergnats expatriés. C’est mon tour à la veille de la publication de mon livre en France. On peut le lire ici !

AJOUT : 22 avril….Ça tombe bien en ce Jour de la Terre, une amie m’a envoyée le scan de la Montagne papier. Ils ont repris un petit résumé de l’entrevue avec ma photo sous le titre : l’Auvergnate du bout du monde ! Ça fait tout drôle…

Le lock-out du Journal de Québec

Je suis à Québec depuis quelques jours ( salon du livre). Je m’étais promis de ne pas toucher au Journal de Québec. Pourquoi ? Car ce journal est en lock out depuis 1 an. Une bataille importante pour la qualité de l’information et le respect du travail des journalistes permanents et indépendants.
Steve parle du dossier ici.
Plusieurs se demandent pourquoi le tirage du Journal n’a pas baissé de manière drastique. Des amis qui habitent ici me mentionnaient hier que le Journal est donné. Il semble que les abonnements soient en chute. Sauf que les gens qui ont annulé leur abonnement le reçoive toujours. Gratuitement.
Je me demande aussi pourquoi les chroniqueurs vedettes acceptent d’être publiés dans un Journal en lock out. Seule Lise Payette a rompu son contrat comme l’écrivait aussi Steve. Même Julius Grey y écrit. Elle écrit maintenant dans le Devoir.
En attendant, les gens de Québec qui veulent une information régionale ont deux choix : le Soleil et Média Matin Québec, le journal créé par les lock-outés du Journal de Québec.

L’écolo écono à la semaine verte !

Ce matin lors de l’émission la semaine verte, un petit mot sympa sur mon livre. Vous pouvez l’écouter ici. C’est à 29 minutes. Mais on y parle de l’érosion des côtes et d’agriculture aussi. Finalement, toute l’émission est très intéressante !

Salon du livre de Québec

Depuis hier, jeudi, je suis dans la charmante ville de Québec pour le salon du livre. Il fait beau, le petit hôtel sur Saint-Ursule est charmant et je vais profiter des pauses entre les séances de signatures pour arpenter la ville. Ce que j’ai rarement eu le temps de faire. Je suis toujours venue à Québec pour le travail et j’ai peu pris le temps de découvrir la ville.
Et puis, un avantage non négligeable de Communauto; on peut l’utiliser ailleurs que dans sa ville d’origine. Je l’ai utilisé à Hull-Gatineau lors du salon, et je vais le faire ici aussi pour aller au parc de la Chute-Montmorency que j’avoue ne pas connaître…Une chance que je n’ai pas oublié ma carte de la SÉPAQ…
Avez-vous des suggestions de magasins écolos à découvrir à Québec ?
Sinon venez me voir au salon : vendredi de 11h à 12h30 puis 17h à 18h30, samedi de 10h à 11h30 et 18h30 à 20h et finalement dimanche de 10h à 11h30.

Mode éthique et produits écolos

Un petit spécial de la Presse sur la mode éthique ce matin dans le cahier Actuel. Je pense avoir couvert l’ensemble des boutiques de vêtements éthiques à Montréal dans le carnet d’adresses. Si vous en avez d’autres, n’hésitez pas.
Aussi un article sur les Fées mères. Je vous en parlais d’ailleurs ici. J’ai découvert cette entreprise grâce à un commentaire de Lucie ici après mon billet sur les lingettes du Body shop. En allant à la Loba, j’en ai acheté et voila, c’est ainsi que naissent les articles.

Faites un voeu pour la Planète !


Grand lancement hier du Jour de la Terre. J’en parle sur Branchez-vous
Mais vous pouvez laisser votre voeu pour la Planète ici…

Le projet de société québécoise d’Hugo Latulippe!

Ce soir, Canal D à 21h. J’en parle ici sur Branchez-Vous.

Éco-Société publie finalement !!!

La petite et écolo maison d’édition Éco-Société va finalement de l’avant et publiera son livre Noir Canada. Je viens de recevoir le communiqué.
Je voulais en parler mais Christian Vanasse m’a devancé. Sauf qu’il faut dénoncer cette tentative d’intimidation de la part d’une grosse compagnie. Lorsque j’écrivais un billet sur les SLAPPS en février dernier ici, c’est de ceci dont il était question. Finalement, Barrick Gold aura donné une visibilité gracieuse et gratuite à une maison d’édition peu couverte par les médias en général. Merci pour eux. Il faudra sûrement aller en réimpression de ce livre, que j’ai hâte de lire. Je vous encourage à l’acheter également, par solidarité et pour envoyer un message à Barrick Gold. Nous sommes en démocratie.

