Chronique sur le greenwashing avec Isabelle Maréchal

Le greenwashing ou verdissement de réputation est de plus en plus commun. L’intérêt de la population, donc des consommateurs envers la protection de l’environnement encourage les compagnies à verdir leurs manières de faire, mais surtout leur réputation. Car elles ne sont pas si vertes qu’elles veulent nous le faire croire.

J’en parlais justement mardi lors d’une chronique environnement au 98,5 FM lors de l’émission d’Isabelle Maréchal.

Le greenwashing est très présent. Trop. Au début de 2010, une étude de chercheurs de l’Université de Sherbrooke sur les logos écolos au Québec concluait que seulement trois logos sur les 58 qui existent ont été créés par des agences gouvernementales. Une législation qui permet trop de logos ne fait que mélanger les consommateurs. Un ménage s’imposerait au profit de tout le monde. Dont un seul logo géré par le gouvernement et qui ne coûterait pas la peau des fesses aux entreprises. Car ça handicape les plus petites qui n’ont pas les moyens de se payer des certifications.

Parlant greenwashing, dans l’actualité en ce moment, Greenpeace dénonce celui des dernières années de BP qui avait changé son nom de British Petroleum pour Beyond Petroleum. L’entreprise disait investir dans les énergies renouvelables. Sauf que l’an dernier Greenpeace lui décernait son pinceau vert, si on peut dire, pour greenwashing. Car les investissements en énergies renouvelables ne constituaient que 7 % tandis que 93 % des investissements étaient pour le pétrole et le gaz.

Les sept péchés de la mascarade écologique

L’organisme et entreprise Terra Choice qui gère l’écolo logo ( trois colombes entrelacées) fait des études annuelles sur le greenwashing ou ce que l’organisme appelle la mascarade écologique. Aux États-Unis et au Canada, on a relevé 2 219 produits munis de 4 996 prétentions vertes. Un seul a passé le test : le papier essuie-tout de Cascades.

1-Compromis caché : le produit a une composante verte qui camoufle un côté polluant : un produit nettoyant pour la salle de bains qui dit ne pas contenir de chlore, mais renferme d’autres produits polluants. 33 % des produits examinés par Terra Choice commettait ce péché.
2- Absence de preuve : l’affirmation écolo est impossible à vérifier : des ampoules qui se prétendent plus efficaces énergétiquement, mais n’ont aucune indication pour le prouver. 27 % étaient concernés.
3 – Imprécision : utilisation de mots fourre-tout qui restent très vagues : une mousse pour les cheveux s’affiche naturelle. L’arsenic, l’uranium, le mercure et le formaldéhyde sont également naturels, mais nocifs. 25 % l’utilisaient.
4 – Non-pertinence : on met en valeur qu’une marchandise est sans CFC alors qu’ils sont interdits par la loi depuis 1987. Un nettoyant pour le four et des produits désinfectants s’exhibaient sans CFC comme 3 % des items examinés.
5- Moindre des deux maux : le produit a une propriété écologique qui n’apporte rien de plus comme les VUS hybrides. 3% étaient coupables.
6 – Mensonge : le moins répandu. Il s’agit de prétentions environnementales fausses.
1% était concerné.
7 – Le culte de l’étiquette mensongère : la caractéristique écologique ou la certification est erronée : un shampoing biologique sans homologation ou un appareil électronique qui se dit Energy star sans le logo. 8% était fautif.

En connaissez-vous qui commettent ces pêchés ?

About these ads

3 Réponses

  1. Difficile de s’y retrouver quand on ne fait pas de recherches, je trouve.

  2. [...] d’info : Un article de Cécile Gladel sur son blogue nous entretient sur le greenwashing. À lire [...]

  3. Bonjour Cécile,

    nous organisons une grande soirée discussion sous le thème «Éco Design VS Green Washing, Un Duel sans Merci…» qui aura lieu le 22 juin prochain.

    Nous serions vraiment ravies si tu pouvais te joindre à nous… Je t’ai envoyé un message plus détaillé via ta boîte courriel FB. Nous aimerions que tu participes activement à la discussion, pour nous faire part à tous de tes réflexions sur le sujet.

    Merci et bonne fin de semaine
    Julie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 88 autres abonnés

%d bloggers like this: