Noel vert à la Biosphère !

Cette fin de semaine, il se tient à la biosphère à Montréal, le salon des artisans récupérateurs. Un peu sur le même modèle que le salon des métiers d’art sauf que ces artisans utilisent des matières récupérées. Pour vous mettre l’eau à la bouche, j’ai rencontré quelqu’uns de ces artistes la semaine dernière. On y retrouve les designers de Moly Kulte, quelques autres designers de vêtements, deux filles qui font des bijoux superbes et dont j’ai oublié le nom (oups)…Mais vous ne pourrez les manquer. Aussi Éco-coco des objets en noix de coco qui font travailler une petite communauté sur une île Mexicaine.
Parfois je trouve que les objets en récup font un peu amateur. Mais la tendance change tranquillement. Les objets sont de plus en plus beaux et bien conçus. Sans imiter Mariouche Gagné, la designer d’Harricana qui joue dans le rayon luxe, on peut parfois faire mieux. Souvent les objets ne sont pas donnés ($). Même s’ils sont « écolos », ce n’est pas une raison pour tourner les coins ronds sur la qualité et le fini.
Mais, tout comme le Salon des métiers d’art, j’ai un peu de mal à farfouiller pour trouver ce que j’appelle des « ramasses-poussière ». Ces objets décoratifs qui ne servent à rien….Mais c’est mon opinion et je la partage:) J’irais cependant y faire un tour, ne serait-ce que pour acheter le fameux collier vert remarqué…
Pour info : http://www.biosphere.ec.gc.ca/internet/biosphere/Expositions_et_activites_pour_tous-WS69502346-1_Fr.htm#vert

Vélo rafraîchissant !

J’ai parcouru la ville en vélo aujourd’hui. Pas pour le plaisir mais car j’avais plusieurs rendez-vous et réunions. La journée la plus froide mais je m’en suis bien tirée. En fait ce qui est le plus dérangeant, c’est mon nez qui coule et coule et je ne renifle, pas très sexy !
J’aime vraiment me déplacer en vélo. Si seulement les automobilistes ne nous coupaient pas, ne nous serraient en nous doublant et n’ouvraient pas leur porte sans regarder. Les pires ? Ce sont les autobus de la STM… Ils nous collent comme si nous étions invisibles. À faire peur. Lorsque j’en entends un, je m’arrête et le laisse passer. Je me demande à quoi pense les chauffeurs…Pourtant, on fait partie eux et nous de la solution pour diminuer la pollution.
D’ici quelques jours, je vais aller m’acheter un autre vélo. Un vélo cheap, pas cher pour passer l’hiver !
Des suggestions ?

Contraventions écolos

C’est l’ATSA qui donnait des contraventions écolos, les mêmes qui organise en ce moment l’État d’Urgence pour les sans-abris au parc Émilie-Gamelin. Une super organisation. D’ailleurs l’une des co-fondatrices, Annie Roy a passé à TLMEP dimanche dernier. J’avais aussi fait un portrait d’elle pour Mieux-Être. Elle est inspirante 🙂
Les contraventions peuvent être télécharger à partir de leur site : www.atsa.qc.ca ( dans la section contraventions citoyennes)
Peut-être un geste pour aider les gens à penser au ralenti inutile en ces temps de smog…Mais attention, il faut toujours les donner avec le sourire et rester calme comme l’enseigne Annie 🙂

Mieux-Être de Décembre

Il est en kiosque ! J’y ai toujours mes brèves forme et art de vivre ( orientées Noel écolo bien sur). Aussi un article sur Trouvez l’équilibre dans sa vie. Simple et difficile à la fois.
Julie du Page, la méchante de Lance et Compte, est en page couverture. Son entrevue est à lire. Très intéressante. Aussi un article sur la danse.
J’aime danser, apprendre et mémoriser les chorégraphies, faire travailler sa mémoire. C’est pour ça que je prends des cours de danse aérobique mais je crois que je vais me laisser tenter par les cours de danse du Club MAA…pas si cher que ça. Le bonheur, c’est qu’on a pas besoin d’être membre. Car c’est pas donné être membre du club MAA. Disons que c’est réservé à l’élite …On est loin de mon petit 28,95 $ par mois pour Énergie Cardio. Mais bon, paye-t-on pour les services de haute qualité ou pour le statut ?
Ah oui j’oubliais, bonne lecture !