Voici le communiqué qu’Éco-Société vient d’envoyer :

Malgré des menaces de poursuite judiciaire, les éditions Écosociété confirment la sortie du livre Noir Canada. Pillage, corruption et criminalité en Afrique en librairie.

Vendredi, le 11 avril, le lancement de Noir Canada a été ajourné à cause d’une mise en demeure de la part de la société minière canadienne Barrick Gold. Cette dernière, sans avoir lu l’ouvrage, menace d’intenter une poursuite judiciaire en diffamation contre les auteurs du Collectif Ressources d’Afrique, l’éditeur Écosociété et les membres de son conseil d’administration. Le but de Barrick Gold semble d’empêcher la parution de l’ouvrage et, par conséquent, d’éviter la diffusion d’informations, pourtant déjà disponibles dans plusieurs autres sources, auprès du public. On comprendra que les moyens financiers de la puissante société aurifère, en comparaison avec ceux des chercheurs et artisans qui ont préparé cet ouvrage, lui permettent de procéder par intimidation.

Le livre Noir Canada est la synthèse et l’analyse de documents nationaux et internationaux (rapports, livres, documentaires…) portant sur des abus de maints ordres à propos de plusieurs sociétés canadiennes présentes en Afrique. Il porte aussi sur le soutien dont bénéficient parfois ces sociétés de la part du gouvernement canadien. Le débat que ce livre cherche à inscrire dans la sphère publique est d’autant plus légitime que les actifs des Canadiens (fonds de retraite, REER, fonds publics…) sont souvent indirectement investis dans ces sociétés via la Bourse de Toronto.

Compte tenu du sérieux de cet ouvrage et de la rigueur des informations qui y sont citées, une telle menace de poursuite judiciaire s’inscrit directement dans la logique des « poursuites-bâillons » (ou SLAPP, comme on dit dans le jargon). Il s’agit d’un cas supplémentaire qui devrait convaincre le gouvernement québécois d’adopter une loi contre un tel usage de la procédure judiciaire, lequel a pour effet de brimer le droit à l’information ainsi que la liberté d’expression.

Depuis 15 ans, les Éditions Écosociété publient des ouvrages critiques et engagés, avec rigueur et professionnalisme, ne versant jamais dans la diffamation. C’est pourquoi nous ne reculerons pas devant de telles menaces. Il en va de notre éthique d’éditeur et de notre liberté d’expression.

Un tag pour filles !

Valérie-Ann m’a taguée…

Je dois dévoiler mes trucs de fille… hahaha je ne suis pas la plus fiable et j’aspire à utiliser des produits plus naturels et bios surtout à cause de ma peau hypersensible. Mais j’aime me maquiller et me pouponner alors pourquoi pas…

Un fond de teint: l’Oréal en ce moment. J’aime le fond de teint surtout à cause de mes joues à tendance rouge couperose, sinon un cache cernes, Aveeda ou Revlon.

Un mascara: en ce moment le Body-shop mais je change souvent…tous les trois ou quatre mois et je change toujours de marque. Et je cherche un mascara plus naturel ?

Une crème de jour: plusieurs et obligatoirement. Je ne sors pas sans. Dr Hauschka, Weleda, l’Oréal, Body shop, Evian et Nuke. J’utilise plusieurs types de crèmes de jour, mais je ne peux pas sortir sans une. Ma petite peau hyper sensible ne me le pardonnerait pas. J’en ai une moins chère et plus grasse pour aller courir et d’autres…

Une marque de produits: Dr Hauschka

Ta marque fétiche maquillage: aucune et toutes

Un produit must: un crayon brun

Ton parfum: sans hésitation; Paris d’Yves St-Laurent auquel je suis fidèle depuis 1986 ! Il me colle à la peau et je suis incapable d’en trouver un autre.

Ton magazine fétiche: Paris Match et l’Express. Pour ceux de “filles”…Châtelaine, Elle Québec et Coup de pouce. J’adore les magazines…

Tu pars sur une île déserte et tu emportes quoi (trois produits max sans protection solaire ni rasoir): mon appareil photo, des livres d’Éric-Emmanuel Schmitt et une crème hydratante.

La femme que tu admires pour sa beauté: Sophie Marceau

La femme dont tu envies le look: Julie Snyder ( non c’est une blague), Laure Waridel et K.

