Le Parc du Mont-Tremblant !



Trop souvent, lorsqu’on parle de Mont-Tremblant, on pense à la station de ski et au village pré-fabriqué ( et que je trouve trés laid et « fake »). Sauf qu’on oublie ce qui se cache derrière cet endroit « in », le Parc National du Mont-Tremblant. C’est à dire le plus vaste et le plus vieux parc du Québec. Imaginez, il a 112 ans !
Ironiquement, il est dirigé par celui qui a été le plus jeune directeur de parc au Québec lorsqu’il avait 32 ans. Martin Soucy a fêté ses 37 ans le 15 août. S’il est le plus jeune homme, il n’est pas, actuellement le plus jeune directeur. L’un des parcs du réseau est dirigée par une femme plus jeune que lui de 6 mois.
Impressionnant, car diriger un parc c’est être à la tête d’une sacrée organisation. 1510 km carrés de montagnes, lacs, rivières, 160 employés, des chalets, des refuges, des emplacements de campings, des plages, des sentiers, des services de location de canoe, de kayak, des activités d’interprétation comme celle sur le loup, etc.
Comment je sais tout ça ? Car je viens de passer 3 jours dans ce parc. C’était ma première visite dans ce parc. Pas la dernière.
Je ne vous raconterais pas en détails tout ce que j’ai fait, j’ai vu, je le réserve pour des articles, plus tard, mais je peux vous dire que j’ai réveillé une facette de ma personnalité qui dormait, la fille de plein air. Même si mes épaules souffrent ce matin, j’ai été conquise par le kayak !
Je compte répéter l’expérience car j’ai trippé, j’ai adoré, j’ai fait le plein d’énergie. Je vais d’ailleurs y retourner rapidement avec mon cousin et sa conjointe qui viennent me visiter fin septembre. Peut-être avant…

Un voyage organisé par la SEPAQ ( Société des établissements de plein air du Québec) qui gère les parcs nationaux du Québec et les réserves fauniques.

Le début de notre voyage, dîner au Cheval bleu, auberge avec 4 chambres et resto belge, à Saint-Alphonse-Rodriguez dans Lanaudière ( d’ailleurs une partie du Parc du Mont-Tremblant se trouve dans la région de Lanaudière, l’autre dans les Laurentides
Tout pour rappeler la Belgique, une réplique du Manneken-Pis
le stationnement
et les bières belges

Le lac Cabot. Le chalet est au bord. L’eau était parfaite. On s’est baigné le soir en arrivant et le matin en se levant
Le Chalet la Pinède, l’un des nombreux chalets à louer dans le parc. Ici dans le secteur l’Assomption, le plus au nord
Martin Soucy, le directeur du parc qui en plus d’être l’un des plus jeunes directeurs est un excellent cuisinier !
L’un des bloc sanitaire, alimentés au solaire, de l’un des nombreux espaces de camping
J’aurais pu prendre des milliers de photo comme ça, tant ce parc renferme des paysages magnifiques
Le départ du sentier de l’Envol. Notre guide pour ces trois jours, Jean-François Boily, délégué commercial du parc. Un adepte de plein air et de sport qui avait réponse à toutes nos questions
Tout au long du sentier, on trouve des stations qui décrivent les arbres de cette forêt typique du Parc National. Ici, Lucette Bernier, journaliste, Jean-François Boily et Marika Perron
Une des vues du sentier de l’Envol avant d’arriver au sommet
Le sentier de l’Envol
Si vous prenez le sentier de l’Envol, voici ce qui vous attend au sommet. Plus proche le lac Provost, puis le Lac du Pimbina et au loin le lac la Clef. Au centre, Marika Perron, chargée de projets aux Communications, notre gentille organisatrice qui a supporté 5 journalistes pendant 3 jours !