Alerte au smog

Nous sommes le 23 novembre et Montréal est sous une alerte au smog !!! On commence bien l’hiver !
Pourtant personne ne se pose de questions. Qu’est ce qui le cause ? Les voitures, les camions, le ralenti inutile, surement pas les poêles à bois aujourd’hui. Le smog est vraiment autour de Montréal. J’arrive de Saint-Donat et la nappe de ce maudit smog m’a happée en passant les limites de Blainville. Dans les Laurentides, rien. On pouvait respirer. Pas ici. On le sent, on le voit, on en ressent les effets. Que faudra-t-il pour que l’on réagisse ? Et bizarrement, j’avais une voiture aujourd’hui. J’ai donc moi aussi contribué à ce smog.

La saison du ralenti inutile est ouverte !

Cette pratique m’horripile au plus haut point. On laisse tourner le moteur de sa voiture ( mais aussi de son camion) pour des milliers de raisons, souvent futiles. Les périodes de smog augmentent à Montréal ( on en a maintenant en hiver) mais on laisse tourner le moteur. Hou hou, lien, cause, effet ?? On se réveille svp.
Parfois, je demande gentiment à un automobiliste de fermer son moteur, parfois je suis tannée de jouer à la police alors c’est ma bouche que je ferme ! J’aimerais avoir un pouvoir magique comme la gentille socière Samantha. Celui de pouvoir clouer le bec de ces moteurs qui tournent dans le vide d’un mouvement de nez. Quel plaisir j’aurais…
Je suis d’ailleurs très fier de mon neveu Tristan. Ma mère me disait qu’il demandait à son père d’éteindre le moteur. Le problème est d’ailleurs aussi criant en France ( où vit ma famille donc mon neveu). J’ai vu ça l’an dernier lorsque je suis allée chercher Tristan à l’école. Les parents arrivent en voiture ( même s’ils habitent à 5-10 min de l’école) et ils attendent leur chérubins en laissant tourner leur moteur. Quel bon bol d’oxygène pour les enfants lorsqu’ils jaillissent de la cour d’école !!!
Je me bats aussi depuis des années pour que le voisin de ma mère, l’ami Jérôme éteigne son moteur qui tourne très souvent au ralenti. Quelle tête dure 🙂
Même l’hiver, aucun besoin de rechauffer son auto plus que 30 secondes ( à moins que ce ne soit une minoune comme celle que j’avais avant….). Il fait froid, bien oui, puis habillez-vous, votre auto se réchauffera en roulant et vous aussi. Si vous êtes vraiment frileux, achetez-vous donc une hybride;)

Épicerie par internet

Je voulais vous parler des Jardins Urbains la semaine dernière mais j’ai attendu que mon texte sur eux soit publié dans la Presse de samedi dernier.
http://www.cyberpresse.ca/article/20061121/CPACTUEL/61121107/1015/CPACTUEL
Pour m’assurer que le service était correct, j’ai moi même fait ma première épicerie, mercredi dernier. Et j’ai beaucoup apprécié. Comme je le mentionne dans mon article, mon seul problème est que je préfère les produits locaux aux produits biologiques. Le bio qui vient de Californie ou de l’Allemagne, très peu pour moi. Mais les Jardins Urbains offrent suffisamment de produits locaux pour que je devienne une fidèle. Pas toutes les semaines, car j’aime aller au marché Jean-Talon mais surement toutes les 2 semaines. La livraison est faite dans un bac en plastique par le co-propriétaire, Reza, très sympathique. Que ce soit pour les urbains pressés, sans voiture et même les personnes handicapées ou agées, c’est la solution. Visitez leur site internet : www.lesjardinsurbains.ca
PS : juste pour préciser. Je vous donne ces adresses et ces conseils sans aucun attachement puisque je ne reçois rien, pas de rabais, etc. Contre toute éthique journalistique. Cela me laisse aussi libre de critiquer si besoin est.

La mode éthique

Pour penser avant d’acheter…Une mode unique, originale et presque toujours belle. Aussi une boutique que j’adore et où je trouve toujours quelque chose pour m’habiller, à petit prix : La friperie Folle Guenille au 4039 Ste-Catherine Est (514-845-0012) dans Hochelaga-Maisonneuve. On y trouve aussi des vêtements de designers fait en tissu récupéré et autres, aussi des couturières pour revamper nos vieux vêtements ou faire les altérations nécessaires à la pièce que l’on vient d’acheter.
Cet été, j’y ai trouvé une superbe robe pour le mariage de mon amie Marie à moins de 25 $ et quelques altérations…Aussi un jean Tommy, et plein d’autres belles trouvailles…
N’oublions pas la Gaillarde, l’objet de mon article publié hier dans la Presse : http://www.cyberpresse.ca/article/20061116/CPACTUEL/611160865/1061/CPACTUEL
Bon magasinage !

Lance et compte : la petite histoire

Ma petite histoire perso avec Lance et compte. J’ai écris ce post sur le blogue de Martine Pagé www.martinepage.com/blog, qui a co-écris un livre sur Lance et Compte….qui est une série très particulière pour moi…voici pourquoi…

Que de souvenirs Lance et Compte. C’était en février 1987. L’Auvergnate de 20 ans venait de décider d’aller passer 1 an au Canada. En feuilletant le guide horaire télé, je vois Cogne et Gagne, série canadienne sur le hockey…Humm ça tombe bien, me dis-je…C’est ainsi que j’ai attrapé la piqure Lance et Compte…en version française. Car c’était traduit complètement. Une chance qu’une fois arrivée ici, j’ai pu revoir la première série dans sa version originale ( tellement meilleure). Et j’ai tout vu, tout lu depuis, sur Lance et compte. Car cette série marque le début de mon histoire d’amour avec le pays qui est devenu le mien 🙂 J’ai vraiment hâte de lire ton livre Martine !

Hulot et l’Express

Nicolas Hulot est le Bernard Voyer ou le David Suzuki français. C’est une star en france. Je me souviens de son émission alors que j’habitais encore en France. Ça fait donc longtemps qu’il parcoure le monde et qu’il se bat pour la protection de l’environnement. À la veille de l’élection présidentielle française au printemps 2007, Nicolas Hulot sonne l’alarme et secoue le monde politique. Pourquoi ? Pour que les présidentiables se positionnent. Sinon quoi ? Bien il les menace (si on peut dire) de se présenter…Intéressant car quoiqu’on en dise, les français ne sont pas si écolos que ça.
Une conséquence à cette sortie : l’hebdomadaire l’Express s’implique en faveur de l’écologie ( http://www.lexpress.fr/info/societe/dossier/ecologie/default.asp). Une première ! Presque. L’hebdomadaire catholique ( mais très progressiste et intéressant) le Pelerin ( www.pelerin.info) s’est aussi positionné il y a quelques semaines.
Intéressant de voir des magazines se positionner. Surtout pour une journaliste spécialisée en environnement !
Une mode ou un véritable engagement ? Les médias ont un rôle à jouer, le font-ils ? Bonne question…et vous qu’en pensez-vous ?

Sans voiture !

Depuis juillet dernier, je n’ai plus de voiture. Un choix forcé oui, mais j’ai décidé d’en faire une expérience. Ma vieille Jetta qui m’accompagnait depuis 12 ans a rendu l’âme. J’ai décidé de ne pas en racheter une et de passer une année sans voiture. Chose pas facile pour moi qui suis une amatrice inconditionnelle de la voiture, mais j’en fais une utilisation responsable. Autre problème, j’hais conduire automatique, je déteste ça. J’aime passer les vitesses et sentir ma voiture…Alors, il est certain que l’adaptation à Communauto est un sacrifice pour moi. Mais bon j’ai 3 stationnements Communauto proche de chez moi donc ça va pas mal. J’ai aussi le choix entre plusieurs autobus et je peux même aller à la station Joliette à pied. Environ 15 à 20 minutes de marche, mais c’est bon pour la santé:)alors, mon expérience est concluante et j’entrevois l’hiver et la neige arriver avec plaisir. Je vais essayer de prendre mon vélo, mais je n’aurais plus à pelleter la neige, chercher un stationnement, faire changer les pneus, etc.Il y a des avantages et des désavantages. Si j’habitais mon endroit idéal ( proche du parc Laurier ou Petite-Patrie), ce serait encore mieux, car je serais proche d’un métro et plus proche du marché Jean-Talon et de la rue Laurier ou je fais mon épicerie. Mais bon ça roule !

Pantalons en coton bio !

J’arrive de Mountain Equipment Coop (MEC) ( J’y suis allée en Yaris communauto) et j’ai acheté un jean et un pantalon noir en coton biologique ( assez nouveau). Pas beaucoup plus cher que des pantalons de cette qualité dans n’importe quel autre magasin. Le jean était 90 $ et le pantalon noir 62 $. Bien coupés, ajustés et qui allaient à mes hanches et fesses de femme 😉 Ce qui n’est pas le cas dans la plupart des magasins où les vêtements sont faits je ne sais à quel endroit et par qui !!! MEC est un magasin à découvrir car très intéressant par la conception écolo du bâtiment et du terrain, son fonctionnement en coopérative et les critères de fabrication et d’achat des marchandises qui y sont vendues !
Allez-y faire un tour, au Marché central, la mecque de la surconsommation par contraste !

Réflexion sur la conférence de Nairobi

Il faut se réunir pour trouver des solutions, ok ! Mais est-ce nécessaire d’organiser de grosses réunions internationales chaque année pour brasser des mots, obtenir peu de résultats et augmenter fortement les émissions de gaz à effet de serre en se déplaçant en avion ?
À l’ère de la technologie, qui permet les rencontres par écrans interposés, ne pourrait-on pas privilégier les rencontres vidéo? Disons, allez, une fois sur deux…histoire que les gens fassent amis-amis quand même.
Par ailleurs, pour l’avoir vérifié l’an dernier lors de la conférence sur les changements climatiques à Montréal, les délégués ne sont pas les plus écolos… Ce n’était pas l’événement le plus éco-responsable organisé ( Voir mon article sur cyberpresse http://www.cyberpresse.ca/article/20051205/CPTECHNO/512050482&SearchID=73262358564326. Alors, on fait quoi ?

Un défilé de mode éthique

Samedi soir prochain le 11 novembre, un défilé de mode éthique se déroulera au profit de la friperie la Gaillarde. Pour les infos et acheter des billets, allez sur le site de la Gaillarde www.friperielagaillarde.com/activites.htm
La Gaillarde est une friperie très intéressante qui vend, outre des vêtements usagés et des produits équitables, des créations originales fabriqués à partir de tissu récupéré. Des créatrices qui ont du talent à revendre ! Venez donc voir le fruit de leur travail samedi soir !

Ça n’arrive pas qu’aux autres…

PICT0018

Quelques jours avant son accident en mai 2003, mon père avec son petit-fils, mon neveu. Derrière, le Puy-Mary, le plus beau de l’Auvergne selon lui.

Ironiquement, c’était la première fois que je réalisais mon rêve d’être publiée dans La Presse… La lettre de la semaine… Et c’est après la mort de mon père que j’ai décidé de ne plus attendre pour réaliser le rêve de ma vie : retourner en journalisme, le métier que j’ai toujours voulu exercer…

Voici cette lettre publiée le 13 juillet 2003 dans la Presse.

Ça n’arrive pas qu’aux autres…

Je n’oublierai jamais ce dimanche 1er juin 2003 et maintenant ce mercredi 25 juin, lorsque ma sœur m’a appelée sur mon cellulaire pour me dire que mon père était parti, que sa lutte était terminée.
Il est presque 9 h et je regarde le grand prix de Formule 1 de Monaco. Le téléphone sonne et je vois que c’est le numéro de mes parents en France. Je trouve ça bizarre, il est bien tôt pour que mes parents m’appellent.

Je réponds.

C’est ma mère qui me parle de la température très chaude en France jusqu’à ce que je l’interrompe en lui demandant quelle était la raison de son appel. « Ton père est tombé de vélo », me dit-elle. Et ? « Et bien il s’est fait très mal, il est tombé sur le visage et il est défiguré ».

Je me redresse dans mon lit en l’écoutant et je commence à trembler. Elle ajoute qu’il a fait un arrêt cardiaque en arrivant à l’hôpital, car le sang qu’il avalait l’étouffait. Lorsque j’entends ce mot d’arrêt cardiaque, mon propre cœur semble s’arrêter à son tour. Mais après un court massage, son cœur est reparti. Le mien aussi!

Mais que s’est-il passé ? Mon père fait du vélo depuis plus de 10 ans maintenant. La plupart du temps seul et sans casque. Ce dimanche matin là, il était accompagné de trois autres personnes et il portait son casque pour l’une des rares fois. Il a l’habitude d’accrocher son K-Way autour de la barre transversale de son vélo. Il semble que ce dernier se soit décroché pour bloquer la roue avant. Le vélo a donc stoppé net alors qu’il entamait une petite descente sur une mauvaise route. La roue de derrière s’est levée et mon père a fait un vol plané pour atterrir sur le visage. Il a laissé son nez sur la route. Mais tout ceci n’était rien et a vite guéri. Il semble que la chirurgie esthétique a fait beaucoup plus de progrès que la guérison de la moelle épinière.

Mais il y avait eu une conséquence beaucoup plus grave à sa chute. En atterrissant ainsi, il y a eu un choc au niveau du cou. Ce que l’on appelle communément « le coup du lapin ». Et voila, fracture de la sixième vertèbre cervicale et lésion de la moelle épinière avec toutes les conséquences sur la mobilité des bras et des jambes.

S’ajoutait du sang dans les poumons, augmentant le risque d’embolie et d’infection. Le verdict des médecins est, comme toujours, le plus pessimiste possible : tétraplégie avec seulement espoir de retrouver l’usage éventuel de ses mains.

Mon père a passé plus de trois semaines en réanimation, car il ne pouvait pas respirer sans l’aide de la machine. Mais depuis quelques jours, il était très conscient de son état de paralysie, trop conscient pour ne pas y penser.

Lorsqu’il s’était, pour ainsi dire, réveillé, il pensait qu’il venait d’avoir l’accident alors que cela faisait 20 jours qu’il était en réanimation. Il ne se souvenait pas de m’avoir vue alors que je suis allée à son chevet tous les jours durant les deux semaines que j’ai passé en France. Un médecin nous avait prévenus. Les médicaments administrés sont tellement forts que cela affecte la mémoire. Les personnes en réanimation ne se souviennent plus des événements qui se sont déroulés alors qu’elles étaient sous l’effet de la morphine et c’est tant mieux. Pourtant lorsque je lui parlais, il me reconnaissait et me répondait par des mouvements du visage.

Si les médecins avaient décidé d’être pessimistes et nous donner la pire des prévisions, cela augmentait notre volonté et notre optimisme, mais c’était sans compter sur celle de mon père de ne pas finir sa vie dépendant. Nous voulions encourager mon père à se battre. C’était un homme en pleine forme et en santé. C’était un homme de la terre, un agriculteur, un homme actif qui nous avait toujours dit qu’il ne voulait pas finir sa vie comme un vieillard grabataire.

Il a décidé la nuit dernière d’arrêter le combat et une infection foudroyante des poumons s’est déclarée. Quelques jours plus tôt, il avait demandé à ma sœur de mettre en ordre ses papiers au niveau de l’héritage et lui a fait comprendre qu’il ne voulait pas lutter.

Comme toujours, il suffit d’être touché personnellement pour s’impliquer dans une cause, pour être sensibilisée. Alors que l’être humain est capable d’aller dans l’espace, de dépenser des milliards pour faire la guerre, comment se fait-il que nous ne soyons pas encore capables de réparer les lésions de la moelle épinière, d’avoir un vaccin pour le sida, d’éradiquer le cancer, de guérir les personnes atteintes de Parkinson, Alzheimer et bien d’autres. Je sais que c’en est une parmi des milliers, mais même si mon père n’est plus là, en sa mémoire, pour les plus jeunes, pour les personnes qui s’en sortent, j’ai choisi ma cause.

Il faut trouver un moyen de permettre aux personnes victimes de lésions de la moelle épinière de remarcher un jour, de guérir. Personne, absolument personne, n’est à l’abri d’un accident bête et stupide qui le confinera à un fauteuil roulant. Il n’y aucune manière de s’en protéger. Mon père c’était en vélo, Christopher Reeve à cheval, d’autres en plongeant dans une piscine, certaines en surf, plusieurs en moto, auto et ainsi de suite.

Bien sur, ces personnes en fauteuil roulant ne sont pas des êtres humains amoindris, elles sont simplement différentes comme des milliards d’êtres humains sont différents les uns des autres. Au contraire, elles méritent notre admiration et surtout pas notre pitié. Elles méritent d’avoir accès au métro comme tout le monde, au transport aérien, au cinéma, à la conduite d’une voiture, aux centres commerciaux et surtout à un travail.

Dorénavant, je me demande si un fauteuil roulant peut passer, entrer et circuler à chaque endroit où je me trouve. Jusqu’au jour ou enfin, on aura trouvé ! Jusqu’au jour où enfin une blessure à la moelle épinière sera réparable et guérissable. Jusqu’au jour enfin où l’on ne dira plus aux personnes atteintes à la moelle épinière qu’elles ne pourront plus retrouver l’usage de leurs jambes et/ou de leurs bras. Et c’est pour ceci que je vais m’impliquer et participer pour que les recherches aboutissent. Je vous demande également de vous impliquer et de penser à faire un don pour la recherche sur la moelle épinière. Parce que chaque personne peut voir sa vie changer du jour au lendemain. Parce que demain ça peut être vous. Parce que ça n’arrive pas qu’aux autres…

Et en mémoire de mon papa, qui est mort ce 25 juin 2003 et qui repose maintenant parmi les anges. Je t’aime papa.

Achat local

Un dossier de mon cru dans les pages centrales du cahier Actuel de la Presse d’aujourd’hui.
Acheter local pour encourager nos agriculteurs et éviter des milliers de km d’un parcours inimaginable à nos aliments, donc des émissions de gaz à effet de serre ! Aussi, la conception bizarre de l’achat local de Wal Mart…Du moment qu’on achète à un fournisseur québécois, peu importe la provenance du produit. Hum ? Qu’en pensez-vous ?

Des achats éthiques et responsables

Noël approche. S’il est irréaliste de ne pas acheter de cadeaux, pourquoi ne pas les acheter plus écolos, plus éthiques ?
Voici un super site qui vous aidera, si vous ne le connaissez pas encore..
www.ethiquette.ca
Bon magasinage !

Conseils pour une voiture ?

Ma collègue de la Presse, Marie-Claude Lortie me pose une question fort pertinente :
« Maintenant, conseille-moi. Je dois changer d’auto au printemps. J’achète quoi avec mes 3 kids et le co-voiturage ? J’attends les conseils »…
SVP, on ne lui dit pas de prendre l’autobus, soyons réalistes !!! Moi j’y pense et je reviens avec mes suggestions.

Faites-vous du vélo en hiver ?

Si oui, j’ai besoin de vos conseils car je compte m’y mettre et essayer ! J’ai fait le voeu de passer une année complète sans voiture depuis que ma super vieille Jetta 88 est morte en juin dernier alors je vais me tester jusqu’au bout ! Jusqu’à maintenant, ça va bien ! Vive le vélo, l’autobus, le métro, Communauto et les amis qui me prêtent gentiment leur voiture 🙂

Du marketing l’équitable ?

Excellent reportage de la Facture sur l’utilisation erronée du mot équitable…J’avais, au printemps dernier, étudié la question. Vous trouverez les résultats dans la Presse au lien suivant : http://www.cyberpresse.ca/article/20060918/CPACTUEL/605101008&SearchID=73261644484060

Je crois que j’avais fait le tour de la question mais je pourrais recommencer tant le dossier évolue. D’ailleurs, j’ai entendu dire qu’en France, l’organisme de certification Max Havelaar était de plus en plus critiquée. À suivre.
L’important est de poser des questions; de ne pas se laisser impressionner par le mot équitable et les explications boiteuses d’un commerçant.
Par exemple, durant l’été, je vois un commerçant du Marché Jean-Talon annoncer des sacs et paniers écologiques et équitables. Beau marketing ! Évidemment qu’acheter un sac est écologique, du moment qu’il permet d’éliminer de multiples sacs en plastique. Mais attention, il faut vérifier s’il est fabriqué ici ou non et en quelle matière. Pour ce qui est de l’utilisation du mot équitable, le commerçant m’a dit qu’il allait chercher ses paniers à Madagascar d’une personne qu’il connaissait. Parfait mais je vérifie comment moi ? Je prends les coordonnées du fabricant à Madagascar et je lui donne un petit coup de fil pour vérifier ? Je m’y rends ? Je veux bien croire en la bonne foi et faire confiance…mais le commerce étant ce qu’il est, j’ai du mal à toujours faire confiance.
Pour faire les vérifications pour nous, il existe l’organisme Transfair qui certifie les produits équitables vendus au Canada ainsi que l’IFAT (l’International Fair Trade Association) qui certifie l’artisanat tel que vendu à la boutique 10 000 villages par exemple. Je crois qu’on peut leur faire confiance….enfin j’espère !!!
D’ailleurs dans le reportage de la Facture, la journaliste arrive à la conclusion que 10 000 villages est le magasin le plus équitable, je suis d’accord. Tout comme la Facture, j’ai, moi aussi, eu mes doutes sur la boutique KifKif planète équitable.
Bref, peut-être qu’il serait temps de réglementer le mot équitable comme l’est le mot biologique ?