Je me damnerais pour: des jambes sans cellulite !

Que signifie pour toi la féminité: avoir confiance en soi, accepter son corps et sa beauté propre.

Un dernier mot: qu’on arrête de parler de se priver de nourriture, qu’il faut souffrir pour être belle et que l’on vive, heureuse et libre de ces trop nombreux canons de beauté.

Ton adresse blog fashion – beauté préférée: Celui de Martine Gingras, pour ses recettes de petites crèmes maison ! Et surtout les livres de Rita Stiens.

Quatre filles à taguer: Nadia, Chroniques Blondes, Martine, Sandra ( parceque je n’arrête pas de lui dire que je veux qu’elle recommence à bloguer)

Visite d’un centre de recyclage !

Le centre de recyclage, Tricentris, inaugurait son deuxième centre de tri sur la rive-nord de Montréal, hier. Le premier centre de tri au monde ( selon leur recherche) qui vise la certification LEED. Géothermie, toit blanc, terrasse sur le toit, utilisation de matériaux recyclés, urinoirs sans eau, stationnement plus petit, mur solaire, etc. Tout y est. Les photos seront sur Branchez-Vous. Ici je vous ai réservé une petite visite de ce centre. Pour que vous sachiez ce qui arrive aux matières que vous placez dans votre bac de recyclage.

Tricentris à Terrebonne, loin de toutes habitations car les camions sont nombreux.

Ce camion vient de ramasser votre bac. Il arrive au centre et passe d’abord par la pesée.
Ensuite il vient déverser son contenu comme vous l’avez déposé dans votre bac
Des montagnes de matières recyclables : carton, papier, aluminum, plastique, etc.Le camion déverse son contenu, pendant qu’une pelle mécanique les pousse vers le monte charge.
Le camion est vide, prêt pour un autre ramassage

Sans commentaires…

Ce monte-charge mènera les matières de votre bac vers les deux jeunes hommes ci-bas. La ligne de feu, ils font un premier tri, ouvrent les sacs, vérifient.
Pas évident, debout durant 7h de temps, le bruit, la poussière, le danger de tomber sur toute matière suspecte ou dangereuse. Ils trouvent parfois des batteries d’auto ( acide inclue), des ampoules, des trucs coupants, etc. Pensez à eux la prochaine fois que vous remplissez votre bac.

Je suis restée 15 minutes devant ce tapis pour découvrir les trucs inusités du bac. J’avais mal aux oreilles et surtout les yeux, la bouche et les cheveux remplis de poussière. On trouve de tout, même un volant !
Ceci est votre bouteille ?

La Presse
Des bougies parfumées ! Cette employée, très sympathique, a réussi à les récupérer et me les montrer car la chaine s’est arrêtée ( cela arrive parfois). Elle m’a raconté, avec sa collégue, ramasser des vêtements, des objets neufs, des trucs que l’on peut amener dans les éco-centres, les friperies, les Renaissance, armée du salut et cie. Quand la paresse s’en mêle !
Tapis suivant, le premier tri a été effectué, c’est au tour du plastique
Je vous le garantis, le tapis va vite, très vite. Les employés changent de poste toute les 1h15, ils ont 30 minutes pour manger comme tout le monde.
le papier trié se fait récupérer
À la recherche de plastique

toujours le plastique, selon les différents numéros. Il faut être attentif et valeureux.
Le dernier tapis avant la fin du cycle

Toujours les différents plastiques


Ici le métal est aspiré par un puissant aimant. Drôle à voir, ça roule…Binb, bang, bing, les canettes se tordent sous la force de l’aimant.

Il reste peu de déchets au finalEncore un aimant pour récupérer les derniers objets en métal ou alumimium

Voici une vue général des différents tapis
Les bacs qui récupèrent le plastique et le métal
Une fois que chaque matière est triée, elle part sur un autre tapis pour se transformer en ballot
Un autre monte charge mais ici chaque matière est séparée
Voici à droite la mise en ballot, en avant des tables et bancs fait de matières recyclées et les ballots finaux.
Un ballot prend forme. Ils sont emballés de fils de fer
Ahh, on retrouve des nouvelles d’actualité avec Kovalev, le capitaine du CanadienEst-ce votre boite de Cherios ?

Des montagnes de ballots
Du plastique

C’est fini, les ballots seront vendus aux entreprises qui les utilisent comme matières premières…Si ça vous tente, Tricentris embauche. Il ne faut pas avoir peur du travail manuel, répétitif et salissant ! La majorité des employés sont des immigrants. Qui a dit qu’on avait trop d’immigrants et qu’ils prennaient le travail de Québécois de souche ? Ils prennent peut être les emplois que certains ne veulent pas…

Le Hummer est un hazard que j’ai trouvé comique. Son propriétaire était présent à l’inauguration…Personne n’est parfait.

Des adresses pour faire réparer ses objets

Un article super intéressant de mon ami Steve dans le Voir. Des adresses à garder proche, proche, proche ! À lire ici.

Chaque geste compte pour la Planète

Des gestes par milliers et le monde change. Agissez et vous serez récompensé autant par la participation à un concours que par le sentiment d’agir pour la Planète. C’est Défi Climat. La différence est que ce projet ne s’adresse pas seulement aux citoyens, mais aussi aux entreprises, aux organismes et aux communautés. Pour que tout le monde embarque !

Équiterre, le Conseil régional de l’environnement et la conférence régionale des élus lancent cette nouvelle campagne conjointement. Steven Guilbeault, porte-parole d’Équiterre et Isabelle Hudon, présidente et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain en sont les coprésidents.

On peut s’inscrire sur le site d’Équiterre et choisir son geste.

Je sais que plusieurs personnes remettent en cause la théorie de chaque geste compte. Promouvoir les gestes quotidiens n’empêche pas de promouvoir les actions à plus grande échelle. Tout est lié, relié.

Une personne qui agit au quotidien se sensibilise, en parlera à une autre personne, puis agira plus globalement. Elle fera des pressions sur les entreprises, les gouvernements et ainsi de suite. Les petits gestes font partie d’une roue qui tourne et permettent de mettre l’épaule à cette roue.

Par ailleurs, plusieurs mentionnent qu’il est inutile d’agir, car les Chinois polluent trop et annulent nos efforts. Il est facile de rester inactif lorsqu’on se compare. Solution de facilité pour s’encourager dans sa propre inaction. Je crois qu’il faut agir pour soi, pour sa propre conscience et son environnement. Et pour les enfants, pour la future génération.

Si les autres grillent des feux rouges, on va le faire aussi ? Si les autres sautent en bas du pont, on saute aussi ?

Je vais en profiter pour faire la promotion de mon livre. Pas plus folle qu’une autre. Pourquoi je m’en passerai puisque mon livre est relié au sujet. Un livre pour aider la population, les citoyens et les entreprises à poser ces gestes. L’écolo écono est un guide proposant des gestes à inclure dans son quotidien pour devenir un peu plus vert. Mais surtout pour économiser. Car chaque geste démontre qu’être écolo permet de dépenser moins ! Bonus !

Les Français ont aimé le concept. L’adaptation de l’écolo écono sort en France le 30 avril prochain !

Le top français des blogues environnement

À la veille de la sortie de mon livre en France, le 30 avril prochain, je suis très contente d’être dans le classement des blogues environnement les plus influents sur le site Wikio. Ok ! Je ne suis pas dans le top 10 mais 60e. Une remontée de 21 places depuis le mois dernier. Cela me fait plaisir pour une journaliste franco-québécoise totalement inconnue en France même si c’est mon pays d’origine.
Continuons la montée !!!

Faites-vous confiance aux étiquettes ?


Un sujet d’importance. J’en parle ce matin sur Branchez-Vous. Mais lisez-vous les étiquettes ? Leur faites-vous confiance ? Que devrait-on y indiquer ?

Les familles de quatre enfants ! Pourquoi pas ?

Et ce ne sont pas des familles recomposées ! Mais un couple qui a décidé d’avoir des enfants, pas deux, pas trois mais quatre et plus. Si j’ai parlé à cinq familles pour cet article qui paraît dans la Presse d’aujourd’hui, dans un cahier Actuel amputé et placé à la fin d’Arts et spectacles, j’avais quelques autres familles en plus. Il fallait s’arrêter à 5, étant donné que l’article ne peut pas faire 10 feuillets. Mais il y en a des familles de quatre enfants et plus ! J’avais quatre noms juste pour le petit village de Saint-Adolphe-de-Dudswell ! Que se passe-t-il la-bas ? Quelque chose dans l’eau ?
Vous vous doutez bien que j’aurai pu en écrire le double, voir le triple avec toutes les histoires que m’ont racontées les mamans. Des histoires remplies d’amour, de joie, de bonheur, de décisions, d’organisation et surtout de débrouillardise !
Alors que les gens se permettent des commentaires négatifs et des jugements sur ces familles, elles me confirment que c’est un choix conscient et éclairé.
Deux femmes m’ont confié ne pas oser sortir lors de leur quatrième grossesse à cause des commentaires. L’une d’entre elle avait des larmes dans la voix en m’en parlant. La majorité n’osait pas annoncer la venue de ce quatrième bébé !!!!
L’entourage pense toujours à l’argent alors que ce n’est pas le problème principal de ces familles. Je crois que leur principal problème est le manque d’aide de la société, le manque de compréhension et le jugement à l’emporte-pièce, les petits commentaires qui font mal.
C’est un peu comme les gens qui jugent les couples qui décident de ne pas avoir d’enfant, les célibataires, etc….Finalement dès qu’on sort du lot et de la soi-disant normalité sociétale, on se fait montrer du doigt !

Lingettes démaquillantes réutilisables (suite)

Voici donc ma nouvelle collection de lingettes démaquillantes en tissu. Les petites carrées sont celles de Body Shop. Pas en coton biologique mais plus douces que les autres. Celles que j’ai trouvées chez Loba sur la rue St-Hubert à Montréal sont en forme de losange arrondi… (Merci Lucie, je connaissais la boutique mais n’aurais pas eu l’idée d’aller voir). Ces lingettes en coton bio viennent des fées mères. Fabriquées au Québec par des mamans alors que les lingettes du Body Shop sont fabriquées en Angleterre…

J’aime bien aussi l’idée de Fonatine qui suggère dans mon premier billet de fabriquer ses propres lingettes, c’est sûrement la manière la plus écologique. Cette dernière me chicane un peu car je fais de la publicité pour Body Shop. Je la comprends mais je donne de l’information, les gens décident ensuite.

Si vous connaissez d’autres entreprises comme les fées mères, Loba, etc. N’hésitez pas à m’en faire part. Aussi les amis Français et européens, amenez-en des adresses.

Et puis chez Loba on trouve des serviettes de table, des mouchoirs, des couches, des serviettes sanitaires, la diva cup, etc. Une boutique très intéressante ! En passant, les filets, le petit ( body Shop) et le grand ( à moi depuis longtemps) sont très pratiques pour laver les lingettes sans les perdre dans la machine !

L’endroit où il fallait être!

Hier soir, il semble que toute la communauté artistique et politique s’est donné rendez-vous pour aller voir Al Gore. En espérant que cela aura inspiré les politiciens et décideurs à agir !
Moi je n’y étais pas, je faisais ma petite part, comme Al Gore, au salon du livre de Trois-Rivières.

En passant, je suis un peu tannée de lire des critiques sur Al Gore et son style de vie. Personne n’est pas parfait et ne le sera jamais. Peut-on lui foutre la paix. Facile de critiquer et de cibler les autres au lieu de se prendre en main !

Salon du livre de Trois-Rivières

J’y suis vendredi de 14h à 15h30 et 17h30 à 19h, ainsi que samedi de 17h à 18h30. Venez m’y dire bonjour ! Infos ici.

Manif contre la modernisation de Notre-Dame

Il fera beau dimanche 13 avril ( merci Nadia de m’avoir indiqué mon erreur), une petite manif, ça vous dit ? Contre la modernisation de la rue Notre-Dame. À 13h au métro Papineau. Toutes les infos ici.

Ce projet qui va à contre-courant des règles élémentaires de l’urbanisme et du développement durable, au 21e siècle, comme l’écrit mon ami Nicolas.

Je suis jalouse !

Quel mauvais sentiment ! Je ne peux m’empêcher d’être jalouse (même si mon billet a eu 300 et plus commentaires) en parcourant les commentaires des billets des compères Lagacé et Martineau sur les phoques. Plus civilisés et moins agressifs. Autant d’un côté que de l’autre. Pourquoi les défenseurs des animaux se sont acharnés sur moi ? Parceque Pat et Martineau sont des vedettes, une protection naturelle 😉 ? des hommes ? ou simplement que leurs blogues sont modérés ? ou car ils ne prêchent pas la parole écolo ? Tel que le mentionne Jean-Sébastien Trudel, dès qu’on parle environnement, on doit s’assurer de ne prêter flanc à la critique, on doit être plus catholique que le pape ?

Désolée, comme le mentionne le descriptif de ce blogue, je ne suis pas parfaite, ne le serai jamais et ne l’exige de personne. Et j’informe, je ne prêche pas. Point. Le reste, je laisse ça aux Steven et Laure de ce monde !

Un petit geste vaut mieux que rien du tout.

Je ne connais qu’une écolo parfaite. Et elle est végétalienne. Mariannick Chiroux est une écolo parfaite. En plus, ce que j’aime d’elle c’est qu’elle ne fait pas la leçon, qu’elle ne juge pas, elle informe et transmet. Lorsque je lui avais demandé pourquoi elle en faisait autant, elle m’avait simplement répondu que c’était pour compenser pour ceux qui ne faisaient rien !

Mon livre dans Coup de pouce !

Un petit peu d’auto-promo. Belle surprise en ouvrant le numéro de mai 2008 de Coup de Pouce qui est arrivé en kiosque aujourd’hui. On y parle de mon livre en page 51 ! Yeah !
Après le numéro vert d’Elle Québec le mois dernier, c’est au tour de Coup de Pouce de virer dans le vert. Un numéro tout écolo.
Châtelaine l’avait fait en oct 2005 ou 2006…sans grand succès. C’était le numéro qui s’était le moins vendu. Trop tôt peut être. J’ai hâte de savoir si les numéros verts de Elle et Coup de Pouce ont fait un carton !
Par ailleurs, j’ai eu la confirmation que mon livre sera dans les librairies le 30 avril prochain. À vos marques ou plutôt vos euros, les Français !

Lingettes démaquillantes réutilisables


Une trouvaille lors d’une visite au Body Shop. Des lingettes démaquillantes que j’utilise pour les yeux et le visage. Impeccable. J’aime surtout le petit sac pour les laver. Cela évite de les perdre dans les méandres de la machine à laver.
Ça aurait été bien de les vendre par paquets de 8-10 pour éviter les lavages tous les 4 jours. Sinon il faut en acheter deux paquets…Mais à 9 $ le paquet et en soulignant que cela évite d’acheter des cotons jetables, on les rentabilise en quelques mois. Et puis ce n’est pas cela qui prend de la place dans la machine à laver…
Évidemment, car rien n’est jamais parfait, elles auraient pu être fabriquées en coton biologique ! La prochaine fois…

Semaine du développement durable en France

Pour que les Français ne soient pas en reste avec mon dernier billet, voici qui les intéressera. C’est la semaine du développement durable en France. Des activités un peu partout…En allant fureter sur ce site, vous découvrirez informations, idées, adresses, conseils, etc. Lâchez-vous et go ! Bonnes découvertes.
Également le site de Neomansland qui suggère idées, conseils et produits écolos.
Ici un site qui vous propose de créer votre ville durable. Pour jouer !

Quiz vert

Un petit quiz à faire sur Cyberpresse. Notre impact est immense ! Aouch !
Le quiz est très québécois. Les européens ne s’y retrouveront pas mais c’est la base d’une bonne comparaison.

Festival des crottes de chien et déchets d’hiver…


Chaque printemps, la fonte de la neige dévoile la laideur des rues et ruelles de Montréal. Je crois que c’est le pire moment de l’année pour la métropole. Dieu qu’elle est laide. En fait, la neige dévoile les poubelles et le bas-fond des Montréalais. Est-ce la même chose dans les autres villes ? Crottes, déchets en tout genre jalonnent les rues ?
Tantôt je marchais dans Rosemont. Deux coins de rues. Trois « tas » de crottes sur la neige. Agréable comme vue !!!
La suite sur Branchez-vous ici.

Pré-visionnement de la série d’Hugo Latulippe !

Canal D nous propose une nouvelle série d’Hugo Latulippe, Manifestes en série, à partir du 14 avril prochain. Huit épisodes qui proposent une nouvelle social-démocratie pour le Québec sur les grands dossiers. Le premier épisode portera sur l’agriculture. Le visionnement exclusif organisé en collaboration avec le Jour de la Terre réservé aux premiers chanceux qui réserveront leur place en cliquant ici. Hugo Latulippe sera sur place pour discussion. Une chance à ne pas manquer ! Mais il faut réserver sinon… J’y serai !
Le Devoir en parle ici.

Endroit
Complexe Ex-Centris (près du Métro Saint-Laurent)
3536 boulevard Saint-Laurent à Montréal
Salle Cassavetes
Les portes de la salle ouvriront à 18h45 et le visionnement débutera à 19h.
C’est gratuit si vous avez réservé votre place sur internet !