Avoir un enfant : a-t-on le choix ?

Si je n’ai pas d’enfants, cela ne veut pas dire que je ne les aime pas, bien au contraire. Lorsqu’un bébé se trouve dans la même pièce que moi, il se retrouve vite dans mes bras comme Victor ici. Et je joue souvent avec sa soeur de deux ans, Emma

Changeons de registre, oublions la politique française et l’environnement….;)
Dans son dernier billet de la revue Chatelaine, Sophie Durocher soulève la question de la maternité. On a presque le même âge, elle est journaliste ( surtout animatrice), moi aussi, elle est en couple ( avec Richard Martineau), moi non. Nous n’avons pas d’enfants.
On pourrait dire que c’est un choix. Pour moi, c’est un choix sans en être un. Car oui, j’aurais aimé avoir des enfants mais je n’ai jamais trouvé le père.
C’est bien beau de faire un enfant à tout prix, mais je préfère fabriquer un bébé avec le bon gars. C’est mon choix et pour le moment je n’ai pas trouvé le père. Que voulez-vous ? Les seuls qui, à mes yeux, avaient du potentiel, n’étaient pas intéressés…
Cependant, je n’ai pas dit mon dernier mot. Je n’ai pas lancé la serviette. Oui, je suis très consciente que le temps et la nature jouent contre moi. Oui, je suis au courant des chiffres. Après 40 ans, le taux de fécondité des femmes tombent à moins de 5 %. Oui, je connais les risques mais je ne serai pas la première, ni la dernière femme, à avoir un premier enfant après 40 ans. Je remercie Fabienne Larouche d’avoir osé faire tomber enceinte sa vedette, Virginie, à 41 ans. Merci de briser des tabous ! Merci à la Bree Van der Kamp de Desesparates housewives, Marcia Cross, d’avoir accouché à 45 ans.
Pourquoi la maternité nous serait interdite après 40 ans alors qu’elle ne l’est pas aux hommes ?

Aussi dans son dernier billet, Sophie Durocher reproduit un courriel qu’elle a reçu, suite à sa chronique, qui m’a fait frémir.
1-L’auteur du billet émet un sentiment raciste.
2-Il ne respecte pas le choix de chacune et chacun d’avoir ou non des enfants.
Doit-on rappeler que c’est un choix très personnel ? Personne n’a la mission de peupler la planète. D’ailleurs, nous n’avons pas de problème de natalité, la planète se peuple assez vite. Peu importe que les êtres humains viennent d’Asie, d’Océanie, d’Amérique, d’Europe ou d’Afrique, ce sont des êtres humains. On l’oublie trop souvent dans les barrières nationales que l’on aime ériger autour de soi. Ouvrons-nous les yeux et le coeur…