L’écolo marketing

La tendance s’amplifie. Le terme écologique ou l’aspect écolo de nos produits devient un outil de marketing. En tant que journaliste, je suis naturellement méfiante. Je le suis encore plus lorsqu’on me propose un super, nouveau et révolutionnaire produit bon pour la planète…

La tendance m’a justement frappée l’autre jour lorsque je suis allée faire un tour ( et surtout m’ennuyer) au Salon des métiers d’art. Plusieurs fois j’ai demandé à des designers de vêtements si leurs créations étaient en matière récupérée. Mais non m’a-t-on répondu fièrement c’est neuf ! Mais les créations en question paraissaient récupérées. Il semble que la mode récup-patchwork soit IN…Précisons que personne ne m’a faussement dit que ses vêtements étaient de la récup. Ceux qui m’intrigue, sont les créateurs qui disent qu’une partie est récupérée et l’autre du matériel neuf. Difficile de faire la part…

Outre cet aspect, j’ai déjà écrit sur le terme équitable utilisé à toutes les sauces. Le mot biologique est réglementé, qu’attend-on pour le faire pour les termes équitable, peut-être écologique, ou alors éthique ? Le public en entend de toutes les couleurs. Quand on sera bien mélangé, il sera difficile de séparer le vrai du faux. En attendant, on pose des questions, on doute et on vérifie deux fois plutôt qu’une 🙂

Une Réponse

  1. Durant tout l’été et l’automne, je vais chercher mon panier bio dans une ruelle de Rosemont. Robin, mon fermier bio, travaille super fort pour nous apporter chaque semaine des légumes frais et nourrissant. Mais, contrairement aux agriculteurs industriels, il ne reçoit rien ou presque rien en aide gouvernementale (directe ou indirecte). En plus, il doit payer son accréditation bio qui coûte chère elle aussi.Se peut-il que le gouvernement préfère privilégier volontairement l’industrie alimentaire au détriment des petites entreprises locales bio en ne réglementant pas clairement les appellations bio, équitables ou éthiques? Se peut-il aussi qu’il préfère ne pas aider les petits et moyens producteurs bio pour ne pas couper l’herbe (artificielle) sous le pied de l’industrie agricole?Quoi qu’il en soit, j’ai hâte à l’été prochain. En plus des légumes, notre fermier bio nous a proposé de fonder une coop d’achat et pense aussi venir nous livrer des légumes même en hiver!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :