Le bordel de la piste cyclable du pont Jacques-Cartier !

Pour la première fois hier midi, je suis allée sur la Rive-Sud en vélo. J’ai donc affronté la piste cyclable du pont Jacques-Cartier. Je dis bien affronter, car j’ai eu peur, surtout au retour, sur la piste du côté Est ( qui semble d’ailleurs interdite aux vélos).
Je ne souffre pas de vertige et peur des hauteurs. Lorsque j’étais attachée de presse au bureau de l’opposition, j’ai visité le chantier du pont en soirée. On a marché sous le pont, on est monté dans les « bureaux » des ouvriers qui étaient nichés dans les arches du pont. Oui oui dans les arches, plusieurs pieds au dessus du pont.
Je ne vais dévoiler aucun secret d’état mais mon ami Martin Lemay, actuel député et alors chef de l’opposition et maire de l’arrondissement Ville-Marie, n’en menait pas large lors de cette visite. Il a peur des hauteurs. Moi, aucun problème, je me moquais gentiment de lui.
Hier, Martin aurait ri de moi à son tour lorsque j’avais chaud sur le chemin du retour attaquant la dernière partie du pont, juste à côté de la Ronde. Je ne regardais qu’en avant, vers l’horizon, me motivant. J’avais chaud, car j’avais l’impression de rouler dans le vide. Le tout multiplié par le bruit des nombreuses voitures qui fréquentent le pont. Bizarre et épeurant comme impression. Cette portion a été longue, très longue. Mais je me suis contrôlée, j’ai respiré à fond et j’ai roulé !
Ça vous est déjà arrivé ? Est-ce normal ?
En passant, est-ce que quelqu’un peut m’expliquer le bordel que représente pour les cyclistes l’arrivée à Longueuil ? Pas évident. Pas cycliste friendly. Pour me rendre sur la rue St-Charles, un vrai casse-tête au milieu d’un enchevêtrement de routes, de rues, de bretelles pour aller sur le pont (interdit aux cyclistes), pour se rendre sur la 20 ( interdit aux cyclistes), pour se rendre sur la 132, (interdit aux cyclistes), la 134 ( interdit aux cyclistes). J’exagère un peu, mais il faut vraiment faire preuve de prudence pour trouver son chemin sans se perdre sur une autoroute. J’ai pris la pelouse, les trottoirs, la route, me suis faite frôlée, klaxonnée, talonnée. Je suis finalement arrivée sur la rue St-Charles dans le Vieux-Longueuil pour dîner. Un endroit merveilleux, d’ailleurs.
Après, on se demande pourquoi les banlieusards ( ou du moins les longueuillois) ne prennent pas plus leur vélo pour aller travailler à Montréal. Je les comprends. Pas facile d’accéder à la piste du pont…
Et puis elle ferme le 1er décembre. Dommage.
De superbes photos des diverses pistes cyclables des ponts sont ici.

About these ads

5 Réponses

  1. J’utilise la piste cyclable du pont J-C une fois par semaine. Je n’utilise que celle du côté "Ouest" car celle du côté "Est" ne me semble pas assez large. Celle du côté ouest aboutit sur Lafayette sous un viaduc du boulevard Taschereau.Sur le pont comme tel tout est bien et large "en masse" pour croiser les autres cyclistes. Çà se corse en sortant du pont. On passe de 10-12 pieds de large à un trottoir cabossé d’au plus 5 pieds de large bordé d’un garde-fou d’un côté et d’une clôture de type "Frost" de l’autre. Pour croiser un cycliste (Qu’on n’aperçoit qu’à la dernière minute puisque c’est une courbe), un des deux doit s’arrêter, s’aggriper à la clôture et attendre que son confrère passe.C’est comme cela sur un bon bout puis on tombe ensuite sur un chemin d’asphalte ondulé sur le bord d’un précipice.Pas possible…Cette configuration est telle quelle depuis PLUSIEURS ANNÉES!Il y a 2 semaines je suis tombé sur la transmission télé de la réunion du conseil de ville de Longueuil. Une cycliste qui emprunte cette "trail" quotidiennement demanda au maire d’y voir et d’améliorer cette section (Elle avait déjà entrepris maintes démarches auparavant). La réponse du maire a été celle d’un bon patineur. Il semblait indifférent et a dit qu’il allait demander des informations et qu’il allait contacter cette cycliste personnellement pour lui faire part de ce qui en ressortira.Ainsi, j’en suis sûr, rien ne bougeras avant des années. Les cyclistes écoperons en attendant.Ceux qui empruntent cette "trail" (Certainement 100 ou 200 par jour) devraient se tanner et prendre des actions plus musclées: Pétitions, manifestations. C’est le seul moyen de faire bouger les choses.Cécile: Merci pour ton témoignage!

  2. Pour aller à Longueuil, j’ai pris la piste côté Ouest et je n’ai pas eu peur….mais je dois dire que j’ai du m’arrêter pour croiser un autre cycliste en arrivant à Longueuil étant donné l’étroitesse de la "piste" et son mauvais état. Nos guidons se sont quand même accrochés car le monsieur n’avait pas envie de s’arrêter….Inadmissible. Sauf qu’étant donné que les longueuillois se déplacent essentiellement en voiture, je ne crois pas que le maire et le conseil pensent que c’est une priorité….dommage…Je suis le dossier…Pour le printemps prochain. Tenez-moi au courant.

  3. Le trottoir du côté Est n’est pas une piste cyclable. Lorsqu’ils ont élargi le trottoir Ouest il y a quelques années, c’était spécifiquement en pensant aux vélos. Par contre, quand je dis "ils" ont agrandi, je pense au gouvernement québécois. Parce que le trottoir Ouest devient tout mince… au moment même où on franchit les limites de Longueuil! Par contre, quand on arrive par ce trottoir (Ouest), c’est beaucoup plus facile d’entrer à Longueuil ensuite: tu tournes à gauche, passe en-dessous du viaduc, et tu y es!

  4. Petite correction Pascal. Le pont appartient à "La Société des ponts fédéraux Limitée", donc du domaine fédéral. Ils ont fait un travail remarquable. On ne peut pas dire de même du côté des deux villes: Longueuil avec sa "trail" et Montréal n’est pas beaucoup mieux avec son enchevêtrement de trottoirs "rabottés".Ils auraient vraiment dûs se coordonner. C’est un bel exemple de la théorie du management par silos…

  5. Ben oui, évidemment, c’est le gouvernement canadien qui est en charge des ponts, désolé. J’avais en tête le poste de la SQ sur le pont quand j’ai écrit ce billet. Il y a d’ailleurs un autre pont, juste à côté, où la coordination serait de mise depuis longtemps, c’est le passage pour piétons et cyclistes du pont Victoria, de Saint-Lambert à l’île Notre-Dame. En arrivant de St-Lambert pour aller vers Montréal, chaque année, je me fais prendre au moins une fois, au printemps ou à l’automne, à me heurter à une barrière fermée pour l’hiver (là où commence la passerelle), parce que personne, du côté de Saint-Lambert, n’a pensé à l’annoncer. Ah les banlieues… :-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 85 followers

%d bloggers like this: