Hummer versus Prius ???

On apprend donc que le cycle de vie du Hummer serait moins polluant que celui de la Prius. Si on en parle seulement maintenant, je signale qu’un article mentionnant le sujet date du 3 août dernier dans le Devoir. Bon bon les amateurs d’études de toute sorte vont se délecter. Évidemment l’empreinte écologique de la Prius, tant hybride qu’elle est, n’est pas nulle surtout quand on pense aux piles (rien n’est parfait, sauf rouler en vélo ou à cheval). Mais de là à affirmer que l’impact de son cycle de vie est supérieur à celui du Hummer. C’est gros, vraiment gros.
Si l’on tient absolument à mélanger les consommateurs, les cartes, à faire du marketing et à nier la réalité environnementale, on ne peut s’y prendre mieux !Une chance que le ridicule ne tue pas. Une bonne leçon pour se méfier des études, fussent-elles réalisées par des spécialistes…Mais on le savait déjà.

Voici une réaction d’un spécialiste, Sylvain Castonguay, directeur technique du MEC ( Mobilité électrique Canada) et du CEVEQ ( Centre d’expérimentation des véhicules électriques du Québec.

En réaction à l’acticle de Neil Reynolds, publié dans l’édition du 27 juillet 2007 du Globe and Mail, Mobilité Électrique Canada (MEC) s’inscrit en faux face à cette publication et dénonce le manque de rigueur des auteurs de l’étude et du journaliste.L’étude intitulée ‘’ Dust to Dust the Energy Cost of New Vehicles from Concept to Disposal – The non-technical report’’[1] produite par CNW Marketing Research Inc. ne peut être reconnu comme crédible et son contenu, qui s’inscrit
principalement comme un long plaidoyer contre les véhicules hybrides, est très douteux.Étrangement, l’étude n’identifie pas ses auteurs ni ses commanditaires. Cependant on peut y lire fréquemment des citations qui laissent clairement supposer qui voudrait bien supporter des hypothèses telles que : ‘’ The typical hybrid small vehicle such as the Prius is driven far fewer miles each year than a comparably sized budget car. And for good reason. Like Upper Premium Sports cars, these are generally secondary vehicles in a household OR they are driven in restricted or short range environments such as college campuses or retirement neighborhoods. Clearly both of those are generalizations and there are exceptions, but nonetheless this is a reality of automotive use. ’’ (ref. p.47).De plus, les auteurs, afin d’expliquer la durée de vie plus courte des hybrides (12,1 ans) que celle des SUV de prestige (22,2 ans) comparent ces véhicules à des imprimantes qu’on ne réparerait pas en raison des progrès des nouvelles générations. Étrangement, l’étude est basée sur une hypothétique durée de vie qui n’est nulle part défendue de manière scientifique. Ainsi, on nous laisse croire que la CIVIC hybride aura parcouru en moyenne une distance totale de 113 000 Mi et une longévité de 9,55 ans. Par contre, le Chevrolet Blazer fera 209 000 Mi en 15,2 ans tandis que le fameux Hummer H2 parcourra 197 000 Mi en 18,4 ans.Dans le même sens, les auteurs négligent de dévoiler leur méthodologie et n’indiquent ni leur sources ni leurs références pour défendre leurs hypothèses. Ils présentent même des tableaux de consommation moyenne (Actual MPG) qui spécifie que ces valeurs ne sont pas celles de l’EPA. Leur source : CNW Marketing Research Inc. Plutôt étrange, peu crédible et vraisemblablement trompeur, dans la mesure où ils n’expliquent pas non plus comment ils obtiennent qu’une Accord Hybrid fait 28,1 MPG alors qu’une Crown Victoria fait 28,8 MPG (ref. p.72). Avec une méthodologie douteuse, des hypothèses non fondées, une absence de références et des affirmations gratuites, il est très surprenant que cette publication ait reçu écho dans le milieu journalistique. Cela témoigne peut- être d’une très grande naïveté, une faiblesse scientifique, d’une paresse intellectuelle ou d’une combinaison des trois.Mobilité Électrique Canada recommande au Globe and Mail d’étayer davantage ses investigations relatives à ce genre d’étude. L’article de M. Reynolds parait très subjectif face aux incitatifs du gouvernement Fédéral qui prive les compagnies américaines d’offrir des rabais à leurs clients de voitures économiques, encore faudrait-il qu’ils en aient à offrir.