Pas de recyclage dans la Marina !

Je reviens de dîner avec une amie de longue date que je n’avais pas vu depuis longtemps. Je l’ai rejointe dans la marina du Port, au quai de l’Horloge car son chum et elle ont un voilier pour voguer sur les eaux entre Ottawa et Montréal.
Elle m’avouait que vivre sur un bateau durant un mois permet de se sensibiliser à tous ces déchets que l’on génère. Car l’espace est restreint. Elle s’aperçoit de tout cet emballage inutile. Mais elle a aussi remarqué que trés peu de marinas offrent le service de recyclage. Et sûrement pas celle de Montréal. Alors ceux qui arrivent avec leur bateau mettent tout à la poubelle…
Quand j’arrivais, elle sortait justement son sac poubelle et j’ai noté qu’il contenait des matières recyclables…
On parle de plus en plus d’environnement, tout le monde veut être vert mais on trouve encore des endroits qui ne recyclent pas. On est loin de les mettre au compostage !!!

Dépassés, les éco-quartiers ?

L’article de mon collègue Éric Clément, hier matin dans la Presse, a ouvert une réflexion chez moi. La formule actuelle de nos éco-quartiers ne serait-elle pas dépassée ?
C’était parfait pour sensibiliser les gens lorsque la protection de l’environnement n’en était qu’à ses balbutiemments. Mais maintenant ? Les citoyens sensibilisés se rendent dans leur éco-quartier mais que fait-on pour sensibiliser les autres ? Qui ne se déplaceront jamais.
Il faut donc évoluer et oser changer la manière de faire.

Rosemont entend aller vers les citoyens, les rencontrer chez eux et là où ils vont pour les sensibiliser, entend aussi renforcer la collaboration pour que les éco-quartiers appuient les réglements existants sur la marche au ralenti ou l’arrosage des pelouses, par exemple. Pourquoi pas ? N’est-ce pas le temps de passer à une autre phase ?
Je ne sais pas si la formule d’organismes financés par la ville et qui s’occupe d’environnement existe ailleurs ? Car la ville finance ( ou plutôt les arrondissements) l’organisme qui offre le service.