Contenants en styromousse non "rapportables" ?

Je déteste acheter des fruits et légumes dans des contenants de styromousse. Mais tantôt à l’épicerie Pomme d’Api, pratiquement tous les fruits et légumes étaient enveloppés dans ce matériau. À la caisse je les redonne pour réutilisation et j’apprends que c’est la seule chose que l’on peut faire maintenant. La caissière m’a informé que les magasins ne pouvaient plus les reprendre après que le consommateur les apporte chez lui, même si la plupart les lave. Pourquoi ai-je demandé ? Car il semble que le service d’hygiène ne l’autorise plus…Le magasin, comme celui qui l’imitait sur Masson, a reçu la visite de la ville. Je n’ai pas vérifié mais je vais le faire.
Qu’en savez-vous ? Que faites-vous des styromousses ? Je ne m’en souviens plus mais est-ce que l’Europe utilise la même manière d’emballer ? Ici, lorsque j’en parle aux commerçants c’est toujours la même réponse, ça prend moins de place et ça facilite la conservation…Pourtant chez Nino au Marché Jean-Talon, presqu’aucun fruits et légumes ne se trouvent emballés et « styromoussés »…C’est donc possible.

Flattée !

Je fais l’objet d’un billet sur un blogue écolo belge qui est répertorié dans ma liste, Grandeur Nature. J’en suis toute rouge de plaisir.

Saboter des années d’effort…

Un excellent point du blogue le gros bon sens. Cela fait des années que l’on encourage les gens à prendre le transport en commun, à abandonner leur voiture, etc, etc. Ce n’est pas facile de convaincre les automobilistes de délaisser leur auto pour le métro et/ou l’autobus. Selon la durée de la grève, ces efforts seront effacés en un rien de temps. Combien vont dire : fuck les transports en commun ? Combien vont redécouvrir la joie d’être seul dans leur auto ? Combien vont refuser de se faire prendre en otage comme ça ?
Comment convaincre les gens de faire confiance à un service qui peut leur jouer un tel tour ? Vraiment pas glorieux pour l’environnement…
Parlant de grèves qui paralysent un pays…Je vous raconte mon aventure du 3 juin 2003. Je partais en France d’urgence car mon père venait d’avoir un grave accident. Arrivée en France le matin, pas de vol pour Clermont-Ferrand…pas de train, pas d’autobus, pas de RER, rien…Je passe donc la nuit à l’hôtel pour espérer un vol le lendemain. Mais niet. Pas de vol. Pas de transport en commun pour me rendre à la gare pour prendre un train. Je prends un taxi…C’est le bordel, ça me prend une éternité et bien des euros. J’arrive quelques minutes avant le départ du train mais pas moyen de prendre un billet, trop de monde. Sur les conseils d’une femme, je cours au train. Je vois un contrôleur qui me dit d’embarquer et qu’il viendrait me voir plus tard. Il n’est jamais venu me voir et je n’ai jamais payé. Une chance car je n’ai pas été remboursée par Air France pour le vol non utilisé. La grève n’était pas de leur faute….Et tout ça dans un état émotif plus qu’instable vu l’état de mon père qui venait d’être diagnostiqué tétraplégique aprés un accident de vélo. Il est mort trois semaines plus tard. Mais ça c’est une autre histoire que j’ai raconté ici