Kyoto nous entraînerait dans le marasme ?


Journée de nouvelles par excellence. Voila que le ministre de l’environnement fédéral, John Baird, sort les épouvantails pour justifier l’inaction gouvernementale…Quelle surprise.
J’ai hâte de lire et voir les analyses que feront les écologistes de l’étude qui affirme que Kyoto engendrera récession et marasme économique. Étude que le ministre a commandé pour contrer le projet de loi pro-kyoto du député libéral Pablo Rodriguez. Radio-Canada en fait un excellent résumé. À voir…

Un conseil des ministres égalitaire

Quelle bonne nouvelle. Autant de femmes que d’hommes dans le nouveau conseil des ministres de Jean Charest. Une première personne de couleur noire. Il était temps.

Interdire l’alcool aux femmes enceintes ???

J’apprends ça par le blogue de Josée via un article du Devoir. Je rêve ! Qui n’a jamais vu une femme enceinte prendre un seul petit verre de vin ? Franchement, il y a une ÉNORME différence entre prendre quelques verres de vin durant la grossesse et boire régulièrement. Son projet de loi, c’est utiliser un canon pour tuer une mouche. Bravo ! Encore un homme qui veut réglementer la vie des femmes.
Vous pensez que ce projet de loi est l’oeuvre d’un conservateur extrémiste de l’ouest ? Pas du tout, c’est sorti du cerveau de Paul Szabo, un député libéral ontarien. J’ai hâte de savoir qui va voter pour.

Voici un extrait de l’excellent article d’Hélène Buzzetti :

Pour Paul Szabo, il ne fait aucun doute que ce mal est rampant et doit être combattu avec vigueur. Les femmes enceintes ne devraient, selon lui, jamais consommer d’alcool, ne serait-ce qu’une goutte. Et comme la plupart n’apprennent qu’elles sont enceintes que plusieurs jours – ou semaines – après la conception, l’interdiction de l’alcool devrait s’appliquer tant qu’elles sont capables d’enfanter.

Voici un autre extrait intéressant :

Pour la présidente de l’Association des obstétriciens et gynécologues du Québec (AOGQ), Diane Francoeur, le procédé est dérangeant. «Les femmes sont déjà bien vulnérables avec l’allaitement, qui est devenu une vraie folie. Toute femme qui n’est pas capable de poursuivre son allaitement est une mauvaise mère, elle se fait crier après et, effectivement, tout le monde s’en mêle. Les femmes arrivent dans nos bureaux en pleurs quand elles doivent cesser d’allaiter, parce qu’elles se font critiquer de donner des biberons. On ne va pas en plus se mettre à être sur le dos des femmes pendant la grossesse.»

Mme Francoeur accueille toutefois positivement toute tentative de mieux informer les femmes des risques associés à la consommation d’alcool pendant la grossesse. Le problème est réel et doit être pris au sérieux.

Selon justement cet organisme, on ne sait pas le moment du danger, mais on sait que si une femme enceinte boit quatre consommations par jour sur une base permanente, elle a 50 % de malchance d’avoir un bébé atteint du syndrome de l’alcoolisme foetal. Je dis bien sûr une base permanente. Pas un verre de temps en temps.
Pourquoi ne pas interdire aux femmes enceintes de fumer, de ne pas conduire de peur qu’elles aient un accident, de ne pas faire de sport extrême. Bref, pourquoi ne pas interner les femmes enceintes le temps de leur grossesse pour s’assurer qu’elles agissent correctement. Pourquoi ne pas contrôler leur nourriture, leurs états d’âme, leur bonheur… Et comme le suggère un lecteur de Josée, pourquoi ne pas interdire aussi l’alcool aux hommes qui pourraient contaminer leur sperme…
Pourquoi ne pas interdire …Non, j’arrête là, le temps de me calmer…