Montréal sous sa deuxième tempête de neige !

Voici quelques photos prises ce soir à la fin de notre deuxième tempête hivernale de 35 ou 40 cm de neige. Les Québécois sont habitués, les européens nous envient ? Sauf qu’il fait froid en France. J’ai vu lors du journal télévisé de France 2 que la température descendait à -7 cette nuit dans ma région natale. Normal pour nous, trés froid pour les Français. Ils grelottent !
Mais en attendant voici quelques scènes de la vie aprés une tempête dont la mort brutale d’un vélo, tué par une chenillette ouvreuse de trottoirs.

L’histoire de la rencontre entre une chenillette et un vélo…On m’a raconté que de nombreux vélos faisaient ses rencontres en hiver. Ils n’y survivaient que rarement. Il faut dire que nos frêles vélos ne font pas le poids. Lors de la première tempête, le vélo avait survécu, pas cette fois. À qui la faute ? Le conducteur ou le propriétaire du vélo, mon voisin qui ne l’utilise jamais et qui aurait pu le ranger pour l’hiver ? La ville va-t-elle rembourser ? Les conducteurs le font-ils exprès, ne roulent-ils pas un peu trop vite ? Sauf qu’ils ne peuvent niaiser car nous voulons nos trottoirs dégagés. Ce conducteur n’avait pas l’air heureux lorsqu’il est sorti pour tasser le vélo. En même temps, il a déformé la grille…

La chenillette pousse et veut passer mais le vélo la bloque

La chenillette a gagné, le vélo a perdu, démantibulé

Des voitures à déneiger dont celle que j’ai en prêt durant la semaine…Ce sera ma musculation de la semaine …

Des piles de neige…

Le vélo que mon voisin a laissé là et que la neige a recouvert comme un linceul. Il faut dire que c’était une mauvaise idée de le laisser dans la rue, surtout quand il y a de la place pour le ranger, comme mon autre voisin, dans la cour arrière.

Quelle clarté, un dimanche soir à 23h30…

Avec plus de 80 cm, la neige dépassera bientôt la cloture ? Et dire que l’hiver commence à peine…Je vous rappelle que la photo à été prise à 23h30, en pleine nuit…

Un composteur enfoui, le vélo du voisin, de la neige recouvre tout…

Mes traces de photographe nocturne…

Un escalier noir dans la blanche neige de ma cour arrière…

De la neige sur les balcons, dans les cours, partout…

De la neige qui s’infiltre partout…
Publicités

6 Réponses

  1. Peut-être que ton voisin a été négligeant mais ici à Montréal le nombre de vélo détruit par les conducteurs de chenillette est effarant. C’est comme un sport municipal. J’ai souvent constaté que l’employé aurait pu contourner le vélo mais qu’il préférait le détruire. Pourquoi?

  2. La scène est terrrrrrible… mais les photos sont superbes 🙂 Merci de m’avoir fait revivre l’hiver en ville!J’ai profité tout plein de ces belles tempêtes en famille, et je suis enchantée de les voir emmagasiner des images d’un vrai beau Noël blanc… mais en même temps, suis-je la seule à craindre que ce paysage hivernal rassure un peu trop les convertis timides et récents à l’économie des ressources et de l’énergie, ceux-là à qui il avait fallu le spectre d’un Noël gris, l’an dernier, pour commencer à croire en l’existence du réchauffement climatique?

  3. @Machello : Oui mon voisin a toutes les caractéristiques du négligeant, je te le confirme mais le vélo a survécu à la première tempête. Sauf que j’ai entendu beaucoup d’histoires de vélos assassinés par les chenillettes…Je me mets sur cette histoire dés mon retour en janvier…ça m’intrigue…À tous et toutes : venez me raconter vos histoires de vélo tués ?@Banlieusardises : merci ! C’était un hazard de pogner cette scène sur le fait !Mais oui tu as raison. Deux bordées exceptionnelles ont vite effacé de nos mémoires les derniers Noël plus gris. D’ailleurs la mémoire est une faculté qui oublie et ce, trés rapidement ! J’en entends beaucoup parler ces temps-ci. Sauf qu’il ne faut pas oublier qu’on parle surtout des changements climatiques pas seulement de réchauffement. J’espère que le film de Jean Lemire qui sort vendredi ravivera les souvenirs…

  4. Petite question… pourquoi écrivez-vous fréquemment « très » avec un accent aigu?

  5. Anonyme : honnêtement je ne sais pas…C’est comme si mon doigt allait automatiquement sur l’aigu alors que je sais très bien ( j’avais fait l’erreur et je me suis corrigée !!!) que c’est un accent grave. Sur mon clavier, l’aigu est plus facile d’accès que le grave, juste en dessous.Tout une étude à faire sur mon cas…tréès désespéré !

  6. Bon, si c’est juste un cas de paresse aigue, ça va ;-)Bravo pour ce site instructif!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :