Des blogues qui s’éteignent…des blogueurs qui font parler…

C’est le printemps ? Une nouvelle maladie ? Une popularité qui essouffle et qui s’essouffle ? Mais mon blogroll vient de se voir amputer de certains de ces membres.
En effet, Lyne la Lune, Geneviève Piquette , ( la seule que je connaissais en personne pour l’avoir croisée sur la piste de danse de La Tulipe, elle m’avait reconnue)Philippe-A (qui lui prend seulement une pause) et Mère Indigne, alias Caroline Allard, viennent de dire adieu ou aurevoir ? Dans le cas de cette dernière, on peut se consoler avec le livre Chroniques d’une mère indigne qui vient de paraître chez Septentrion. On retrouve dans la même collection, Un taxi la nuit de Pierre-Léon, lui aussi dans ma bloglist, mais qui n’a pas arrêté 🙂 fiou !
Aussi, je m’en voudrais de ne pas mentionner le film dont tout le monde parle ( et que je vais voir demain avec Miss Daphnée), À vos marques… Party ! co-écrit par la blogueuse en chef, Martine Pagé 🙂
Je ne suis pas la seule à parler de ces fermetures de blogues, Dominique Arpin l’a fait avant moi. Même s’il n’est pas dans mon blogroll, Stéphane Dompierre, faisait partie quelque fois de mes lectures. Il a aussi décroché. Décidément…Mais la doyenne des blogueurs, Martine Pagé, ne doit pas être surprise de ces départs. Depuis le temps qu’elle blogue, elle a dû en voir partir, revenir, repartir, arriver, etc…
Moi, en tout cas, j’aime vraiment ça…Faut dire qu’écrire fait partie de ma vie et que mon blogue est aussi le miroir de mon travail, une sorte de carte de visite…en tout cas, tant que mon site avec mon nom ( www.cecilegladel.com) n’est pas totalement opérationnel. D’ailleurs, il ne fonctionne pas en ce moment…faut que je vérifie le problème. Il me semble que j’avais payé mon nom de domaine pour deux ans…

Enfin ! Les pistes cyclables rouvrent…

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Une bonne nouvelle, les pistes cyclables ouvrent dimanche ! Elles étaient fermées depuis le 15 novembre. Pas drôle, j’ai fait du vélo jusqu’au 21 décembre et j’ai repris mercredi, c’est à dire le 28 mars. J’étais écoeurée de faire le slalom. On devrait avoir des pistes ouvertes durant toute l’année.
En passant, pour tout savoir sur le vélo au Québec, cliquez sur le site de Vélo Québec.

Pour le vélo en ville, j’avais écrit deux articles l’été dernier dans la Presse sur le vélo plus sexy et urbain 🙂

Sauvons les arbres !

Un bout de mon érable…Bientôt reverdiront nos jardins et cours !
Depuis quelques jours, j’étais en panne d’inspiration pour écrire, mais la chronique de Louis-Gilles Francoeur a réveillé mon cerveau…
L’arbre n’a pas de valeur pour de nombreuses personnes, surtout en ville. Je comprends la peine et la colère de monsieur Francoeur. Je suis certaine qu’il n’est pas le seul à l’avoir éprouvée. Cela me rappelle la colère et la tristesse que ma colocataire ( de l’époque) et amie Geneviève et moi, avions éprouvé lorsque la ville ou Hydro-Québec avait massacré NOTRE arbre. Nous habitions à l’époque dans l’est de la ville, au deuxième étage d’un duplex. Un magnifique arbre venait déployer ses branches jusque sur notre balcon avant. Un soir en rentrant, je trouve Geneviève au bord des larmes. Elle me dit de venir voir en avant. L’horreur, la nudité, la dévastation. Notre arbre avait été amputé de tellement de branches. Il n’était plus le même, il était nu. Et nous étions désespérées. Vraiment. S’il avait été dépouillé de ses feuilles, le choc aurait été moins grand, mais là, c’était épouvantable le vide laissé par les soi-disant spécialistes émondeurs…
J’ai revu nombre d’arbres épouvantablement amputés par ces émondeurs. Pour protéger les fils ( pourquoi ne pas les enfouir une fois pour toutes, on évitera de nombreuses pannes à chaque coup de vent), on martyrise les arbres, on leur enlève leur beauté naturelle. On les coupe littéralement en deux. C’est affreux.
Le Conseil régional de l’environnement de Montréal a un programme de reverdissement de la ville pour lutter contre les ilots urbains de chaleur. J’avais d’ailleurs écrit sur le sujet l’an dernier ici.( la maison sur la photo est au coin 17e et Rosemont, mais elle n’est pas aussi verte en cette saison). Car il est prouvé qu’un quartier plus vert subit moins les fortes chaleurs.
En passant, il faudrait arrêter d’asphalter les entrées et les cours d’école. L’asphalte absorbe la chaleur et nous la renvoie allégrement.
J’ai aussi peur, car mon nouveau propriétaire, depuis lundi, a pensé que le magnifique érable de la cour arrière ferait du bon bois de chauffage…J’espère qu’il blaguait. Il est triste de penser à un arbre en ces termes…Moi je m’attache à mes arbres, pour vrai 🙂

Voter deux fois !

