La rentrée scolaire : pas une partie de plaisir pour tout le monde…

Sujet qui sort de l’environnement pour moi dans la Presse ce matin. Quand la rentrée scolaire devient un calvaire. J’aurais pu écrire un roman la dessus. Sauf qu’il ne faut pas paniquer. L’orthopédagogue de Sainte-Justine, Marie-Claude Béliveau, me disait que c’était rare ces enfants qui développent un dégoût de l’école.
En parlant avec plusieurs spécialistes, je me suis rendue compte que parfois ce sont les parents qui engendre ce problème. Ces parents qui ont des ambitions démesurées pour leurs enfants. Ces parents qui veulent des génies, des universitaires, etc. Sauf que chaque enfant est différent. Votre enfant ne sera peut être pas l’ingénieur que vous voulez qu’il devienne. Il sera peut être menuisier. Au lieu de faire des ponts ( qui tombent parfois), il fera des toitures ( peut-être vertes) ou des meubles ( peut-être à partir de bois récupéré). Puis ?
Aussi, un point intéressant que je n’élabore pas dans mon texte, c’est qu’il ne faut pas que le parent remplace le prof et accompagne l’enfant durant ses devoirs. On peut l’encadrer, vérifier mais en restant à côté de lui, on lui enlève toute indépendance. Si on veut que ses devoirs soient parfaits, le prof ne pourra jamais déceler le véritable niveau de l’enfant. Plusieurs parents ont l’impression d’être jugés si leur enfant ne rend pas des devoirs sans erreur.
Par ailleurs, il semble que les enfants qui font leurs devoirs seuls soient plus débrouillards.
Voila, c’est quelques unes des réflexions glanées au fur et à mesure de ma recherche. Bien entendu, chaque enfant et chaque parent est différent. Parfois les théories lancées par les spécialistes sont difficiles à appliquer. Sauf que leurs conseils s’appuient sur de nombreuses observations et études. Pourquoi ne pas les essayer ?