Il faut le dire ! Pour que les moteurs s’éteignent

Cet après-midi, Marché Jean-Talon. Je reviens vers ma communauto. Elle est bloquée par un camion de livraison dont le moteur tourne ( j’hais le ralenti inutile). Personne autour. Je vérifie dans l’arrière du magasin à côté. Ah oui quelqu’un vient le déplacer. Je dis à mon amie Geneviève que je vais attendre qu’il déplace le camion avant de lui faire une remarque, je ne voudrais pas qu’il le prenne mal et me bloque plus longtemps:)
Le camion déplacé, je demande au chauffeur ( avec un sourire) pourquoi il laisse tourner son moteur ? Ahhh me dit-il c’est qu’il doit repartir…( ça fait plus de 5 -10 minutes que nous sommes là). Toujours avec le sourire, je lui dit que c’est de la pollution inutile, que ce n’est pas très bon pour la planète et interdit par le réglement municipal…puis je lui dis aurevoir toujours avec un sourire.
Ma copine trouve que c’est bien dit. Peut-être que j’ai semé un doute, un début de réflexion ???Je me prépare à partir lorsqu’un autre homme arrive et éteint le moteur du camion…Comme quoi, une petite conversation avec politesse et humour peut faire avancer d’un petit pas. Lorsque vous voyez une auto, un camion, etc dont le moteur tourne pour rien, pourquoi ne pas prendre 5 petites minutes pour en faire gentiment la remarque au chauffeur. Il suffit de ne pas se fâcher, ne pas prendre un ton accusateur et moralisateur et de garder son beau sourire 🙂

Le même nom que moi…

Jusqu’à il y a environ 1 an, j’étais la seule Gladel répétorié dans le 411 au Canada. Et je n’avais jamais entendu parler d’une autre personne qui portait le même nom et prénom que moi…Disons que je ne m’appelle pas Isabelle ou Nathalie Tremblay;) Mon nom ( très français mais surtout très Auvergnat) n’est pas très répandu en France non plus. Le seul Gladel que j’ai retrouvé ici était un prêtre qui était arrivé au Québec au 17e siècle. Étant donné sa prêtrise officielle, sa descendance est introuvable….Je me pensais donc unique 😉
Mais il y a plus d’un an j’ai trouvé une Marie-Cécile Gladel qui habitait encore en France à l’époque. Je l’avais contacté par courriel car c’était la première fois que je trouvais quelqu’un avec le même nom complet ( presque car elle a le Marie en plus). Cette dernière m’informe donc qu’elle se prépare à s’installer ou ? Bien à Montréal ! Ohh non misère j’allais perdre ma solitude 😉 Je n’en revenais pas. Et elle est bien à Montréal maintenant. D’ailleurs, elle m’a mentionné qu’à plusieurs reprises, ces collègues lui demandaient si on était de la même famille ( surement mais de loin, loin ) lorsqu’ils me lisaient dans la Presse.