Non non, rassurez-vous, je n’ai commis aucune fraude, je n’ai voté qu’une seule fois pour aujourd’hui, aux élections québécoises. Mais je vais voter une deuxième fois à la fin avril, pour le premier tour des élections présidentielles françaises. Même après 20 ans d’exil, j’ai toujours le droit de vote en France dans mon petit village de St-Rémy-de-Chargnat.
Je ne l’utilise jamais sauf en 2002, lorsque Chirac affrontait Le Pen au deuxième tour. Tout à fait par hazard, j’étais en France à ce moment-là donc j’avais voté.
Cette fois-ci, je ne serai pas en France donc je me suis inscrite au Consulat de France à Montréal. Même si je suis assez réfractaire à voter pour les élections d’un pays où je ne vis plus, j’ai trouvé que c’était important pour les présidentielles. Puis, j’ai des intérêts financiers en France et surtout familiaux.

C’est rare quand même voter deux fois en un mois dans deux pays différents ! Vive la démocratie !

La soirée du hockey….mixte

photo : André Pichette, La Presse
Super titre qui n’est pas de moi pour mon article sur le hockey cosom mixte ce matin dans la Presse. Ça change de l’environnement, on se diversifie 🙂 Bonne lecture !

Séries sur DVD, besoin d’aide

Je pars 10 jours en France au début du mois d’avril passer les vacances de Pâques chez maman. Je n’ai pas pu voir plusieurs séries québécoises ou américaines. Je comptais les visionner en rafale lors de mes vacances. L’occasion se présente donc. Mais je ne compte pas les acheter…et je ne crois pas que les locateurs voudront me les confier pour si longtemps. En tout cas, chez Videotron, hier on m’a dit non. Impossible. Je ne veux pas les louer en France. Il est évidement que c’est impossible pour les Invincibles. Pour CSI (les experts) et Desesperates Housewifes, je veux les voir en version originales et non traduites. Aussi, ma mère n’a pas de DVD, ma soeur et beau-frère, je ne sais pas. Je compte alors regarder ça sur mon ordi réglé en version nord-américaine.
Mais si quelqu’un me confirme que je peux les louer en France et les visionner en anglais, mon problème est réglé. Sinon, qui peut me les prêter ??? J’attends vos suggestions :))

Quelques illogismes !!!

(Tiré du livre les Perronismes)

Moi, je suis unanime là-dessus – Je ne suis pas né dans un p’tit pain

(Tiré du livre les Chrétienneries.)

La dernière fois, la question était tellement compliquée que, même moi, j’ai failli voter oui.

Souvenirs de la campagne électorale de mars 2007 et d’un souper entre amis

Un nouvel homme dans ma vie


J’ai plusieurs hommes dans ma vie. Ceux de ma famille, mon amour de neveu, mon beau-frère, mes cousins, mon père de son paradis. Mes amis, dont certains sont comme des frères que je n’ai jamais eus. Et non ce nouvel homme dans ma vie n’est pas un nouveau chum, mais plutôt Victor, le fils de Marie et François, que j’ai pu tenir dans mes bras hier. Ces deux là sont doués pour le bonheur et les enfants. Quel plaisir de les avoir dans ma vie, ils sont inspirants. Et leurs deux enfants sont des anges.

Un concert pour la planète !

J’ai mes billets pour le concert du Défi pour la Terre qui aura lieu samedi prochain au Métropolis. Et vous ?

Taxer les grosses cylindrées


Jamais je n’avais pensé que je serai heureuse d’une décision du gouvernement conservateur. Mais à première vue, la politique de donner un crédit aux personnes qui achètent des voitures moins énergivores et plus petites est une bonne chose. C’est aussi bien de taxer les gens qui achètent de grosses voitures. Mais si une personne a l’argent pour acheter une telle voiture, n’aura-t-elle pas l’argent pour payer une petite taxe en plus ?
Reste à voir l’efficacité et l’utilité de cette mesure à l’usage !
En passant, pourquoi avoir un Hummer ? Surtout à Montréal ?

Magnifique journée

V’la, c’est fini, j’ai 40 ans, on passe à autre chose 😉
Mon beau-frère, ma soeur et mon neveu m’ont réveillé à 8h du mat. Une chance qu’on a avancé l’heure sinon il aurait été 7h du mat. En France, il est 7h plus tard en ce moment. Normalement je me lève tôt mais la veille j’avais fêté et je m’étais couchée tard.
Ma journée en photo :

Je suis allée manger de la bouffe typique mexicaine dans un super bon petit resto au 3820, St-Laurent, le Mex-I. Génial. Ça me rappelait les odeurs de la cuisine de la mère de Fili, mon beau-frère ( qui est mexicain)

Ensuite cinéma


Puis bouffe hyper sympa chez mon amie Marie. Elle est enceinte et je rêvais que son bébé naisse le même jour que moi. Mais non, il naîtra la journée suivante puisqu’elle m’a appelée à 6h30 pour me dire qu’elle partait à la maison des naissances. Un bébé du printemps qui m’a laissé le temps de passer une magnifique soirée avec ses parents.
Mise à jour : Le petit Victor est né le 20 mars à 20h27. Il porte le prénom de mon grand-père paternel : Victor Gladel.

La quarantaine !!!!

Nous y voici donc…40 ans. C’est pas si pire finalement, c’est même le fun, délicieux.Vive la quarantaine, ses rides et ses rires !
Bonne fête Martin ( Lemay, oui j’ai un ami député :)), Bonne fête Marie-Laure ( même prénom que ma soeur et née la même date que moi), qui célèbrent le même jour que moi 🙂
Ce soir pour la veille de ma fête, je voulais aller manger de la poutine au foie gras au Pied de Cochon. Malheureusement, c’était complet. Donc les membres de ma famille adoptive canadienne m’ont offert de quoi m’en faire une 😉 Mais ils m’ont surtout offert un magnifique repas arrosé d’excellent champagne, de vin tout aussi bon, d’un délicieux osso Bucco et clôturé par un exquis gâteau. Et surtout des rires, des histoires et une belle soirée.

Une nouvelle saison de F1


Le sujet tabou des écolos…Mais désolée je l’ai déjà dit, c’est l’une de mes passions, la F1. Le premier grand prix s’est déroulé hier soir en Australie. Nouvelle saison, nouvelle ére puisque Michael Schumacher a pris sa retraite et que les deux aspirants au titre cette année ont changé d’équipe. Le champion en titre Fernando Alonso est chez MacLaren et Kimi Raikkonen remplace Schumi chez Ferrari. Quelques changements à adopter. Pas évident de voir Kimi en rouge et Alonso sans le bleu et jaune de Renault. Il me faudra encore quelques courses.
Les deux Honda sont au couleur de la Terre cette saison. Peu importe les railleries des écolos mais la F1 amorce tranquillement un virage écolo. Et bientôt, la F1 sera à l’avant-garde. Les innovations en matière de technologie automobile passeront par la F1.
Et grande nouveauté, un premier pilote de couleur noire ( oui je sais c’est tard en maudit mais bon la F1 n’est pas un terreau d’intégration sociale et un modèle d’inclusion). De plus, il monte sur le podium pour la première course de sa vie. Bravo Lewis Hamilton. Il était temps…
Maintenant, on attend les femmes….Mais ce n’est pas pour demain car la F1 est un sport encore très macho…Elle sera écolo avant je crois …Dommage, très dommage. Je suis persuadée que les femmes pourraient concurrencer les hommes. Si seulement on leur donnait une chance à armes égales…

Déménager ou pas ?

Cela fait plusieurs mois que je me torture…J’aime mon quartier, ma cour, mon érable, mon cabanon…mais pas mon bloc, le bruit, l’état de l’appart…et le dégat d’eau récent qui risque d’entraîner des moisissures. En plus, l’immeuble est entrain d’être vendu. La transaction sera sûrement complétée la semaine prochaine.
Je voudrais me rapprocher de mes amis et du Marché Jean-Talon dans la Petite-Patrie. J’avais essayé la dernière fois mais c’est cher lorsqu’on est seule.
Je me questionne fortement donc. Devrais-je déménager pour trouver un appart et un voisinage plus agréable ? Devrais-je habiter avec des colocs ? J’y pense de plus en plus…Devrais-je acheter…Je ne trouverais jamais un 4 et demi avec une belle cour à moins de 600 $ comme j’ai actuellement… En avez-vous un à me proposer ?:)

Un blogue élections !

En passant, en ce moment, je sévis sur un autre blogue, juste le temps des élections provinciales, car j’adore ce sujet, et que c’est le fun d’être payée pour le faire ! Je suis responsable de 17 circonscriptions montréalaises.

Montréal dévoile sa saleté sous la neige




Ayoye, j’en avais des hauts le coeur tantôt en marchant sur la rue Masson (où j’ai pris ces photos). On remarque la même chose chaque printemps, lorsque la neige fond. Mais cette année avec les milliers de mégots de cigarettes, on dirait que c’est pire !
De plus, j’ai noté d’innombrables « déjections » de chiens ( je vous épargne la photo:). Est-ce que les propriétaires pensent que les cadeaux de pitou vont fondre avec la neige ? C’est dégueulasse et totalement irrespectueux. C’est arrivé deux fois qu’un de ces propriétaires irresponsables laissent des cadeaux devant l’entrée chez nous. À quoi pensent-ils ? Pourquoi devrais-je ramasser les cacas de leurs chiens. Désolée mais chacun devrait s’occuper de sa merde pour parler poliment 😉 Mais bon, dans un sens je suis d’accord avec le nouveau réglement de Ville-Marie qui entrera en fonction le 1er juin prochain. Chacun est responsable de son petit coin. Il est certain que l’on ramassera les cochonneries des autres. Mais ces mêmes autres là, ramasseront aussi les cochonneries des autres. Peut-être que ça les fera penser plus collectivement ?

Moins de femmes en génie !!!

Un dossier ce matin dans la Presse Affaires sur l’ingénierie avec ma collègue Isabelle Laporte. Rapport avec l’environnement ? L’un de mes articles parle de l’effet des changements climatiques sur le métier d’ingénieur. Effets à long terme immenses…Bref disons que les ingénieurs doivent gérer une plus grande incertitude qu’ils géraient déjà.
Deux autres sujets d’importance, puisqu’ils parlent de la relève en génie : les femmes et les immigrants. Ce n’est pas moi qui le dit mais l’ensemble des intervenants à qui j’ai parlé. C’est par les femmes et les immigrants que passe l’avenir du génie québécois. Pour les immigrants, on régle tranquillement le problème de la reconnaissance des diplômes étrangers. Quant aux femmes, j’ai été très surprise d’apprendre qu’elles étaient en décroissance dans ce domaine…Des années à tenter d’intégrer les femmes dans un métier très masculin n’y ont rien fait. Le génie n’intéresse pas les femmes. Un problème. Car comme je vous le dit, elles sont la relève…Lorsque j’ai fait mes entrevues pour cet article, ce qui m’a surprise, ce sont les jeunes ingénieures qui ne se disent pas féministes comme j’en parlais précèdemment.. Elles ne sont pas les seules.
Lorsque j’en ai parlé à l’une des professeures qui a beaucoup lutté pour que les femmes en génie trouvent une place, cette dernière n’était pas étonnée. Elle m’a dit que les jeunes femmes sont féministes sans le savoir et qu’elle ne leur en voulait pas. Il est difficile dans ce domaine si masculin de s’affirmer féministe. Plusieurs hommes le prennent comme une trahison, semblerait-il. Est-ce vraiment la réalité ?

Dégat d’eau


Grrrrrrrrrr. Une petite aventure qui vient de m’arriver. J’allais sortir tantôt puis je suis restée devant l’ordi. Maintenant je sais pourquoi. Car la laveuse de mon voisin d’en haut a débordé…Et même s’ils étaient deux dans l’appartement, il a fallu que je cours en haut pour les avertir car ça coulait fort chez moi et sûrement chez ma voisine d’en bas. C’est la deuxième fois que ça arrive. La première, c’était une grosse étourderie. Là c’est un problème technique. La laveuse est défaillante. Mais bon une chance que j’étais là…Et dire que l’immeuble change bientôt de propriétaire. C’est ta dernière résolution de problème, ai-je glissé à ma proprio en l’appelant pour l’avertir tantôt;) Ça a coulé aussi de l’intérieur, les fils électriques sont mouillés. YEAH. J’ai mis des ventilateurs. Dois-je faire autre chose ? Conseils ?

Où est l’environnement dans la campagne électorale ?

Hier, juste avant le débat, Greenpeace a donné ses notes environnementales aux cinq partis. Sans aucune surprise, le parti vert et Québec Solidaire tapent le 90 %. Le parti québécois est tout juste sous la moyenne avec 47 % et le parti libéral obtient 32 %. Quant à l’ADQ, elle obtient un beau 0 %. Le parti n’a même pas jugé bon répondre au questionnaire de Greenpeace. Quand on sait l’importance de l’environnement auprès de la population québécoise (selon les sondages), ce n’est pas un peu suicidaire moins de deux semaines avant les élections ? où alors l’ADQ sait très bien que ses partisans ne sont pas les écolos les plus fervents?
Disons que hier soir en regardant le débat, Mario Dumont ne m’a pas impressionnée par ses réponses sur l’environnement. Il n’y a pas grand-chose dans leur plate-forme. J’avoue que ça me laisse perplexe et me fait penser au gouvernement Harper.
De toute manière, je ne vois pas l’environnement prendre une grande place dans cette campagne. C’est désolant. Oui l’éducation est primordiale, la santé aussi. Mais, je suis d’accord avec Boisclair sur ce point. Une population en santé passe par un meilleur système d’éducation.
Parlant de santé. J’étais au téléphone, tantôt, avec le président de l’Ordre des physiothérapeutes du Québec pour un article pour Mieux-Être. Il me rappelait que le meilleur médicament contre l’obésité, le diabète, l’hypertension, etc, c’était le sport.
Mais bon, il faudrait remettre l’environnement au coeur des priorités. Je persiste à dire que les Québécois sont pour l’environnement dans les sondages (qui n’est pas pour la vertu) mais absent lorsqu’il s’agit de passer à l’action !

La Galère : Ça existe pour vrai !


De gauche à droite : Julie, Alex, Aïko, Candice, Marie et Louka
Trois mamans et leurs trois enfants qui habitent dans un grand appartement du Plateau. Ce n’est pas de la fiction comme l’émission de Radio-Canada, la Galère, mais la réalité de la vie quotidienne telle que je la dépeins ce matin dans le cahier Actuel de la Presse.
J’ai trouvé cette famille nouveau genre, il y a presqu’un an alors que je cherchais des familles écolos pour une émission à Cogeco. Finalement, ça ne fonctionnait pas car je cherchais des familles à l’extérieur de Montréal. Mais mais… leur situation m’avait allumée. Je savais que j’avais une histoire, que c’était inusité, mais je ne savais pas quoi en faire encore à cette époque. J’ai gardé précieusement le courriel de Julie qui m’avait contactée.
Lorsque j’ai entendu parler de l’émission créée par Renée-Claude Brazeau, j’ai sauté sur l’occasion. C’était maintenant. Et Renée-Claude Brazeau n’en revenait pas lorsque je l’ai rejointe. Elle n’avait encore aucun exemple concret. Maintenant, on va planifier une rencontre, je serai présente et je suis certaine que ce sera vraiment le fun. Les trois mamans que j’ai rencontrées avec les trois enfants, il y a 10 jours sont hyper sympathiques. Une belle énergie règne dans cet appartement et les enfants respire le bonheur, tout comme leurs mamans. Et Alex, le grand ado qui a fêté ses 14 ans samedi, n’a aucun point commun avec celui de la Galère.
D’ailleurs, si vous connaissez une telle famille, écrivez-moi !

Un party surprise

Le groupe de Jean-François : Le projet Luis Gonzales
Hier soir, j’ai eu droit à un super party surprise pour mes 40 ans ( j’ai encore 39 ans jusqu’au 19 mars :)). N’ayant pas de famille ici, mes amis le sont devenus. Ils ont une grande importance dans ma vie. Quelle joie de les avoir réunis autour de moi. Une belle dose d’amour !
J’ai eu droit à une chasse au trésor, si on peut dire. D’abord, souper, avec mon amie Katia dans un resto italien sur St-Laurent. Ensuite je la suis sans aucune idée où l’on va. De toute manière, c’est elle qui conduit !!!
On se retrouve chez Carle où Geneviève et Érick sont aussi présents. On prend une bière. Oups pas fini.
On part pour une destination inconnue pour retrouver le chum de Geneviève.
On se stationne devant chez notre amie Nathalie. Ils me font sonner à sa porte même s’il n’y a aucune lumière, aucun bruit. Je sonne, je sonne, je m’acharne. Personne. On part ailleurs dans un bar de la rue Beaubien où joue la game de hockey ! Nathalie et François nous y attendent. On prend une bière. On écoute la game…Faut repartir. Érick, Carle et Nathalie nous quittent. On me dit que Steve a préféré un rendez-vous galant, que les enfants de Jean-Denis sont malades…Arrivée dans la voiture de Katia, Geneviève me bande les yeux !!! ( pas facile…mais c’est une petite vengeance pour elle, je l’ai déjà amenée à Ste-Adèle les yeux bandés).
On roule, on s’arrête, le téléphone sonne, on roule, on roule, on s’arrête. Ils me font sortir.
On enlève le bandeau et je suis devant la TOHU ! Non non, voyons. J’ai des amis oui, mais pas pour remplir la TOHU quand même….On rentre, quelques personnes….rien…On repart…On me rebande les yeux. Ils placotent sur la route, argumente sur le meilleur chemin, parle de Décarie….bla bla bla. Je résiste les yeux fermés sous mon bandeau. On se stationne finalement. Et entourés de François et Katia dont j’agrippe ( et c’est peu dire) les bras, ils me font marcher, toujours les yeux bandés ! Ils me disent qu’on est sur Ste-Catherine. On croise des gens. J’entends les voitures, le trottoir glisse, a des trous. On sent tout ça les yeux bandés. Finalement, on arrive à destination, on entre dans un endroit où la musique joue a fond. Mais ce n’est pas fini, il faut grimper des marches, encore et encore…tourner d’autres marches….puis enfin on m’enlève le bandeau et surprise. Ils sont là ! Mes amis ! C’est super émouvant, on reçoit une belle dose d’amour et de tendresse. On était au SOHO sur St-Hubert. Loin de Ste-Catherine !!! Et le bas, une super soirée ponctuée du groupe de Jean-François, un ami journaliste, qui m’a fait un super cadeau en jouant. J’ai notamment eu droit à Next to you, ma chanson préférée de Police !
La soirée s’est conclue à un autre endroit, le roi du Smoked smeat 🙂 Une belle organisation pas facile pour regrouper tout le monde, car j’ai plusieurs amis éparpillés qui ne se connaissent pas. Mais quelle réussite !

Mon côté sport !

Je ne me suis jamais prise en photo entrain de courir mais cette semaine j’ai préféré aller marcher au Jardin Botanique. Un bon exercice même s’il faisait frette en maudit. Vous l’aviez deviné

Si je suis considérée comme une journaliste spécialisée en environnement et consommation responsable, je couvre divers sujets car je suis une curieuse de tout…Vraiment de tout. J’aime aussi faire des entrevues avec des personnalités passionnantes comme Josée Blanchette, David Suzuki, Albert Jacquard, David Servan-Schreiber, Jean Lemire, etc. Des articles sur le mieux-être et la psycho.

D’ailleurs dans la Presse dernièrement, je me suis diversifiée en parlant de congé paternité, de photos pour les enfants malades, de robes de mariées, d’immeubles commerciaux vacants. Je vous en promets d’encore plus divers durant la semaine qui vient…à suivre.
J’ai aussi commencé à faire des capsules sport dans le cahier Actuel du dimanche. En voici une d’ailleurs. Je critique des DVD d’exercices et des livres sur le sport. Ce n’est pas une nouveauté pour moi puisque je suis responsable de la section brève sport dans la revue Mieux-Être et j’ai aussi écrit de nombreux articles sur ce sujet. Je m’entraîne régulièrement et j’aime beaucoup écrire sur le sujet. D’ailleurs, dans le Mieux-Être de mars 2007, je parle des activités physiques pour retrouver son énergie, comment s’entraîner avec le Bosu et comment bien choisir son entraîneur. Le sport ça doit être mon côté givré;)

L’augmentation du coût des parcos !

Arrêtez de vous plaindre. Je comprends les commerçants mais voyons l’augmentation n’est aussi dramatique que ça. Quand tu as de l’argent pour te payer une voiture et si tu décides de la prendre pour aller magasiner en ville, c’est simple, tu payes. Sinon bien tu prends le métro, l’autobus, le taxi, ton vélo ou tes jambes et tu marches. Je pensais exactement la même chose lorsque j’avais une voiture. Je ne la prenais jamais pour aller au centre-ville sinon je me la fermais et je payais.
Mais il y a un problème. Pourquoi les immmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmenses stationnements des immmmmmmmmmmmenses centres commerciaux (symboles de la surconsommation de notre société) ne sont pas payants aussi ? Comme ça les commerçants du centre-ville se battraient à armes égales.
Car si la ville peut aller chercher de l’argent avec cette augmentation, il faudrait que l’objectif soit de réduire l’utilisation de la voiture. Mais si les automobilistes délaissent le centre-ville pour aller magasiner en banlieue, on déplace le problème sans le diminuer. La seule que l’on diminue c’est le chiffre d’affaires des commerçants.

Puis les femmes, vous en êtes où ?

Même si plusieurs renient le féminisme, je crois que le 8 mars sera toujours nécessaire pour se souvenir d’où on vient et où on va. Pour se demander où nous en sommes et ce qu’il reste à faire.
Avouons-le. Lorsqu’on entend des propos sur la violence conjugale, l’importance des femmes et le drame de Poly par l’ex-conseiller municipal de Montréal et (ajout) ex-candidat de l’ADQ, Jean-François Plante, on se dit que ce n’est pas encore gagné. Je suis certaine que son opinion est partagée par plusieurs autres hommes et sûrement des femmes. Mais pour moi il est aussi clair que la grosse majorité des hommes va dans la même direction que les femmes. Une chance.
En passant, je connais Jean-François Plante puisque j’étais attachée de presse de Pierre Bourque dans une autre vie (Il était conseiller municipal pour Vision Montréal). La controverse l’entourant ne m’étonne pas du tout. Je m’y attendais. On a eu de nombreuses discussions car nos opinions étaient toujours divergentes. Vous comprenez pourquoi…

La robe de mariée peut être écolo !

Et oui on fait dans le rouge aussi en robe de mariée cette année. Vous trouverez ces magnifiques robes à la boutique Oui je le voeux comme celle ci-dessous

Je sors vraiment de mon beat habituel ce matin dans le cahier Actuel avec un article sur la tendance en matière de robes de mariée. Il y a cependant un côté écolo, la location de robes, qui a malheureusement été coupé dans mon texte publié. Je vous le copie ici.

La location populaire
Quand Isabelle Leduc, propriétaire de Oui je le Voeux a lancé sa boutique il y a plus de 10 ans, ce n’était pas vraiment dans les mentalités de louer sa robe de mariée. Quelques années plus tard, changement, sensibilisation à l’environnement et désir de dépenser moins, ont popularisé son idée. Elle réalise 60 % de son chiffre d’affaires avec la location.
Le choix de robes offertes en location est assez vaste, de la haut de gamme au modèle taille forte. Cependant, les modèles les plus fragiles ne peuvent être loués.

Acheter une photo pour les enfants malades


Voici deux des photos de Bertrand Lemeunier qui sont à vendre. Magnifiques non ? Ça vous met l’eau à la bouche ?

Envie de se faire un cadeau ? Une bonne action par la même occasion. Le photographe Bertrand Lemeunier vend ses photos au profit de la Fondation Rêves d’Enfants par le biais du projet Enfants Ô Canada. La soixantaine de photos sera exposée jusqu’au 24 mars à la Galerie Gora. Puis, en mai, le photographe aventurier entreprend un périple en vélo, de Terre-Neuve à Victoria, toujours dans le but d’amasser de l’argent pour la Fondation. Il en profitera pour prendre des photos qui feront l’objet d’un livre.
Ce jeune photographe français qui habite Montréal a réalisé le livre Français de Montréal, publié en octobre 2005 aux Éditions la Presse, avec le journaliste de la Presse, Éric Clément. D’ailleurs, la moitié des photographies exposées, prises à Montréal et en Europe, en sont issues. Trois formats sont offerts à des prix entre 100 et 350 $. 75 % des ventes de ces photos seront remis à la Fondation et les acheteurs recevront un reçu aux fins d’impôts.
Des photos, sans thème particulier, imprégnées de l’émotion de leur auteur, qui avoue une forte influence du célèbre photographe français Henri Cartier-Bresson. « Mes photos expriment ce que je ressens. Si les gens qui les regardent sentent une partie de l’émotion, j’aurais atteint mon objectif », explique-t-il.
Cette exposition ne reflète que le début du projet. L’aventure débute vraiment en mai prochain, lorsque le jeune homme entamera un périple de 15 000 km en huit mois en vélo à travers le Canada. Il réalisera ainsi son rêve tout en faisant découvrir les richesses de chaque province. Pour se motiver à pédaler, il amassera de l’argent pour la Fondation au fil des villes-étapes. « Lorsque je roulerai, sous la pluie face au vent, le fait d’aider de jeunes enfants malades à réaliser leur rêve, me donnera du courage. Je suis aussi un rêveur. Si on ne réalise pas ses rêves, une partie de soi n’aboutit pas. Je ne pourrais pas réaliser le rêve de ces enfants, mais je pourrais y participer », confie Bertrand Lemeunier.
Ce périple qui s’inscrit dans le cadre du 400e anniversaire de la fondation de la ville de Québec par l’explorateur français Samuel de Champlain fera aussi l’objet d’un livre qui sera publié en 2008. Outre les déplacements en bicyclette, le photographe capturera les images des différentes parties de notre pays et rencontrera des enfants malades. 2008 sera aussi l’année lors de laquelle le photographe français deviendra citoyen canadien.
L’exposition de Bertrand Lemeunier se tiendra du 6 au 24 mars à la Galerie Gora au 279, Sherbrooke Ouest. Le vernissage a lieu ce soir à 17h.

Une agence de presse écolo toute neuve

Une magnifique idée d’agence de presse environnementale. Ce projet s’est réalisé sous l’égide du Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement.
C’est ma seule réserve. Un groupe environnemental est un organisme qui a des intérêts. Même si son objectif est l’environnement, cela ne garantit pas sa transparence. Bien sur, à titre de journaliste spécialisée en environnement, je connais beaucoup de monde dans ces groupes. Mais je n’hésiterai jamais à les critiquer s’il le fallait. Comme je n’ai jamais hésité à dire à certains qu’ils prêchaient à des convaincus et qu’ils se regardaient le nombril. Au moins, Transcontinental et La maison du 21e siècle sont deux médias partenaires.
Allez y jeter un coup d’oeil.

Les immeubles commerciaux verts

Photo : Alex Legault

Une page pour moi dans la Presse Affaires ce matin sur les immeubles verts. Ça sort bien même si plusieurs coupures ont dû être faites pour que tout « rentre » dans la page.
Voici d’ailleurs quelques passages qui ont été coupés, malheureusement. Je vous avertis c’est long 🙂

Qui n’a pas entendu parler du Pavillon Lassonde de l’école Polytechnique ou de la TOHU ? Les deux premiers édifices certifiés LEED ( Leadership in Energy and environnemental design) au Québec; de la Tour de la Banque Nationale, premier édifice certifié Visez vert plus et de la Caisse de dépôt et de placement qui a suivi dans la même voie.
« C’est en train de devenir la norme, beaucoup de gouvernements se positionnent sur la construction. Pour moi c’est plus qu’une tendance, c’est une vague de fond », souligne le vice-président de la firme Aedifica, Guy Favreau, architecte agréé LEED.
«On observe un intérêt mais c’est une tendance irréversible », modère André Martin, conseiller en relations publiques pour la Commission de la construction du Québec (CCQ).
Un intérêt qui se fait sentir jusque chez les firmes en immobilier commercial puisque GVA Devencore prépare une publication sur la certification LEED.

Une tendance si forte que BOMA-Québec (l’Association des propriétaires et administrateurs d’immeubles) a décidé de mettre en place sa propre certification, Visez vert, qui s’adresse aux immeubles existants. Cette dernière a vu le jour en Colombie-Britannique pour s’exporter au Québec en 2005.
« L’industrie a préféré s’auto réglementer au lieu de se faire imposer une réglementation. La réponse a été très positive », explique la directrice générale de BOMA-Québec, Linda Carbone.

Visez vert n’est pas la première certification du genre puisque LEED existait déjà. LEED est un système de cotation des bâtiments écologiques, reconnu internationalement, mis en place par le United States Green Building Council (USGBC) et adapté par le Conseil du bâtiment durable du Canada (CBDCa), deux organismes à but non lucratif.
Une certification exigeante qui demande un investissement financier et de temps. Une rigueur que s’impose l’organisme pour respecter l’essence même de la certification. « C’est primordial pour éviter le marketing vert ( greenwashing en anglais) », explique Vivian Irschick, architecte et membre du chapitre du Québec du CBDCa.

ou encore sur les certifications LEED et Visez Vert

La certification Visez vert est une combinaison d’obligations et d’engagements. Par la suite, les immeubles les plus avancés en matière d’engagements peuvent obtenir la certification Visez Plus. Plus exigeante, elle se calcule par ordinateur à l’aide d’un système de points sur le modèle de la certification LEED. À ce niveau, il n’est plus question de plan d’action, mais de réalisations et de résultats concrets.

Une exception cependant. Un édifice peut être vert sans posséder de certification. Le magasin de Moutain Equipment Coop de Montréal en est le parfait exemple. Cet édifice est reconnu comme un modèle en matière de construction écologique, mais n’est certifié ni LEED ni Visez vert.

Et des exemples concrets

Un premier bâtiment platine au Québec ?
Le projet de maison du développement durable d’Équiterre qui sera construit d’ici septembre 2008 sur la rue Ste-Catherine à côté du Théâtre du Nouveau Monde vise la certification platine.

Un exemple
Le premier édifice existant certifié LEED Platinium en 2004
Édifice Joe Serna JR. de l’agence de protection environnementale de la Californie (EPA), Sacramento
-Amélioration de 34 % en efficacité énergétique
Le propriétaire a investi 500 000 $ US en amélioration énergétique. La première année, les économies se chiffraient à 610 000 $ US, récurrent annuellement.
-200 tonnes de déchets détournés
-Augmentation de 12 millions de la valeur de l’édifice

Petit Quiz écolo


Une petite suite à mon billet précédent sur le recyclage qui part au vent. Je reviens du gym et j’ai vu plusieurs bacs renversés. Leur contenu est éparpillé. Mais nous sommes en période active de déneigement. Pensez-vous que les éboueurs passent avant le déneigement ? Non pas vraiment. J’ai vu une bordée prête à être soufflée avec des déchets. Que se passe-t-il donc avec le contenu de nos bacs, les contenants de liquide lave-glace que les gens laissent traîner et autres déchets mélangés avec la neige ? Ils sont jetés dans le gros camion avec la neige. Et où s’en va la majorité de cette neige ? Dans le fleuve ! Et où se ramassent les déchets ? À l’usine de traitement des eaux ! Un problème car il faut en faire quelque chose. Ce qui augmente le coût du traitement de l’eau potable. Et qui paye pour ce traitement de l’eau ? Les citoyens, par le biais de leurs taxes foncières…
Je disais ça juste comme ça !

Le recyclage dans la rue !!!


Ok ce n’est pas un bon exemple, puisqu’hier journée du recyclage dans ma rue, on avait une tempête, mais le résultat est le même. D’ailleurs, le camion de recyclage est passé de l’autre côté de la rue, mais il n’est jamais repassé pour notre côté ! Voila donc le résultat, amplifié par le vent, par les chenillettes qui déneigent le trottoir à toute vitesse sans s’occupe de ce qu’il y a autour ( poubelles, vélo, bac, etc.), la négligence…Cet exemple se répète régulièrement lors des collectes de matières recyclables. Le vent, la négligence des citoyens, mais aussi des collecteurs qui ne ramassent pas derrière eux. Voici qui contribue à la propreté de Montréal. Je n’ai pas la solution miracle, mais, bon dieu, il y a sûrement une idée ingénieuse à pondre pour éviter ces matières qui traînent au vent. Le sac ? Hum encore du plastique…le filet ? Les gars qui travaillent à la collecte prennent tellement de précautions lors de la collecte que le cher filet ne durera pas plus longtemps qu’un mois. Perdu…Alors que fait-on ? Allez remuons-nous les méninges! Que fait-on dans d’autres pays, d’autres villes ?

Contente sans voiture !





Ce beau tapis de 35 cm est magnifique ce matin comme il l’était hier. Lorsque je regarde mes voisins se battre avec leur voiture enfouie sous la neige, je me félicite de ne plus en avoir ! Ma communauto est toujours déneigée lorsque je vais la chercher 🙂 Hier j’étais tellement heureuse d’être une travailleuse autonome à la maison. J’ai travaillé fort toute la journée. Vive le téléphone dans ces cas là. Comme j’avais plusieurs entrevues planifiées avec des gens à Québec et Ottawa, personne n’était affecté par la tempête. Elle venait de passer doucement à Ottawa et arrivait à Québec. En fin d’après-midi, mon estomac vide ( et mon frigo aussi) m’a forcée à sortir de chez moi. Une bonne chose, ça m’a permis de prendre l’air. Sur la rue Masson, je préférais grandement mes jambes en voyant les voitures prises dans la neige ( accident compris)…Arrivée à l’un de mes restos préférés, je fus la seule cliente !